David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : 04-41.008

mercredi 27 octobre 2004

Une cour d’appel qui constate qu’un salarié a fait l’objet d’un retrait sans motif de son téléphone portable à usage professionnel, de l’instauration d’une obligation nouvelle et sans justification de se présenter tous les matins au bureau de sa supérieure hiérarchique, de l’attribution de tâches sans rapport avec ses fonctions, faits générateurs d’un état dépressif médicalement constaté nécessitant des arrêts de travail, a, par une appréciation souveraine, estimé que la conjonction et la répétition de ces faits constituaient un harcèlement moral.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Attendu que Mme *** a été engagée par la société *** le 2 novembre 2000 par contrat à durée déterminée en qualité d’animatrice de magasin ; que son contrat de travail a été renouvelé le 31 janvier 2001 pour une durée de onze mois ; que la salariée a saisi la juridiction prud’homale de demandes en requalification de son contrat de travail en contrat à durée indéterminée et en paiement de diverses indemnités notamment pour harcèlement moral ;

Attendu que la société *** fait grief à l’arrêt attaqué (Rennes, 27 novembre 2003) d’avoir retenu l’existence d’un harcèlement moral, alors, selon le moyen :

1 / qu’il résulte des propres constatations de l’arrêt attaqué que les attestations de cinq salariés de la société relatant avoir été victimes de harcèlement moral "n’apportent aucun éclairage sur la façon dont Mme *** se comportait à l’égard de Mme ***" ; que dès lors, en relevant que "ces divers éléments établissent qu’il a été porté atteinte, par leur conjonction et leur répétition, à la dignité et à la santé psychique de Mme ***", pour dire que la salariée a été victime de harcèlement moral, la cour d’appel s’est manifestement contredite en violation de l’article 455 du nouveau Code de procédure civile ;

2 / que nul ne peut se constituer de preuve à lui-même ; que la société *** faisait observer que le certificat médical en date du 25 septembre 2001 ainsi que les arrêts de travail versés aux débats par la salariée n’étaient pas susceptibles de justifier de l’origine professionnelle de la dépression subie, dont il n’avait d’ailleurs pas été fait état auprès ni de la médecine du travail ni de l’entreprise, dans la mesure où le docteur ***, auteur du certificat médical, n’avait fait sur ce point que reprendre les propres déclarations de la salariée ; qu’en se fondant sur ces pièces pour retenir que la dépression avait une origine professionnelle et en déduire que la salariée avait été victime de harcèlement moral, sans rechercher comme y était pourtant invitée si l’auteur du certificat médical ne s’était pas borné à reproduire les déclarations de la salariée quant à l’origine de sa dépression, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1315 du Code civil ;

3 / que la société *** contestait fermement tant le contenu des attestations versées aux débats que le fait qu’elle ait confié à la salariée des tâches bien inférieures à ses compétences ainsi que le fait que la salariée ait été victime d’attaques humiliantes dégradantes et récurrentes ; qu’en affirmant que la société ne contestait pas les faits dénoncés par la salariée, la cour d’appel a ainsi dénaturé les conclusions d’appel de l’exposante en violation des articles 4 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu que la cour d’appel, qui sans se contredire, a constaté que la salariée avait fait l’objet d’un retrait sans motif de son téléphone portable à usage professionnel , de l’instauration d’une obligation nouvelle et sans justification de se présenter tous les matins au bureau de sa supérieure hiérarchique, de l’attribution de tâches sans rapport avec ses fonctions, faits générateurs d’un état dépressif médicalement constaté nécessitant des arrêts de travail, a, par une appréciation souveraine, estimé que la conjonction et la répétition de ces faits constituaient un harcèlement moral ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Regard sur l’avis de l’Académie des technologies concernant la brevetabilité des inventions mises en oeuvre par ordinateur

L’avis du 18 juillet 2001 de l’Académie des technologies concernant la brevetabilité des inventions mises en oeuvre par ordinateur se prononce en faveur de l’extension du droit des brevets aux programmes d’ordinateur. Pourtant, malgré cette conclusion, l’étude du contenu de l’avis permet de prendre en considération les conditions de la brevetabilité ainsi la portée du brevet, éléments susceptibles de vider de toute substance la notion de brevetabilité.

Publication du Dictionnaire Fiscal 2010

Le groupe Revue Fiduciaire vient de publier la 25ème édition du Dictionnaire Fiscal. Cet ouvrage concerne la fiscalité de l’entreprise, la fiscalité du particulier et du patrimoine, ainsi que les (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 9 juillet 2008, N° de pourvoi : 07-41.845.

Après annulation d’un licenciement pour violation des dispositions des alinéas 1 et 5 de l’article L. 122-45, devenus les articles L. 1132-1 et L. 1132-4 du code du travail, l’obligation de réintégration résultant de la poursuite alors ordonnée du contrat de travail ne s’étend pas au groupe auquel appartient l’employeur.

Vers l’interdiction des téléphones choqueurs

Le téléphone choqueur est un type d’armes à impulsion électrique qui a l’apparence d’un téléphone mobile. Selon Le Figaro la prolifération de ce produit, qu’il est possible d’acheter pour un montant de 50 (...)

Contenu et analyse du jugement qui condamne Brice Hortefeux pour injure raciale non publique

Maître Eolas vient de commenter et de mettre en ligne le jugement rendu par le TGI de Paris le 4 juin 2010 qui porte condamnation de Brice Hortefeux pour injure raciale non (...)

Dépôt : précision sur la charge de la preuve concernant le caractère identique des choses déposées et des choses restituées

Dans un arrêt un peu ancien puisqu’en date du 26 septembre 2012 mais qui conserve un intérêt la première chambre civile de la cour de cassation a affirmé, après avoir visé les articles 1315, 1927, 1932 (...)

Henri Guaino prend la défense d’Eric Woerth

Comme d’autres avant lui, le conseiller spécial de l’élysée Henri Guaino prend la défense du ministre du travail Eric Woerth.

Cour de cassation, Chambre commerciale, 20 mai 2003, Pourvoi n° 99-17.092

La responsabilité personnelle d’un dirigeant à l’égard des tiers ne peut être retenue que s’il a commis une faute séparable de ses fonctions, il en est ainsi lorsque le dirigeant commet intentionnellement une faute d’une particulière gravité incompatible avec l’exercice normal des fonctions sociales, constitue une telle faute le fait de tromper volontairement une société sur la solvabilité de la société que le dirigeant dirige, ce qui lui a permis de bénéficier de livraisons que sans de telles manoeuvres il n’aurait pu obtenir.

La désignation d’un délégué syndical au sein d’une unité économique et sociale.

Dans un arrêt en date du 16 avril 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation a estimé que lorsqu’une organisation syndicale désigne un délégué syndical au sein d’une unité économique et sociale (...)

Les missions du comité consultatif des réseaux d’observations météorologiques

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 10 février 2010 relatif au comité consultatif des réseaux d’observations météorologiques.
Le comité consultatif des réseaux d’observations météorologiques (...)

Répondre à cet article