David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de prévoyance des marins c/ Groupe des assurances nationales

vendredi 7 février 1997

n° 93-17.292

La Cour,

Sur le moyen unique :

Vu les articles 29.1 et 30 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985, ensemble les articles 1 et 2 du décret modifié du 17 juin 1938 relatif à la réorganisation et à l’unification du régime d’assurance des marins ;

Attendu que les prestations versées par un organisme, établissement ou service gérant un régime obligatoire de sécurité sociale à la victime d’un dommage résultant d’une atteinte à la personne ouvrent droit à un recours de caractère subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur ; que sont obligatoirement affiliés à la Caisse générale de prévoyance des marins, dont l’objet est la couverture des risques d’accident, de maladie, de maternité, d’invalidité et de décès, les marins français dont les services donnent lieu à cotisations à la Caisse de retraites des marins ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Bastia, 6 juillet 1992) et les pièces de la procédure, qu’à la suite du décès d’Y. L., ouvrier mécanicien de la marine marchande, mortellement blessé le 3 août 1988 dans un accident de la circulation, la Caisse générale de prévoyance des marins a pris en charge les frais d’hospitalisation de la victime et versé une pension d’orphelin à son fils mineur ; qu’elle a demandé le remboursement de ces deux sommes à M. N., responsable de l’accident, et à son assureur, le Groupe des assurances nationales ;

Attendu que, pour débouter la Caisse générale de prévoyance des marins de ses demandes, l’arrêt retient que cette Caisse ne bénéficie pas d’action subrogatoire ;

Qu’en statuant ainsi, alors que la Caisse générale de prévoyance des marins gère un régime obligatoire de sécurité sociale et que toutes les prestations qu’elle verse, lorsqu’elles ont un lien direct avec le fait dommageable, ouvrent droit à un recours subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 6 juillet 1992, entre les parties, par la cour d’appel de Bastia ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

A lire aussi :

Michel ZUMKELLER dépose une proposition de loi sur la licence globale

Le 29 avril 2010 une proposition de loi du député Michel ZUMKELLER portant sur la création d’une licence globale à palier, visant à financer les droits d’auteur dans le cadre d’échanges de contenus (...)

Vers une modification de l’Hadopi ?

La très contestée pour ne pas dire détestée Hadopi pourrait connaitre des modifications. En effet, d’après Lionel Tardy, Nicolas Sarkozy aurait évoqué la loi Hadopi ce mercredi devant les députés UMP en (...)

Changement de lieu de travail : l’importance du secteur géographique

La Cour de cassation vient de rendre ce 25 octobre 2011 une décision relative au changement de lieu de travail.
Au cas d’espèce elle approuve le raisonnement d’une Cour d’appel qui, après avoir (...)

Nicolas Anelka : des terrains de foot aux tribunaux

Le Parisien vient de révéler que Nicolas Anelka attaque l’Equipe pour diffamation en raison de la une du quotidien qui lui avait prêté des mots particulièrement vulgaires prétendument tenus à (...)

Salon du jeune avocat le 16 octobre

La troisième édition de la Journée du Jeune Avocat va se dérouler le 16 octobre 2009 au Palais de Justice de Paris.
Outre des espaces de rencontre et d’exposition, quatre conférences sont prévues sur (...)

Cession de droits sociaux : la Cour de cassation précise qui peut fixer les critères pour déterminer la valeur des droits (Com., 5 mai 2009, N° 08-17.465)

Dans tous les cas où sont prévus la cession des droits sociaux d’un associé, ou le rachat de ceux-ci par la société, la valeur de ces droits est déterminée, en cas de contestation, par un expert désigné, soit par les parties, soit à défaut d’accord entre elles, par ordonnance du président du tribunal statuant en la forme des référés ; seul l’expert détermine les critères qu’il juge les plus appropriés pour fixer la valeur des droits, parmi lesquels peuvent figurer ceux prévus par les statuts.

Site Un Expert Conseil (www.unexpertconseil.com)

Un Expert Conseil est un site spécialisé dans l’assistance juridique en ligne. Ce site permet en conséquence de poser des questions juridiques et d’avoir des réponses par des professionnels du (...)

Copropriété et assemblée générale.

Dans une décision en date du 26 septembre 2007, La 3ème Chambre civile de la Cour de cassation a affirmé que les décisions du syndicat sont prises en assemblée générale des copropriétaires et que leur (...)

Indice de référence des loyers - 1er trimestre 2013

Le journal officiel du 14 avril 2013 vient de procéder à la publication de l’avis relatif à l’indice de référence des loyers du premier trimestre 2013.
Selon cet avis l’indice de référence des loyers (...)

Les modalités de diffusion sous forme numérique des avis rendus dans le cadre de la procédure de rétablissement personnel

L’arrêté du 22 mai 2009 relatif aux modalités de diffusion sous forme numérique des avis rendus dans le cadre de la procédure de rétablissement personnel vient d’être publié au journal officiel.
Ce (...)

Répondre à cet article