David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de prévoyance des marins c/ Groupe des assurances nationales

vendredi 7 février 1997

n° 93-17.292

La Cour,

Sur le moyen unique :

Vu les articles 29.1 et 30 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985, ensemble les articles 1 et 2 du décret modifié du 17 juin 1938 relatif à la réorganisation et à l’unification du régime d’assurance des marins ;

Attendu que les prestations versées par un organisme, établissement ou service gérant un régime obligatoire de sécurité sociale à la victime d’un dommage résultant d’une atteinte à la personne ouvrent droit à un recours de caractère subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur ; que sont obligatoirement affiliés à la Caisse générale de prévoyance des marins, dont l’objet est la couverture des risques d’accident, de maladie, de maternité, d’invalidité et de décès, les marins français dont les services donnent lieu à cotisations à la Caisse de retraites des marins ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Bastia, 6 juillet 1992) et les pièces de la procédure, qu’à la suite du décès d’Y. L., ouvrier mécanicien de la marine marchande, mortellement blessé le 3 août 1988 dans un accident de la circulation, la Caisse générale de prévoyance des marins a pris en charge les frais d’hospitalisation de la victime et versé une pension d’orphelin à son fils mineur ; qu’elle a demandé le remboursement de ces deux sommes à M. N., responsable de l’accident, et à son assureur, le Groupe des assurances nationales ;

Attendu que, pour débouter la Caisse générale de prévoyance des marins de ses demandes, l’arrêt retient que cette Caisse ne bénéficie pas d’action subrogatoire ;

Qu’en statuant ainsi, alors que la Caisse générale de prévoyance des marins gère un régime obligatoire de sécurité sociale et que toutes les prestations qu’elle verse, lorsqu’elles ont un lien direct avec le fait dommageable, ouvrent droit à un recours subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 6 juillet 1992, entre les parties, par la cour d’appel de Bastia ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

A lire aussi :

Mise en ligne du rapport d’activité du Conseil de la concurrence pour l’année 2000

Le rapport d’activité du conseil la concurrence pour l’année 2000 est consultable en ligne.
Adoptant une nouvelle présentation, ce rapport est divisé en cinq parties.
La première partie du rapport (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 26 septembre 2006, N° de pourvoi : 05-43.841.

Résumé : La rupture d’un contrat de travail se situe à la date où l’employeur a manifesté sa volonté d’y mettre fin, c’est-à-dire au jour de l’envoi de la lettre recommandée avec demande d’avis de réception (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 12 juillet 2006, N° de pourvoi : 04-41.075.

Le fait pour un salarié de porter à la connaissance du procureur de la République des agissements dont les résidents d’un établissement pour soins, au sein duquel il occupe un emploi de moniteur-éducateur, auraient été les victimes et qui, s’ils étaient établis, seraient de nature à caractériser des infractions pénales, ne constitue pas une faute.

La faute grave du salarié ne le prive pas de la contrepartie financière liée à une clause de non concurrence.

Et l’on reparle de la clause de non concurrence et de la contrepartie financière).
En effet, dans un arrêt en date du 04 juin 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer qu’il (...)

Prise acte rupture du contrat Visite médicale

Dans un arrêt en date du 6 octobre 2010, la Cour de cassation vient d’approuver le raisonnement d’une Cour d’appel qui avait estimé que la prise d’acte par une salariée de la rupture de son contrat de (...)

Augmentation Salaire 2011 Participation

Alors que la plupart des salaires stagnent tandis que l’inflation augmente, le Gouvernement tente de réagir. En effet le ministre du travail Xavier Bertrand vient d’indiquer qu’il pourrait être (...)

L’index national bâtiment « tous corps d’état » pour le mois de mars 2008.

Un avis relatif à l’index national bâtiment « tous corps d’état » (symbole BT 01) vient d’être publié au journal officiel n° 0155 du 4 juillet 2008.
Il résulte de cet avis que l’index national bâtiment « (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 16 mai 2006, N° de pourvoi : 04-18.185.

L’appréhension par l’autorité de police ou de justice d’un objet volé, classé au titre des monuments historiques, n’en fait pas perdre la possession par l’acquéreur de bonne foi qui a droit au remboursement de son prix d’acquisition.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 23 novembre 2005, Pourvoi n° : 04-46.152

Les juges du fond apprécient souverainement l’existence d’un harcèlement moral.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 24 septembre 2008, N° de Pourvoi : 06-46.517.

Caractérise un harcèlement sexuel constitutif d’une faute grave la Cour d’appel qui retient qu’un cadre, a eu un comportement, dénoncé par sa subordonnée mineure, consistant à tenter de l’embrasser contre son gré sur le lieu du travail, à l’emmener à son domicile en renouvelant à cette occasion des avances de nature sexuelle, et à l’appeler fréquemment par téléphone en dénigrant la relation affectueuse que celle-ci entretenait avec un tiers, provoquant par ces agissements angoisse et même dépression.

Répondre à cet article