David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : 04-41.008

mercredi 27 octobre 2004

Une cour d’appel qui constate qu’un salarié a fait l’objet d’un retrait sans motif de son téléphone portable à usage professionnel, de l’instauration d’une obligation nouvelle et sans justification de se présenter tous les matins au bureau de sa supérieure hiérarchique, de l’attribution de tâches sans rapport avec ses fonctions, faits générateurs d’un état dépressif médicalement constaté nécessitant des arrêts de travail, a, par une appréciation souveraine, estimé que la conjonction et la répétition de ces faits constituaient un harcèlement moral.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Attendu que Mme *** a été engagée par la société *** le 2 novembre 2000 par contrat à durée déterminée en qualité d’animatrice de magasin ; que son contrat de travail a été renouvelé le 31 janvier 2001 pour une durée de onze mois ; que la salariée a saisi la juridiction prud’homale de demandes en requalification de son contrat de travail en contrat à durée indéterminée et en paiement de diverses indemnités notamment pour harcèlement moral ;

Attendu que la société *** fait grief à l’arrêt attaqué (Rennes, 27 novembre 2003) d’avoir retenu l’existence d’un harcèlement moral, alors, selon le moyen :

1 / qu’il résulte des propres constatations de l’arrêt attaqué que les attestations de cinq salariés de la société relatant avoir été victimes de harcèlement moral "n’apportent aucun éclairage sur la façon dont Mme *** se comportait à l’égard de Mme ***" ; que dès lors, en relevant que "ces divers éléments établissent qu’il a été porté atteinte, par leur conjonction et leur répétition, à la dignité et à la santé psychique de Mme ***", pour dire que la salariée a été victime de harcèlement moral, la cour d’appel s’est manifestement contredite en violation de l’article 455 du nouveau Code de procédure civile ;

2 / que nul ne peut se constituer de preuve à lui-même ; que la société *** faisait observer que le certificat médical en date du 25 septembre 2001 ainsi que les arrêts de travail versés aux débats par la salariée n’étaient pas susceptibles de justifier de l’origine professionnelle de la dépression subie, dont il n’avait d’ailleurs pas été fait état auprès ni de la médecine du travail ni de l’entreprise, dans la mesure où le docteur ***, auteur du certificat médical, n’avait fait sur ce point que reprendre les propres déclarations de la salariée ; qu’en se fondant sur ces pièces pour retenir que la dépression avait une origine professionnelle et en déduire que la salariée avait été victime de harcèlement moral, sans rechercher comme y était pourtant invitée si l’auteur du certificat médical ne s’était pas borné à reproduire les déclarations de la salariée quant à l’origine de sa dépression, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1315 du Code civil ;

3 / que la société *** contestait fermement tant le contenu des attestations versées aux débats que le fait qu’elle ait confié à la salariée des tâches bien inférieures à ses compétences ainsi que le fait que la salariée ait été victime d’attaques humiliantes dégradantes et récurrentes ; qu’en affirmant que la société ne contestait pas les faits dénoncés par la salariée, la cour d’appel a ainsi dénaturé les conclusions d’appel de l’exposante en violation des articles 4 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu que la cour d’appel, qui sans se contredire, a constaté que la salariée avait fait l’objet d’un retrait sans motif de son téléphone portable à usage professionnel , de l’instauration d’une obligation nouvelle et sans justification de se présenter tous les matins au bureau de sa supérieure hiérarchique, de l’attribution de tâches sans rapport avec ses fonctions, faits générateurs d’un état dépressif médicalement constaté nécessitant des arrêts de travail, a, par une appréciation souveraine, estimé que la conjonction et la répétition de ces faits constituaient un harcèlement moral ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Précision sur l’indemnité mise à la charge du transporteur pour perte ou avarie en matière de transport international

Dans un arrêt en date du 12 mars 2013 la chambre commerciale de la cour de cassation a affirmé, après avoir visé les articles 23 et 25 de la Convention de Genève du 19 mai 1956 relative au contrat de (...)

La liste des établissements scolaires français à l’étranger

Un arrêté du 21 avril 2009 fixant la liste des établissements scolaires français à l’étranger vient d’être publié au journal officiel.
La liste intégrale des établissements scolaires français à l’étranger (...)

Avocats : extension d’un avenant concernant les salaires

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 3 février 2010 portant extension d’un avenant à la convention collective nationale du personnel des cabinets d’avocats (n° 1000).
En application de cet (...)

Indice des prix à la consommation pour septembre 2009

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice des prix à la consommation.
Selon celui-ci, à partir de janvier 1999, l’indice des prix à la consommation est publié en base 100 en (...)

Le Parlement Européen dément vouloir offrir des iPad aux députés

Jaume Duck, Directeur des médias du Parlement européen, vient de démentir l’information qui s’est rapidement répandue sur la toile selon laquelle les députés européens allaient tous recevoir des beaux (...)

Le site de Maître Daniel RAVEZ

Cet avocat au barreau de Paris a assuré la défense de la salariée embauchée par contrat nouvelles embauches et dont le contrat a été rompu par l’employeur pendant la période de consolidation, dossier (...)

Caisse nationale des caisses d’épargne et de prévoyance : précision sur les éléments à retenir pour déterminer si la rémunération n’est pas inférieure à la rémunération annuelle minimale

Dans un arrêt en date du 24 avril 2013 la chambre sociale de la cour de cassation vient d’estimer que selon l’article 2 de l’accord collectif national de la Caisse nationale des caisses d’épargne et (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 mars 2006, Pourvoi n° : 04-44.544

Les dispositions de l’article 641, alinéa 2, du nouveau Code de procédure civile, propres à la computation des délais de procédure, ne s’appliquent pas au calcul de la durée d’une période d’essai, laquelle, sauf disposition contraire, commence le jour même de la conclusions du contrat de travail ; ainsi une période d’essai d’un mois, renouvelée une fois pour une durée équivalente, ayant commencé à courir le 14 mai 2001 expire le 13 juillet 2001 à minuit.

Suppression Prime non contractualisée

Dans un arrêt en date du 16 mars 2011, la Cour de cassation vient d’estimer qu’un employeur peut supprimer une prime variable liée à une tâche annexe qui a disparu de la nouvelle affectation d’un (...)

Salaires : extension d’un avenant dans le secteur de la métallurgie et des industries connexes de la Sarthe

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 1er février 2010 portant extension d’un avenant à la convention collective de la métallurgie et des industries connexes de la Sarthe (n° 930).
Ce texte (...)

Répondre à cet article