David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

La déclaration préalable à la cession de fonds artisanaux, de fonds de commerce ou de baux commerciaux.

Un arrêté du 29 février 2008 relatif à la déclaration préalable à la cession de fonds artisanaux, de fonds de commerce ou de baux commerciaux et modifiant le code de l’urbanisme vient d’être publié au (...)

Cour de Cassation, Chambre criminelle, 10 mai 2006, N° de pourvoi : 05-86.744.

La loi n° 2004-626 du 30 juin 2004 relative à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées instituant une journée de solidarité n’a pas abrogé, fût-ce implicitement, la loi du 8 mars 1886 érigeant le lundi de Pentecôte en jour férié, le fait que la journée de solidarité puisse être choisie à cette date ou fixée à cette date par défaut n’ayant pas pour effet de lui retirer son caractère férié ; en vertu de l’article L. 222-1 du code du travail le lundi de Pentecôte demeure un jour férié.

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 11 mai 2006, N° de pourvoi : 05-10.924.

La décision de l’assemblée générale des copropriétaires autorisant certains copropriétaires à occuper des emplacements de stationnement délimités dans la cour commune sans contrepartie pour les autres, entraîne une rupture d’égalité entre les copropriétaires dans la jouissance des parties communes.

Le délégué général pour la coordination de l’hébergement et de l’accès au logement des personnes sans abri ou mal logées.

Le décret n° 2008-406 du 28 avril 2008 instituant un délégué général pour la coordination de l’hébergement et de l’accès au logement des personnes sans abri ou mal logées vient d’être publié au journal (...)

Le prix raisonnable en 2014 pour être exonéré des produits de la location ou de la sous-location d’une partie de la résidence du bailleur

Les personnes qui louent ou qui sous louent une partie de leur résidence peuvent être exonérées de l’impôt sur le revenu pour les produits de cette location ou de cette sous location si le prix est (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 8 novembre 2007, N° de pourvoi : 05-18.761.

La dispense partielle de formation accordée aux juristes d’entreprise remplissant la condition de pratique professionnelle ne constitue pas un droit attaché à l’ancienneté, mais un mode d’accès à une profession à caractère dérogatoire et, partant, d’interprétation stricte, subordonné à une condition d’aptitude tenant à une expérience pratique réelle et effective pour la durée requise.

La responsabilité de la banque en cas de perte ou de vol d’une carte bancaire.

La Chambre commerciale de la Cour de cassation a rendu le 2 octobre 2007 une décision intéressante relative à la responsabilité de la banque en cas de perte ou de vol d’une carte bancaire lorsque des (...)

Des exemples pour calculer la réduction Fillon en présence d’heures d’équivalence

Les modalités de calcul de la réduction Fillon ont été modifiées par l’article 115 de la loi de finances rectificative pour 2009.
En application de ce texte, certaines heures d’équivalence sont (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 20 septembre 2006, N° de pourvoi : 05-42.930.

Lorsqu’un salarié a été licencié en raison de son inaptitude et de l’impossibilité de reclassement, le défaut de règlement des salaires auquel l’employeur est tenu en application de l’article L. 122-24-4 du code du travail ne prive pas le licenciement déjà prononcé de cause réelle et sérieuse ; le salarié a seulement la faculté de demander, outre le solde de rémunération à payer, la réparation du préjudice en résultant pour lui.

La déclaration d’existence de la fiducie

Le journal officiel n° 107 du 8 mai 2007 vient de publier le décret n° 2007-725 du 7 mai 2007 relatif à la déclaration d’existence de la fiducie prévue à l’article 223 VH du code général des impôts et (...)

Répondre à cet article