David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Force majeure et inaptitude physique vont elles ensembles ?

Sans surprise la chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer dans un arrêt en date du 7 décembre 2011 que la déclaration d’inaptitude physique définitive du salarié ne constitue pas un cas (...)

Scellier 2011 : de moins en moins intéressant

Prévu pour disparaitre en 2013, le dispositif Scellier va devenir de moins en moins intéressant entre temps. Ainsi en 2011, la réduction d’impôt va être de 22,5 % pour les logements à basse (...)

Les conventions et accords collectifs étendus au journal officiel du 17 juin 2009

Voici la liste des conventions collectives et des accords collectifs dont les arrêtés d’extensions ont été publié au journal officiel n°0138 du 17 juin 2009 :
Arrêté du 10 juin 2009 portant extension (...)

Modification du contrat de travail et transfert du lieu de travail au domicile du salarié

Le portail de veille juridique professionnel Net-iris.com rapporte, dans ses actualités du 05 octobre 2001, la teneur d’une décision de la Cour de cassation, en date du 02 octobre 2001, qui (...)

Conférence de La Haye

Le but de la Conférence de La Haye est de travailler à l’unification progressive des règles de droit international privé. Sur ce site les statuts de la Conférence et les diverses conventions sont (...)

Le sénateur Jean Louis Masson veut faire sauter l’anonymat des blogueurs

Le sénateur Jean Louis Masson a déposé le 3 mai 2010 au Sénat une proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des « (...)

Bonus écologique 2010 Achat Voiture Neuve Date Commande

Sur RTL, le ministre de l’industrie, Eric Besson, vient d’annoncer une modification de la date de référence pour l’octroi du bonus écologique relatif à l’achat d’une voiture neuve moins polluante. En (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 3 mai 2006, N° de pourvoi : 03-46.971.

Lorsqu’un salarié a demandé la résiliation judiciaire de son contrat de travail, puis a pris acte de la rupture de celui-ci et, enfin, a été licencié pour faute, le juge doit d’abord se prononcer sur la demande de résiliation, et, en cas de rejet, sur la prise d’acte en recherchant si les faits invoqués par le salarié à l’appui de celle-ci étaient ou non fondés et produisaient soit les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse, soit les effets d’une démission.

Vendeur professionnel Obligation Renseignement Information Charge de la preuve

Dans un arrêt en date du 9 décembre 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’il incombe au vendeur professionnel, tenu envers l’acquéreur d’une obligation de renseignement et d’information, de (...)

Le Parlement est convoqué en session extraordinaire

Le Parlement vient d’être convoqué en session extraordinaire par un décret du 23 juin 2009 publié ce jour au journal officiel.
Selon ce texte, le Parlement est convoqué en session extraordinaire le (...)

Répondre à cet article