David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 99-44.623

mardi 15 octobre 2002

L’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; lorsque l’avis des délégués du personnel a été recueilli alors que le salarié n’a fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, les délégués du personnel n’ont pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail.

LA COUR ;

Sur le moyen unique :

Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué (Cour d’appel de Pau, Chambre sociale, 21 juin 1999), que M. X., embauché le 16 septembre 1976 par la coopérative M., s’est trouvé, par suite d’un accident du travail survenu en 1994, en arrêt de travail jusqu’à fin février 1996 ; qu’à la suite d’un premier avis d’inaptitude totale délivré le 2 février 1996 par le médecin du Travail, l’employeur a consulté, le 15 février 1996, les délégués du personnel sur le reclassement du salarié ; que cet avis a été confirmé le 4 mars 1996 ; qu’ayant été licencié, le 1er avril 1996, pour inaptitude à son emploi et impossibilité de reclassement, le salarié a saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de diverses indemnités ;

Attendu que l’employeur reproche à la cour d’appel de l’avoir condamné au paiement d’une indemnité sur le fondement de l’article L. 122-32-7 du Code du travail, alors, selon le moyen :

1 / que si l’avis des délégués du personnel doit être recueilli par l’employeur avant qu’il ne propose au salarié un éventuel reclassement dans l’entreprise, en revanche, l’article L. 122-32-5 du Code du travail ne prescrit pas que cet avis ne puisse être valablement recueilli alors que le contrat de travail est encore suspendu ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

2 / que c’est l’examen pratiqué par le médecin du Travail, prévu aux alinéas 1 et 3 de l’article R. 241-51 du Code du travail qui met fin à la période de suspension, et non, comme l’a énoncé à tort la cour d’appel, le second avis de reprise délivré par le médecin du Travail en application de l’article R.241-51-1 du même Code ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles R. 241-51 et R. 241-51-1 du Code du travail ;

3 / qu’en tout état de cause, l’avis des délégués du personnel n’a pas à revêtir une forme particulière ; que la cour d’appel a considéré à tort que l’attestation des délégués du personnel du 23 avril 1997 faisant état de consultations postérieures ne pouvait suppléer l’absence de procès-verbal postérieur au 4 mars 1996 ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles L. 122-32-5 et L. 122-32-7 du Code du travail ;

Mais attendu que l’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; que la cour d’appel, qui a relevé que l’avis des délégués du personnel avait été recueilli alors que le salarié n’avait fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, a, abstraction faite du motif erroné mais surabondant critiqué par le deuxième branche du moyen, légalement justifié sa décision en retenant que les délégués du personnel n’avaient pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail, de sorte que la question de la forme de l’avis ne se posait pas ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Le remboursement anticipé des prêts viagers hypothécaires.

Le journal officiel n° 284 du 8 décembre 2006 vient de publier le décret n° 2006-1540 du 6 décembre 2006 pris en application de l’article L. 314-10 du code de la consommation relatif au remboursement (...)

Le plafond de la sécurité sociale pour 2008.

Un arrêté du 30 octobre 2007 portant fixation du plafond de la sécurité sociale pour 2008 a été publié au journal officiel n° 261 du 10 novembre 2007.
Selon ce texte, sous réserve de l’application des (...)

Cour de cassation, Civ. 1, 28 avril 1986, L... C. Dame L...

LA COUR ;
Sur le premier moyen, pris en sa première branche :
Vu les art. 340-1 et 342-4 c. civ. ;
Attendu qu’il résulte de ces textes que l’impossibilité de paternité établie par un examen des (...)

Cour de cassation, Chambre criminelle, 14 octobre 2008, N° de Pourvoi : 08-81.617.

Lorsqu’un avocat se présentant pour assurer la défense d’un prévenu absent poursuivi devant la juridiction correctionnelle dépose des conclusions, il s’en déduit qu’il agit en vertu d’un mandat de représentation et la décision à intervenir est rendue contradictoirement.

Des réductions tarifaires sur les péages routiers.

Le décret n° 2008-411 du 29 avril 2008 limitant les réductions tarifaires sur les péages routiers vient d’être publié au journal officiel n°0102 du 30 avril 2008
Il résulte de ce texte que certains (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 24 janvier 2007, N° de pourvoi : 05-41.598.

Lorsqu’un salarié doit être titulaire du permis de conduire pour exercer ses fonctions, la privation dudit permis pour une durée de six mois qui l’empêche d’exercer les fonctions pour lesquelles il a été engagé, constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement.

Lorsqu’un certificat de travail mentionne une période d’emploi se terminant le lendemain du licenciement, la non-exécution du préavis résulte non pas de l’impossibilité dans laquelle se trouvait le salarié de poursuivre normalement l’exécution de son contrat de travail, mais de la décision prise par l’employeur de le priver de la possibilité de l’exécuter.

Publication du Code de la consommation 2009 chez Dalloz

Les éditions Dalloz viennent de sortir la 14ème édition de leur Code de la consommation.
Publié au début du mois de juin 2009, l’édition 2009 du Code de la consommation est une édition commentée. (...)

Vente d’immeuble : le vendeur de mauvaise foi ne peut se prévaloir de la clause d’exonération de garantie

Dans un arrêt en date du 13 janvier 2010, la Cour de cassation vient d’estimer que la clause d’exonération de garantie ne peut s’appliquer au vendeur de mauvaise foi.
Au cas d’espèce, celui-ci avait (...)

L’erreur légitime est nécessaire pour admettre l’existence d’un mandat apparent.

La preuve d’une erreur légitime est une condition nécessaire pour admettre l’existence d’un mandat apparent.

Exploitation hôtelière : application de la redevance Sacem pour la diffusion de TPS dans les chambres des clients

Dans un arrêt en date du 14 janvier 2010, la Cour de cassation vient d’approuver le raisonnement d’une cour d’appel qui avait estimé que les clients de l’hôtel, bien qu’occupant les chambres (...)

Répondre à cet article