David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Incitation crêches en entreprises

Incitation crêches en entreprises

jeudi 16 septembre 2010

La secrétaire d’État à la Famille Nadine Morano vient d’annoncer qu’elle va écrire aux 500 plus grosses entreprises françaises pour les inciter à développer les crêches pour accueillir les enfants des salariés. Actuellement 376 crêches d’entreprise existent en France pour environ 9.000 places.

Via : Le Figaro

A lire aussi :

Bossons Futé

L’association Bossons FUTE regroupe des médecins du travail et son site internet comporte des données utiles en matière de santé et de sécurité au travail. Ainsi il est possible de suivre l’actualité (...)

Avantage En Nature Nourriture Montant 2012 HCR

Jusqu’alors fixé à 3,43 euros, le montant de l’avantage en nature nourriture pour le secteur relatif aux hôtels cafés restaurants (HCR) vient d’être modifié récemment.
En effet à partir du 1er janvier (...)

Titres Restaurant 2011 Exonération

Pour l’année 2010, le seuil d’exonération des titres restaurant avait été fixé à 5,21 euros. Ce montant a été modifié à partir du 1er janvier 2011. En effet pour l’année 2011 il faut tenir compte d’un (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 26 février 2003, N° de pourvoi : 00-21.235

Il résulte de l’article 24 de la loi du 10 juillet 1994 et les articles 15 et 17 du décret du 17 mars 1967 qu’au début de chaque réunion, l’assemblée générale des copropriétaires désigne son président et, le cas échéant, son bureau, et que le procès-verbal doit indiquer le résultat de chaque vote et préciser les noms des copropriétaires qui se sont opposés à la décision de l’assemblée, de ceux qui n’ont pas pris part au vote et de ceux qui se sont abstenus, ce qui impose de mentionner, dans le procès-verbal, les conditions du vote sur la désignation du président de séance et du bureau.

L’index national bâtiment tous corps d’état pour juin 2009

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’index national bâtiment « tous corps d’état » (symbole BT 01).
Selon cet avis, l’index national bâtiment « tous corps d’état » (symbole BT 01) (...)

Congé maternité 2010 2011 : 18 ou 20 semaines ?

C’est aujourd’hui que le Parlement européen doit se prononcer sur l’allongement de la durée du congé maternité. Sa décision pourrait aller dans le sens d’une extension de la durée du congé maternité afin (...)

Les équivalences de nuit dans l’enseignement privé agricole.

Les équivalences de nuit dans l’enseignement privé agricole ont été fixées par le décret n° 2008-973 du 17 septembre 2008.
Les dispositions de ce décret sont applicables aux salariés à temps complet : (...)

Salaire : extension d’un accord dans le secteur des centres immatriculés de conditionnement, de commercialisation et de transformation des oeufs et des industries en produits d’oeufs

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 29 mars 2010 portant extension d’un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale des centres immatriculés de conditionnement, de (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 25 février 2004, Pourvoi n° : 01-43.392

La clause par laquelle un salarié à temps partiel se voit interdire toute autre activité professionnelle, soit pour son compte, soit pour le compte d’un tiers, porte atteinte au principe fondamental de libre exercice d’une activité professionnelle et n’est dès lors valable que si elle est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise et si elle est justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché ; si la nullité d’une telle clause n’a pas pour effet d’entraîner la requalification du contrat de travail à temps partiel en contrat de travail à temps complet, elle permet toutefois au salarié d’obtenir réparation du préjudice ayant résulté pour lui de cette clause illicite.

La justice à Marseille : bientôt la clé sous la porte ?

Reprenant des propos du président du Tribunal de Grande Instance de Marseille, François Pion, le Jdd affirme qu’en raison de difficultés financières le règlement des factures d’eau et d’électricité n’a (...)

Répondre à cet article