David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Citation en justice devant un juge incompétent et interruption de la prescription (Civ. 1, 30 avril 2009, N° 08-11.301)

La citation en justice donnée même devant un juge incompétent interrompt la prescription ; ces dispositions générales sont applicables à tous les délais pour agir et à tous les cas d’incompétence.

Prise d’acte de la rupture du contrat de travail : conséquence sur le DIF

Dans un arrêt en date du 18 mai 2011, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer, au visa des articles L. 6323-1 et L. 6323-17 du code du travail, que le salarié, dont la prise (...)

Réforme du droit des contrats.

Comme son nom le laisse supposer, ce nouveau blog est relatif à la réforme du droit des contrats.
Ce blog souhaite organiser la discussion et l’analyse du projet de réforme du droit des contrats (...)

Montant Gratifications Stages 2012

Le montant de la gratification pour un stagiaire dont le stage se déroule pendant au moins deux mois (consécutifs ou non) doit correspondre au minimum à 12,50 % du plafond horaire de la sécurité (...)

Ne pas suivre une formation = licenciement.

Dans une décision rendue le 13 février 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation estime que l’interruption par un salarié d’une formation d’adaptation mise en place par son employeur, laquelle (...)

FAQ Juridique : liste des jours fériés

L’article L3133-1 du Code du travail prévoit 11 jours fériés légaux. En effet, selon cet article, les fêtes légales suivantes sont des jours fériés :
Le 1er Janvier ;
Le lundi de Pâques ;
Le 1er Mai (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 17 mai 2006, Pourvoi n° 04-47.455.

1°) Lorsqu’un salarié a été licencié en raison d’une inaptitude consécutive à une maladie professionnelle qui a été jugée imputable à une faute inexcusable de l’employeur, il a droit à une indemnité réparant la perte de son emploi due à cette faute de l’employeur.

2°) Les juges du fond apprécient souverainement les éléments à prendre en compte pour fixer le montant de cette indemnisation à laquelle ne fait pas obstacle la réparation spécifique afférente à la maladie professionnelle ayant pour origine la faute inexcusable de l’employeur.

Les règles de conformité des matériels à gaz aux normes les concernant lorsqu’ils sont situés à l’intérieur des bâtiments d’habitation et de leurs dépendances ainsi que dans les caravanes, autocaravanes et fourgons aménagés.

Le journal officiel n° 214 du 15 septembre 2006 vient de publier un arrêté du 1er août 2006 modifiant l’arrêté du 4 mars 1996 modifié portant codification des règles de conformité des matériels à gaz aux (...)

Location meublée non professionnelle : conditions pour bénéficier de la réduction d’impôt en faveur des investissements immobiliers

Dans une instruction du 29 décembre 2009 (5 B-2-10 ; BOI 13 janvier 2010), la direction générale des finances publiques commente les conditions pour bénéficier de la réduction d’impôt en faveur des (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 4 juillet 2007, N° de pourvoi : 06-11.015.

La réunion de tous les lots entre les mains d’un même propriétaire entraîne de plein droit la disparition de la copropriété et la dissolution du syndicat qui ne survit que pour les besoins de sa liquidation.

Répondre à cet article