David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 99-44.623

mardi 15 octobre 2002

L’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; lorsque l’avis des délégués du personnel a été recueilli alors que le salarié n’a fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, les délégués du personnel n’ont pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail.

LA COUR ;

Sur le moyen unique :

Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué (Cour d’appel de Pau, Chambre sociale, 21 juin 1999), que M. X., embauché le 16 septembre 1976 par la coopérative M., s’est trouvé, par suite d’un accident du travail survenu en 1994, en arrêt de travail jusqu’à fin février 1996 ; qu’à la suite d’un premier avis d’inaptitude totale délivré le 2 février 1996 par le médecin du Travail, l’employeur a consulté, le 15 février 1996, les délégués du personnel sur le reclassement du salarié ; que cet avis a été confirmé le 4 mars 1996 ; qu’ayant été licencié, le 1er avril 1996, pour inaptitude à son emploi et impossibilité de reclassement, le salarié a saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de diverses indemnités ;

Attendu que l’employeur reproche à la cour d’appel de l’avoir condamné au paiement d’une indemnité sur le fondement de l’article L. 122-32-7 du Code du travail, alors, selon le moyen :

1 / que si l’avis des délégués du personnel doit être recueilli par l’employeur avant qu’il ne propose au salarié un éventuel reclassement dans l’entreprise, en revanche, l’article L. 122-32-5 du Code du travail ne prescrit pas que cet avis ne puisse être valablement recueilli alors que le contrat de travail est encore suspendu ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

2 / que c’est l’examen pratiqué par le médecin du Travail, prévu aux alinéas 1 et 3 de l’article R. 241-51 du Code du travail qui met fin à la période de suspension, et non, comme l’a énoncé à tort la cour d’appel, le second avis de reprise délivré par le médecin du Travail en application de l’article R.241-51-1 du même Code ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles R. 241-51 et R. 241-51-1 du Code du travail ;

3 / qu’en tout état de cause, l’avis des délégués du personnel n’a pas à revêtir une forme particulière ; que la cour d’appel a considéré à tort que l’attestation des délégués du personnel du 23 avril 1997 faisant état de consultations postérieures ne pouvait suppléer l’absence de procès-verbal postérieur au 4 mars 1996 ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles L. 122-32-5 et L. 122-32-7 du Code du travail ;

Mais attendu que l’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; que la cour d’appel, qui a relevé que l’avis des délégués du personnel avait été recueilli alors que le salarié n’avait fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, a, abstraction faite du motif erroné mais surabondant critiqué par le deuxième branche du moyen, légalement justifié sa décision en retenant que les délégués du personnel n’avaient pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail, de sorte que la question de la forme de l’avis ne se posait pas ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Jus Politicum : une revue électronique consacrée au droit politique.

Jus Potiticum est une revue électronique de droit politique.
Accessible via l’url juspoliticum.com cette revue électronique est disponible en français, en anglais et en allemand. Comme le montre la (...)

Les conclusions déposées après l’ordonnance de clôture sont irrecevables.

Après l’ordonnance de clôture, aucune conclusion ne peut être déposée ni aucune pièce produite aux débats à peine d’irrecevabilité prononcée d’office.

Sortie d’un ouvrage sur les Fusions (Francis Lefebvre)

Les éditions Francis Lefebvre ont procédé à la publication d’un ouvrage consacré aux restructurations d’entreprises sous le titre "Fusions : Apports partiels d’actif, scissions".
Les fusions sont des (...)

Publication de manuel Droit des Sociétés (Montchrestien)

Les éditions Montchrestien viennent de publier dans la collection Domat Droit Privé la quatrième édition du manuel de Paul Le Cannu et de Bruno Dondero consacré au Droit des sociétés.
Principalement (...)

Cour de Cassation, Chambre commerciale, 17 mars 2004, Pourvoi n° : 02-17.035

Les intérêts de retard prévus par l’article 1727 du Code général des impôts sont appliqués en réparation du préjudice financier subi par le Trésor public du fait de l’encaissement tardif de sa créance et ne constituent pas des sanctions relevant de l’application de l’article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Pas de licenciement pour une absence prolongée suite à un manquement de l’employeur à l’obligation de sécurité de résultat

Dans un arrêt en date du 13 mars 2013 la chambre sociale de la cour de cassation vient d’affirmer, après avoir visé les articles L.1232-1, L.4121-1 et L.4121-2 du code du travail, que lorsque (...)

Une lettre ouverte au premier ministre sur les droits des étrangers dans les centre de rétention et les zones d’attente

Le site Samizdat vient de diffuser une lettre ouverte au premier ministre sur les droits des étrangers dans les centre de rétention et les zones d’attente.
Cette lettre a été envoyée le 17 octobre (...)

Des aides pour la restructuration de l’industrie sucrière

La mise en oeuvre des aides à la restructuration de l’industrie sucrière vient d’être précisée par le décret n° 2009-1028 du 25 août 2009.
En effet, dans le cadre de la restructuration de l’industrie (...)

AGS Montant Taux Cotisation Juillet 2011

Pas de modification pour le montant du taux de cotisation AGS à partir de juillet 2011.
En effet lors du dernier conseil d’administration de l’AGS qui s’est déroulé le 29 juin il a été décidé de (...)

Interdiction du port du voile intégral : Jean François Copé veut que le Conseil constitutionnel se prononce

Alors que le projet de loi sur l’interdiction du port du voile intégral est en cours de discussion, le député Jean François Copé a indiqué que pour clore définitivement toute polémique il souhaite (...)

Répondre à cet article