David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente (...)

Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble

samedi 26 décembre 2009

Dans un arrêt en date du 17 décembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen.

Elle affirme ensuite qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre civile 1, 17 décembre 2009, N° de pourvoi : 08-13.276.

LA COUR,

Sur le moyen unique, pris en ses première, deuxième et quatrième branches :

Attendu que par acte notarié du 3 août 2000, M. et Mme X... ont acquis des époux Y... un chalet situé à Courchevel 1850, au prix de 21 000 000 francs ; que prétendant avoir acquitté, à la demande des vendeurs et pour leur compte, un supplément de prix occulte, d’un montant de 762 228, 93 euros, entre les mains de M. A..., avocat suisse installé à Genève, les époux X... les ont, par acte du 18 février 2003, assignés en dissimulation du prix de vente et restitution du supplément de prix versé sur le fondement de l’article 1840 du code général des impôts (devenu l’article 1321-1 du code civil) ; qu’à la suite du décès de Jean Y..., sa veuve et ses quatre enfants, ès qualités d’héritiers, ont repris l’instance ; qu’ils font grief à l’arrêt attaqué (Paris, 21 février 2008) d’avoir jugé, au seul vu d’éléments de fait, qu’était établie l’existence d’un mandat entre les vendeurs et l’avocat pour la perception du complément de prix occulte et de les avoir condamnés à en restituer le montant, alors, selon le moyen, que la preuve d’un mandat ne peut être reçue que conformément aux règles générales sur la preuve des conventions, que ces règles sont applicables non seulement dans les rapports du mandant et du mandataire mais encore à l’encontre des tiers qui ont traité avec celui-ci ; qu’en statuant au vu de seuls éléments de fait, la cour d’appel a violé les articles 1341 et 1984 du code civil ;

Mais attendu qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen ; qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières ; qu’ayant constaté l’existence d’une fraude en faisant ressortir, par une appréciation souveraine des faits et de la valeur probante des éléments de preuve soumis à son examen, qu’une partie du prix de vente du bien immobilier avait été dissimulée et acquittée, à la demande des époux Y..., entre les mains de l’avocat suisse qu’ils avaient mandaté à cet effet, la cour d’appel a, par ce seul motif et sans encourir les griefs du moyen, légalement justifié sa décision ;

Et attendu que les griefs des troisième, cinquième, sixième et septième branches ne sont pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

La Cour de cassation se prononce sur la procédure de rétention au centre de rétention administrative de Lyon Saint-Exupéry (Civ. 1, 20 mai 2009, N° de Pourvoi : 08-12.523)

La procédure de rétention n’est pas irrégulière lorsque le règlement intérieur du centre de rétention administrative prévoit que l’infirmerie du centre est accessible aux retenus, qu’un médecin y donne des consultations sur rendez-vous le matin ou l’après midi et qu’un infirmier y assure des permanences du lundi au vendredi de 8 heures à 19 heures et le samedi et le dimanche de 8 heures à 18 heures, de sorte que l’étranger avait été mis en mesure de rencontrer effectivement un médecin.

Une circulaire du 02 mai 2002 relative à la mise en oeuvre de la loi de modernisation sociale

La circulaire DRT 2002/08 du 02 mai 2002 relative à la mise en oeuvre de la loi de modernisation sociale explique les dispositions de cette loi relatives à la lutte contre la précarité des emplois. (...)

Montant Exonération Titres Restaurants 2011

Le seuil d’exonération des titres restaurants correspond à 5,29 euros depuis le 1er janvier 2011. Pour mémoire en 2010 ce seuil avait été fixé à 5,21 euros.

DIF : obligation d’informer le salarié avant l’expiration du préavis

Dans un arrêt en date du 20 janvier 2010, la Cour de cassation vient de rappeler que tout salarié titulaire d’un contrat de travail à durée indéterminée disposant d’une ancienneté minimale dans (...)

La date d’appréciation des droits du salarié en cas de licenciement et la date de la rupture du contrat de travail.

Dans une décision en date du 11 mai 2005, la Chambre sociale de la Cour de cassation avait estimé que la rupture d’un contrat de travail se situe à la date où l’employeur a manifesté sa volonté d’y (...)

Le rapport annuel d’activité de la Cour des comptes européenne

Le rapport annuel 2008 d’activité de la Cour des comptes européenne a été présenté le 07 mai 2009.
Ce rapport annuel 2008 peut être consulté en totalité sous la forme d’un fichier pdf accessible via le (...)

Modification de la liste des fournisseurs de services de résolution de conflits accrédités par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers

eResolution, un des quatre fournisseurs de services de résolution de conflits accrédités par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), vient d’annoncer, dans un communiqué de (...)

Extension d’un accord sur le régime d’assurance complémentaire frais de santé des salariés non cadres des entreprises de travaux agricoles et ruraux

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 13 janvier 2010 portant extension d’un accord régional sur le régime d’assurance complémentaire frais de santé des salariés non cadres des entreprises de (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 25 janvier 2006, Pourvoi n° : 04-43.646

Seul le salarié peut se prévaloir de la nullité de la clause de non-concurrence ne comportant pas de contrepartie financière.

Prévoyance : extension d’un accord dans le secteur du négoce et prestations de services dans les domaines médico-techniques

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 12 janvier 2010 portant extension d’un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale du négoce et prestations de services dans les (...)

Répondre à cet article