David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : (...)

Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : 07-20.980.

mercredi 4 février 2009

Malgré le contenu d’un contrat de bail, le juge peut déterminer la résidence principale du locataire.

Le congé régulièrement délivré est un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, en conséquence le bailleur ne peut demander le paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé.

LA COUR,

Attendu selon le jugement attaqué (juridiction de proximité de Grenoble, 25 juin 2007) rendu en dernier ressort, que M. X..., propriétaire d’un logement meublé, l’a donné à bail à Mme Y... pour une durée d’un an ; que la locataire, après avoir donné congé, a assigné le bailleur aux fins d’obtenir restitution de son dépôt de garantie et remboursement des frais exposés ; que le bailleur a contesté la validité du congé et reconventionnellement demandé le paiement de loyers jusqu’au terme du contrat ;

Sur le premier moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement d’accueillir la demande de Mme Y..., alors, selon le moyen, que le caractère d’une location est déterminé par la destination que lui ont donnée les parties lors de la conclusion du contrat ; que le contrat de bail stipulait que le studio loué ne constituait pas la résidence principale de la locataire, qui était légalement domiciliée chez ses parents ; qu’en affirmant qu’il résultait du bail que ce studio constituait la résidence principale de Mme Y..., la juridiction de proximité en a dénaturé les termes clairs et précis et a violé l’article 1134 du code civil ;

Mais attendu qu’ayant relevé que Mme Y... était étudiante à l’institut universitaire de technologie de Grenoble et que ses parents demeuraient dans le département de la Loire, la juridiction de proximité en a exactement déduit, nonobstant toute clause contraire, que le studio meublé était sa résidence principale et que les dispositions impératives de l’article L. 632-1 du code de la construction et de l’habitation étaient applicables ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Sur le second moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement de le débouter de sa demande en paiement de loyers, alors, selon le moyen, que le preneur est tenu de payer les loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, matérialisée par la remise des clefs au bailleur ; qu’il résulte des propres constatations du jugement que Mme Y... a remis les clefs du studio à un huissier, qu’elle avait mandaté pour dresser un état des lieux, et qui s’est borné à informer M. X... de ce que ces clefs étaient à sa disposition ; qu’en reprochant au bailleur, pour le débouter de sa demande en paiement des loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, de ne pas être venu chercher ces clefs, la juridiction de proximité, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, d’où résultait l’absence de remise des clefs au bailleur ou à son mandataire, a violé les articles 1728, 1730 et 1737 du code civil ;

Mais attendu que le congé régulièrement délivré étant un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, la juridiction de proximité, qui a constaté que Mme Y... avait donné congé par lettre recommandée avec demande d’avis de réception que M. X... avait reçue le 21 février 2006 et que le délai légal d’un mois avait été respecté a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision de débouter M. X... de sa demande en paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (…).

A lire aussi :

Un avis de l’autorité de régulation des communications électroniques sur l’attribution et à la gestion des noms de domaines de l’internet.

Parallèlement à la publication du décret n° 2007-162 du 6 février 2007 relatif à l’attribution et à la gestion des noms de domaine de l’internet et modifiant le code des postes et des communications (...)

Les taux de cotisations Accidents du travail consultables sur Internet.

Le site Risquesprofessionnels.ameli.fr permet désormais aux employeurs de prendre connaissance via internet du taux de cotisation Accidents du Travail – Maladies Professionnelles (AT/MP) applicable (...)

D.O. Actualités

Cette revue qui se veut être la "documentation opérationnelle de l’expert" n’est pas véritablement une nouveauté puisqu’elle répondait antérieurement à la dénomination "Revue D.O.", bien connue de (...)

Procès Kerviel Interview de Me Olivier Metzner (vidéo)

Maître Olivier Metzner s’exprime suite à une audience du procès de son client Jérome Kerviel.

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 11 octobre 2005, N° de pourvoi : 04-17.178.

Les décisions d’assemblée générales ne régissent pas les rapports entre chaque copropriétaire et le syndic, pris personnellement.

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 8 novembre 2006, N° de pourvoi : 05-17.462.

La déclaration d’utilité publique emportant mise en compatibilité du plan d’occupation des sols ne peut avoir pour effet, en l’absence d’une nouvelle délibération du conseil municipal de la commune instituant un droit de préemption urbain sur la zone litigieuse, de soumettre automatiquement celle-ci au droit de préemption urbain.

Appréciation de la faute grave en tenant compte du passé du salarié

Dans un arrêt en date du 14 avril, la Cour de cassation vient d’affirmer que le vol de deux aimants par un salarié qui n’avait en six ans fait l’objet d’aucun reproche pour un comportement défavorable (...)

Légiroll.

Voici un site dont le sujet est original puisqu’il est consacré aux règles de droit applicables à la pratique du roller. Ce site est organisé autour de 4 rubriques principales : les principes (...)

Cour de cassation, Chambre commerciale, 10 juin 2008, N° de pourvoi : 06-19.452.

La prescription de l’action en nullité de la stipulation de l’intérêt conventionnel engagée par un emprunteur qui a obtenu un concours financier pour les besoins de son activité professionnelle court à compter du jour où il a connu ou aurait dû connaître le vice affectant le taux effectif global (TEG) ; le point de départ de cette prescription est, s’agissant d’un prêt, la date de la convention et, dans les autres cas, la réception de chacun des écrits indiquant ou devant indiquer le TEG appliqué.

Sortie du livre Introduction à la philosophie du droit Vuibert

Comprendre le droit, ses racines et sa raison d’être. Voici un domaine qui est bien souvent négligé à l’heure où les entreprises demandent une application mécanique du droit.
Il est pourtant nécessaire (...)

Répondre à cet article