David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > L’aide au financement des dépenses liées à l’accès à un nouvel emploi et le (...)

L’aide au financement des dépenses liées à l’accès à un nouvel emploi et le montant du plafond de ressources.

lundi 12 mars 2007

Le journal officiel n° 60 du 11 mars 2007 vient de publier un arrêté du 8 mars 2007 fixant le montant du plafond de ressources prévu par le décret n° 2007-327 du 8 mars 2007 créant une aide au financement des dépenses liées à l’accès à un nouvel emploi dite « prêt jeunes avenir ».

Selon cet arrêté, le montant du plafond trimestriel de ressources est fixé à 3 000 euros pour une personne seule. Ce montant est augmenté de 1 500 euros pour la deuxième personne présente au foyer en sus du demandeur et de 900 euros par personne supplémentaire.

Voir en ligne : Consultation de l’arrêté du 8 mars 2007, sur le site légifrance

A lire aussi :

L’homologation de la norme d’exercice professionnel relative aux anomalies significatives et au seuil de signification.

Le journal officiel n° 239 du 14 octobre 2006 vient de publier un arrêté du 6 octobre 2006 portant homologation de la norme d’exercice professionnel relative aux anomalies significatives et au seuil (...)

Bouclier Fiscal ISF 2011 Suppression

Lors de son intervention télévisée, le Président de la République Nicolas Sarkozy a confirmé qu’il faudrait supprimer le bouclier fiscal et l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF).
Ces suppressions (...)

Les bourses et aides financières accordées aux étudiants relevant du ministère de l’enseignement supérieur.

Les dispositions relatives aux bourses et aides financières accordées aux étudiants relevant du ministère de l’enseignement supérieur viennent d’être modifiées par le décret n° 2008-974 du 18 septembre (...)

Bail d’habitation de moins de trois ans et reprise.

Dans une décision en date du 11 juillet 2007, la Troisième chambre civile de la Cour de cassation vient d’affirmer qu’il résulte de l’article 11 de la loi du 6 juillet 1989 que quand un événement (...)

Le manque de directeurs et de personnel dans les maisons de retraite

Le député Philippe Vigier a posé une question au ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville sur le fonctionnement des maisons de retraite.
En effet, (...)

Sortie du Code général des collectivités territoriales 2010 (Berger-Levrault)

Les éditions Berger-Levrault viennent de publier la version 2010 de leur
Code général des collectivités territoriales.
Cet ouvrage est proposé par son éditeur au tarif de 67 (...)

Comment trouver un avocat à Nice

Le Barreau de Nice est considéré comme étant le 5ème barreau de France avec 867 avocats inscrits à l’Ordre. Si vous recherchez un avocat à Nice vous pouvez consulter l’annuaire accessible sur le site du (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 2, 13 décembre 2005, Pourvoi n° : 04-18.104

Lorsque des "mandataires" interviennent à partir d’un dossier technique constitué par une société, qu’ils facturent leurs honoraires sur la base d’un barème horaire déterminé unilatéralement par celle-ci et dans la limite imposée d’un temps moyen de trois heures, qu’ils n’assument aucun risque économique, que leur activité est contrôlée selon un échéancier de surveillance, que les titres de paiement sont encaissés par la société et que celle-ci dispose à leur égard d’un pouvoir de sanction "consistant à décider de ne plus confier de mission" ; une cour d’appel peut exactement en déduire que les intervenants concernés travaillent dans un lien de subordinations justifiant leur affiliation au régime général de la sécurité sociale.

Journée de solidarité : traitement du salaire en cas d’absence

Dans un arrêt en date du 7 avril 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que lorsque la journée de solidarité est fixée un jour férié précédemment chômé pour lequel le salarié aurait été rémunéré par (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 23 septembre 2003, Pourvoi n° : 01-41.495

Le salarié qui a rompu un contrat de travail à durée déterminée en méconnaissance des dispositions de l’article L. 122-3-8 du Code du travail n’a pas droit à l’attribution de dommages-intérêts.

Répondre à cet article