David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Demande d’un congé à temps partiel pour création d’entreprise : l’employeur doit (...)

Demande d’un congé à temps partiel pour création d’entreprise : l’employeur doit motiver sa décision d’accorder un congé à temps complet.

mardi 7 octobre 2008

Dans un arrêt en date du 24 septembre 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affiremer que selon l’article L. 122-32-12 (recodifié sous les numéros L. 3142-78, L. 3142-79 et L. 3142-80) du code du travail, le salarié qui crée une entreprise a droit soit à un congé pendant lequel son contrat de travail est suspendu, soit à une période de travail à temps partiel.

Elle ajoute qu’il résulte des articles L. 122-32-23 (recodifié sous les numéros L. 3142-97, D. 3142-51 et D. 3142-52) et L. 122-32-24 (recodifié sous les numéros L. 3142-98 et D. 3142-53) du même code que, dans les entreprises de moins de deux cents salariés, si l’employeur peut refuser un congé pour création d’entreprise lorsqu’il estime que le congé aura des conséquences préjudiciables à la production et à la marche de l’entreprise, il doit, à peine de nullité, préciser le motif de son refus, et, sous la même sanction, le notifier dans les 30 jours au salarié, qui peut le contester directement devant le bureau de jugement du conseil de prud’hommes.

Elle ajoute que la décision de l’employeur d’accorder un congé à temps plein pour création d’entreprise au lieu d’une période à temps partiel demandée par le salarié, s’analyse en un refus de cette demande qui, selon les dispositions susvisées, doit être motivé.

Enfin elle précise que lorsque l’employeur a, sans justifier sa décision, informé les salariées de l’octroi d’un congé à temps plein et qu’aucun autre écrit motivé n’a été notifié aux salariées dans les 30 jours, le conseil de prud’hommes a exactement décidé, ce refus non motivé étant nul, que la demande d’une période de travail à temps partiel doit être considérée comme acceptée et pris les mesures nécessaires pour rendre cette décision effective (Cour de cassation, Chambre sociale, 24 septembre 2008, N° de pourvoi : 06-44.939.).

A lire aussi :

Microsoft supprime Internet Explorer de Windows pour plaire à Bruxelles.

Microsoft a annoncé le jeudi 11 juin 2009 son intention de commercialiser Windows Seven sans Internet Explorer.
Cette annonce a été faite alors que la Commission européenne mène une enquête sur la (...)

Le reclassement des salariés.

Dans un arrêt en date du 16 avril 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient de se prononcer sur le cas du reclassement d’un salarié lors de l’application d’une convention collective (...)

EIRL : Modèle gratuit pour l’accord du conjoint à l’affectation d’un bien commun

Le greffe du tribunal de commerce de Paris propose dans son espace de téléchargement un modèle gratuit d’accord du conjoint à l’affectation par l’Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) (...)

Cour de cassation, Chambre civile 3, 19 mars 2008, N° de pourvoi : 07-10.704.

La liste des charges récupérables prévue en annexe au décret du 26 août 1987 a un caractère limitatif et le gardiennage de nuit et de week-end n’y est pas mentionné.

Les conditions de la gestion d’affaire supposent que le gérant ait accompli pour le compte du maître un acte utile sans y être ni légalement ni contractuellement tenu, celle-ci ne peut s’appliquer lorsqu’une société est liée à chaque locataire par un contrat générateur de droits et d’obligations, dont celle d’assurer la jouissance paisible des lieux et des équipements mis à la disposition des résidents ; autant d’élément qui permettent au tribunal d’en déuire que les conditions d’application des articles 1372 à 1375 du code civil ne sont pas réunies et que la bailleresse ne peut se voir autoriser à conserver la quote-part de charges récupérées à tort.

Le courrier électronique et les réclamations contre les opérations électorales

La revue Les Petites Affiches vient de publier dans son édition du 10 août 2001 une décision du Tribunal administratif de Nantes en date du 07 juin 2001 (Tribunal Administratif de Nantes, 07 juin (...)

Des précisions pour la déclaration préalable des périodes complémentaires de soldes.

Les règles relatives à la déclaration préalable des périodes complémentaires de soldes viennent d’être précisées par un arrêté du 8 janvier 2009.
Il résulte de ce texte que la déclaration préalable des (...)

Mise en oeuvre d’un dispositif de vente au déballage pour des fruits et légumes en situation de crise conjoncturelle.

L’arrêté du 21 juillet 2009 relatif à la mise en oeuvre d’un dispositif de vente au déballage pour certains fruits et légumes en situation de crise conjoncturelle vient d’être publié au journal (...)

Salaires conventionnels : extension d’un accord dans le secteur des fleuristes, de la vente et des services des animaux familiers

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 29 mars 2010 portant extension d’un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale des fleuristes, de la vente et des services des (...)

Cour de cassation, Soc., 28 février 2002, Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Grenoble c./ société Ascométal et autres

En vertu du contrat de travail le liant à son salarié, l’employeur est tenu envers celui-ci d’une obligation de sécurité de résultat, notamment en ce qui concerne les maladies professionnelles contractées par ce salarié du fait des produits fabriqués ou utilisés par l’entreprise ; que le manquement à cette obligation a le caractère d’une faute inexcusable, au sens de l’article L. 452-1 du Code de la sécurité sociale, lorsque l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié, et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour l’en préserver

Une société qui a ou aurait dû avoir conscience du danger lié à l’amiante et qui n’a pas pris les mesures nécessaires pour en préserver son salarié commet une faute inexcusable

Bourses de lycée : majoration des plafonds de ressources

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 18 juin 2010 portant majoration des plafonds de ressources ouvrant droit à l’attribution de bourses de lycée à compter de l’année scolaire 2010-2011.
En (...)

Répondre à cet article