David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Cour de cassation, Troisième chambre civile, 27 septembre 2006, N° de Pourvoi (...)

Cour de cassation, Troisième chambre civile, 27 septembre 2006, N° de Pourvoi : 05-13.981.

mercredi 27 septembre 2006

Le bail renouvelé étant un nouveau bail, les bailleurs pouvaient, lors du second renouvellement, solliciter la prise en compte des modifications intervenues dans les biens loués pour la fixation du prix du nouveau loyer.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Vu l’article 555 du code civil, ensemble les articles L. 145-33 du code de commerce et 23-3 du décret du 30 septembre 1953 ;

Attendu que lorsque les plantations, constructions et ouvrages ont été faits par un tiers et avec des matériaux appartenant à ce dernier, le propriétaire du fonds a le droit, sous réserve des dispositions de l’alinéa 4, soit d’en conserver la propriété, soit d’obliger le tiers à les enlever ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Montpellier, 15 février 2005), que les consorts ***, d’une part, et Mme ***, d’autre part, (les consorts ***-***) ont consenti en 1972 à M. ... deux baux portant sur des parcelles de terrain en vue de l’exploitation d’un terrain de camping, chaque bail comportant une clause autorisant le preneur à effectuer sur ces terrains toutes les constructions utiles à son activité ; que, par acte du 18 octobre 2001, le preneur a sollicité le deuxième renouvellement des baux à compter du 20 novembre 2001 ; que les bailleurs ont accepté le principe du renouvellement, mais qu’aucun accord n’a pu être trouvé sur le prix du bail renouvelé ;

Attendu que, pour dire que le montant du loyer renouvelé doit être calculé sur la valeur du seul terrain nu, l’arrêt retient qu’en l’absence de clause réglant le sort des constructions en fin de bail ou permettant leur prise en compte dans la détermination du loyer, il convient de revenir au droit commun de l’article 555 du code civil selon lequel, en pareil cas, le propriétaire qui n’a pas demandé au tiers d’enlever les constructions, n’en devient propriétaire qu’à la fin du bail et que, les constructions restant nécessairement la propriété du preneur pendant toute la durée du même bail, la valeur du loyer renouvelé ne peut être déterminée que sur la valeur du terrain effectivement loué, soit le terrain nu ;

Qu’en statuant ainsi, alors que le bail renouvelé étant un nouveau bail, les bailleurs pouvaient, lors du second renouvellement, solliciter la prise en compte des modifications intervenues dans les biens loués pour la fixation du prix du nouveau loyer, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 15 février 2005, entre les parties, par la cour d’appel de Montpellier ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Montpellier, autrement composée (...).

A lire aussi :

Les règles de traitement des échantillons et aux méthodes de référence pour les analyses d’eau dans le cadre de la surveillance de la qualité des eaux de baignade.

Les règles de traitement des échantillons et aux méthodes de référence pour les analyses d’eau dans le cadre de la surveillance de la qualité des eaux de baignade viennent d’être précisées par un arrêté (...)

Des nouvelles dispositions pour la procédure d’appel avec représentation obligatoire en matière civile

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-1524 du 9 décembre 2009 relatif à la procédure d’appel avec représentation obligatoire en matière civile.
Ce texte, dont les principales (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 mars 2007, N° de pourvoi : 04-47.059.

Le contrat de travail conclu pour la durée d’un chantier est, en principe, un contrat à durée indéterminée à moins qu’il ne soit conclu dans l’un des cas énumérés par l’article L. 122-1-1 du code du travail où il peut être recouru à un contrat à durée déterminée.

Elections professionnelles : la Cour de cassation précise la conséquence de la participation d’une personne morale qui n’est pas un syndicat

Dans un arrêt en date du 27 janvier 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que seules des organisations syndicales peuvent présenter des candidats au premier tour des élections professionnelles (...)

Travail forcé des chômeurs : on y est

C’est parti pour "le travail forcé des chômeurs". En effet une proposition de loi visant à contraindre les bénéficiaires du RSA à travailler 5 heures par semaine va être déposée prochainement devant une (...)

Publication d’un décret relatif au Centre national d’études spatiales.

Le décret n° 2009-644 du 9 juin 2009 modifiant le décret n° 84-510 du 28 juin 1984 relatif au Centre national d’études spatiales vient d’être publié au journal officiel.
Ce texte comporte des dispositios (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 21 mars 2007, N° de pourvoi : 06-40.370.

Il résulte de l’article L. 124-4 du code du travail que le contrat écrit qui doit être adressé au salarié intérimaire au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant sa mise à disposition doit notamment comporter la qualification du salarié, ainsi que, s’il s’agit d’un contrat de mission pour remplacement, le nom et la qualification du salarié remplacé, ce qui impose que soit précisée la qualification de cadre de la salariée intérimaire et de la salariée qu’elle remplaçait.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 20 juin 2007, N° de pourvoi : 06-41.823.

L’entretien préalable au licenciement d’un salarié revêt un caractère strictement individuel qui exclut que celui-ci soit entendu en présence de collègues.

Des nouveaux formulaires pour les déclarations de revenus.

Le journal officiel n° 0148 du 26 juin 2008 vient de publier un arrêté du 17 mars 2008 fixant les modèles de formulaires « Déclaration commune des revenus des professions indépendantes 2007 » et « (...)

La banque et l’utilisation frauduleuse d’une carte de paiement.

Dans un arrêt en date du 12 novembre 2008, la Chambre commerciale de la Cour de cassation vient d’affirmer que la responsabilité du titulaire d’une carte de paiement n’est pas engagée si le paiement (...)

Répondre à cet article