David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Troisième chambre civile, 27 septembre 2006, N° de Pourvoi (...)

Cour de cassation, Troisième chambre civile, 27 septembre 2006, N° de Pourvoi : 05-13.981.

mercredi 27 septembre 2006

Le bail renouvelé étant un nouveau bail, les bailleurs pouvaient, lors du second renouvellement, solliciter la prise en compte des modifications intervenues dans les biens loués pour la fixation du prix du nouveau loyer.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Vu l’article 555 du code civil, ensemble les articles L. 145-33 du code de commerce et 23-3 du décret du 30 septembre 1953 ;

Attendu que lorsque les plantations, constructions et ouvrages ont été faits par un tiers et avec des matériaux appartenant à ce dernier, le propriétaire du fonds a le droit, sous réserve des dispositions de l’alinéa 4, soit d’en conserver la propriété, soit d’obliger le tiers à les enlever ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Montpellier, 15 février 2005), que les consorts ***, d’une part, et Mme ***, d’autre part, (les consorts ***-***) ont consenti en 1972 à M. ... deux baux portant sur des parcelles de terrain en vue de l’exploitation d’un terrain de camping, chaque bail comportant une clause autorisant le preneur à effectuer sur ces terrains toutes les constructions utiles à son activité ; que, par acte du 18 octobre 2001, le preneur a sollicité le deuxième renouvellement des baux à compter du 20 novembre 2001 ; que les bailleurs ont accepté le principe du renouvellement, mais qu’aucun accord n’a pu être trouvé sur le prix du bail renouvelé ;

Attendu que, pour dire que le montant du loyer renouvelé doit être calculé sur la valeur du seul terrain nu, l’arrêt retient qu’en l’absence de clause réglant le sort des constructions en fin de bail ou permettant leur prise en compte dans la détermination du loyer, il convient de revenir au droit commun de l’article 555 du code civil selon lequel, en pareil cas, le propriétaire qui n’a pas demandé au tiers d’enlever les constructions, n’en devient propriétaire qu’à la fin du bail et que, les constructions restant nécessairement la propriété du preneur pendant toute la durée du même bail, la valeur du loyer renouvelé ne peut être déterminée que sur la valeur du terrain effectivement loué, soit le terrain nu ;

Qu’en statuant ainsi, alors que le bail renouvelé étant un nouveau bail, les bailleurs pouvaient, lors du second renouvellement, solliciter la prise en compte des modifications intervenues dans les biens loués pour la fixation du prix du nouveau loyer, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 15 février 2005, entre les parties, par la cour d’appel de Montpellier ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Montpellier, autrement composée (...).

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 mars 2005, Pourvoi n° : 03-41.797

Un salarié ne peut valablement renoncer pendant la durée du contrat, par avance, au droit de se prévaloir des règles légales du licenciement.

En présence de deux contrats de travail successifs conclus entre les mêmes parties, ou en présence d’un avenant au premier contrat, la période d’essai stipulée dans le second contrat ou dans l’avenant ne peut être qu’une période probatoire dont la rupture a pour effet de replacer le salarié dans ses fonctions antérieures.

Indice des prix à la consommation Février 2012

Le journal officiel du 20 mars 2012 vient de procéder à la publication de l’avis relatif à l’indice des prix à la consommation concernant le mois de février 2012.
Selon cet avis, l’indice mensuel des (...)

Publication d’un kit de création pour les locations professionnelles et commerciales

Les éditions du Puits Fleuri publient un kit de création pour les locations professionnelles et commerciales afin de faciliter la rédaction des contrats de location. Ce kit est proposé par son (...)

Cour de Cassation, Chambre commerciale, 06 décembre 2005, Pourvoi n° 04-13.873

Toute société par actions est tenue de déposer ses comptes au greffe du tribunal de commerce, pour être annexés au registre du commerce et des sociétés, dans le mois qui suit l’approbation des comptes annuels par l’assemblée générale et en cas d’omission de cette formalité, si la société n’a pas régularisé la situation dans le délai d’un mois à compter de la mise en demeure qui lui a été adressée, tout intéressé peut demander au président du tribunal de commerce, statuant en référé, de désigner un mandataire chargé d’accomplir la formalité.

Administration numérique : 15 mesures pour améliorer le service aux usagers

Dans un communiqué, Éric Woerth, ministre du Budget, des comptes publics, de la Fonction publique et de la réforme de l’État, et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée de la Prospective (...)

Sortie du Code du tourisme 2013 (Dalloz)

Les éditions Dalloz viennent de publier l’édition 2013 du Code du tourisme. Il s’agit de la septième édition de cet ouvrage.
La réputation de Dalloz concernant les codes est bien connue. Comme les (...)

La Cour de cassation apporte des précisions sur les cotisations d’accident du travail en cas de fermeture d’un établissement

Les cotisations d’accident du travail sont fixées par établissement, de sorte qu’en cas de fermeture de l’établissement dans lequel a été contractée la maladie professionnelle, les dépenses liées à la prise en charge de cette affection ne sauraient être prises en compte pour le calcul de la valeur du risque de l’un des autres établissements dépendant de la même entreprise.

Conseil d’État, contentieux, référé, 13 juin 2007, N° 306252.

Le contribuable qui en fait expressément la demande dans sa réclamation a droit au sursis de paiement sur la totalité des impôts qu’il conteste, à la seule condition qu’il réunisse les garanties appropriées ; ce droit ne peut être restreint par les mesures de recouvrement prises par le comptable avant la demande de sursis.

Lorsque le fisc a diligenté des mesures d’exécution avant que le contribuable ait demandé le sursis de paiement, les sommes et les biens ainsi entrés dans le patrimoine de l’Etat doivent, nonobstant l’effet attributif des mesures d’exécution pratiquées, être regardés, à hauteur des montants saisis, comme valant consignation, à charge pour le juge du référé fiscal de statuer sur la valeur des garanties proposées en complément ou en substitution des sommes ou des biens saisis et, pour l’administration, d’en restituer la propriété au contribuable au cas où les garanties proposées seraient jugées suffisantes ; ainsi la constitution de garanties par le contribuable ayant demandé le sursis de paiement, après acceptation par le comptable ou décision du juge du référé fiscal, se substitue aux sommes ou biens saisis avant la réclamation assortie d’une demande de sursis de paiement.

Si le comptable du Trésor, nonobstant une demande du contribuable tendant à ce qu’il effectue la demande de constitution de garanties prévue par l’article R. 277-1 du livre des procédures fiscales à hauteur de sommes appréhendées avant la réclamation, et dans les limites prévues par l’article L. 277 de ce livre, s’abstient de procéder à cette demande, privant ainsi le contribuable de la possibilité de bénéficier effectivement du sursis de paiement en ce qui concerne ces sommes, il est loisible au contribuable de présenter devant le juge des référés une requête fondée sur l’article L. 521-1 du code de justice administrative, tendant à la suspension de la décision implicite de rejet née deux mois après la réception par l’administration de sa demande relative à l’application de l’article R. 277-1 ; il est également loisible au contribuable de proposer spontanément des garanties au comptable du Trésor à hauteur des sommes appréhendées avant la réclamation et de saisir le juge du référé fiscal du refus de ces garanties né, dans ce cas, du silence gardé par le comptable pendant deux mois.

Si le contribuable souhaite présenter une requête en référé fondée sur l’article L. 521-2 du code de justice administrative, en se prévalant de l’atteinte illégale portée à son droit au sursis de paiement découlant de l’article L. 277 du livre des procédures fiscales, et donc à son droit de propriété, il doit justifier de l’urgence particulière des mesures sollicitées dans le cadre de cette procédure de référé qui implique l’intervention du juge dans des délais particulièrement brefs.

Contrôle fiscal : explication sur la procédure (vidéo)

Cette vidéo nous donne des indications sur la procédure relative au contrôle fiscal.

Tarif Social Mobile Internet 2011 Prix Tarif

On commence à y voir un peu plus clair concernant le tarif social pour l’accès à internet ainsi que pour la téléphonie mobile. Alors que ce projet n’avançait plus le gouvernement souhaite le réactiver. (...)

Répondre à cet article