David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 99-44.623

mardi 15 octobre 2002

L’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; lorsque l’avis des délégués du personnel a été recueilli alors que le salarié n’a fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, les délégués du personnel n’ont pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail.

LA COUR ;

Sur le moyen unique :

Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué (Cour d’appel de Pau, Chambre sociale, 21 juin 1999), que M. X., embauché le 16 septembre 1976 par la coopérative M., s’est trouvé, par suite d’un accident du travail survenu en 1994, en arrêt de travail jusqu’à fin février 1996 ; qu’à la suite d’un premier avis d’inaptitude totale délivré le 2 février 1996 par le médecin du Travail, l’employeur a consulté, le 15 février 1996, les délégués du personnel sur le reclassement du salarié ; que cet avis a été confirmé le 4 mars 1996 ; qu’ayant été licencié, le 1er avril 1996, pour inaptitude à son emploi et impossibilité de reclassement, le salarié a saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de diverses indemnités ;

Attendu que l’employeur reproche à la cour d’appel de l’avoir condamné au paiement d’une indemnité sur le fondement de l’article L. 122-32-7 du Code du travail, alors, selon le moyen :

1 / que si l’avis des délégués du personnel doit être recueilli par l’employeur avant qu’il ne propose au salarié un éventuel reclassement dans l’entreprise, en revanche, l’article L. 122-32-5 du Code du travail ne prescrit pas que cet avis ne puisse être valablement recueilli alors que le contrat de travail est encore suspendu ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

2 / que c’est l’examen pratiqué par le médecin du Travail, prévu aux alinéas 1 et 3 de l’article R. 241-51 du Code du travail qui met fin à la période de suspension, et non, comme l’a énoncé à tort la cour d’appel, le second avis de reprise délivré par le médecin du Travail en application de l’article R.241-51-1 du même Code ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles R. 241-51 et R. 241-51-1 du Code du travail ;

3 / qu’en tout état de cause, l’avis des délégués du personnel n’a pas à revêtir une forme particulière ; que la cour d’appel a considéré à tort que l’attestation des délégués du personnel du 23 avril 1997 faisant état de consultations postérieures ne pouvait suppléer l’absence de procès-verbal postérieur au 4 mars 1996 ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles L. 122-32-5 et L. 122-32-7 du Code du travail ;

Mais attendu que l’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; que la cour d’appel, qui a relevé que l’avis des délégués du personnel avait été recueilli alors que le salarié n’avait fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, a, abstraction faite du motif erroné mais surabondant critiqué par le deuxième branche du moyen, légalement justifié sa décision en retenant que les délégués du personnel n’avaient pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail, de sorte que la question de la forme de l’avis ne se posait pas ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Faq Juridique : la notion de résidence

Après la notion de domicile (lire la définition), il est logique de s’intéresser à la résidence. La résidence est un lieu d’habitation où se trouve une personne. Elle correspond ainsi à une situation de (...)

L’inventeur du web fracasse l’Hadopi

Considéré comme l’inventeur du web, Tim Berners-Lee vient de s’exprimer lors d’une conférence à la Royal Society sur les lois qui entendent suspendre les abonnements à Internet. Visant plus (...)

Indice des loyers commerciaux 2ème trimestre 2013

Le journal officiel vient de publier l’avis relatif à l’indice des loyers commerciaux du deuxième trimestre de 2013.
Selon cet avis l’indice des loyers commerciaux du deuxième trimestre de 2013 (...)

Modulation de la durée du travail : conséquence de l’absence pour maladie sur les heures supplémentaires

Dans un arrêt en date du 13 juillet 2010, la Cour de cassation vient de donner de précieuses indications concernant les conséquences de l’absence pour maladie sur le calcul des heures supplémentaires (...)

Une recommandation du forum des droits sur l’internet à l’égard de la conservation des données relatives à une communication

Le conseil d’orientation du forum des droits sur l’internet a adopté sa première recommandation le 17 octobre 2001.
Le contenu de cette recommandation spécifique à la conservation des données (...)

Période d’essai : la Cour de cassation donne des précisions sur le délai déraisonnable

Dans un arrêt en date du 11 janvier 2012 la Cour de cassation vient de se prononcer sur le caractère raisonnable, ou non, de la durée d’une période d’essai relative à un contrat de travail.
En effet (...)

Le juge doit trancher le litige conformément aux règles de droit qui lui sont applicables

La recherche de la conformité du droit positif aux préceptes de la fonction juridictionnelle entreprise initialement sous l’angle du droit comparé impose de priviligier également le droit processuel, en s’interrogeant sur l’effectivité du précepte du respect de la légalité.

Trotteurs Français : Montant 2011 Prime de retrait de l’élevage et des courses

Le journal officiel vient de publier un arrêté du 7 janvier 2011 portant reconduction d’une prime de retrait de l’élevage et des courses pour les juments trotteurs français.
En effet, la prime pour (...)

La lettre de licenciement et les mentions concernant le bilan de compétences, la validation des acquis de l’expérience ou de formation

Dans un arrêt en date du 25 septembre 2013 la chambre sociale de la cour de cassation a affirmé que l’employeur doit, dans la lettre de licenciement, sauf faute lourde, informer le salarié de la (...)

La renonciation à la poursuite de la procédure de licenciement.

Dans une décision en date du 16 janvier 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’estimer que sauf détournement de procédure, l’employeur peut renoncer à poursuivre la procédure de (...)

Répondre à cet article