David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Grippe A : l’indemnité versée aux agents publics dans le cadre de la campagne (...)

Grippe A : l’indemnité versée aux agents publics dans le cadre de la campagne de vaccination

dimanche 6 décembre 2009

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-1496 du 4 décembre 2009 relatif à l’indemnité exceptionnelle versée aux agents publics de l’Etat dans le cadre de la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1).

Ce texte prévoit qu’une indemnité exceptionnelle liée à la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) est versée aux fonctionnaires de catégorie A, B et C et aux agents non titulaires de droit public, lorsqu’ils accomplissent des heures supplémentaires en dépassement des horaires définis par leur cycle de travail habituel dans le cadre d’une réquisition par le préfet pour exercer des fonctions de nature administrative pour le compte d’un centre de vaccination.

Les heures supplémentaires sont indemnisées dans les conditions suivantes :

- la rémunération horaire est déterminée en prenant pour base exclusive le montant du traitement brut annuel de l’agent concerné au moment de l’exécution des travaux, augmenté, le cas échéant, de l’indemnité de résidence que l’on divise par 1 820.

- Pour les heures effectuées entre 7 heures et 22 heures, la rémunération horaire est multipliée par 1,25.

- Pour les heures effectuées entre 22 heures et 7 heures, ou effectuées le dimanche ou un jour férié, la rémunération horaire est multipliée par 2,5.

Ces majorations ne peuvent se cumuler.

L’indemnité exceptionnelle entre dans le champ d’application de l’exonération fiscale et de la réduction de cotisations salariales de sécurité sociale.

Les heures supplémentaires indemnisées ne peuvent faire l’objet d’aucune autre indemnisation de même nature.

A lire aussi :

Remaniement ministériel : l’Elysée se prend les pieds dans le tapis (vidéo)

Cette vidéo nous explique les erreurs de communication de l’Elysée alors que Sarkozy et le gouvernement traversent une véritable crise.

Passage d’un horaire de jour à un horaire de nuit et modification du contrat de travail.

Dans une décision en date du 11 juillet 2007, la Cour de cassation vient de rappeler que le passage, même partiel, d’un horaire de jour à un horaire de nuit constitue une modification du contrat de (...)

Le gérant doit être fidèle et loyal envers l’entreprise qu’il dirige

Dans un arrêt en date du 15 novembre 2011 la chambre commerciale de la Cour de cassation vient d’affirmer que l’associé d’une société à responsabilité limitée n’est, en cette qualité, tenu ni de (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 15 octobre 2002, N° de pourvoi : 01-46.240

Lorsque l’employeur a modifié, sans établir d’avenant, le contrat de travail du salarié qui ne comporte plus la mention de la durée du travail et sa répartition, et lorsque l’employeur ne justifie pas de la durée exacte du travail du salarié, de l’amplitude de ses variations éventuelles et de la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois, le salarié est employé à temps complet.

La fermeture temporaire de l’entreprise pour travaux ne constitue pas une cessation d’activité de l’entreprise et l’indication de cette fermeture temporaire dans une lettre de licenciement ne peut, à elle seule, constituer un motif économique de licenciement et le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

L’usage excessif d’une connexion internet à des fins personnelles peut constituer une faute grave (Soc., 18 mars 2009, N° 07-44.247).

La cour d’appel, appréciant souverainement les éléments de fait et de preuve qui lui étaient soumis, a relevé que le salarié avait usé de la connexion Internet de l’entreprise, à des fins non professionnelles, pour une durée totale d’environ quarante et une heures durant le mois de décembre 2004 ; elle a pu décider que son comportement rendait impossible son maintien dans l’entreprise et était constitutif d’une faute grave.

Cour de cassation, Ch. Com., 4 octobre 1994, Consorts N. contre époux C.

n° 92-15.102.
LA COUR ;
Attendu qu’il résulte des énonciations du premier des arrêts attaqués que, par acte du 11 janvier 1974, les époux C., " boulangers à (...) ", reconnaissaient avoir reçu de Mme (...)

Vente d’un immeuble raccordé au réseau public d’assainissement : précision sur l’étendue du raccordement

La troisième chambre civile de la cour de cassation a rendu ce 11 juillet 2012 un arrêt portant sur l’étendue du raccordement lorsque l’acte de vente d’un immeuble déclare que ledit immeuble est (...)

Le juge administratif n’est pas compétent pour ordonner une expertise médicale pour établir un lien de parenté

Dans un arrêt en date du 11 mars 2010, le Conseil d’Etat, vient d’affirmer qu’une demande tendant à ce que le juge des référés du Conseil d’Etat prescrive une expertise médicale de nature à établir, par (...)

Le versement des salaires à venir peut être ordonné en référé.

Le versement des salaires à venir peut être ordonné en référé.

Le juge doit trancher le litige conformément aux règles de droit qui lui sont applicables

La recherche de la conformité du droit positif aux préceptes de la fonction juridictionnelle entreprise initialement sous l’angle du droit comparé impose de priviligier également le droit processuel, en s’interrogeant sur l’effectivité du précepte du respect de la légalité.

Répondre à cet article