David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de prévoyance des marins c/ Groupe des assurances nationales

vendredi 7 février 1997

n° 93-17.292

La Cour,

Sur le moyen unique :

Vu les articles 29.1 et 30 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985, ensemble les articles 1 et 2 du décret modifié du 17 juin 1938 relatif à la réorganisation et à l’unification du régime d’assurance des marins ;

Attendu que les prestations versées par un organisme, établissement ou service gérant un régime obligatoire de sécurité sociale à la victime d’un dommage résultant d’une atteinte à la personne ouvrent droit à un recours de caractère subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur ; que sont obligatoirement affiliés à la Caisse générale de prévoyance des marins, dont l’objet est la couverture des risques d’accident, de maladie, de maternité, d’invalidité et de décès, les marins français dont les services donnent lieu à cotisations à la Caisse de retraites des marins ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Bastia, 6 juillet 1992) et les pièces de la procédure, qu’à la suite du décès d’Y. L., ouvrier mécanicien de la marine marchande, mortellement blessé le 3 août 1988 dans un accident de la circulation, la Caisse générale de prévoyance des marins a pris en charge les frais d’hospitalisation de la victime et versé une pension d’orphelin à son fils mineur ; qu’elle a demandé le remboursement de ces deux sommes à M. N., responsable de l’accident, et à son assureur, le Groupe des assurances nationales ;

Attendu que, pour débouter la Caisse générale de prévoyance des marins de ses demandes, l’arrêt retient que cette Caisse ne bénéficie pas d’action subrogatoire ;

Qu’en statuant ainsi, alors que la Caisse générale de prévoyance des marins gère un régime obligatoire de sécurité sociale et que toutes les prestations qu’elle verse, lorsqu’elles ont un lien direct avec le fait dommageable, ouvrent droit à un recours subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 6 juillet 1992, entre les parties, par la cour d’appel de Bastia ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

A lire aussi :

Sortie de l’ouvrage juridique : Droit pour non - juristes : la communication

Les éditions Dunod viennent de publier le livre "Droit pour non - juristes : la communication" rédigé par Carine Piccio.
Sous la forme d’un guide pratique, ce livre de droit aborde les sujets (...)

Indice des prix à la consommation août 2009

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice des prix à la consommation pour le mois d’août 2009.
Selon cet avis, l’indice mensuel des prix à la consommation de l’ensemble des (...)

Attestation Pôle Emploi pole-emploi.fr

On avait presque oublié qu’elle a changé de nom. En effet, pendant longtemps l’attestation Pôle Emploi a été dénommée Attestation Assedic. Elle doit obligatoirement être remise au salarié par l’employeur (...)

RSA Jeunes Conditions et modalités

C’est à partir du 1er septembre que le RSA Jeunes va entrer en vigueur. Cette nouvelle versiondu revenu de solidarité active concerne les jeunes de moins de 25 ans qui ont travaillé pendant au moins (...)

L’employeur s’oppose à l’exécution du préavis = il doit payer.

Dans un arrêt en date du 10 juin 2008, la Chambre sociale rappelle que si le préavis n’est pas exécuté du fait de l’employeur, celui-ci doit payer l’indemnité compensatrice de préavis (Cour de (...)

Cour de cassation, Assemblée plénière, 27 février 2009, N° de Pourvoi : 08-40.059.

Si celui qui emploie à la fois des fonctionnaires et agents de droit public et des agents de droit privé est fondé à justifier une différence de rémunération entre ces catégories de personnels dont la rémunération de base et certains éléments sont calculés, en fonction pour les premiers, de règles de droit public et, pour les seconds, de dispositions conventionnelles de droit privé, il en va autrement s’agissant d’un complément de rémunération fixé, par décision de l’employeur applicable à l’ensemble du personnel sur le critère de la fonction ou du poste de travail occupé.

L’Hadopi propose une série de fiches pour un usage responsable d’Internet

La très controversée Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet propose sur son site web toute une série de fiches destinées à promouvoir un usage responsable (...)

Publication du Code du travail 2011 Dalloz

Les éditions Dalloz viennent de procéder à la publication de l’édition 2011 de leur Code du travail.
Cet ouvrage indispensable pour ceux qui doivent connaitre le droit du travail (avocat, juriste (...)

Véhicule de fonction : circonstances dans lesquelles l’obligation de mise à disposition demeure malgré la suspension du contrat de travail

Dans un arrêt en date du 24 mars, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’un véhicule de fonction, dont le salarié conserve l’usage dans sa vie personnelle, ne peut, sauf stipulation contraire, être (...)

Les Google Car collectent vos mots de passe à votre insu

L’affaire des Google Car qui ont collecté des données privées via les réseaux Wi-Fi lors de l’établissement de la cartographie de Street View vient de connaître un nouveau rebondissement. En effet, (...)

Répondre à cet article