David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente (...)

Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble

samedi 26 décembre 2009

Dans un arrêt en date du 17 décembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen.

Elle affirme ensuite qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre civile 1, 17 décembre 2009, N° de pourvoi : 08-13.276.

LA COUR,

Sur le moyen unique, pris en ses première, deuxième et quatrième branches :

Attendu que par acte notarié du 3 août 2000, M. et Mme X... ont acquis des époux Y... un chalet situé à Courchevel 1850, au prix de 21 000 000 francs ; que prétendant avoir acquitté, à la demande des vendeurs et pour leur compte, un supplément de prix occulte, d’un montant de 762 228, 93 euros, entre les mains de M. A..., avocat suisse installé à Genève, les époux X... les ont, par acte du 18 février 2003, assignés en dissimulation du prix de vente et restitution du supplément de prix versé sur le fondement de l’article 1840 du code général des impôts (devenu l’article 1321-1 du code civil) ; qu’à la suite du décès de Jean Y..., sa veuve et ses quatre enfants, ès qualités d’héritiers, ont repris l’instance ; qu’ils font grief à l’arrêt attaqué (Paris, 21 février 2008) d’avoir jugé, au seul vu d’éléments de fait, qu’était établie l’existence d’un mandat entre les vendeurs et l’avocat pour la perception du complément de prix occulte et de les avoir condamnés à en restituer le montant, alors, selon le moyen, que la preuve d’un mandat ne peut être reçue que conformément aux règles générales sur la preuve des conventions, que ces règles sont applicables non seulement dans les rapports du mandant et du mandataire mais encore à l’encontre des tiers qui ont traité avec celui-ci ; qu’en statuant au vu de seuls éléments de fait, la cour d’appel a violé les articles 1341 et 1984 du code civil ;

Mais attendu qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen ; qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières ; qu’ayant constaté l’existence d’une fraude en faisant ressortir, par une appréciation souveraine des faits et de la valeur probante des éléments de preuve soumis à son examen, qu’une partie du prix de vente du bien immobilier avait été dissimulée et acquittée, à la demande des époux Y..., entre les mains de l’avocat suisse qu’ils avaient mandaté à cet effet, la cour d’appel a, par ce seul motif et sans encourir les griefs du moyen, légalement justifié sa décision ;

Et attendu que les griefs des troisième, cinquième, sixième et septième branches ne sont pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

La Cour de cassation apporte des précisions sur la valeur à prendre en compte pour fixer l’indemnité due par l’assureur.

Dans un arrêt en date du 11 septembre 2008, la 2ème Chambre civile de la Cour de cassation vient de préciser que la valeur du bien à prendre en compte pour fixer l’indemnité due par l’assureur à (...)

Droit du travail : extension de plusieurs textes pour les chaînes de cafétérias

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 8 mars 2010 portant extension d’un avenant et d’un accord conclus dans le cadre de la convention collective nationale des chaînes de cafétérias et (...)

Publication de l’indice des prix à la consommation pour septembre 2013

Le journal officiel vient de procéder à la publication de l’avis relatif à l’indice des prix à la consommation pour le mois de septembre 2013.
Selon cet avis l’indice mensuel des prix à la consommation (...)

Pas touche à la rémunération du salarié

Dans un arrêt en date du 18 mai 2011, la chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que la rémunération contractuelle d’un salarié constitue un élément du contrat de travail qui ne peut (...)

Auto Entrepreneur 2011 : 18 mois maximum

Plusieurs députés ont déposé à l’Assemblée Nationale le 19 octobre une proposition de loi afin de limiter la durée dans le temps du régime de l’auto entrepreneur. Ce proposition de loi souhaite limiter à (...)

Taxi : nouveau montant pour l’inscription au certificat de capacité professionnelle

Le nouveau montant du droit d’examen pour l’inscription des candidats au certificat de capacité professionnelle de conducteur de taxi vient d’être précisé par l’arrêté du 8 septembre 2009.
Selon ce (...)

Sortie du Mémento Social 2010

On ne présente plus la très connue collection des Mémentos publiée aux Editions Francis Lefebvre. Le Mémento Social 2010 comporte des données à jour au 01 février 2010, avec un service d’actualisation (...)

TF1 contre You Tube : incompétence du Tribunal de commerce de Paris.

TF1 et plusieurs de ses filiales ont engagé une action à l’encontre de You Tube en estimant que certaines oeuvres dont le Groupe TF1 détient les droits d’exploitation étaient mises en ligne et (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 mars 2005, Pourvoi n° : 02-46.103

Un salarié ne peut valablement renoncer, pendant la durée du contrat, par avance, au droit de se prévaloir des règles légales du licenciement.

Si, en cours de contrat, les parties peuvent convenir, à l’occasion d’un changement d’emploi, d’une période probatoire, la rupture de celle-ci ne peut concerner le contrat de travail et a pour effet de replacer le salarié dans ses fonctions antérieures.

Bail d’habitation : validité de la clause qui interdit le prêt des lieux

Dans un arrêt en date du 10 mars 2010, la Cour de cassation vient d’approuver le raisonnement d’une Cour d’appel qui a estimé qu’une stipulation contractuelle interdisant le prêt des lieux à un tiers (...)

Répondre à cet article