David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Demande d’un congé à temps partiel pour création d’entreprise : l’employeur doit (...)

Demande d’un congé à temps partiel pour création d’entreprise : l’employeur doit motiver sa décision d’accorder un congé à temps complet.

mardi 7 octobre 2008

Dans un arrêt en date du 24 septembre 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affiremer que selon l’article L. 122-32-12 (recodifié sous les numéros L. 3142-78, L. 3142-79 et L. 3142-80) du code du travail, le salarié qui crée une entreprise a droit soit à un congé pendant lequel son contrat de travail est suspendu, soit à une période de travail à temps partiel.

Elle ajoute qu’il résulte des articles L. 122-32-23 (recodifié sous les numéros L. 3142-97, D. 3142-51 et D. 3142-52) et L. 122-32-24 (recodifié sous les numéros L. 3142-98 et D. 3142-53) du même code que, dans les entreprises de moins de deux cents salariés, si l’employeur peut refuser un congé pour création d’entreprise lorsqu’il estime que le congé aura des conséquences préjudiciables à la production et à la marche de l’entreprise, il doit, à peine de nullité, préciser le motif de son refus, et, sous la même sanction, le notifier dans les 30 jours au salarié, qui peut le contester directement devant le bureau de jugement du conseil de prud’hommes.

Elle ajoute que la décision de l’employeur d’accorder un congé à temps plein pour création d’entreprise au lieu d’une période à temps partiel demandée par le salarié, s’analyse en un refus de cette demande qui, selon les dispositions susvisées, doit être motivé.

Enfin elle précise que lorsque l’employeur a, sans justifier sa décision, informé les salariées de l’octroi d’un congé à temps plein et qu’aucun autre écrit motivé n’a été notifié aux salariées dans les 30 jours, le conseil de prud’hommes a exactement décidé, ce refus non motivé étant nul, que la demande d’une période de travail à temps partiel doit être considérée comme acceptée et pris les mesures nécessaires pour rendre cette décision effective (Cour de cassation, Chambre sociale, 24 septembre 2008, N° de pourvoi : 06-44.939.).

A lire aussi :

Quel choc : le contrat à durée déterminée peut être verbal

La circonstance que les contrats avaient été conclus verbalement ne peut avoir légalement pour effet de leur conférer une durée indéterminée.

Cour de cassation, Chambre sociale, N° de pourvoi : 06-46349 06-46350 06-46351 06-46352 06-46353 06-46354 06-46355 06-46356 06-46357 06-46358 06-46359 06-46360.

Lorsque des expositions temporaires interviennent régulièrement, à la même fréquence chaque année, sur les mêmes périodes annuelles, sur un même site et suivant un mode d’organisation identique, même si chacune de ces expositions est temporaire, celles-ci constituaient pour l’employeur une activité permanente, et non occasionnelle, même si elle est intermittente, entrant dans les missions qui lui sont confiées, en conséquence le surcroît d’activité ne peut être retenu et les contrats litigieux doivent être requalifiés en contrats de travail à durée indéterminée.

Vers une enquête concernant le couple Woerth ? (vidéo)

Cette vidéo nous donne des explications concernant une probable ouverture d’une enquête par le procureur de Nanterre (Philippe Courroye) concernant Eric Woerth et son épouse. Une enquête qui soulève (...)

Les conditions de reconnaissance du titre de vétérinaire spécialiste.

Les conditions de reconnaissance du titre de vétérinaire spécialiste viennent d’être déterminées par un arrêté du 1er juillet 2009.
Ce texte précise que la reconnaissance d’un titre de spécialisation (...)

L’usage sous exploité de Twitter dans les grands cabinets d’avocats

Adrian Dayton vient de diffuser sur son site une étude intéressante qui porte sur l’examen des comptes Twitter des 100 plus importants cabinets d’avocats aux USA. Cette étude prend la forme d’un (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 17 mai 2006, N° de pourvoi : 04-43.022.

Si l’employeur a l’obligation d’assurer l’adaptation des salariés à l’évolution de leur emploi, en leur donnant au besoin une formation complémentaire, il ne peut lui être imposé de leur délivrer une qualification nouvelle leur permettant d’accéder à un poste disponible de catégorie supérieure ; une
cour d’appel caractérise l’impossibilité du reclassement en constatant que la formation d’une salariée était insuffisante pour occuper le seul emploi vacant de contrôleur de gestion et en retenant à bon droit que l’acquisition de cette formation ne relevait pas de l’obligation d’adaptation de l’employeur.

Création du comité interministériel du handicap

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-1367 du 6 novembre 2009 portant création du comité interministériel du handicap.
Il est créé un comité interministériel du handicap présidé par le (...)

Le loueur en meublé

Le loueur en meublé est un ouvrage rédigé par Gérard Vinson et publié par Gualino Editeur.
Au début du mois d’avril 2009, la 4ème édition de cet ouvrage a été publiée.
Cet ouvrage proposé au tarif de (...)

Indice des loyers des activités tertiaires - 3ème trimestre 2011

Le journal officiel du 12 janvier 2012 vietn de procéder à la pulication de l’avis relatif à l’indice des loyers des activités tertiaires du troisième trimestre 201.
L’indice des loyers des activités (...)

Grosses réparations : caractère liminatif de l’énumération prévue par l’article 606 du code civil

L’article 606 du code civil dispose que "les grosses réparations sont celles des gros murs et des voûtes, le rétablissement des poutres et des couvertures entières. Celui des digues et des murs de (...)

Répondre à cet article