David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Des conseils juridiques gratuits dans un lieu insolite

Des conseils juridiques gratuits dans un lieu insolite

mardi 17 août 2010

Cela fait un peu penser aux Bibliobus, mais au lieu de permettre la lecture et la location de livres, le bus dont il est question est un lieu où il est possible de recevoir gratuitement des conseils juridiques. En effet, à Paris le Bus de la solidarité permet de consulter des avocats. Cette initiative est menée depuis 2003 par l’association Droits d’urgence et le barreau de Paris. Selon Les Echos pour 2009, 3.500 personnes ont bénéficié d’une consultation juridique gratuite avec le bus de la solidarité.

Via : Les Echos

A lire aussi :

La journée de solidarité dans les services du Premier ministre en 2009.

L’organisation en 2009 de la journée de solidarité dans les services du Premier ministre vient d’être précisée par un arrêtédu 24 décembre 2008.
Selon ce texte, dans les services du Premier ministre, la (...)

Conseil d’Etat, 3 juillet 2002, Ministre de l’économie, des finances et de l’industrie c./ M. X.

Le fait, pour un créateur de logiciels informatiques, de concéder le droit d’exploiter ceux-ci à titre onéreux doit être regardé, alors même que l’intéressé n’intervient pas dans l’exploitation de ces logiciels, comme une activité professionnelle, au sens des dispositions précitées de l’article 1447 du code général des impôts (dispositions relatives à la taxe professionnelle).

La réponse ministérielle à M. Houel, député, en date du 31 juillet 1971 et la documentation administrative de base 6 E 121 concernant l’assujettissement des inventeurs cédant ou concédant des brevets ne mentionnent pas les créateurs de logiciels

Cour de cassation, Chambre sociale, 13 décembre 2006, N° de Pourvoi : 05-40.671.

L’accord cadre du 24 janvier 2002 sur l’organisation et la durée du travail effectif dans les services interentreprises de médecine du travail n’impose pas la réduction effective du temps de travail hebdomadaire à 35 heures et ne prévoit pas que les rémunérations minimales conventionnelles des médecins du travail, définies sur la base de 39 heures à la date de conclusion de l’accord, s’appliquent, en l’absence de réduction effective du temps de travail, à une durée de travail de 35 heures, dès l’entrée en vigueur du dit accord.

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 26 janvier 2001,Mme P.-H., représentant des créanciers au redressement judiciaire de la société Houvenaghel et a. c/ Société générale et a.

n° 99-15.153.
LA COUR,
Sur le premier moyen, pris en sa première branche :
Vu l’article 50, alinéa 1er, de la loi du 25 janvier 1985 dans sa rédaction antérieure à la loi du 10 juin 1994 applicable (...)

Formation doctorale et thèse.

Le journal officiel n° 195 du 24 août 2006 porte publication de plusieurs arrêtés relatifs à la formation doctorale et à la thèse.
Il s’agit des textes suivants, consultables sur le site légifrance : (...)

La Cour de cassation donne des précisions sur la désignation du délégué syndical (Soc., 11 février 2009, N° 08-60.440)

Un syndicat ne peut désigner un délégué syndical que dans le champ d’application géographique et professionnel déterminé par ses statuts, peu important son adhésion à une organisation reconnue représentative au plan national et interprofessionnel.

L’administration électronique

Le 19 avril 2001 le député Thierry CARCENAC a remis au premier ministre un rapport intitulé « Pour une administration électronique citoyenne".
Il est possible de débattre sur ce thème en participant à (...)

Accident du travail Inaptitude Condition Indemnité Spéciale Licenciement

Dans un arrêt en date du 28 avril 2011 la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que l’indemnité spéciale de licenciement, versée sans condition d’ancienneté, n’est due qu’en présence (...)

Précision sur le point de départ de la prescription d’une action en responsabilité

Dans un arrêt en date du 11 mars 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que la prescription d’une action en responsabilité ne court qu’à compter de la réalisation du dommage ou de la date à (...)

Cour de Cassation, Avis n° 0040002P, 22 mars 2004, Pourvoi n° : 03-00.004.

L’omission des mentions prévues par l’article 4 alinéa 2 de la loi du 12 avril 2000 n’est pas de nature à justifier l’annulation par les juridictions statuant en matière de contentieux général de la sécurité sociale des mises en demeure délivrées par les URSSAF.

Répondre à cet article