David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : (...)

Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : 07-20.980.

mercredi 4 février 2009

Malgré le contenu d’un contrat de bail, le juge peut déterminer la résidence principale du locataire.

Le congé régulièrement délivré est un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, en conséquence le bailleur ne peut demander le paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé.

LA COUR,

Attendu selon le jugement attaqué (juridiction de proximité de Grenoble, 25 juin 2007) rendu en dernier ressort, que M. X..., propriétaire d’un logement meublé, l’a donné à bail à Mme Y... pour une durée d’un an ; que la locataire, après avoir donné congé, a assigné le bailleur aux fins d’obtenir restitution de son dépôt de garantie et remboursement des frais exposés ; que le bailleur a contesté la validité du congé et reconventionnellement demandé le paiement de loyers jusqu’au terme du contrat ;

Sur le premier moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement d’accueillir la demande de Mme Y..., alors, selon le moyen, que le caractère d’une location est déterminé par la destination que lui ont donnée les parties lors de la conclusion du contrat ; que le contrat de bail stipulait que le studio loué ne constituait pas la résidence principale de la locataire, qui était légalement domiciliée chez ses parents ; qu’en affirmant qu’il résultait du bail que ce studio constituait la résidence principale de Mme Y..., la juridiction de proximité en a dénaturé les termes clairs et précis et a violé l’article 1134 du code civil ;

Mais attendu qu’ayant relevé que Mme Y... était étudiante à l’institut universitaire de technologie de Grenoble et que ses parents demeuraient dans le département de la Loire, la juridiction de proximité en a exactement déduit, nonobstant toute clause contraire, que le studio meublé était sa résidence principale et que les dispositions impératives de l’article L. 632-1 du code de la construction et de l’habitation étaient applicables ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Sur le second moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement de le débouter de sa demande en paiement de loyers, alors, selon le moyen, que le preneur est tenu de payer les loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, matérialisée par la remise des clefs au bailleur ; qu’il résulte des propres constatations du jugement que Mme Y... a remis les clefs du studio à un huissier, qu’elle avait mandaté pour dresser un état des lieux, et qui s’est borné à informer M. X... de ce que ces clefs étaient à sa disposition ; qu’en reprochant au bailleur, pour le débouter de sa demande en paiement des loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, de ne pas être venu chercher ces clefs, la juridiction de proximité, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, d’où résultait l’absence de remise des clefs au bailleur ou à son mandataire, a violé les articles 1728, 1730 et 1737 du code civil ;

Mais attendu que le congé régulièrement délivré étant un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, la juridiction de proximité, qui a constaté que Mme Y... avait donné congé par lettre recommandée avec demande d’avis de réception que M. X... avait reçue le 21 février 2006 et que le délai légal d’un mois avait été respecté a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision de débouter M. X... de sa demande en paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (…).

A lire aussi :

Le juge administratif et la validité d’une note en délibéré adressée par télécopie.

Dans un arrêt en date du 28 décembre 2007, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur les conditions de validité d’une note en délibéré adressée par télécopie.
Il estime que si le juge administratif peut être (...)

La protection et la défense des marques sur Internet

Au début était l’Internet sans les marques ou du moins avec très peu de marques. C’était le temps des pages personnelles et des vitesses de navigation extrêmement lentes. Ensuite les marques se sont de (...)

Des précisions sur le crédit d’impôt pour dépenses de recherche.

Le décret n° 2008-590 du 23 juin 2008 pris pour l’application de l’article 244 quater B du code général des impôts relatif au crédit d’impôt pour dépenses de recherche vient d’être publié au journal (...)

Licenciement économique : les offres de reclassement doivent être personnalisées

Dans un arrêt en date du 20 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’en matière de licenciement économique il incombe l’employeur de formuler des offres de reclassement précises, (...)

Lextenso change son look et ses formules d’abonnements

Le site Lextenso.fr vient de changer son design. Désormais la home page contient des blocs, chaque bloc étant spécifique à une revue juridique.
Il est possible d’ajouter, de supprimer, de réduire et (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 10 mai 2007, N° de pourvoi : 05-44.313.

Est illicite la clause du contrat de travail subordonnant la rémunération du travailleur à domicile au règlement par le client de la commande qu’il a enregistrée.

En l’absence de fixation du salaire horaire et du temps d’exécution des travaux dans les conditions précisées par les articles L. 721-9 à L. 721-17 du code du travail, le travailleur à domicile a droit à une rémunération au moins égale au salaire minimum de croissance pour le nombre d’heures de travail qu’il a effectué.

Saisies Rémunération Barème 2011

Depuis le 1er janvier 2011, il faut tenir compte du nouveau barème concernant les saisies et cessions de rémunération.
En effet, pour l’année 2011 la proportion dans laquelle les sommes dues à titre (...)

La chose vendue doit être remise à l’acheteur

Il résulte d’un arrêt rendu ce 12 mai 2011 par la première chambre civile de la Cour de cassation que la chose vendue doit être délivrée à l’acheteur et non à un tiers quand bien même ce tiers se (...)

Division en lots de copropriété et établissement de servitudes.

La division d’un immeuble en lots de copropriété n’est pas incompatible avec l’établissement de servitudes entre les parties privatives de deux lots, ces héritages appartenant à des propriétaires distincts.

Affaire Bettencourt : des pressions du parquet sur l’ex comptable ?

Selon Maitre Antonie Gillot, sa cliente, Claire T., l’ancienne comptable de Liliane Bettencourt, ferait l’objet d’un "acharnement" du parquet de Nanterre afin de la faire revenir sur ses (...)

Répondre à cet article