David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Une loi relative à la législation funéraire.

La loi n° 2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire vient d’être publiée au journal officiel n° 0296 du 20 décembre 2008.
Pour consulter ce texte, il faut suivre ce (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 10 mai 2006, Pourvoi n° : 04-42.076.

Selon l’article L. 122-3-11 du Code du travail, il ne peut être recouru pour pourvoir le poste du salarié dont le contrat a pris fin, à un nouveau contrat à durée déterminée avant l’expiration d’une période égale au tiers de la durée de ce contrat, renouvellement inclus, mais cette règle est inapplicable lorsque le contrat à durée déterminée est conclu au titre des 1 et 3 de l’article L. 122-1-1 du même Code.

Lorsqu’à un premier contrat conclu entre les parties pour faire face à un surcroît d’activité succéde un contrat saisonnier ne respectant pas le délai de carence, la relation de travail est à durée indéterminée.

Personne contre laquelle l’action en répétition de l’indu doit être exercée

Dans un arrêt en date du 9 décembre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’action en répétition de l’indu doit être exercée contre celui pour le compte duquel les fonds ont été indûment versés, (...)

Une lettre circulaire l’ACOSS relative aux dates de mise en conformité des contrats de prévoyance.

Le financement par l’employeur des prestations de prévoyance complémentaire assurant l’indemnisation des frais de santé lui permet de bénéficier d’exonérations de charges sociales dans les conditions et (...)

Salaire : extension d’un avenant pour les transports routiers et activités auxiliaires du transport

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 13 avril 2010 portant extension d’un avenant à la convention collective nationale des transports routiers et des activités auxiliaires du transport (n° (...)

Transfert d’une entité économique autonome et poursuite des contrats de travail.

Dans un arrêt en date du 13 mai 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que l’existence d’un transfert d’une entité économique autonome est établit lorsque l’ensemble de (...)

Date Elections Cantonales 2011

Les prochaines élections cantonales vont se dérouler les dimanches 20 et 27 mars 2011. Les conseillers généraux qui vont être élus vont avoir un mandat de 3 années. Ces élections cantonales vont (...)

Franchise : l’information précontractuelle et les comptes prévisionnels

Dans un arrêt en date du 31 janvier 2012 la chambre commerciale de la cour de cassation vient d’apporter des précisions sur la communication de comptes prévisionnels au titre de l’information (...)

Les sociétés européennes : un décret d’application

Le décret n° 2006-448 du 14 avril 2006 relatif à la société européenne a été publié par le journal officiel du 16 avril 2006.
Très attendu, celui-ci comporte des dispositions générales ainsi que des (...)

Le reclassement des salariés.

Dans un arrêt en date du 16 avril 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient de se prononcer sur le cas du reclassement d’un salarié lors de l’application d’une convention collective (...)

Répondre à cet article