David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

dimanche 12 juillet 2009

Dans un arrêt en date du 30 juin 2009 la Cour de cassation vient d’affirmer que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu.

Au cas d’espèce, le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 30 juin 2009, N° de pourvoi : 08-42.751.

LA COUR,

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X... a été engagé en qualité de chauffeur de poids lourds le 1er mars 1993 par la société Le Vidangeur ; que depuis le 3 mars 1997, il bénéficiait d’un contrat à temps partiel ; qu’estimant avoir été empêché de reprendre son emploi à son retour de congés le 2 octobre 2000, le camion qu’il conduisait habituellement étant inaccessible, et n’ayant pas fait l’objet d’une procédure de licenciement, il a saisi la juridiction prud’homale le 26 février 2002 ;

Sur le premier moyen :

Vu les articles L. 3123-14 et L. 3123-17 du code du travail ;

Attendu que pour rejeter la demande en paiement d’heures "supplémentaires", l’arrêt retient que l’employeur, qui a fait l’objet de contrôles de la part des organismes sociaux, rapporte la preuve qu’il y a lieu de s’en tenir aux horaires figurant sur les bulletins de paie et que ceux-ci sont l’application du contrat de travail à temps partiel écrit dont le salarié ne demande pas la requalification ;

Qu’en se déterminant ainsi, sans rechercher, comme elle y était invitée, si en présence d’un contrat de travail à temps partiel conclu le 3 mars 1997, les bulletins de paie mentionnant 169 heures mensuelles entre mars 1997 et octobre 1998, ne justifiaient pas la demande du salarié, la cour d’appel n’a pas donné de base légale au regard des textes susvisés ;

Sur le second moyen :

Vu l’article L. 1231-1 du code du travail ;

Attendu que pour qualifier la rupture du contrat de travail de prise d’acte produisant les effets d’une démission, l’arrêt retient que le salarié n’a plus été sollicité à compter du 2 octobre 2000 par l’employeur pour reprendre son poste et n’a pas non plus fait l’objet d’une procédure de licenciement ;

Attendu cependant que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu ;

Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’il résultait de ses constatations que le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible, la cour d’appel, qui ne pouvait en déduire que le salarié avait pris l’initiative de cesser le travail alors qu’il ne pouvait plus accéder à son outil de travail, a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 10 septembre 2007, entre les parties, par la cour d’appel de Basse-Terre ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Fort-de-France (...).

A lire aussi :

net-entreprises.fr déclaration unique d’embauche Internet 2010

Le site net-entreprises.fr permet aux employeurs de procéder rapidement et facilement à une déclaration unique d’embauche (DUE) en ligne via internet.
A l’exception des particuliers, les employeurs (...)

La rupture du contrat de travail se situe à la date où l’employeur manifeste sa volonté d’y mettre fin

Dans un arrêt en date du 14 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que la rupture d’un contrat de travail se situe à la date où l’employeur a manifesté sa volonté d’y mettre fin.
Cette (...)

Explications sur le forfait jours (vidéo)

Dans cette vidéo, Maître Charlotte HAMMELRATH, avocate associée de la SCP Coblence, nous donne des explications sur le forfait jours.

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 24 octobre 2007, N° de pourvoi : 06-19.260.

Pour prescrire, il faut une possession continue et non-interrompue, paisible, publique, non équivoque et à titre de propriétaire.

Un droit de jouissance privatif sur des parties communes est un droit réel et perpétuel qui peut s’acquérir par usucapion

Syndicats et démocratie sociale : la Cour de cassation rend 4 arrêts importants.

Ces 4 arrêts importants sont relatifs à l’application de la loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 28 septembre 2005, Pourvoi n° : 04-44.823

La précision selon laquelle un contrat à durée déterminée est conclu pour faire face à un accroissement temporaire d’activité constitue le motif précis exigé par l’article L. 122-3-1 du Code du travail.

Obligation pour l’employeur qui dispose d’un établissement en France d’assurer ses salariés contre le chômage

Dans un arrêt en date du 12 juillet 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que tout employeur est tenu d’assurer contre le risque de privation d’emploi tout salarié dont l’engagement résulte d’un (...)

L’admission en non-valeur des créances autres que les cotisations de sécurité sociale, impôts et taxes affectés.

Le décret n° 2008-801 du 20 août 2008 relatif à l’admission en non-valeur des créances autres que les cotisations de sécurité sociale, impôts et taxes affectés vient d’être publié au journal officiel.
Il (...)

Le paiement de provisions pour des dépenses de ravalement ne démontre pas l’accord du preneur pour la prise en charge de ces dépenses

Dans un arrêt en date du 19 décembre 2012 la troisième chambre civile de la cour de cassation a affirmé, après avoir visé l’article 1720 du code civil, que le bailleur doit faire, pendant la durée du (...)

Publication de l’indice du coût de la construction du 1er trimestre 2013

Le journal officiel a procédé à la publication de l’avis relatif à l’indice du coût de la construction du premier trimestre 2013.
Selon cet avis l’indice du coût de la construction du premier trimestre (...)

Répondre à cet article