David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente (...)

Comment prouver la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble

samedi 26 décembre 2009

Dans un arrêt en date du 17 décembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen.

Elle affirme ensuite qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre civile 1, 17 décembre 2009, N° de pourvoi : 08-13.276.

LA COUR,

Sur le moyen unique, pris en ses première, deuxième et quatrième branches :

Attendu que par acte notarié du 3 août 2000, M. et Mme X... ont acquis des époux Y... un chalet situé à Courchevel 1850, au prix de 21 000 000 francs ; que prétendant avoir acquitté, à la demande des vendeurs et pour leur compte, un supplément de prix occulte, d’un montant de 762 228, 93 euros, entre les mains de M. A..., avocat suisse installé à Genève, les époux X... les ont, par acte du 18 février 2003, assignés en dissimulation du prix de vente et restitution du supplément de prix versé sur le fondement de l’article 1840 du code général des impôts (devenu l’article 1321-1 du code civil) ; qu’à la suite du décès de Jean Y..., sa veuve et ses quatre enfants, ès qualités d’héritiers, ont repris l’instance ; qu’ils font grief à l’arrêt attaqué (Paris, 21 février 2008) d’avoir jugé, au seul vu d’éléments de fait, qu’était établie l’existence d’un mandat entre les vendeurs et l’avocat pour la perception du complément de prix occulte et de les avoir condamnés à en restituer le montant, alors, selon le moyen, que la preuve d’un mandat ne peut être reçue que conformément aux règles générales sur la preuve des conventions, que ces règles sont applicables non seulement dans les rapports du mandant et du mandataire mais encore à l’encontre des tiers qui ont traité avec celui-ci ; qu’en statuant au vu de seuls éléments de fait, la cour d’appel a violé les articles 1341 et 1984 du code civil ;

Mais attendu qu’en cas de fraude, la simulation peut être prouvée par tout moyen ; qu’il en est ainsi de la dissimulation d’une partie du prix d’une vente d’immeuble, laquelle a notamment pour finalité d’éluder l’application des règles fiscales relatives à l’imposition des transactions immobilières ; qu’ayant constaté l’existence d’une fraude en faisant ressortir, par une appréciation souveraine des faits et de la valeur probante des éléments de preuve soumis à son examen, qu’une partie du prix de vente du bien immobilier avait été dissimulée et acquittée, à la demande des époux Y..., entre les mains de l’avocat suisse qu’ils avaient mandaté à cet effet, la cour d’appel a, par ce seul motif et sans encourir les griefs du moyen, légalement justifié sa décision ;

Et attendu que les griefs des troisième, cinquième, sixième et septième branches ne sont pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

L’administration est liée par l’arrêté préfectoral qui reconnait le caractère professionnel d’un accident (Civ. 2, 7 mai 2009, N° de pourvoi : 08-16.152)

Le caractère professionnel de l’accident ayant été reconnu par un arrêté préfectoral devenu définitif, l’administration était tenue de prendre en charge les séquelles de celui-ci.

Vers un code de bonne conduite sur l’internet ?

Ilse Aigner, ministre allemande à la consommation, vient d’indiquer dans Die Welt qu’elle pense qu’un code de bonne conduite pour protéger la vie privée sur internet doit être instauré et que ce code (...)

Le salarié n’est pas obligé de rembourser le Pôle Emploi en cas d’annulation du licenciement

Dans un arrêt en date du 11 mars, la cour de cassation vient d’affirmer que la nullité du licenciement n’a pas pour effet de priver rétroactivement un travailleur du droit à l’allocation d’assurance (...)

Scandale bancaire de la Société Générale : quid de la présomption d’innocence et du licenciement ?

La presse nationale et internationale ne cesse de relater les déboires d’une des principales banques françaises, qui aurait été subi des agissements litigieux commis par un de ses salariés pour (...)

Le médecin qui procéde à des expertises ne peut percevoir une allocation visant à garantir un revenu de remplacement

Le médecin qui sollicite le bénéfice de l’allocation visant à lui garantir un revenu de remplacement doit cesser définitivement toute activité médicale non salariée, la seule poursuite d’activité autorisée concernant une activité salariée présentant un caractère accessoire.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 31 mai 2006, N° de pourvoi : 04-44.598.

Méconnaît la liberté fondamentale du salarié d’exercer une activité professionnelle et, comme telle, est nulle la clause de non-concurrence qui ne prévoit le versement d’une contrepartie pécuniaire qu’en cas de rupture du contrat de travail à l’ initiative de l’employeur.

Cour de cassation, Chambre civile 1, 22 novembre 2007, N° de pourvoi : 05-20.974.

La réparation des conséquences de l’aléa thérapeutique n’entre pas dans le champ des obligations dont le médecin est contractuellement tenu.

Le médecin n’est pas responsable de la survenance, en l’absence de fautes du praticien ou de vice des gants utilisés, d’un risque accidentel inhérent à l’acte médical et qui ne pouvait être maîtrisé.

Société à associé unique : pouvoir de révocation du gérant non associé

Dans un arrêt en date du 9 mars 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que dans le cas où la société ne comporte qu’un seul associé, celui-ci peut prendre la décision de révoquer le gérant non (...)

Cour de cassation, Ch. Com, 28 juin 1988, SARL La Girondelle c. C.

LA COUR.
Sur le moyen unique, pris en ses trois branches :
Vu l’article 50 de la loi du 24 juillet 1966 en ses alinéas 1 et 2 devenus ses alinéas 1 et 3 dans la rédaction résultant de la loi du 11 (...)

La saisie sur un compte ouvert au nom de deux époux (Civ. 1, 20 mai 2009, N° de pourvoi : 08-12.922)

Lorsque le créancier d’un époux marié sous le régime de la séparation des biens fait pratiquer une saisie sur un compte ouvert au nom des deux époux, il lui appartient d’identifier les fonds personnels de l’époux débiteur.

Répondre à cet article