David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 07 février 1997, Caisse générale de prévoyance des marins c/ Groupe des assurances nationales

vendredi 7 février 1997

n° 93-17.292

La Cour,

Sur le moyen unique :

Vu les articles 29.1 et 30 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985, ensemble les articles 1 et 2 du décret modifié du 17 juin 1938 relatif à la réorganisation et à l’unification du régime d’assurance des marins ;

Attendu que les prestations versées par un organisme, établissement ou service gérant un régime obligatoire de sécurité sociale à la victime d’un dommage résultant d’une atteinte à la personne ouvrent droit à un recours de caractère subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur ; que sont obligatoirement affiliés à la Caisse générale de prévoyance des marins, dont l’objet est la couverture des risques d’accident, de maladie, de maternité, d’invalidité et de décès, les marins français dont les services donnent lieu à cotisations à la Caisse de retraites des marins ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Bastia, 6 juillet 1992) et les pièces de la procédure, qu’à la suite du décès d’Y. L., ouvrier mécanicien de la marine marchande, mortellement blessé le 3 août 1988 dans un accident de la circulation, la Caisse générale de prévoyance des marins a pris en charge les frais d’hospitalisation de la victime et versé une pension d’orphelin à son fils mineur ; qu’elle a demandé le remboursement de ces deux sommes à M. N., responsable de l’accident, et à son assureur, le Groupe des assurances nationales ;

Attendu que, pour débouter la Caisse générale de prévoyance des marins de ses demandes, l’arrêt retient que cette Caisse ne bénéficie pas d’action subrogatoire ;

Qu’en statuant ainsi, alors que la Caisse générale de prévoyance des marins gère un régime obligatoire de sécurité sociale et que toutes les prestations qu’elle verse, lorsqu’elles ont un lien direct avec le fait dommageable, ouvrent droit à un recours subrogatoire contre la personne tenue à réparation ou son assureur, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 6 juillet 1992, entre les parties, par la cour d’appel de Bastia ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

A lire aussi :

Le montant du droit de scolarité dans les instituts universitaires de formation des maîtres pour 2009 - 2010

Le taux du droit de scolarité dans les instituts universitaires de formation des maîtres vient d’être fixé par un arrêté du 30 juillet 2009.
Selon ce texte, le taux du droit annuel de scolarité (...)

Régime de prévoyance : extension d’un accord pour les salariés agricoles non cadres de la production agricole de la Haute-Savoie

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 11 mars 2010 portant extension d’un accord départemental sur la mise en place d’un régime de prévoyance des salariés agricoles non cadres de la production (...)

Rigueur financière : l’Etat balance un million d’euros pour rien

D’après Nouvelobs.com, le ministère de l’Intérieur verserait chaque année un million d’euros au titre du loyer d’un immeuble en Seine et Marne, immeuble dont la particularité est d’être... inoccupé. (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 09 février 2001, M. P. c/ Association du Club des sports de Rimberlieu et a.

n° 99-17.642.
LA COUR,
Sur le moyen unique, pris en sa première branche :
Vu l’article 4 de la loi du 1er juillet 1901 ;
Attendu que tout membre d’une association qui n’est pas formée pour un (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 17 décembre 2008, N° de pourvoi : 07-43.974.

L’externalisation des tâches par recours à une entreprise extérieure constitue une suppression de poste.

A défaut d’emplois relevant de la même catégorie que celui qu’occupe le salarié, l’employeur doit lui proposer les postes disponibles de catégorie inférieure.

Réforme des retraites Contenu Saisine Conseil Constitutionnel

C’est aujourd’hui que les députés du parti socialiste doivent saisir le Conseil constitutionnel d’un recours contre la loi portant réforme des retraites.
D’après 20minutes.fr, qui se fait l’écho de (...)

Redevance Télé 2011 : application smartphone ordinateur

La contribution à l’audiovisuel public (ancienne redevance télé) pourrait être étendue à d’autres types de récepteurs que les téléviseurs. En effet, selon le blog Contes Publics, des sénateurs devraient (...)

net-entreprises.fr déclaration unique d’embauche Internet 2010

Le site net-entreprises.fr permet aux employeurs de procéder rapidement et facilement à une déclaration unique d’embauche (DUE) en ligne via internet.
A l’exception des particuliers, les employeurs (...)

Cession d’entreprise et prescription des faits fautifs

Si aucun fait fautif ne peut donner lieu à lui seul à l’engagement de poursuites disciplinaires au-delà de deux mois à compter du jour où l’employeur en a eu connaissance, à moins que ce fait ait donné lieu dans le même délai à l’exercice de poursuites pénales, lors d’une modification de la situation juridique de l’employeur,le même contrat de travail se poursuit, à compter de la date du transfert, sous une direction différente ; il s’ensuit que le nouvel employeur ne peut invoquer à l’appui du licenciement du salarié des manquements commis par celui-ci alors qu’il se trouvait sous l’autorité de l’ancien employeur que si le délai de deux mois depuis la connaissance des faits par le cédant n’est pas écoulé.

Affaire Bettencourt Woert : des traces de retraits d’argent ?

D’après cette vidéo, la police aurait trouvé des traces de retraits d’argent dans l’affaire Bettencourt.
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Répondre à cet article