David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, 04-46.664, 04-46.668 et 04-46.791.

mercredi 7 juin 2006

Dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire.

Constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits.

LA COUR, :

Vu leur connexité, joint les pourvois n° W 04-46.587, E 04-46.664, J 04-46.668 et T 04-46.791 ;

Sur le moyen unique :

Vu l’article L. 521-1 du code du travail et les articles L. 621-22, L. 621-62 et L. 621-78 du code de commerce ;

Attendu que MM. ..., ..., ..., ..., ... et ... , salariés de la société *** qui a été placée en redressement judiciaire par jugement rendu le 15 mai 2002 par le tribunal de commerce de Romans puis a bénéficié d’un plan de redressement par continuation par jugement rendu le 13 novembre 2002, ont participé à un mouvement de grève en janvier 2004 motivé par le retard répété de paiement de leurs salaires ; que soutenant qu’ils avaient été contraints de recourir à la grève en raison des manquements de leur employeur à ses obligations, ils ont saisi la juridiction prud’homale, statuant en la forme des référés, pour être indemnisés de la perte de salaires éprouvée par eux du fait des arrêts de travail ;

Attendu que pour débouter les salariés de leurs demandes, le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye a énoncé que si l’article L. 521-1du code du travail dispose que la grève ne rompt pas le contrat de travail, les salariés en grève ayant cessé d’exécuter la prestation de travail, l’employeur n’a pas à régler les salaires et les indemnités de déplacement dépourvues de toute contrepartie, quels que soient les motifs, même légitimes, ayant entraîné cette grève ;

Attendu cependant que dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire ;

Qu’en statuant comme il l’a fait, alors que constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits, le conseil de prud’hommes a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, en leur entier, les ordonnances de référé rendues le 15 juin 2004, entre les parties, par le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant lesdites ordonnances et, pour être fait droit, les renvoie devant le conseil de prud’hommes de Versailles (…).

A lire aussi :

La fin du contrat de travail

Voici un ouvrage qui concerne une partie pas toujours très heureuse du contrat de travail puisqu’il s’agit de la fin de ce contrat. C’est un moment difficile pour l’entreprise, et pour le salarié, où (...)

Signelec.com

Ce site spécialisé en matière de signature électronique recoupe le domaine de recherche relatif à la thèse du doctorant auteur du site.

Site Info EIRL (www.infoeirl.fr)

Ce site permet d’obtenir des informations concernant l’Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) : régime fiscal, régime social, création, responsabilité, (...)

Cour de cassation, Soc., 26 mars 2002, M. Q. P. c./ société Dachs trading international (DTI)

La finalité même de l’entretien préalable et les règles relatives à la notification du licenciement interdisent à l’employeur de donner mandat à une personne étrangère à l’entreprise pour procéder à cet entretien et notifier le licenciement

Marchés publics : appréciation de l’offre au regard du critère d’insertion professionnelle des publics en difficulté

Dans un arrêt en date du 25 mars 2013 le conseil d’Etat a estimé qu’il appartient au pouvoir adjudicateur de déterminer l’offre économiquement la plus avantageuse en se fondant sur des critères (...)

Une nouvelle grille tarifaire pour le 3949 de l’Assedic.

Le minefe vient d’annoncer dans un communiqué de presse qu’une nouvelle grille tarifaire sur le « 3949 » est effective au cours du mois d’avril 2009.
Le 3949 est le numéro de téléphone qui permet de (...)

Cour d’appel de Paris, 14è chambre, section A, 26 février 2003, RG : 2002/18153

Le principe à valeur constitutionnelle de la liberté d’expression implique que, conformément à son objet statutaire, une association peut, dans ses écrits ou sur son site internet, dénoncer sous la forme qu’elle estime appropriée au but poursuivi les atteintes à l’environnement et les risques causés à la santé humaine par certaines activités industrielles ; si cette liberté n’est pas absolue, elle ne peut néanmoins subir que les restrictions rendues nécessaires par les défenses des droits d’autrui.

Faute grave : la mise en oeuvre du licenciement doit intervenir rapidement

Dans un arrêt en date du 6 octobre 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que la faute grave étant celle qui rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise, la mise en oeuvre de la (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 29 avril 2003, N° de pourvoi : 01-41.364

Il résulte de la combinaison des articles L. 122-14 et D. 122-3 du Code du travail que la lettre de convocation à l’entretien préalable au licenciement doit mentionner la faculté pour le salarié, lorsqu’il n’y a pas d’institutions représentatives du personnel dans l’entreprise, de se faire assister par un conseiller de son choix, inscrit sur une liste dressée par le représentant de l’Etat dans le département et préciser l’adresse de l’Inspection du Travail et de la mairie où cette liste est tenue à la disposition des salariés ; l’omission d’une de ces adresses constitue une irrégularité de procédure.

RMI 2011 Nouveau Montant Officiel

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2011-230 du 1er mars 2011 portant revalorisation du montant forfaitaire du revenu de solidarité active et de l’allocation de revenu minimum (...)

Répondre à cet article