David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

dimanche 12 juillet 2009

Dans un arrêt en date du 30 juin 2009 la Cour de cassation vient d’affirmer que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu.

Au cas d’espèce, le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 30 juin 2009, N° de pourvoi : 08-42.751.

LA COUR,

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X... a été engagé en qualité de chauffeur de poids lourds le 1er mars 1993 par la société Le Vidangeur ; que depuis le 3 mars 1997, il bénéficiait d’un contrat à temps partiel ; qu’estimant avoir été empêché de reprendre son emploi à son retour de congés le 2 octobre 2000, le camion qu’il conduisait habituellement étant inaccessible, et n’ayant pas fait l’objet d’une procédure de licenciement, il a saisi la juridiction prud’homale le 26 février 2002 ;

Sur le premier moyen :

Vu les articles L. 3123-14 et L. 3123-17 du code du travail ;

Attendu que pour rejeter la demande en paiement d’heures "supplémentaires", l’arrêt retient que l’employeur, qui a fait l’objet de contrôles de la part des organismes sociaux, rapporte la preuve qu’il y a lieu de s’en tenir aux horaires figurant sur les bulletins de paie et que ceux-ci sont l’application du contrat de travail à temps partiel écrit dont le salarié ne demande pas la requalification ;

Qu’en se déterminant ainsi, sans rechercher, comme elle y était invitée, si en présence d’un contrat de travail à temps partiel conclu le 3 mars 1997, les bulletins de paie mentionnant 169 heures mensuelles entre mars 1997 et octobre 1998, ne justifiaient pas la demande du salarié, la cour d’appel n’a pas donné de base légale au regard des textes susvisés ;

Sur le second moyen :

Vu l’article L. 1231-1 du code du travail ;

Attendu que pour qualifier la rupture du contrat de travail de prise d’acte produisant les effets d’une démission, l’arrêt retient que le salarié n’a plus été sollicité à compter du 2 octobre 2000 par l’employeur pour reprendre son poste et n’a pas non plus fait l’objet d’une procédure de licenciement ;

Attendu cependant que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu ;

Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’il résultait de ses constatations que le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible, la cour d’appel, qui ne pouvait en déduire que le salarié avait pris l’initiative de cesser le travail alors qu’il ne pouvait plus accéder à son outil de travail, a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 10 septembre 2007, entre les parties, par la cour d’appel de Basse-Terre ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Fort-de-France (...).

A lire aussi :

Le conseil de surveillance des établissements publics de santé

Lors du conseil des ministres du 7 avril 2010, la ministre de la santé et des sports a présenté un décret relatif au conseil de surveillance des établissements publics de santé.
D’après ce décret (...)

Cour de cassation, Chambre commerciale, 4 novembre 2008, N° de Pourvoi : 07-21.481.

Aux termes de l’article L. 533-4 du code monétaire et financier, le prestataire de services d’investissement est tenu d’exercer son activité avec la compétence, le soin et la diligence qui s’imposent, au mieux des intérêts de ses clients et de l’intégrité du marché, ainsi que de se conformer à toutes les réglementations applicables à l’exercice de son activité de manière à promouvoir au mieux les intérêts de son client et l’intégrité du marché ; il résulte de l’article 10 de la décision n° 99-07 du Conseil des marchés financiers, devenu l’article 321-62 du règlement général de l’Autorité des marchés financiers, que le prestataire habilité qui fournit les services de réception et transmission d’ordres via internet doit, lorsqu’il tient lui-même le compte d’espèces et d’instruments financiers de son client, disposer d’un système automatisé de vérification du compte et en cas d’insuffisance des provisions et des couvertures, le système doit assurer le blocage de l’entrée de l’ordre ; l’article 1147 du code civil oblige le prestataire de services d’investissement à répondre des conséquences dommageables de l’inexécution de ces obligations.

Cour de cassation, Chambre sociale, 12 novembre 2008, N° de pourvoi : 07-42.601.

Un employeur ne peut imposer à un salarié de restrictions au libre choix de son domicile que si elles sont justifiées par la nature des tâches à accomplir et proportionnées au but recherché.

Des précisions relatives aux chambres d’hôtes.

Le journal officiel n° 179 du 4 août 2007 vient de publier un décret n° 2007-1173 du 3 août 2007 relatif aux chambres d’hôtes et modifiant le code du tourisme.
Ce décret précise que l’activité de (...)

Que faire avec des études de droit ?, Laetitia Person

Cet ouvrage est susceptible d’intéresser les futurs et les actuels étudiants en droit. Il permet de connaître les différents diplômes relatifs aux études juridiques et indique les débouchés possibles. (...)

Sortie du Mémento Social 2010

On ne présente plus la très connue collection des Mémentos publiée aux Editions Francis Lefebvre. Le Mémento Social 2010 comporte des données à jour au 01 février 2010, avec un service d’actualisation (...)

Lorsque l’employeur ne demande pas au salarié de prendre ses repos compensateurs, il doit réparer le préjudice causé au salarié.

En matière d’heures supplémentaires, l’alinéa 5 de l’article L. 212-5-1 du Code du travail prévoit notamment que le repos compensateur doit obligatoirement être pris dans un délai maximum de deux mois (...)

Vos litiges.

Ce site comporte des lettres types utiles et bien expliquées dans divers domaines (administration, assurance, banque, consommation, crédit, location, travail...) et des dossiers (formalités (...)

La consultation de la messagerie électronique par l’employeur et l’administrateur réseaux.

Sauf risque ou événement particulier, l’employeur ne peut ouvrir les messages identifiés par le salarié comme personnels contenus sur le disque dur de l’ordinateur mis à sa disposition qu’en présence de ce dernier ou celui-ci dûment appelé.

La taxe carbone : annonces et explications

Un dossier de presse relatif au déplacement de Nicolas Sarkozy, Président de la République, dans l’Ain vient d’être mis en ligne sur le site de l’Elysée.
Ce dossier concerne la stratégie de la France (...)

Répondre à cet article