David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Liste des examens médicaux relatifs à l’engagement dans la réserve sanitaire

La liste des examens médicaux relatifs à l’engagement dans la réserve sanitaire vient d’être fixée par un arrêté du 20 août 2009.
Outre la vérification que l’intéressé remplit les conditions (...)

Indice coût de la construction deuxième trimestre 2010

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice du coût de la construction du deuxième trimestre 2010.
Selon cet avis, l’indice du coût de la construction du deuxième trimestre 2010 (...)

Une circulaire relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social

La circulaire du 22 septembre 2004 relative au titre II de la loi n° 2004-391 du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social a été publiée au (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 4 mars 2009, N° de pourvoi : 07-42.381.

Lorsque les éléments produits par l’employeur, limités aux entreprises situées sur le territoire français, ne permettent pas de déterminer l’étendue du secteur d’activité du groupe dont relève la société, la réalité des difficultés économiques invoquées n’est pas établie.

L’employeur est tenu avant tout licenciement économique, d’une part, de rechercher toutes les possibilités de reclassement existant dans le groupe dont il relève, parmi les entreprises dont l’activité, l’organisation ou le lieu d’exploitation permettant d’effectuer la permutation de tout ou partie du personnel, d’autre part, de proposer ensuite aux salariés dont le licenciement est envisagé tous les emplois disponibles de la même catégorie ou, à défaut, d’une catégorie inférieure ; il ne peut limiter ses recherches de reclassement et ses offres en fonction de la volonté de ses salariés, exprimés à sa demande et par avance, en dehors de toute proposition concrète.

La cour d’appel qui a relevé que l’employeur s’était borné à solliciter de ses salariés qu’ils précisent, dans un questionnaire renseigné avant toute recherche et sans qu’ils aient été préalablement instruits des possibilités de reclassement susceptibles de leur être proposées, leurs voeux de mobilité géographique en fonction desquels il avait ensuite limité ses recherches et propositions de reclassement a exactement décidé qu’il n’avait pas satisfait à son obligation de reclassement.

Régime de prévoyance : extension d’un accord dans le secteur de la production agricole

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 4 février 2010 portant extension d’un accord départemental sur la mise en place d’un régime de prévoyance des salariés agricoles non cadres de la (...)

Des inquiétudes sur la disponibilité des corticoïdes en pharmacie

Le député David Douillet a posé une question à la ministre de la santé et des sports sur les répétées ruptures de stock de certains médicaments peu rentables économiquement, mais indispensables pour les (...)

Publication Mémento droit commercial 2011 Francis Lefebvre

Les éditions Francis Lefebvre préparent la sortie de leur Mémento droit commercial 2011.
Trés réputé cet ouvrage juridique traite notamment des éléments suivants : commerçants et fonds de commerce, (...)

La justice pénale aux Etats Unis

Cette revue électronique du département d’état comporte de très intéressants articles en français sur le droit pénal et la procédure pénale des Etats Unis d’Amérique.

Indice des loyers commerciaux Deuxième trimestre 2011

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice des loyers commerciaux du deuxième trimestre 2011.
Selon cet avis l’indice des loyers commerciaux du deuxième trimestre 2011 atteint (...)

La cybercriminalité en 2009

Aref Jdey vient de mettre en ligne ce document qui constitue un véritable panorama de la cybercriminalité en France en 2009.
Vous pouvez consulter son blog à l’url (...)

Répondre à cet article