David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente (...)

Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble

samedi 26 décembre 2009

Dans un arrêt en date du 17 décembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen.

Elle affirme ensuite qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre civile 1, 17 décembre 2009, N° de pourvoi : 08-13.276.

LA COUR,

Sur le moyen unique, pris en ses première, deuxième et quatrième branches :

Attendu que par acte notarié du 3 août 2000, M. et Mme X... ont acquis des époux Y... un chalet situé à Courchevel 1850, au prix de 21 000 000 francs ; que prétendant avoir acquitté, à la demande des vendeurs et pour leur compte, un supplément de prix occulte, d’un montant de 762 228, 93 euros, entre les mains de M. A..., avocat suisse installé à Genève, les époux X... les ont, par acte du 18 février 2003, assignés en dissimulation du prix de vente et restitution du supplément de prix versé sur le fondement de l’article 1840 du code général des impôts (devenu l’article 1321-1 du code civil) ; qu’à la suite du décès de Jean Y..., sa veuve et ses quatre enfants, ès qualités d’héritiers, ont repris l’instance ; qu’ils font grief à l’arrêt attaqué (Paris, 21 février 2008) d’avoir jugé, au seul vu d’éléments de fait, qu’était établie l’existence d’un mandat entre les vendeurs et l’avocat pour la perception du complément de prix occulte et de les avoir condamnés à en restituer le montant, alors, selon le moyen, que la preuve d’un mandat ne peut être reçue que conformément aux règles générales sur la preuve des conventions, que ces règles sont applicables non seulement dans les rapports du mandant et du mandataire mais encore à l’encontre des tiers qui ont traité avec celui-ci ; qu’en statuant au vu de seuls éléments de fait, la cour d’appel a violé les articles 1341 et 1984 du code civil ;

Mais attendu qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen ; qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières ; qu’ayant constaté l’existence d’une fraude en faisant ressortir, par une appréciation souveraine des faits et de la valeur probante des éléments de preuve soumis à son examen, qu’une partie du prix de vente du bien immobilier avait été dissimulée et acquittée, à la demande des époux Y..., entre les mains de l’avocat suisse qu’ils avaient mandaté à cet effet, la cour d’appel a, par ce seul motif et sans encourir les griefs du moyen, légalement justifié sa décision ;

Et attendu que les griefs des troisième, cinquième, sixième et septième branches ne sont pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Les déclarations individuelles et collectives de candidatures aux élections prud’homales.

Un arrêté du 2 mai 2008 fixant les modèles de déclarations individuelles et collectives de candidatures aux élections prud’homales vient d’être publié au journal officiel n° 0112 du 15 mai 2008.
Il (...)

Extension du chèque emploi associatif.

La loi n° 2008-350 du 16 avril 2008 relative à l’extension du chèque emploi associatif vient d’être publiée au journal officiel n° 0091 du 17 avril 2008.
Cette loi permet désormais aux associations à (...)

Extension de textes sur l’épargne salariale dans le secteur du commerce des articles de sports et équipements de loisirs

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 18 décembre 2009 portant extension d’un accord et d’un avenant à un accord conclus dans le cadre de la convention collective nationale du commerce des (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 septembre 2007, N° de pourvoi : 06-43.867.

La faute grave, qui peut seule justifier une mise à pied conservatoire, est celle qui rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise.

Lorsqu’un salarié a dû quitter son emploi au service de la commune dès la constatation de la faute par la lettre lui notifiant sa mise à pied conservatoire, l’employeur peut se prévaloir de la faute grave, peu important qu’il ait accordé au salarié le bénéfice d’indemnités auxquelles il n’aurait pu prétendre en raison de cette faute.

Les élections des délégués du personnel et des représentants du personnel au comité d’entreprise doivent avoir lieu à la même date !

Dans un arrêt en date du 28 mai 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que selon l’article L. 423-19 du code du travail, devenu l’article L. 2314-6, les élections des (...)

Le nouveau logo biologique européen

La Commission européenne vient d’indiquer que pour la désignation du nouveau logo biologique européen, 129.493 votes ont été effectués en ligne.
C’est le logo ci-dessus qui va s’appliquer aux (...)

Rétention : vers l’usage de bracelets électroniques

L’usage de bracelets électroniques pourrait se développer comme mesure alternative à la rétention. En effet, Thierry Mariani a déposé un amendement en ce sens au projet de loi sur l’immigration. Cet (...)

Entrée en vigueur du barème des saisies et cessions des rémunérations pour l’année 2014

Depuis le 1er janvier 2014 le nouveau barème des saisies et cessions des rémunérations est entré en vigueur. Les divers montants de ce barème ont été précisés par le décret n° 2013-1192 du 19 décembre (...)

Cour de Cassation, Chambre commerciale, 19 novembre 2003, Pourvoi n° : 01-01.137

L’action en revendication des biens dont la propriété est réservée en application d’une clause contractuelle peut être exercée quelle que soit la nature juridique du contrat dans lequel elle figure.

L’existence de droits incorporels sur les ouvrages n’exclut pas l’existence d’un droit de propriété sur les objets matériels.

L’intention et le travail dissimulé.

Il est malheureusement fréquent de constater que des bulletins de salaire ne correspondent pas à la réalité, notamment car ils mentionnent une durée du travail inexacte.
Dans un arrêt en date du 15 (...)

Répondre à cet article