David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Détecteur de fumée normalisé Lieux d’habitation Condition

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2011-36 du 10 janvier 2011 relatif à l’installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d’habitation.
Les obligations prévues par ce texte (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 11 avril 2008, N° de pourvoi : 07-40.896.

Une cour d’appel peut estimer que constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement le comportement d’un salarié qui a adressé à des membres du personnel ne faisant pas partie de ses supérieurs hiérarchiques un message électronique dans lequel il remettait en cause sa situation au sein de l’entreprise telle qu’elle avait été déterminée, contre son gré, par les nouveaux dirigeants, et qui avait ainsi tenté d’impliquer des subordonnés dans le conflit.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 juin 2006, N° de pourvoi : 04-43.819.

La lettre de licenciement pour motif disciplinaire doit être notifiée au salarié dans le mois suivant le jour fixé pour l’entretien préalable ; si l’employeur informé de l’impossibilité dans laquelle se trouve le salarié de se présenter à l’entretien peut en reporter la date, c’est alors à compter de cette nouvelle date que court le délai d’un mois qui lui est imparti pour notifier la sanction.

Un arrêté vient de fixer le contingent annuel d’heures indemnisables au titre de l’allocation spécifique de chômage partiel.

Le contingent annuel d’heures indemnisables au titre de l’allocation spécifique de chômage partiel vient d’être fixé par un arrêté du 30 décembre 2008.
Selon ce texte, à compter du 1er janvier 2009, le (...)

LEP 2011 Plafond Impôt sur le Revenu

Quel est le plafond de l’impôt sur le revenu à ne pas dépasser pour pouvoir ouvrir un LEP en 2011 ou pour le conserver ?
Pour le LEP 2011, le montant du plafond sur l’impôt sur le revenu a été fixé à (...)

Les juges non professionnels et les juridictions d’appel : amorce d’une révolution ?

Le garde des Sceaux a prononcé le 19 octobre 2000 devant le congrès national des tribunaux de commerce un discours dont une partie abordait la réforme des tribunaux de commerce et l’accès des juges (...)

Pas de prison pour les parents d’enfants délinquants

Le député Eric Ciotti vient de faire marche arrière. Alors qu’il souhaitait des peines de prison pour les parents d’enfants délinquants qui ne rempliraient pas les obligations de réinsertion ordonnées (...)

La création d’un traitement automatisé réalisé à l’occasion du recensement de la population des îles Wallis et Futuna.

Un arrêté du 16 juillet 2008 portant création d’un traitement automatisé réalisé à l’occasion du recensement de la population des îles Wallis et Futuna en 2008 vient d’être publié au journal officiel n° (...)

Roms : Bruxelles décide d’engager une procédure d’infraction contre la France

La Commission européenne vient de décider d’engager une procédure d’infraction contre la France. Il s’agit bien évidemment d’une conséquence du comportement de la France contre les Roms et de (...)

La Fédération française de football n’est pas exemptée du versement de transport.

Seules sont exemptées du versement de transport les fondations et associations reconnues d’utilité publique à but non lucratif dont l’activité est de caractère social.

Répondre à cet article