David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, 04-46.664, 04-46.668 et 04-46.791.

mercredi 7 juin 2006

Dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire.

Constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits.

LA COUR, :

Vu leur connexité, joint les pourvois n° W 04-46.587, E 04-46.664, J 04-46.668 et T 04-46.791 ;

Sur le moyen unique :

Vu l’article L. 521-1 du code du travail et les articles L. 621-22, L. 621-62 et L. 621-78 du code de commerce ;

Attendu que MM. ..., ..., ..., ..., ... et ... , salariés de la société *** qui a été placée en redressement judiciaire par jugement rendu le 15 mai 2002 par le tribunal de commerce de Romans puis a bénéficié d’un plan de redressement par continuation par jugement rendu le 13 novembre 2002, ont participé à un mouvement de grève en janvier 2004 motivé par le retard répété de paiement de leurs salaires ; que soutenant qu’ils avaient été contraints de recourir à la grève en raison des manquements de leur employeur à ses obligations, ils ont saisi la juridiction prud’homale, statuant en la forme des référés, pour être indemnisés de la perte de salaires éprouvée par eux du fait des arrêts de travail ;

Attendu que pour débouter les salariés de leurs demandes, le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye a énoncé que si l’article L. 521-1du code du travail dispose que la grève ne rompt pas le contrat de travail, les salariés en grève ayant cessé d’exécuter la prestation de travail, l’employeur n’a pas à régler les salaires et les indemnités de déplacement dépourvues de toute contrepartie, quels que soient les motifs, même légitimes, ayant entraîné cette grève ;

Attendu cependant que dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire ;

Qu’en statuant comme il l’a fait, alors que constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits, le conseil de prud’hommes a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, en leur entier, les ordonnances de référé rendues le 15 juin 2004, entre les parties, par le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant lesdites ordonnances et, pour être fait droit, les renvoie devant le conseil de prud’hommes de Versailles (…).

A lire aussi :

Le refus d’une modification unilatérale du contrat de travail n’est pas fautif

N’est pas fautif le refus du salarié d’adhérer à la politique commerciale de l’entreprise lorsque ce refus trouve son origine dans une modification unilatérale de son contrat de travail, résultant d’une augmentation des objectifs à réaliser, susceptible d’avoir une répercussion sur la part variable de sa rémunération.

Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme : taux de la contribution 2013

Le journal officiel du 6 septembre 2012 vient de procéder à la publication de l’arrêté du 24 août 2012 fixant le taux de la contribution des assurés au Fonds de garantie des victimes des actes de (...)

Vers des modifications concernant le plan alerte enlèvement ?

Faut il étendre le plan alerte enlèvement ? Nicole Guedj pense que oui. L’ancienne ministre UMP aujourd’hui présidente de la Fondation Casques Rouges souhaite que Facebook diffuse cette alerte sur le (...)

L’indication précise du motif du contrat de travail à durée déterminée.

Il résulte de l’article L 1242-12 du Code du travail que le contrat de travail à durée déterminée établi par écrit doit comporter l’indication précise de son motif.
Il ne faut donc pas seulement indiquer (...)

Publication du Code de la Route 2011 Dalloz

Les éditions Dalloz viennent de publier la version 2011 de leur Code de la route.
Comme d’habitude chez Dalloz ce code comporte de précieux commentaires et une sélection de jurisprudence. Cette (...)

Diffamation sur Twitter : première jurisprudence

On parle beaucoup de décisions de justice concernant des propos tenus sur Facebook. En France cela porte notamment sur le droit du travail et sur des mesures relatives à des licenciements. Mais (...)

Les taux annuels de l’indemnité de sujétions spéciales attribuée aux directeurs d’école et aux directeurs d’établissement spécialisé.

Les taux annuels de l’indemnité de sujétions spéciales attribuée aux directeurs d’école et aux directeurs d’établissement spécialisé ont été fixés par un arrêté du 12 septembre 2008.
Selon ce texte, les (...)

L’indice des prix à la consommation en mai 2008.

Un avis relatif à l’indice des prix à la consommation a été publié au journal officiel n° 0137 du 13 juin 2008.
Il résulte de celui-ci qu’à partir de janvier 1999, l’indice des prix à la consommation est (...)

Prolongation Cotisations AGFF 2011

D’après les Echos, dans le cadre des discussions nécessaires pour parvenir à des nouveaux accords pour l’Agirc et l’Arrco, les partenaires sociaux devraient être amenés à décider de prolonger (...)

La Cour de cassation se prononce sur le devoir de conseil du notaire (Civ. 1, 14 mai 2009, N° 08-12.093)

Le notaire n’est pas déchargé de son devoir de conseil par les compétences personnelles de son client.

Répondre à cet article