David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 99-44.623

mardi 15 octobre 2002

L’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; lorsque l’avis des délégués du personnel a été recueilli alors que le salarié n’a fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, les délégués du personnel n’ont pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail.

LA COUR ;

Sur le moyen unique :

Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué (Cour d’appel de Pau, Chambre sociale, 21 juin 1999), que M. X., embauché le 16 septembre 1976 par la coopérative M., s’est trouvé, par suite d’un accident du travail survenu en 1994, en arrêt de travail jusqu’à fin février 1996 ; qu’à la suite d’un premier avis d’inaptitude totale délivré le 2 février 1996 par le médecin du Travail, l’employeur a consulté, le 15 février 1996, les délégués du personnel sur le reclassement du salarié ; que cet avis a été confirmé le 4 mars 1996 ; qu’ayant été licencié, le 1er avril 1996, pour inaptitude à son emploi et impossibilité de reclassement, le salarié a saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de diverses indemnités ;

Attendu que l’employeur reproche à la cour d’appel de l’avoir condamné au paiement d’une indemnité sur le fondement de l’article L. 122-32-7 du Code du travail, alors, selon le moyen :

1 / que si l’avis des délégués du personnel doit être recueilli par l’employeur avant qu’il ne propose au salarié un éventuel reclassement dans l’entreprise, en revanche, l’article L. 122-32-5 du Code du travail ne prescrit pas que cet avis ne puisse être valablement recueilli alors que le contrat de travail est encore suspendu ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

2 / que c’est l’examen pratiqué par le médecin du Travail, prévu aux alinéas 1 et 3 de l’article R. 241-51 du Code du travail qui met fin à la période de suspension, et non, comme l’a énoncé à tort la cour d’appel, le second avis de reprise délivré par le médecin du Travail en application de l’article R.241-51-1 du même Code ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles R. 241-51 et R. 241-51-1 du Code du travail ;

3 / qu’en tout état de cause, l’avis des délégués du personnel n’a pas à revêtir une forme particulière ; que la cour d’appel a considéré à tort que l’attestation des délégués du personnel du 23 avril 1997 faisant état de consultations postérieures ne pouvait suppléer l’absence de procès-verbal postérieur au 4 mars 1996 ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles L. 122-32-5 et L. 122-32-7 du Code du travail ;

Mais attendu que l’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; que la cour d’appel, qui a relevé que l’avis des délégués du personnel avait été recueilli alors que le salarié n’avait fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, a, abstraction faite du motif erroné mais surabondant critiqué par le deuxième branche du moyen, légalement justifié sa décision en retenant que les délégués du personnel n’avaient pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail, de sorte que la question de la forme de l’avis ne se posait pas ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Conséquence de la délivrance d’un nouvel arrêt de travail après une déclaration d’inaptitude

Dans un arrêt en date du 9 juin 2010, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que lorsqu’un salarié a été déclaré inapte par le médecin du travail, la délivrance d’un nouvel arrêt de (...)

Cotisation Apec 2011 Attention Nouveau Montant Calcul

Pour l’année 2011, les règles relatives au calcul de la cotisation APEC ont été modifiées. En effet, à partir du 1er janvier 2011, la part forfaitaire disparaît. Seule demeure la part variable de la (...)

Prime à la casse 2010 Terminus

C’est pratiquement terminé pour bénéficier de la prime à la casse. En effet, ce dispositif prend fin le 31 décembre 2010. Il n’a pas été reconduit pour l’année 2011. La prime à la casse 2010 est d’un (...)

Niches Fiscales 2011 : pas de modifications pour les dons

Alors que le gouvernement poursuit sa chasse aux niches fiscales, les associations se sont inquiétées du devenir des dons. Sur RTL, le ministre du budget François Baroin vient d’affirmer que malgré (...)

Agriculture, stage préparatoire à l’installation et stage d’application.

Le journal officiel n° 164 du 18 juillet 2007 vient de publier un arrêté du 28 juin 2007 relatif à l’expérimentation des nouvelles modalités de mise en oeuvre du stage d’application de six mois et du (...)

CV Anonyme Résultat Expérimentation 2010 2011

Le CV anonyme va t’il devenir obligatoire ? Alors que les résultats de l’expérimentation concernant le cv anonyme devaient intervenir dès cet automne, ce n’est finalement qu’en janvier 2011 qu’ils vont (...)

Profession réglementée : lorsque l’absence de diplôme n’autorise pas un licenciement valable

Pour exercer certaines professions il est nécessaire de disposer d’un diplôme ou d’une équivalence. La Cour de cassation vient de rendre un arrêt intéressant qui démontre que dans des circonstances particulières l’absence de diplôme n’est pas un élément suffisant pour fonder un licenciement.

Rapport de gestion : dispense quasi générale pour le dépôt au greffe

L’article 9 de la loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allègement des démarches administratives vient de dispenser de très nombreuses sociétés de procéder auprès (...)

L’administration est liée par l’arrêté préfectoral qui reconnait le caractère professionnel d’un accident (Civ. 2, 7 mai 2009, N° de pourvoi : 08-16.152)

Le caractère professionnel de l’accident ayant été reconnu par un arrêté préfectoral devenu définitif, l’administration était tenue de prendre en charge les séquelles de celui-ci.

Le montant de l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle selon le ministère du travail.

L’imbroglio relatif au montant de l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle, qui aurait été évité si le texte avait été correctement écrit, vient de faire l’objet d’une question posée par le député (...)

Répondre à cet article