David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-46.587, 04-46.664, 04-46.668 et 04-46.791.

mercredi 7 juin 2006

Dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire.

Constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits.

LA COUR, :

Vu leur connexité, joint les pourvois n° W 04-46.587, E 04-46.664, J 04-46.668 et T 04-46.791 ;

Sur le moyen unique :

Vu l’article L. 521-1 du code du travail et les articles L. 621-22, L. 621-62 et L. 621-78 du code de commerce ;

Attendu que MM. ..., ..., ..., ..., ... et ... , salariés de la société *** qui a été placée en redressement judiciaire par jugement rendu le 15 mai 2002 par le tribunal de commerce de Romans puis a bénéficié d’un plan de redressement par continuation par jugement rendu le 13 novembre 2002, ont participé à un mouvement de grève en janvier 2004 motivé par le retard répété de paiement de leurs salaires ; que soutenant qu’ils avaient été contraints de recourir à la grève en raison des manquements de leur employeur à ses obligations, ils ont saisi la juridiction prud’homale, statuant en la forme des référés, pour être indemnisés de la perte de salaires éprouvée par eux du fait des arrêts de travail ;

Attendu que pour débouter les salariés de leurs demandes, le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye a énoncé que si l’article L. 521-1du code du travail dispose que la grève ne rompt pas le contrat de travail, les salariés en grève ayant cessé d’exécuter la prestation de travail, l’employeur n’a pas à régler les salaires et les indemnités de déplacement dépourvues de toute contrepartie, quels que soient les motifs, même légitimes, ayant entraîné cette grève ;

Attendu cependant que dans le cas où les salariés se trouvent dans une situation contraignante telle qu’ils sont obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs droits essentiels, directement lésés par un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations, celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une indemnité correspondant à la perte de leur salaire ;

Qu’en statuant comme il l’a fait, alors que constitue un manquement délibéré de l’employeur à ses obligations le retard dans le paiement des salaires lorsqu’il bénéficie d’un plan de redressement par continuation qui met fin à la période d’observation et fait recouvrir au débiteur la totalité de ses droits, le conseil de prud’hommes a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, en leur entier, les ordonnances de référé rendues le 15 juin 2004, entre les parties, par le conseil de prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant lesdites ordonnances et, pour être fait droit, les renvoie devant le conseil de prud’hommes de Versailles (…).

A lire aussi :

Comment connaître et défendre vos droits en 2011

Famille : Connaître et défendre vos droits est un livre publié par les éditions Prat. L’édition 2011 vient de sortir récemment. Ce livre aborde des questions qui peuvent intervenir dans la vie de toute (...)

Publication de l’indice des loyers des activités tertiaires du 2ème trimestre 2013

Le journal officiel vient de procéder à la publication de l’avis relatif à l’indice des loyers des activités tertiaires du deuxième trimestre de 2013.
Selon cet avis l’indice des loyers des activités (...)

Salaire : extension d’avenants pour les établissements d’entraînement de chevaux de courses au galop

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 6 avril 2010 portant extension d’avenants à la convention collective nationale de travail concernant les établissements d’entraînement de chevaux de (...)

Condition pour licencier un salarié pendant la période probatoire

La période probatoire ne doit pas être confondue avec une période d’essai. En effet la période probatoire s’applique lorsqu’un salarié change de poste. Pendant une certaine période s’il ne convient pas à (...)

Publication de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2010

Le journal officiel vient de publier la loi n° 2009-1646 du 24 décembre 2009 de financement de la sécurité sociale pour 2010.
Concernant cette loi, le journal officiel porte également publication (...)

Des mesures pour le pouvoir d’achat.

La loi n° 2008-111 du 8 février 2008 pour le pouvoir d’achat vient d’être publiée au journal officiel n°0034 du 9 février 2008.
Elle comporte plusieurs dispositions importantes, notamment en matière de (...)

Impartialité et composition de la Cour d’appel

Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue par un tribunal impartial ; il en résulte qu’une Cour d’appel ne peut statuer dans une composition où siége le magistrat qui a rendu l’ordonnance déférée, dès lors que le demandeur a soulevé dès l’ouverture des débats cette irrégularité.

Vidéo Ségolène Royal veut passer l’exécutif au Kärcher

Sur Public Sénat, Ségolène Royal estime qu’il faudrait nettoyer le système Sarkozy avec plusieurs Karcher.

Juriforum

Le site Juriline est devenu Juriforum. La plupart des données nécessitent de s’inscrire au préalable.

Cour de cassation, Soc., 28 février 2002, Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Grenoble c./ société Ascométal et autres

En vertu du contrat de travail le liant à son salarié, l’employeur est tenu envers celui-ci d’une obligation de sécurité de résultat, notamment en ce qui concerne les maladies professionnelles contractées par ce salarié du fait des produits fabriqués ou utilisés par l’entreprise ; que le manquement à cette obligation a le caractère d’une faute inexcusable, au sens de l’article L. 452-1 du Code de la sécurité sociale, lorsque l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié, et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour l’en préserver

Une société qui a ou aurait dû avoir conscience du danger lié à l’amiante et qui n’a pas pris les mesures nécessaires pour en préserver son salarié commet une faute inexcusable

Répondre à cet article