David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Demande d’un congé à temps partiel pour création d’entreprise : l’employeur doit (...)

Demande d’un congé à temps partiel pour création d’entreprise : l’employeur doit motiver sa décision d’accorder un congé à temps complet.

mardi 7 octobre 2008

Dans un arrêt en date du 24 septembre 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affiremer que selon l’article L. 122-32-12 (recodifié sous les numéros L. 3142-78, L. 3142-79 et L. 3142-80) du code du travail, le salarié qui crée une entreprise a droit soit à un congé pendant lequel son contrat de travail est suspendu, soit à une période de travail à temps partiel.

Elle ajoute qu’il résulte des articles L. 122-32-23 (recodifié sous les numéros L. 3142-97, D. 3142-51 et D. 3142-52) et L. 122-32-24 (recodifié sous les numéros L. 3142-98 et D. 3142-53) du même code que, dans les entreprises de moins de deux cents salariés, si l’employeur peut refuser un congé pour création d’entreprise lorsqu’il estime que le congé aura des conséquences préjudiciables à la production et à la marche de l’entreprise, il doit, à peine de nullité, préciser le motif de son refus, et, sous la même sanction, le notifier dans les 30 jours au salarié, qui peut le contester directement devant le bureau de jugement du conseil de prud’hommes.

Elle ajoute que la décision de l’employeur d’accorder un congé à temps plein pour création d’entreprise au lieu d’une période à temps partiel demandée par le salarié, s’analyse en un refus de cette demande qui, selon les dispositions susvisées, doit être motivé.

Enfin elle précise que lorsque l’employeur a, sans justifier sa décision, informé les salariées de l’octroi d’un congé à temps plein et qu’aucun autre écrit motivé n’a été notifié aux salariées dans les 30 jours, le conseil de prud’hommes a exactement décidé, ce refus non motivé étant nul, que la demande d’une période de travail à temps partiel doit être considérée comme acceptée et pris les mesures nécessaires pour rendre cette décision effective (Cour de cassation, Chambre sociale, 24 septembre 2008, N° de pourvoi : 06-44.939.).

A lire aussi :

Sortie du Code du travail 2011 Lamy

Les éditions Lamy ont publié la version 2011 de leur Code du travail.
Ce code est à jour au 31 mars 2011. Il comporte en conséquence jusqu’à cette date les textes législatifs et réglementaires relatif (...)

Contrepartie pour le temps d’habillage et de déshabillage : la Cour de cassation apporte des précisions

Dans un arrêt en date du 17 février 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que les contreparties dont fait l’objet le temps nécessaire aux opérations d’habillage et de déshabillage, sont accordées (...)

Conflits d’intérêts Modification 2011

La commission sur la prévention des conflits d’intérêt vient de rendre son rapport et de faire plusieurs propositions. Celles ci doivent permettre d’établir une plus grande impartialité de l’Etat. La (...)

Allocations Familiales 2011 Montant

Pour l’année 2011, le montant des allocations familiales a été fixé, avant CRDS, à
126,38 euros pour deux enfants,
288,38 euros pour trois enfants,
430,55 euros pour quatre enfants.
Ces montants (...)

RSA Jeunes Modification 2011 Condition

Le RSA Jeunes va t’il être modifié en 2011 ? C’est en tout cas le souhait de Martin Hirsch, l’ancien Haut commissaire aux Solidarités actives. En effet, ce dimanche 19 décembre à Canal Plus il a estimé (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 24 septembre 2002, URSSAF de Meurthe-et-Moselle c./ Société SCREG SNC

Les obligations pesant sur l’employeur en matière de sécurité ne sont pas exclusives de celles incombant au salarié qui, aux termes de l’article L. 230-3 du Code du travail, doit prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa sécurité et de sa santé ainsi que de celles des autres personnes concernées du fait de ses actes ou omissions.

Il en résulte que des accords d’intéressement peuvent, sans en méconnaître le caractère collectif, prendre en considération des critères tenant à l’amélioration de la sécurité dans l’entreprise.

Cour de cassation, Chambre civile 3, 11 mars 2008, N° de pourvoi : 06-21.284.

La partie qui doit restituer une somme qu’elle détient en vertu d’une décision de justice exécutoire n’en doit les intérêts au taux légal qu’à compter de la notification, valant mise en demeure, de la décision ouvrant droit à restitution.

Réforme des retraites : Martin Hirsch s’exprime (vidéo)

Devenu président président de l’Agence du service civique, Martin Hirsch donne son avis au micro d’Europe 1 sur le projet de réforme de la retraite.

Facebook facilite le travail des avocats spécialisés dans le divorce

Si en France l’actualité juridique relative à Facebook est surtout focalisée, pour l’instant, sur des cas de licenciement, aux USA ce sont actuellement les divorces qui retiennent l’attention. En (...)

Le refus d’un changement des conditions de travail n’est pas une faute grave

Dans un arrêt en date du 12 mai 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que la création d’un échelon hiérarchique intermédiaire n’entraîne en soi aucun déclassement du salarié et donc aucune (...)

Répondre à cet article