David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2006, Pourvoi n° 05-42.158.

mardi 31 octobre 2006

La prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte.

LA COUR,

Attendu que M. *** a été engagé par la société *** à compter du 2 novembre 1998 ; qu’il a exercé les fonctions de directeur à partir du 1er février 2001 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 25 juin 2003 d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, considérant que sa rémunération avait été modifiée unilatéralement, sa prime de bilan ne lui étant pas payée, qu’il lui était dû un rappel d’heures supplémentaires et que sa voiture de fonction lui avait été retirée ; qu’en cours de procédure, par lettre du 30 septembre 2003, il a pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison du non-paiement de sa prime de bilan et des pressions morales qui auraient été exercées contre lui ;

Sur les deuxième et troisième moyens :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Et sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 1er mars 2005), de l’avoir débouté de sa demande en résiliation judiciaire du contrat de travail, alors, selon le moyen, que lorsqu’un salarié demande la résiliation de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, tout en continuant à travailler à son service, et qu’il prend ensuite acte de la rupture, au cours de la procédure, le juge doit d’abord rechercher si la demande de résiliation du contrat était justifiée ; qu’en décidant dès lors que la prise d’acte de la rupture par M. *** le 30 septembre 2003 rendait irrecevable sa demande antérieure en résiliation du contrat de sorte qu’il convenait de statuer uniquement sur les effets de la prise d’acte, la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 1184 du code civil ;

Mais attendu que la prise d’acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu’il reproche à l’employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail en sorte qu’il n’y a plus lieu de statuer sur la demande de résiliation judiciaire introduite auparavant ; que s’il appartient alors au juge de se prononcer sur la seule prise d’acte, il doit fonder sa décision sur les manquements de l’employeur invoqués par le salarié tant à l’appui de la demande de résiliation judiciaire devenue sans objet qu’à l’appui de la prise d’acte ;

Et attendu, qu’abstraction faite du motif erroné critiqué par la première branche du moyen, la cour d’appel a examiné chacun des griefs formulés par le salarié contre son employeur, à l’appui de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de sa prise d’acte ; que par ce seul motif, elle a légalement justifié sa décision ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du premier moyen, qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

La liste des justificatifs à produire pour le bénéfice de la prime de retour à l’emploi due à certains bénéficiaires de minima sociaux et de la prime forfaitaire due aux bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique.

Le journal officiel n° 26 du 31 janvier 2007 vient de publier un arrêté du 17 janvier 2007 fixant la liste des justificatifs à produire pour le bénéfice de la prime de retour à l’emploi due à certains (...)

Impossibilité de conditionner l’application d’un accord collectif à la conclusion de transactions

Dans un arrêt en date du 12 juillet 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’un accord collectif ne peut subordonner la mise en oeuvre de tout ou partie de ses dispositions à la conclusion de (...)

Conditions de recevabilité de l’appel du procureur général

Pour être recevable, l’appel du procureur général doit porter sur l’ensemble des chefs d’accusation retenus contre le même accusé.

Commission nationale consultative des droits de l’Homme

Le site internet de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme permet de mieux connaitre cette commission (composition, attributions, fonctionnement...) ainsi que ses travaux (...)

La création du service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements.

Le décret n° 2008-678 du 9 juillet 2008 portant création d’un service à compétence nationale dénommé « service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements » vient d’être publié au journal (...)

Cour de cassation, Deuxième chambre civile, 26 juin 2003, Pourvoi n° 01-13.530

Ne respecte pas l’article 16 du nouveau Code de procédure civile, duquel il résulte que le juge doit faire observer et observer lui-même en toutes circonstances le principe de la contradiction, une Cour d’appel qui interdit à un appelant de répliquer à l’intimé du chef de son appel incident.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 21 mars 2007, N° de pourvoi : 05-44.967.

Aux termes de l’article L. 122-3-8 du code du travail, sauf accord des parties, le contrat de travail à durée déterminée ne peut être rompu avant l’échéance du terme qu’en cas de faute grave ou de force majeure.

L’employeur, qui exerce son activité tout au long de l’année et connait seulement un accroissement temporaire de production pendant une période considérée, n’a pas d’activité saisonnière.

Bail commercial : l’évolution des délais de résiliation jusqu’à la loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allègement des démarches administratives

Par l’article 2 de la loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allègement des démarches administratives le législateur vient, une nouvelle fois, de modifier les (...)

Vidéo Interview Liliane Bettencourt Claire Chazal

Cette vidéo nous permet de revoir en ingralité l’interview exclusive que Liliane Bettencourt a accordé à Claire Chazal pour TF1.
Veuillez installer Flash Player pour lire la (...)

Publication de l’ouvrage Droit et pratique de la cassation en matière civile (LexisNexis)

Au cours de l’été les éditions LexisNexis ont procédé à la publication de la troisième édition du l’ouvrage intitulé "Droit et pratique de la cassation en matière civile".
Ce livre de droit est clairement (...)

Répondre à cet article