David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : 04-41.008

mercredi 27 octobre 2004

Une cour d’appel qui constate qu’un salarié a fait l’objet d’un retrait sans motif de son téléphone portable à usage professionnel, de l’instauration d’une obligation nouvelle et sans justification de se présenter tous les matins au bureau de sa supérieure hiérarchique, de l’attribution de tâches sans rapport avec ses fonctions, faits générateurs d’un état dépressif médicalement constaté nécessitant des arrêts de travail, a, par une appréciation souveraine, estimé que la conjonction et la répétition de ces faits constituaient un harcèlement moral.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Attendu que Mme *** a été engagée par la société *** le 2 novembre 2000 par contrat à durée déterminée en qualité d’animatrice de magasin ; que son contrat de travail a été renouvelé le 31 janvier 2001 pour une durée de onze mois ; que la salariée a saisi la juridiction prud’homale de demandes en requalification de son contrat de travail en contrat à durée indéterminée et en paiement de diverses indemnités notamment pour harcèlement moral ;

Attendu que la société *** fait grief à l’arrêt attaqué (Rennes, 27 novembre 2003) d’avoir retenu l’existence d’un harcèlement moral, alors, selon le moyen :

1 / qu’il résulte des propres constatations de l’arrêt attaqué que les attestations de cinq salariés de la société relatant avoir été victimes de harcèlement moral "n’apportent aucun éclairage sur la façon dont Mme *** se comportait à l’égard de Mme ***" ; que dès lors, en relevant que "ces divers éléments établissent qu’il a été porté atteinte, par leur conjonction et leur répétition, à la dignité et à la santé psychique de Mme ***", pour dire que la salariée a été victime de harcèlement moral, la cour d’appel s’est manifestement contredite en violation de l’article 455 du nouveau Code de procédure civile ;

2 / que nul ne peut se constituer de preuve à lui-même ; que la société *** faisait observer que le certificat médical en date du 25 septembre 2001 ainsi que les arrêts de travail versés aux débats par la salariée n’étaient pas susceptibles de justifier de l’origine professionnelle de la dépression subie, dont il n’avait d’ailleurs pas été fait état auprès ni de la médecine du travail ni de l’entreprise, dans la mesure où le docteur ***, auteur du certificat médical, n’avait fait sur ce point que reprendre les propres déclarations de la salariée ; qu’en se fondant sur ces pièces pour retenir que la dépression avait une origine professionnelle et en déduire que la salariée avait été victime de harcèlement moral, sans rechercher comme y était pourtant invitée si l’auteur du certificat médical ne s’était pas borné à reproduire les déclarations de la salariée quant à l’origine de sa dépression, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1315 du Code civil ;

3 / que la société *** contestait fermement tant le contenu des attestations versées aux débats que le fait qu’elle ait confié à la salariée des tâches bien inférieures à ses compétences ainsi que le fait que la salariée ait été victime d’attaques humiliantes dégradantes et récurrentes ; qu’en affirmant que la société ne contestait pas les faits dénoncés par la salariée, la cour d’appel a ainsi dénaturé les conclusions d’appel de l’exposante en violation des articles 4 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu que la cour d’appel, qui sans se contredire, a constaté que la salariée avait fait l’objet d’un retrait sans motif de son téléphone portable à usage professionnel , de l’instauration d’une obligation nouvelle et sans justification de se présenter tous les matins au bureau de sa supérieure hiérarchique, de l’attribution de tâches sans rapport avec ses fonctions, faits générateurs d’un état dépressif médicalement constaté nécessitant des arrêts de travail, a, par une appréciation souveraine, estimé que la conjonction et la répétition de ces faits constituaient un harcèlement moral ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Le conseiller commercial ne peut être rémunéré en dessous du smic

Dans un arrêt en date du 14 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que sauf dans les cas où la loi en dispose autrement et quel que soit le mode de rémunération pratiqué, un salarié a (...)

Nathalie Kosciusko Morizet Explications Grand Emprunt Numérique (vidéo)

Dans cette vidéo, la secrétaire d’Etat au Numérique : Nathalie Kosciusko-Morizet s’exprime sur le grand emprunt, le droit à l’oubli et la neutralité de l’internet.

Le commissaire aux comptes et la norme d’exercice professionnel relative aux demandes de confirmation des tiers.

Le journal officiel n° 302 du 30 décembre 2006 a publié un arrêté du 22 décembre 2006 portant homologation de la norme d’exercice professionnel relative aux demandes de confirmation des tiers.
Ce texte (...)

Vers des jurys populaires pour juger les délits

Alors que la droite a déjà voulue supprimer le jury populaire des cours d’assises, du moins pour celle qui sont compétentes en première instance pour les crimes, c’est aujourd’hui une tendance toute (...)

Ouverture imminente du site de l’Autorité de la Concurrence.

La loi de modernisation de l´économie du 4 août 2008 et l’ordonnance de modernisation de la régulation de la concurrence du 13 novembre 2008 ont transformées le Conseil de la concurrence en une (...)

Inaptitude : La Cour de cassation apporte des précisions sur le reclassement à l’intérieur d’un groupe et sur l’indemnité spéciale (Soc., 25 mars 2009, N° 07-41.708)

Lorsqu’une Cour d’appel constate l’existence de sociétés ayant un papier à en-tête identique, les mêmes coordonnées et le même numéro de téléphone et leur siège social au même endroit, et retient également les conditions d’une réunion ayant eu pour objet d’examiner les possibilités de reclassement du salarié au sein de plusieurs sociétés ; elle peut en déduire la possibilité de permutation du personnel au sein de ce groupe.

L’indemnité spéciale de licenciement prévue par l’article L. 1226-14 du code du travail est sauf dispositions conventionnelles plus favorables, égale au double de l’indemnité légale prévue par l’article L. 1234-9 de ce code.

Smic Montant 1 janvier 2012

En application du décret n° 2011-1926 du 22 décembre 2011 portant relèvement du salaire minimum de croissance le montant du smic est modifié à partir du 1er janvier 2012.
En effet à compter de cette (...)

Cour de cassation, Chambre civile 2, 11 septembre 2008, N° de pourvoi : 07-15.842.

Aux termes de l’article L. 222-2 du code rural alors applicable, "les associations communales ou intercommunales de chasse agréées ont pour but de favoriser sur leur territoire le développement du gibier et la destruction des animaux nuisibles, la répression du braconnage, l’éducation cynégétique de leurs membres dans le respect des propriétés et des récoltes, et, en général, d’assurer une meilleure organisation technique de la chasse pour permettre aux chasseurs un meilleur exercice de ce sport" ; il en résulte que les associations de chasse n’ont pas pour mission d’organiser, de diriger et de contrôler l’activité de leurs membres et n’ont donc pas à répondre de ceux-ci.

La réforme de la politique de la ville va attendre

Alors que le Conseil national des villes vient d’être mis en place, le Premier ministre François Fillon a déclaré que la réforme de la politique de la ville ne va pas intervenir avant (...)

Lors de la vente le notaire doit vérifier les déclarations relatives aux assurances.

Le notaire, en tant que rédacteur de l’acte, est tenu de prendre toutes dispositions utiles pour en assurer l’efficacité, notamment en ce qui concerne la protection des parties à l’acte ; il s’ensuit que, chargé de dresser un acte de vente et tenu de faire mention, dans le corps de l’acte ou en annexe, de l’existence des assurances, le notaire a l’obligation de vérifier l’exactitude des déclarations du vendeur faisant état de la souscription effective de ces contrats.

Répondre à cet article