David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > L’Union nationale des propriétaires immobiliers, le droit opposable au (...)

L’Union nationale des propriétaires immobiliers, le droit opposable au logement et la garantie des risques locatifs.

mercredi 17 janvier 2007

Le 11 janvier 2007, l’Union nationale des propriétaires immobiliers a exprimé sur son site internet sa position sur le droit opposable au logement et la garantie des risques locatifs.

Elle affirme ne pas être hostile au principe de l’opposabilité, mais être résolument opposée à toute mesure d’accompagnement qui se traduirait par des réquisitions de logements ou des blocages (loyers, expulsions, reprises de logements …) car de telles mesures auraient immédiatement pour effets pervers d’inciter les bailleurs à renoncer à des locations ou à vendre. Selon l’UNPI, l’accompagnement du droit opposable au logement doit passer par le volontariat.

L’UNPI regrette également que la garantie des risques locatifs ne soit pas universelle, ce qui, selon elle, devrait contraindre des bailleurs à s’assurer, et pourrait entraîner un risque d’affaiblissement de la relation locative ainsi qu’une forte hausse des primes d’assurance.

Voir en ligne : Accès au site internet de l’UNPI

A lire aussi :

Robert Badinter s’exprime sur la réforme des retraites et sur l’indépendance de la justice

Au micro d’Europe 1, Robert Badinter indique qu’il souhaite que le conseil constitutionnel se prononce sur la loi relative à la réforme des retraites. Il s’exprime également sur l’indépendance de la (...)

Vidéo Condamnation Lindsay Lohan

Cette vidéo nous permet de voir la réaction de l’actrice Lindsay Lohan lorsque le tribunal la condamne à 90 jours de prison et à suivre une cure de désintoxication après sa sortie de prison. Sa peine (...)

Licenciement Motif Disciplinaire Délai Notification

En présence d’un licenciement pour motif disciplinaire l’employeur doit respecter un double délai pour notifier la décision de licenciement à son salarié.
Tout d’abord l’employeur ne doit pas envoyer (...)

Sortie du Code de la santé publique 2011 Dalloz

Les éditions Dalloz viennent de publier la version 2011 de leur Code de la santé publique.
Annotée et commentée cette 25ème édition comporte notamment les dispositions de la loi du 22 mars 2011 (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 16 novembre 2005, Pourvoi n° : 03-45.392

Lorsqu’un salarié prend acte de la rupture de son contrat de travail en raison de faits qu’il reproche à son employeur, cette rupture produit les effets soit d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse si les faits invoqués la justifiaient, soit, dans le cas contraire, d’une démission, peu important la convocation du salarié à un entretien préalable à un éventuel licenciement.

Location Frais Illicites Quittance Etat des lieux

Malgré les lois qui s’empilent il ne semble pas y avoir beaucoup d’amélioration concernant le traitement des locataires par certains professionnels de la gestion immobilière. En effet, la CLCV (...)

Avantage en nature nourriture 2011 HCR Suppression Exonération

L’article 201 de la loi de finances pour 2011 vient de modifier le régime applicable aux avantages en nature nourriture dans le secteur des hôtels, cafés et restaurants. En effet, une réduction (...)

La Cour de cassation se prononce sur le devoir de conseil du notaire (Civ. 1, 14 mai 2009, N° 08-12.093)

Le notaire n’est pas déchargé de son devoir de conseil par les compétences personnelles de son client.

Location immobilière : liste des organismes qui peuvent apporter un cautionnement

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-1659 du 28 décembre 2009 pris pour l’application de l’article 22-1 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 24 septembre 2008, N° de Pourvoi : 06-43.504.

Il résulte de l’article L. 122-52 du code du travail, applicable, d’une part, à l’article L. 122-46 en matière de discrimination, d’autre part, à l’article L. 122-49 en matière de harcèlement, et interprété à la lumière de la directive CE/2000/78 du conseil du 27 novembre 2000 portant création d’un cadre général en faveur de l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail, que dès lors que le salarié concerné établit des faits qui permettent de présumer l’existence d’un harcèlement, il incombe à la partie défenderesse, au vu de ces éléments, de prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un tel harcèlement et que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement.

Lorsque chacune des mesures invoquées par la salariée était justifiée par la situation économique de l’entreprise et la nécessité de sa réorganisation, la notion de harcèlement ne peut être retenue.

Répondre à cet article