David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Inaptitude et obligation de reclassement : quid en cas de demande en (...)

Inaptitude et obligation de reclassement : quid en cas de demande en résiliation du contrat de travail ?

jeudi 6 septembre 2007

L’inaptitude du salarié [1] entraîne des conséquences importantes tant pour le salarié que pour l’employeur. Elle fait notamment peser sur ce dernier une obligation de reclassement. Dans une décision en date du 30 mai 2007, la Chambre sociale de la Cour de cassation a estimé que le fait pour un salarié d’agir en résiliation du contrat de travail pour harcèlement moral ne dispense pas l’employeur, qui licencie ultérieurement ce salarié pour inaptitude, de son obligation de reclassement.

Notes

[1David Taté, Les méandres du constat de l’inaptitude physique du salarié, 16 février 2007, http://www.davidtate.fr/spip.php?article851.

A lire aussi :

Le prêt participatif pour la modernisation de la restauration accessible au 1 octobre 2009

Dans un communiqué, le site Gouvernement.fr annonce que les premiers prêts participatifs pour la modernisation des cafés et restaurants pourront être accordés dès le 1er octobre.
Ce prêt sera d’un (...)

Contrat de travail conclu pour la durée du chantier : précision sur la cause du licenciement

Dans un arrêt en date du 6 janvier 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que lorsque le contrat de travail a été conclu pour la durée d’un chantier, l’achèvement du chantier constitue une cause de (...)

actulegales.fr : les annonces légales sur Internet

Le site actulegales.fr permet de consulter via internet les annonces légales relatives aux entreprises, aux sociétés et aux fonds de commerce qui ont été publiées. Il est possible de faire une (...)

Essai sur les préceptes de la fonction juridictionnelle

L’un des mérites du nouveau Code de procédure civile réside dans la reconnaissance et l’affirmation de l’existence des principes directeurs du procès. Cette situation n’est malheureusement pas (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 10 mai 2007, N° de pourvoi : 05-45.932.

S’il résulte de l’article L. 212-1-1 du code du travail que la preuve des heures de travail effectuées n’incombe spécialement à aucune des parties et que l’employeur doit fournir au juge les éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié, il appartient cependant à ce dernier de fournir préalablement au juge des éléments de nature à étayer sa demande ; toutefois celui-ci ne peut rejeter une demande en paiement d’heures complémentaires aux motifs que les éléments produits par le salarié ne prouvent pas le bien-fondé de sa demande.

Interdiction de fumer et signalisation.

Le journal officiel n° 11 du 13 janvier 2007 vient de publier un arrêté du 3 janvier 2007 fixant les modèles de signalisation prévus par l’article R. 3511-6 du code de la santé publique.
Le décret n° (...)

Prorogation du mandat du Médiateur de la République

Le journal officiel vient de publier la loi n° 2010-372 du 12 avril 2010 visant à proroger le mandat du Médiateur de la République.
Par application de cette loi, la durée du mandat du Médiateur de la (...)

Dans quels cas les primes versées par le souscripteur d’un contrat d’assurance vie sont-elles rapportables à la succession ?

Dans un arrêt en date du 10 avril 2008, la 2ème Chambre civile de la Cour de cassation précise les conditions à respecter pour que les primes versées par le souscripteur d’un contrat d’assurance vie (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 29 juin 2005, Pourvoi n° : 03-42.804

L’écrit par lequel le salarié prend acte de la rupture du contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur ne fixe pas les limites du litige et le juge est tenu d’examiner les manquements de l’employeur invoqués devant lui par le salarié, même si celui-ci ne les a pas mentionnés dans cet écrit.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 4 avril 2006, Pourvoi n° : 04-42.672

La rupture du contrat de travail à temps partiel résultant du refus de la salariée d’accepter l’obligation qui lui était faite par l’employeur de venir travailler le samedi s’analyse en un licenciement sans cause réelle et sérieuse dès lors que celui-ci n’avait pas respecté le délai de prévenance prévu au contrat.

Répondre à cet article