David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Interdiction temporaire de vol au-dessus de Chambéry et du massif des Bauges le jeudi 22 avril 2010

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 19 avril 2010 portant interdiction de vol au-dessus de Chambéry et du massif des Bauges le jeudi 22 avril 2010.
Ce texte a été pris en raison de la (...)

Un forum relatif à la loi d’orientation pour les petites entreprises et les entreprises artisanales

Dans le cadre de l’actuelle préparation du projet de loi relatif à la loi d’orientation pour les petites entreprises et les entreprises artisanales un forum est accessible du 11 juin au 20 juillet (...)

Il ne faut pas dire Hadopi 2... sauf au Sénat

Il est possible de lire dans un commentaire sur le site 01net.com qu’il ne faut pas désigner le projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet par les (...)

Des précisions sur le calcul des voix des copropriétaires.

Dans un arrêt rendu le 2 juillet 2008, la Troisième chambre civile de la Cour de cassation vient d’affirmer que chaque copropriétaire dispose d’un nombre de voix correspondant à sa quote-part dans les (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 31 mai 2007, N° de pourvoi : 06-41.923.

Lorsque le contrat de travail à durée déterminée est conclu pour remplacer un salarié absent, l’article L. 122-3-10, deuxième alinéa, du code du travail autorise la conclusion de plusieurs contrats à durée déterminée successifs avec le même salarié, peu important qu’ils comportent un terme précis et que leur durée totale excède le délai de dix-huit mois.

Des réductions tarifaires sur les péages routiers.

Le décret n° 2008-411 du 29 avril 2008 limitant les réductions tarifaires sur les péages routiers vient d’être publié au journal officiel n°0102 du 30 avril 2008
Il résulte de ce texte que certains (...)

Le bouclier social éventré.

L’article 13 I de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2007 prévoyait d’insérer dans le Code de la sécurité sociale un nouvel article L 131-6-2 dont le premier alinéa disposait que les (...)

Dialogue social et continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs.

Le décret n° 2008-82 du 24 janvier 2008 relatif à l’application de l’article 2 de la loi n° 2007-1224 du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports (...)

Conseil d’État, contentieux, 9ème et 10ème sous-sections réunies, 17 octobre 2007, N° 293973.

Il résulte des dispositions combinées de l’article R. 281-1 du livre des procédures fiscales et des articles 18 et 20 de la loi du 12 avril 2000 que l’autorité administrative saisie à tort d’une réclamation relative au recouvrement d’impositions recouvrées par les comptables du Trésor, telles la taxe d’habitation et la taxe foncière, a l’obligation de transmettre cette réclamation au trésorier-payeur général territorialement compétent pour y statuer ; cette réclamation, supposée transmise au trésorier-payeur général territorialement compétent, tient lieu de demande au sens de l’article R. 281-1 du livre des procédures fiscales, et permet au redevable, le cas échéant, de porter la contestation devant le tribunal compétent dans les formes et les délais prévus par les articles R. 281-1 à R. 281-4 du livre des procédures fiscales.

Le Trophée Universitaire du Droit Social à Toulon.

C’est une bonne nouvelle pour les étudiants de Master 2ème année "Droit Social" de la Faculté de Droit de Toulon et du Var.
En effet, l’Institut de Droit Social invite ces étudiants à participer au (...)

Répondre à cet article