David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

dimanche 12 juillet 2009

Dans un arrêt en date du 30 juin 2009 la Cour de cassation vient d’affirmer que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu.

Au cas d’espèce, le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 30 juin 2009, N° de pourvoi : 08-42.751.

LA COUR,

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X... a été engagé en qualité de chauffeur de poids lourds le 1er mars 1993 par la société Le Vidangeur ; que depuis le 3 mars 1997, il bénéficiait d’un contrat à temps partiel ; qu’estimant avoir été empêché de reprendre son emploi à son retour de congés le 2 octobre 2000, le camion qu’il conduisait habituellement étant inaccessible, et n’ayant pas fait l’objet d’une procédure de licenciement, il a saisi la juridiction prud’homale le 26 février 2002 ;

Sur le premier moyen :

Vu les articles L. 3123-14 et L. 3123-17 du code du travail ;

Attendu que pour rejeter la demande en paiement d’heures "supplémentaires", l’arrêt retient que l’employeur, qui a fait l’objet de contrôles de la part des organismes sociaux, rapporte la preuve qu’il y a lieu de s’en tenir aux horaires figurant sur les bulletins de paie et que ceux-ci sont l’application du contrat de travail à temps partiel écrit dont le salarié ne demande pas la requalification ;

Qu’en se déterminant ainsi, sans rechercher, comme elle y était invitée, si en présence d’un contrat de travail à temps partiel conclu le 3 mars 1997, les bulletins de paie mentionnant 169 heures mensuelles entre mars 1997 et octobre 1998, ne justifiaient pas la demande du salarié, la cour d’appel n’a pas donné de base légale au regard des textes susvisés ;

Sur le second moyen :

Vu l’article L. 1231-1 du code du travail ;

Attendu que pour qualifier la rupture du contrat de travail de prise d’acte produisant les effets d’une démission, l’arrêt retient que le salarié n’a plus été sollicité à compter du 2 octobre 2000 par l’employeur pour reprendre son poste et n’a pas non plus fait l’objet d’une procédure de licenciement ;

Attendu cependant que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu ;

Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’il résultait de ses constatations que le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible, la cour d’appel, qui ne pouvait en déduire que le salarié avait pris l’initiative de cesser le travail alors qu’il ne pouvait plus accéder à son outil de travail, a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 10 septembre 2007, entre les parties, par la cour d’appel de Basse-Terre ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Fort-de-France (...).

A lire aussi :

Profession du droit : estimation des juristes et avocats qui exercent en télétravail

A partir de son enquête 2011 sur les métiers du droit et leurs revenus le Village de la Justice vient d’en tirer des estimations concernant la pratique du télétravail par les avocats et les juristes (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 3 mai 2006, N° de pourvoi : 04-20.423.

La procuration sur un compte bancaire, n’entraînant pas la renonciation du mandant à la propriété des fonds retirés à l’aide de celle-ci, n’opère pas de ce fait tradition et il appartient à celui qui a obtenu dans ces conditions les sommes provenant du compte d’établir l’intention libérale qui aurait animé le mandant.

Taxe d’apprentissage 2011 Modification

Il devrait y avoir des modifications en 2011 concernant la taxe d’apprentissage. En effet, Xavier Bertrand, le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé souhaite procéder à des (...)

Conseil d’État, Section du Contentieux, 27 septembre 2006, N° 260050.

Si un acte de droit privé opposable aux tiers est en principe opposable dans les mêmes conditions à l’administration tant qu’il n’a pas été déclaré nul par le juge judiciaire, il appartient à l’administration, lorsque se révèle une fraude commise en vue d’obtenir l’application de dispositions de droit public, d’y faire échec même dans le cas où cette fraude revêt la forme d’un acte de droit privé ; ce principe peut conduire l’administration à ne pas tenir compte d’actes de droit privé opposables aux tiers ; ce principe s’applique également en matière fiscale, dès lors que le litige n’entre pas dans le champ d’application des dispositions particulières de l’article L. 64 du livre des procédures fiscales, qui, lorsqu’elles sont applicables, font obligation à l’administration fiscale de suivre la procédure qu’elles prévoient ; ainsi, hors du champ de ces dispositions, le service, qui peut toujours écarter comme ne lui étant pas opposables certains actes passés par le contribuable, dès lors qu’il établit que ces actes ont un caractère fictif, peut également se fonder sur le principe susrappelé pour écarter les actes qui, recherchant le bénéfice d’une application littérale des textes à l’encontre des objectifs poursuivis par leurs auteurs, n’ont pu être inspirés par aucun motif autre que celui d’éluder ou d’atténuer les charges fiscales que l’intéressé, s’il n’avait pas passé ces actes, aurait normalement supportées eu égard à sa situation et à ses activités réelles.

Nouveau seuil en deçà duquel le certificat pour exploiter un aérodrome civil n’est pas obligatoire

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 28 décembre 2009 fixant le seuil de trafic prévu à l’article L. 211-3 du code de l’aviation civile.
En effet, selon cet article nul ne peut exploiter un (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 13 septembre 2005, Pourvoi n° : 03-10.502

L’absence de constat par l’inspecteur du travail du défaut de conclusion d’un contrat de participation dans le délai d’un an suivant la clôture de l’exercice au titre duquel sont nés les droits des salariés d’une entreprise ne prive pas ces derniers du droit de demander au juge de faire application du régime légal de participation prévu par l’article L. 442-12 du Code du travail lorsque les conditions de sa mise en oeuvre sont réunies.

Faq Juridique : la notion de résidence

Après la notion de domicile (lire la définition), il est logique de s’intéresser à la résidence. La résidence est un lieu d’habitation où se trouve une personne. Elle correspond ainsi à une situation de (...)

TVA Restauration 2011 Montant

Le taux de TVA dans la restauration va vraisemblablement demeurer à 5,5 % en 2011. En effet, plusieurs sénateurs désiraient une augmentation de ce taux pour atteindre jusqu’à 19,6 %. Toutefois, le (...)

Cour de cassation, Chambre commerciale, 27 mai 2008, N° de pourvoi : 07-13.131.

Il résulte des dispositions des articles L. 631-2, L. 640-2 du code de commerce et 190 de la loi du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises qu’à compter du 1er janvier 2006 une procédure collective de redressement ou de liquidation judiciaire peut être ouverte à l’encontre d’une personne physique exerçant une activité professionnelle indépendante dès lors qu’elle est en état de cessation des paiements à la date à laquelle le juge statue, peu important que son passif ait été exigible avant le 1er janvier 2006.

Lorsque le débiteur exerce une profession libérale soumise à un statut législatif ou réglementaire, le tribunal statue sur l’ouverture de la procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire après avoir entendu ou appelé l’ordre professionnel auquel ce texte confère la mission de représenter la profession ;

Les syndicats professionnels ne peuvent recevoir la qualification d’ordre professionnel.

La loi contre la burqa passe sans difficulté l’Assemblée Nationale

Le texte contre le port du voile intégral a été adopté quasiment à l’unanimité par l’Assemblée Nationale. Direction le sénat désormais, où il doit être examiné en (...)

Répondre à cet article