David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 99-44.623

mardi 15 octobre 2002

L’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; lorsque l’avis des délégués du personnel a été recueilli alors que le salarié n’a fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, les délégués du personnel n’ont pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail.

LA COUR ;

Sur le moyen unique :

Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué (Cour d’appel de Pau, Chambre sociale, 21 juin 1999), que M. X., embauché le 16 septembre 1976 par la coopérative M., s’est trouvé, par suite d’un accident du travail survenu en 1994, en arrêt de travail jusqu’à fin février 1996 ; qu’à la suite d’un premier avis d’inaptitude totale délivré le 2 février 1996 par le médecin du Travail, l’employeur a consulté, le 15 février 1996, les délégués du personnel sur le reclassement du salarié ; que cet avis a été confirmé le 4 mars 1996 ; qu’ayant été licencié, le 1er avril 1996, pour inaptitude à son emploi et impossibilité de reclassement, le salarié a saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de diverses indemnités ;

Attendu que l’employeur reproche à la cour d’appel de l’avoir condamné au paiement d’une indemnité sur le fondement de l’article L. 122-32-7 du Code du travail, alors, selon le moyen :

1 / que si l’avis des délégués du personnel doit être recueilli par l’employeur avant qu’il ne propose au salarié un éventuel reclassement dans l’entreprise, en revanche, l’article L. 122-32-5 du Code du travail ne prescrit pas que cet avis ne puisse être valablement recueilli alors que le contrat de travail est encore suspendu ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

2 / que c’est l’examen pratiqué par le médecin du Travail, prévu aux alinéas 1 et 3 de l’article R. 241-51 du Code du travail qui met fin à la période de suspension, et non, comme l’a énoncé à tort la cour d’appel, le second avis de reprise délivré par le médecin du Travail en application de l’article R.241-51-1 du même Code ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles R. 241-51 et R. 241-51-1 du Code du travail ;

3 / qu’en tout état de cause, l’avis des délégués du personnel n’a pas à revêtir une forme particulière ; que la cour d’appel a considéré à tort que l’attestation des délégués du personnel du 23 avril 1997 faisant état de consultations postérieures ne pouvait suppléer l’absence de procès-verbal postérieur au 4 mars 1996 ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé les articles L. 122-32-5 et L. 122-32-7 du Code du travail ;

Mais attendu que l’avis des délégués du personnel sur le reclassement du salarié prévu par l’article L. 122-32-5 du Code du travail doit être recueilli après que l’inaptitude du salarié a été constatée dans les conditions prévues à l’article R. 241-51-1 du Code du travail ; que la cour d’appel, qui a relevé que l’avis des délégués du personnel avait été recueilli alors que le salarié n’avait fait l’objet que du premier des deux examens médicaux exigés par l’article R. 241-51-1 du Code du travail, a, abstraction faite du motif erroné mais surabondant critiqué par le deuxième branche du moyen, légalement justifié sa décision en retenant que les délégués du personnel n’avaient pas été consultés conformément aux prévisions de l’article L. 122-32-5 du Code du travail, de sorte que la question de la forme de l’avis ne se posait pas ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 novembre 2006, N° de pourvoi : 04-48.672.

L’achèvement d’un chantier constitue une cause de licenciement si le contrat a été conclu pour la durée de ce chantier peu important qu’une durée estimée de ce chantier ait été mentionnée dans le contrat et que cette durée ait été dépassée.

Présidentielle 2012 : la liste officielle des candidats

Le journal officiel du 20 mars 2012 vient de publier la décision du Conseil constitutionnel du 19 mars 2012 arrêtant la liste des candidats à l’élection présidentielle.
Il résulte de cette décision (...)

Le professionnel de la vente doit savoir convertir un prix négocié en francs en euros.

Dans une décision rendue le 4 juillet 2007, la 3ème Chambre civile de la Cour de cassation, après avoir visé l’article 1110 du Code civil, vient d’affirmer qu’il entre dans la compétence d’un marchand (...)

3 affaires surprenantes qui se terminent devant la justice

C’est vendredi et pour cette fin de semaine vous avez gagné le droit de vous détendre. Je viens de sélectionner pour vous une série de procès avec des faits absolument étonnants qui devraient vous (...)

Le Code des baux.

Lexis Nexis vient d’annoncer la mise en vente de la version 2009-2010 de son Code des baux.
Ce code reprend les textes relatifs aux baux d’habitation (baux du Code civil, loi de 1948, loi de 1986 (...)

L’allocation temporaire d’attente.

Le journal officiel n° 264 du 15 novembre 2006 vient de publier le décret n° 2006-1380 du 13 novembre 2006 relatif à l’allocation temporaire d’attente et modifiant le code du travail et le code de (...)

Rupture du contrat d’apprentissage pendant les 2 premiers mois

Dans un arrêt en date du 30 septembre 2009, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que la résiliation unilatérale du contrat d’apprentissage par l’une ou l’autre des parties (...)

Cour de Cassation, Assemblée plénière, 14 juin 1985, Pourvoi n° : 84-60.528

Si, dans une entreprise comptant moins de cinquante salariés, chaque syndicat représentatif peut désigner un délégué du personnel comme délégué syndical, il n’en va pas de même dans un établissement de moins de cinquante salariés, qui dépend d’une entreprise dont l’effectif global est au moins égal à ce chiffre.

Certificat de travail : les mentions obligatoires relatives au DIF

Il va falloir faire attention à la rédaction du certificat de travail puisque le décret n° 2010-64 du 18 janvier 2010 relatif à la mention des droits acquis au titre du droit individuel à la formation (...)

Sortie du Lamy Social 2010

Les éditions Lamy viennent de publier le Lamy Social 2010, ouvrage bien connu des praticiens du droit et plus particulièrement de ceux qui s’adonnent aux joies du droit du travail et du droit de la (...)

Répondre à cet article