David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : (...)

Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : 07-20.980.

mercredi 4 février 2009

Malgré le contenu d’un contrat de bail, le juge peut déterminer la résidence principale du locataire.

Le congé régulièrement délivré est un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, en conséquence le bailleur ne peut demander le paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé.

LA COUR,

Attendu selon le jugement attaqué (juridiction de proximité de Grenoble, 25 juin 2007) rendu en dernier ressort, que M. X..., propriétaire d’un logement meublé, l’a donné à bail à Mme Y... pour une durée d’un an ; que la locataire, après avoir donné congé, a assigné le bailleur aux fins d’obtenir restitution de son dépôt de garantie et remboursement des frais exposés ; que le bailleur a contesté la validité du congé et reconventionnellement demandé le paiement de loyers jusqu’au terme du contrat ;

Sur le premier moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement d’accueillir la demande de Mme Y..., alors, selon le moyen, que le caractère d’une location est déterminé par la destination que lui ont donnée les parties lors de la conclusion du contrat ; que le contrat de bail stipulait que le studio loué ne constituait pas la résidence principale de la locataire, qui était légalement domiciliée chez ses parents ; qu’en affirmant qu’il résultait du bail que ce studio constituait la résidence principale de Mme Y..., la juridiction de proximité en a dénaturé les termes clairs et précis et a violé l’article 1134 du code civil ;

Mais attendu qu’ayant relevé que Mme Y... était étudiante à l’institut universitaire de technologie de Grenoble et que ses parents demeuraient dans le département de la Loire, la juridiction de proximité en a exactement déduit, nonobstant toute clause contraire, que le studio meublé était sa résidence principale et que les dispositions impératives de l’article L. 632-1 du code de la construction et de l’habitation étaient applicables ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Sur le second moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement de le débouter de sa demande en paiement de loyers, alors, selon le moyen, que le preneur est tenu de payer les loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, matérialisée par la remise des clefs au bailleur ; qu’il résulte des propres constatations du jugement que Mme Y... a remis les clefs du studio à un huissier, qu’elle avait mandaté pour dresser un état des lieux, et qui s’est borné à informer M. X... de ce que ces clefs étaient à sa disposition ; qu’en reprochant au bailleur, pour le débouter de sa demande en paiement des loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, de ne pas être venu chercher ces clefs, la juridiction de proximité, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, d’où résultait l’absence de remise des clefs au bailleur ou à son mandataire, a violé les articles 1728, 1730 et 1737 du code civil ;

Mais attendu que le congé régulièrement délivré étant un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, la juridiction de proximité, qui a constaté que Mme Y... avait donné congé par lettre recommandée avec demande d’avis de réception que M. X... avait reçue le 21 février 2006 et que le délai légal d’un mois avait été respecté a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision de débouter M. X... de sa demande en paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (…).

A lire aussi :

Réserve spéciale de participation : précision sur le mode d’établissement du montant du bénéfice net et des capitaux propres

Dans un arrêt en date du 30 janvier 2013 la chambre sociale de la cour de cassation vient de préciser, après avoir visé les articles L. 3326-1, D. 3325-1 et D. 3325-3 du code du travail ainsi que (...)

Vente immobilière : manque à l’obligation de contracter de bonne foi le vendeur qui n’informe pas l’acheteur profane de l’obligation de raccordement de l’immeuble au réseau d’assainissement

Dans un arrêt en date du 12 novembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer que commet une réticence dolosive justifiant l’allocation de dommages intérêts le vendeur d’un immeuble qui a (...)

L’expert judiciaire doit pouvoir présenter ses observations avant le refus de sa réinscription (Civ. 2, 14 mai 2009, N° 09-11.095)

Le refus de réinscription d’un expert sur la liste des experts judiciaires d’une cour d’appel ne peut être décidé qu’après que l’intéressé a été invité à fournir ses observations soit à la commission, ou à l’un de ses membres, soit au magistrat rapporteur.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 24 janvier 2007, N° de pourvoi : 05-42.135.

Aux termes de l’article L. 122-14-1 du code du travail, l’employeur, qui décide de licencier un salarié, doit notifier le licenciement par lettre recommandée avec demande d’avis de réception ; ne constitue pas la notification d’un licenciement l’envoi d’une feuille blanche et il ne peut y être supplée par la remise au salarié en main propre d’une lettre.

Un versement exceptionnel de 200 euros pour les personnes âgées.

Le décret n° 2008-241 du 7 mars 2008 portant attribution d’un versement exceptionnel aux personnes bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées, de l’allocation supplémentaire (...)

Publication d’un décret relatif aux résidences-services et à la prévention des difficultés des syndicats de copropriété

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2010-391 du 20 avril 2010 modifiant le décret n° 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l’application de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut (...)

Un arrêté du 10 mai 2006 relatif aux conditions d’attribution d’une note de vie scolaire

L’arrêté du 10 mai 2006 relatif aux conditions d’attribution d’une note de vie scolaire a été publié par le journal officiel du 12 mai 2006, simultanément à la publication du décret n° 2006-533 du 10 mai (...)

Sortie Code Pénal sur iPad

L’agence En3mots vient de sortir une application pour avoir le Code Pénal sur l’iPad. Disponible sur l’App Store elle est commercialisée au tarif de 5,99 (...)

Des colloques et des vidéos relatives aux états généraux de la bioéthique.

Voici un petit VideoWall qui comporte plusieurs vidéos relatives aux états généraux de la bioéthique.
Ces vidéos sont regroupées sur la chaîne ouverte sur Dailymotion par les Etats généraux de la (...)

Comment régulariser la procédure introduite au nom du syndicat par une autre personne

Dans un arrêt en date du 4 novembre 2009, la Cour de cassation, après avoir visé l’article 121 du code de procédure civile, vient d’affirmer que dans le cas où elle est susceptible d’être couverte, la (...)

Répondre à cet article