David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, 04-46.664, 04-46.668 et 04-46.791.

mercredi 7 juin 2006

Dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire.

Constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits.

LA COUR, :

Vu leur connexité, joint les pourvois n° W 04-46.587, E 04-46.664, J 04-46.668 et T 04-46.791 ;

Sur le moyen unique :

Vu l’article L. 521-1 du code du travail et les articles L. 621-22, L. 621-62 et L. 621-78 du code de commerce ;

Attendu que MM. ..., ..., ..., ..., ... et ... , salariés de la société *** qui a été placée en redressement judiciaire par jugement rendu le 15 mai 2002 par le tribunal de commerce de Romans puis a bénéficié d’un plan de redressement par continuation par jugement rendu le 13 novembre 2002, ont participé à un mouvement de grève en janvier 2004 motivé par le retard répété de paiement de leurs salaires ; que soutenant qu’ils avaient été contraints de recourir à la grève en raison des manquements de leur employeur à ses obligations, ils ont saisi la juridiction prud’homale, statuant en la forme des référés, pour être indemnisés de la perte de salaires éprouvée par eux du fait des arrêts de travail ;

Attendu que pour débouter les salariés de leurs demandes, le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye a énoncé que si l’article L. 521-1du code du travail dispose que la grève ne rompt pas le contrat de travail, les salariés en grève ayant cessé d’exécuter la prestation de travail, l’employeur n’a pas à régler les salaires et les indemnités de déplacement dépourvues de toute contrepartie, quels que soient les motifs, même légitimes, ayant entraîné cette grève ;

Attendu cependant que dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire ;

Qu’en statuant comme il l’a fait, alors que constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits, le conseil de prud’hommes a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, en leur entier, les ordonnances de référé rendues le 15 juin 2004, entre les parties, par le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant lesdites ordonnances et, pour être fait droit, les renvoie devant le conseil de prud’hommes de Versailles (…).

A lire aussi :

Le rapport annuel 2008 de la CNIL est publié.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés vient de présenter son rapport annuel 2008.
Ce rapport revient notamment sur Edvige et sur la non publication de son avis sur l’Hadopi. (...)

Le rapport annuel d’activité de la Cour des comptes européenne

Le rapport annuel 2008 d’activité de la Cour des comptes européenne a été présenté le 07 mai 2009.
Ce rapport annuel 2008 peut être consulté en totalité sous la forme d’un fichier pdf accessible via le (...)

CDD sans terme précis et sans durée minimale = CDI.

C’est une décision sans surprise que vient de rendre ce 14 janvier 2009 la Chambre sociale de la Cour de cassation.
En effet, les contrats à durée déterminée doivent comporter certaines mentions (...)

La procédure d’inscription sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences ou de professeur des universités

L’arrêté du 29 août 2001 relatif à la procédure d’inscription sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences ou de professeur des universités vient d’être publié par le journal (...)

Attention aux arnaques des jobs d’été (vidéo)

Comme chaque été des jeunes risquent de se faire piéger par certains employeurs (pas de pauses, pas de contrat de travail...). Cette vidéo les incite à faire attention et à ne pas se laisser (...)

CTM-ONLINE - Service de consultation des marques.

OAMI-ONLINE, le serveur de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (marques, dessins et modèles) propose un service de consultation des marques communautaires particulièrement pratique, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 26 novembre 2003, Pourvoi n° : 01-44.263

Il résulte de la combinaison des articles L. 122-1, L. 122-1-1, 3°, L. 122-3-10 et D 121-2 du Code du travail, d’abord, que dans les secteurs d’activités définis par décret ou par voie de convention ou d’accord collectif étendu, certains des emplois en relevant peuvent être pourvus par des contrats de travail à durée déterminée lorsqu’il est d’usage constant de ne pas recourir à un contrat à durée indéterminée, en raison du caractère par nature temporaire de ces emplois, ensuite, que des contrats à durée déterminée successifs peuvent être conclus avec le même salarié, enfin, que l’office du juge, saisi d’une demande de requalification d’un contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée, est seulement de rechercher, par une appréciation souveraine, si, pour l’emploi concerné, et sauf si une convention collective prévoit en ce cas le recours au contrat à durée indéterminée, il est effectivement d’usage constant de ne pas recourir à un tel contrat ; que l’existence de l’ usage doit être vérifiée au niveau du secteur d’activité défini par l’article D 121-2 du Code du travail ou par une convention ou un accord collectif étendu.

Conseil National des Barreaux : vidéos de l’Assemblée générale Extraordinaire du 25 septembre 2009

Le Conseil National des Barreaux (CNB) a eu la bonne idée de mettre en ligne les vidéos relatives à son assemblée générale extraordinaire du 25 septembre 2009 et de permettre leur partage.
Vous pouvez (...)

L’homicide involontaire d’autrui ne peut être étendu au cas de l’enfant à naître

Dans une décision de l’Assemblée Plénière de la Cour de cassation en date du 29 juin 2001 l’auteur du pourvoi demandait à la Cour de cassation d’affirmer que le responsable d’un accident automobile dont (...)

Plan national pour le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables

Dans un communiqué, le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer annonce le lancement du plan national pour le développement des véhicules électriques et hybrides (...)

Répondre à cet article