David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de prévoyance des marins c/ Groupe des assurances nationales

vendredi 7 février 1997

n° 93-17.292

La Cour,

Sur le moyen unique :

Vu les articles 29.1 et 30 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985, ensemble les articles 1 et 2 du décret modifié du 17 juin 1938 relatif à la réorganisation et à l’unification du régime d’assurance des marins ;

Attendu que les prestations versées par un organisme, établissement ou service gérant un régime obligatoire de sécurité sociale à la victime d’un dommage résultant d’une atteinte à la personne ouvrent droit à un recours de caractère subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur ; que sont obligatoirement affiliés à la Caisse générale de prévoyance des marins, dont l’objet est la couverture des risques d’accident, de maladie, de maternité, d’invalidité et de décès, les marins français dont les services donnent lieu à cotisations à la Caisse de retraites des marins ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Bastia, 6 juillet 1992) et les pièces de la procédure, qu’à la suite du décès d’Y. L., ouvrier mécanicien de la marine marchande, mortellement blessé le 3 août 1988 dans un accident de la circulation, la Caisse générale de prévoyance des marins a pris en charge les frais d’hospitalisation de la victime et versé une pension d’orphelin à son fils mineur ; qu’elle a demandé le remboursement de ces deux sommes à M. N., responsable de l’accident, et à son assureur, le Groupe des assurances nationales ;

Attendu que, pour débouter la Caisse générale de prévoyance des marins de ses demandes, l’arrêt retient que cette Caisse ne bénéficie pas d’action subrogatoire ;

Qu’en statuant ainsi, alors que la Caisse générale de prévoyance des marins gère un régime obligatoire de sécurité sociale et que toutes les prestations qu’elle verse, lorsqu’elles ont un lien direct avec le fait dommageable, ouvrent droit à un recours subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 6 juillet 1992, entre les parties, par la cour d’appel de Bastia ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

A lire aussi :

L’homologation de la norme d’exercice professionnel relative au caractère probant des éléments collectés.

Un arrêté du 19 juillet 2006 portant homologation de la norme d’exercice professionnel relative au caractère probant des éléments collectés vient d’être publié au journal officiel n° 176 du 1 août 2006. (...)

Convention de reclassement personnalisé : conséquence sur la transaction

Par un arrêt rendu le 31 mai 2011, la chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer, après avoir visé les articles L. 1233-16 et L. 1233-67 du code du travail et 2044 du code civil, ainsi (...)

Les sociétés de groupe d’assurance mutuelle sont des sociétés civiles... mais pas toujours (Com., 5 mai 2009, N° 08-17.599)

L’activité des sociétés de groupe d’assurance mutuelle étant de nature civile, de telles sociétés sont en principe des sociétés civiles ; cependant, lorsque l’objet statutaire comporte des opérations commerciales, dont il n’est pas prévu qu’elles ne soient effectuées qu’à titre accessoire de l’activité civile, la société a été constituée en société commerciale.

Vers une réforme du financement des entreprises d’insertion

Le député Thierry Carcenac a posé une question au secrétaire d’État chargé de l’emploi sur l’aide au poste accordée aux entreprises d’insertion (Question N° : 74411, JO 23/03/2010 page : 3243).
En effet, (...)

Blog Badinter (santeria.over-blog.com)

Ce blog est relatif à la loi Badinter et à l’indemnisation du préjudice corporel.
Un blog utile pour mieux comprendre l’application de cette loi complexe relative aux accidents de la (...)

L’euro et le dédommagement des commerçants de proximité et des artisans

Une proposition de loi visant à dédommager les commerçants de proximité et artisans pour la mission qui leur a été confiée d’introduction et de diffusion auprès du public des pièces et billets en euro a (...)

L’abonnement téléphonique et les rapports entre le bailleur et le locataire.

Dans un arrêt en date du 29 octobre 2008, la Cour de cassation vient de casser l’arrêt d’une cour d’appel qui avait estimé que le coût des abonnements de postes de téléphone situés dans les loges des (...)

Lorsque le retrait d’un badge s’analyse en un licenciement oral

La Cour de cassation vient de rendre ce 13 juillet 2010 un arrêt intéressant en matière de licenciement. En effet, dans cette décision elle approuve le raisonnement d’une Cour d’appel qui avait retenu (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 18 octobre 2006, N° de Pourvoi : 04-48.612.

Selon l’article 1135 du code civil, les conventions obligent non seulement à ce qui y est exprimé, mais encore à toutes les suites que l’équité, l’usage ou la loi donnent à l’obligation d’après sa nature ; dès lors l’employeur, investi par la loi du pouvoir de direction et de contrôle des salariés placés sous sa subordination juridique, est tenu de garantir ceux-ci à raison des actes ou faits qu’ils passent ou accomplissent en exécution du contrat de travail.

Une cour d’appel qui refuse à un salarié de faire droit à sa demande d’allocation de dommages-intérêts comprenant le remboursement des frais qu’il avait engagé pour une procédure pénale consécutive à une plainte en faux en écritures déposée par un client auquel la compagnie avait refusé la prise en charge d’un sinistre, procédure pénale au cours de laquelle le salarié a bénéficié d’une décision de non-lieu, viole l’article 1135 du code civil et L. 121-1 du code du travail.

Vers une prochaine disparition du délit d’offense aux chefs d’Etat étrangers ?

Les jours du délit d’offense aux chefs d’Etat étrangers, dont les éléments constitutifs sont prévus par l’article 36 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 semblent être comptés. (...)

Répondre à cet article