David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 99-44.623

mardi 15 octobre 2002

L’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; lorsque l’avis des délégués du personnel a été recueilli alors que le salarié n’a fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, les délégués du personnel n’ont pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail.

LA COUR ;

Sur le moyen unique :

Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué (Cour d’appel de Pau, Chambre sociale, 21 juin 1999), que M. X., embauché le 16 septembre 1976 par la coopérative M., s’est trouvé, par suite d’un accident du travail survenu en 1994, en arrêt de travail jusqu’à fin février 1996 ; qu’à la suite d’un premier avis d’inaptitude totale délivré le 2 février 1996 par le médecin du Travail, l’employeur a consulté, le 15 février 1996, les délégués du personnel sur le reclassement du salarié ; que cet avis a été confirmé le 4 mars 1996 ; qu’ayant été licencié, le 1er avril 1996, pour inaptitude à son emploi et impossibilité de reclassement, le salarié a saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de diverses indemnités ;

Attendu que l’employeur reproche à la cour d’appel de l’avoir condamné au paiement d’une indemnité sur le fondement de l’article L. 122-32-7 du Code du travail, alors, selon le moyen :

1 / que si l’avis des délégués du personnel doit être recueilli par l’employeur avant qu’il ne propose au salarié un éventuel reclassement dans l’entreprise, en revanche, l’article L. 122-32-5 du Code du travail ne prescrit pas que cet avis ne puisse être valablement recueilli alors que le contrat de travail est encore suspendu ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

2 / que c’est l’examen pratiqué par le médecin du Travail, prévu aux alinéas 1 et 3 de l’article R. 241-51 du Code du travail qui met fin à la période de suspension, et non, comme l’a énoncé à tort la cour d’appel, le second avis de reprise délivré par le médecin du Travail en application de l’article R.241-51-1 du même Code ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles R. 241-51 et R. 241-51-1 du Code du travail ;

3 / qu’en tout état de cause, l’avis des délégués du personnel n’a pas à revêtir une forme particulière ; que la cour d’appel a considéré à tort que l’attestation des délégués du personnel du 23 avril 1997 faisant état de consultations postérieures ne pouvait suppléer l’absence de procès-verbal postérieur au 4 mars 1996 ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles L. 122-32-5 et L. 122-32-7 du Code du travail ;

Mais attendu que l’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; que la cour d’appel, qui a relevé que l’avis des délégués du personnel avait été recueilli alors que le salarié n’avait fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, a, abstraction faite du motif erroné mais surabondant critiqué par le deuxième branche du moyen, légalement justifié sa décision en retenant que les délégués du personnel n’avaient pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail, de sorte que la question de la forme de l’avis ne se posait pas ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Date Application Prime à la casse Chaudières

On reparle de la prime à la casse pour les chaudières au fioul. En effet pour encourager les ménages à recourir à des chaudières moins polluantes et plus efficaces le gouvernement souhaite instaurer un (...)

Modification Taux Cotisation AGS 1er avril 2011

Le conseil d’administration de l’AGS vient de décider de modifier le taux de cotisation à partir du 1er avril 2011. A compter de cette date le taux de cotisation AGS à appliquer correspond à 0,3 %. Il (...)

Cour de cassation, Chambre commerciale, 08 juillet 2003, Pourvoi n° 00-11.993

En divulguant les informations figurant au verso des chèques litigieux, la banque porterait atteinte au secret dont bénéficient le ou les tiers bénéficiaires des titres et le secret professionnel auquel est tenu un établissement de crédit constitue un empêchement légitime opposable au juge civil.

Cour de cassation, Chambre sociale, 28 octobre 2008, N° de pourvoi : 07-40.524 et 07-42.927.

L’utilisation par les représentants du personnel des heures de délégation ne doit entraîner aucune perte de salaire.

Licenciement économique : précision sur les provisions pour indemnité de licenciement

Une instruction du 15 février 2010 concernant les provisions pour indemnité de licenciement vient d’être publiée (BOI 4 E-1-10).
En effet, les dispositions du 5° du 1 de l’article 39 du code général (...)

Emploi des seniors : extension d’un accord dans le secteur du travail des industries de la maroquinerie

L’arrêté du 8 mars 2010 portant extension d’un accord national professionnel conclu dans le secteur du travail des industries de la maroquinerie, articles de voyage, chasse-sellerie, gainerie, (...)

Assurance voiture : défaut signature vignette carte verte infraction ou non ?

La Dépèche vient de se faire l’écho de déclarations de la préfecture de Haute-Garonne et de l’Automobile Club du Midi concernant la signature du verso de la vignette d’assurance automobile et la (...)

Sortie du Guide de la publicité foncière 2011

Les éditions LexisNexis viennent de procéder à la publication du Guide de la publicité foncière 2011.
Destiné principalement aux professionnels ce guide se veut résolument pratique. Il permet de (...)

L’hospitalisation sans consentement en partie contraire à la constitution

Le Conseil constitutionnel vient de rendre une décision importante ce vendredi 26 novembre 2010 concernant l’hospitalisation sans consentement.
Il résulte en effet de cette décision que pour le (...)

Les sociétés de groupe d’assurance mutuelle sont des sociétés civiles... mais pas toujours (Com., 5 mai 2009, N° 08-17.599)

L’activité des sociétés de groupe d’assurance mutuelle étant de nature civile, de telles sociétés sont en principe des sociétés civiles ; cependant, lorsque l’objet statutaire comporte des opérations commerciales, dont il n’est pas prévu qu’elles ne soient effectuées qu’à titre accessoire de l’activité civile, la société a été constituée en société commerciale.

Répondre à cet article