David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : (...)

Cour de cassation, Chambre civile 3, 4 février 2009, N° de pourvoi : 07-20.980.

mercredi 4 février 2009

Malgré le contenu d’un contrat de bail, le juge peut déterminer la résidence principale du locataire.

Le congé régulièrement délivré est un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, en conséquence le bailleur ne peut demander le paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé.

LA COUR,

Attendu selon le jugement attaqué (juridiction de proximité de Grenoble, 25 juin 2007) rendu en dernier ressort, que M. X..., propriétaire d’un logement meublé, l’a donné à bail à Mme Y... pour une durée d’un an ; que la locataire, après avoir donné congé, a assigné le bailleur aux fins d’obtenir restitution de son dépôt de garantie et remboursement des frais exposés ; que le bailleur a contesté la validité du congé et reconventionnellement demandé le paiement de loyers jusqu’au terme du contrat ;

Sur le premier moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement d’accueillir la demande de Mme Y..., alors, selon le moyen, que le caractère d’une location est déterminé par la destination que lui ont donnée les parties lors de la conclusion du contrat ; que le contrat de bail stipulait que le studio loué ne constituait pas la résidence principale de la locataire, qui était légalement domiciliée chez ses parents ; qu’en affirmant qu’il résultait du bail que ce studio constituait la résidence principale de Mme Y..., la juridiction de proximité en a dénaturé les termes clairs et précis et a violé l’article 1134 du code civil ;

Mais attendu qu’ayant relevé que Mme Y... était étudiante à l’institut universitaire de technologie de Grenoble et que ses parents demeuraient dans le département de la Loire, la juridiction de proximité en a exactement déduit, nonobstant toute clause contraire, que le studio meublé était sa résidence principale et que les dispositions impératives de l’article L. 632-1 du code de la construction et de l’habitation étaient applicables ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Sur le second moyen :

Attendu que M. X... fait grief au jugement de le débouter de sa demande en paiement de loyers, alors, selon le moyen, que le preneur est tenu de payer les loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, matérialisée par la remise des clefs au bailleur ; qu’il résulte des propres constatations du jugement que Mme Y... a remis les clefs du studio à un huissier, qu’elle avait mandaté pour dresser un état des lieux, et qui s’est borné à informer M. X... de ce que ces clefs étaient à sa disposition ; qu’en reprochant au bailleur, pour le débouter de sa demande en paiement des loyers jusqu’à la restitution effective des lieux, de ne pas être venu chercher ces clefs, la juridiction de proximité, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, d’où résultait l’absence de remise des clefs au bailleur ou à son mandataire, a violé les articles 1728, 1730 et 1737 du code civil ;

Mais attendu que le congé régulièrement délivré étant un acte unilatéral qui met fin au bail et à l’obligation de payer le loyer par la seule manifestation de volonté de celui qui l’a délivré, la juridiction de proximité, qui a constaté que Mme Y... avait donné congé par lettre recommandée avec demande d’avis de réception que M. X... avait reçue le 21 février 2006 et que le délai légal d’un mois avait été respecté a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision de débouter M. X... de sa demande en paiement de loyers postérieurs à la date d’effet du congé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (…).

A lire aussi :

Lutte contre la criminalité : vers un détecteur de mensonge préventif

Après le détecteur de mensonge utilisé, dans certains pays, pour savoir si une personne soupçonnée d’avoir réalisé une infraction ment, voici venir le détecteur de mensonge utilisé à titre préventif (...)

Un arrêté relatif au codage et à l’enregistrement des balises de détresse

L’arrêté du 15 avril 2009 relatif au codage et à l’enregistrement des balises de détresse vient d’être publié au journal officiel.
Selon cet arrêté, on entend par :
Balises de détresse : les balises de (...)

Le remboursement anticipé des prêts viagers hypothécaires.

Le journal officiel n° 284 du 8 décembre 2006 vient de publier le décret n° 2006-1540 du 6 décembre 2006 pris en application de l’article L. 314-10 du code de la consommation relatif au remboursement (...)

Pascal COLBERT, Management stratégique des droits de la propriété intellectuelle.

Le droit a longtemps souffert, et souffre encore, d’une vision passéiste de la part de certaines personnes qui ne voient en lui qu’un ensemble informe de règles contraignantes. Mais le droit peut (...)

Cour de cassation, Troisième chambre civile, 27 septembre 2006, N° de Pourvoi : 05-18.193.

La rédaction de l’article 2 du décret du 26 août 1987 implique que la récupération des trois quarts de la rémunération du gardien n’est possible que dans la mesure où l’entretien des parties communes et l’élimination des rejets sont assurés cumulativement par le gardien ou le concierge et l’emploi du verbe "assurer" et non du verbe "participer" dans cette disposition implique que la récupération partielle des dépenses correspondant à sa rémunération n’est possible que lorsque le gardien ou le concierge effectue seul les travaux d’entretien des parties communes et d’élimination des rejets à l’exclusion de tout partage de ces activités avec un tiers, en conséquence, lorsque la gardienne de l’immeuble partage les travaux d’entretien des parties communes avec une société de nettoyage, en les dépenses liées à la rémunération de la première ne sont pas récupérables et doivent donner lieu à restitution en faveur des locataires.

Hadopi : l’Etat veut la condamnation de 50.000 internautes par an.

La Tribune vient de mettre en ligne un document intéressant puisqu’il s’agit d’une étude d’impact ministérielle concernant le projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et (...)

Hadopi : contestation arguments à soulever

Alors que l’Hadopi a commencé son office et que des internautes ont déjà reçu les fameux emails portant avertissement, certains arguments pourraient être soulevés en cas de litige. Dans les colonnes du (...)

Condamnation de l’UMP pour atteinte au droit à l’image

Par une ordonnance de référé rendue ce 15 février 2010, le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de condamner l’UMP pour atteinte au droit à l’image.
En effet, on se souvient que l’UMP avaient eu (...)

La Commission européenne adresse des avis motivés pour l’absence de transposition de l’intégralité de la dernière directive en matière de comptabilité.

La Commission européenne adresse des demandes officielles, qui constituent des avis motivés, pour l’absence de transposition de l’intégralité de la dernière directive en matière de comptabilité (...)

Précision sur l’obligation de sécurité des associations sportives

Dans un arrêt en date du 15 décembre 2011 la première chambre civile de la Cour de cassation vient d’affirmer, après avoir visé l’article 1147 du code civil qu’une association sportive est tenue d’une (...)

Répondre à cet article