David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Professionnels et suspension de l’obligation vaccinale contre la grippe.

L’article L 3111-4 du Code de la santé publique prévoit notamment qu’une personne qui, dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention de soins ou hébergeant des personnes âgées, exerce (...)

Vidéo : Eric Besson dévoile les mesures du plan numérique 2012.

Ce 20 octobre 2008, Eric Besson, secrétaire d’Etat chargé de la prospective, de l’évaluation des politiques publiques et du développement de l’économie numérique, a dévoilé les mesures du plan numérique (...)

9 sites utiles pour le droit des Etats Unis

Depuis l’avènement d’Internet il est devenu bien plus facile d’obtenir des informations concernant les législations étrangères. Je viens de regrouper pour vous plusieurs ressources utiles pour prendre (...)

Le site du tribunal de grande instance de Bonneville a été piraté.

Le site du tribunal de grande instance de Bonneville a fait l’objet d’un acte de piratage.
Les données officielles ont été supprimées et remplacées par des films et des logiciels, comme le démontre (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 24 mai 2006, N° de pourvoi : 04-19.716.

La responsabilité contractuelle de droit commun du constructeur quant aux désordres de construction révélés en l’absence de réception se prescrit par dix ans à compter de la manifestation du dommage.

Cour d’appel de Rennes, 4ème chambre, 14 décembre 1995, Société Gérance immobilière c./ Confédération Syndicale des Familles, Confédération Syndicale du Cadre de Vie, M. C. O., Association Force Ouvrière Consommateurs, Association Union Fédérale des Consommateurs de Brest

Est contraires aux dispositions de l’article 3 de la loi du 6 juillet 1989, dépourvu de toute ambiguïté, la clause relative aux frais d’état des lieux qui a pour effet de mettre à charge du locataire une partie de la rémunération due au mandataire du propriétaire

legifrance.gouv.fr jurisprudence gratuite en ligne

legifrance.gouv.fr permet de consulter gratuitement de nombreuses décisions de justice. Les décisions de justice sont classées selon les thématiques suivantes : jurisprudence constitutionnelle, (...)

Livre de droit : le droit fiscal dans la poche

Les éditions Gualino viennent de sortir l’édition 2011 de leur ouvrage Fiscal "en poche".
Rédigé par Francis Grandguillot et Béatrice Grandguillot ce livre de droit à petit prix tient compte de la loi (...)

La modification annoncée du code monétaire et financier par le projet de loi instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale.

Le projet de loi instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, adopté le 22 février 2007 par l’Assemblée Nationale dans les conditions prévues (...)

Nouveau seuil en deçà duquel le certificat pour exploiter un aérodrome civil n’est pas obligatoire

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 28 décembre 2009 fixant le seuil de trafic prévu à l’article L. 211-3 du code de l’aviation civile.
En effet, selon cet article nul ne peut exploiter un (...)

Répondre à cet article