David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

L’employeur doit fournir le travail convenu au salarié.

dimanche 12 juillet 2009

Dans un arrêt en date du 30 juin 2009 la Cour de cassation vient d’affirmer que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu.

Au cas d’espèce, le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 30 juin 2009, N° de pourvoi : 08-42.751.

LA COUR,

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X... a été engagé en qualité de chauffeur de poids lourds le 1er mars 1993 par la société Le Vidangeur ; que depuis le 3 mars 1997, il bénéficiait d’un contrat à temps partiel ; qu’estimant avoir été empêché de reprendre son emploi à son retour de congés le 2 octobre 2000, le camion qu’il conduisait habituellement étant inaccessible, et n’ayant pas fait l’objet d’une procédure de licenciement, il a saisi la juridiction prud’homale le 26 février 2002 ;

Sur le premier moyen :

Vu les articles L. 3123-14 et L. 3123-17 du code du travail ;

Attendu que pour rejeter la demande en paiement d’heures "supplémentaires", l’arrêt retient que l’employeur, qui a fait l’objet de contrôles de la part des organismes sociaux, rapporte la preuve qu’il y a lieu de s’en tenir aux horaires figurant sur les bulletins de paie et que ceux-ci sont l’application du contrat de travail à temps partiel écrit dont le salarié ne demande pas la requalification ;

Qu’en se déterminant ainsi, sans rechercher, comme elle y était invitée, si en présence d’un contrat de travail à temps partiel conclu le 3 mars 1997, les bulletins de paie mentionnant 169 heures mensuelles entre mars 1997 et octobre 1998, ne justifiaient pas la demande du salarié, la cour d’appel n’a pas donné de base légale au regard des textes susvisés ;

Sur le second moyen :

Vu l’article L. 1231-1 du code du travail ;

Attendu que pour qualifier la rupture du contrat de travail de prise d’acte produisant les effets d’une démission, l’arrêt retient que le salarié n’a plus été sollicité à compter du 2 octobre 2000 par l’employeur pour reprendre son poste et n’a pas non plus fait l’objet d’une procédure de licenciement ;

Attendu cependant que l’employeur a l’obligation de fournir le travail convenu ;

Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’il résultait de ses constatations que le salarié était dans l’impossibilité de travailler, son camion étant dans un garage fermé à clé et inaccessible, la cour d’appel, qui ne pouvait en déduire que le salarié avait pris l’initiative de cesser le travail alors qu’il ne pouvait plus accéder à son outil de travail, a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 10 septembre 2007, entre les parties, par la cour d’appel de Basse-Terre ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Fort-de-France (...).

A lire aussi :

Conditions d’habilitation des centres de formation d’apprentis à mettre en oeuvre le contrôle en cours de formation

Les conditions d’habilitation des centres de formation d’apprentis à mettre en oeuvre le contrôle en cours de formation viennent d’être fixées par un arrêté du 20 juillet 2009.
Ce texte précise que (...)

La définition du logement décent.

L’article 6 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986 prévoit que le bailleur a l’obligation de (...)

La rupture conventionnelle du contrat de travail à durée indéterminée : le ministère du travail publie une circulaire.

Le ministère du travail vient de publier une circulaire DGT n° 2008-11 du 22 juillet 2008 relative à l’examen de la demande d’homologation d’une rupture conventionnelle d’un contrat à durée (...)

Les conditions pour que la prescription de l’action publique dans un Etat s’oppose à des poursuites dans un autre Etat (Crim., 12 mai 2009, N° 07-85.875)

La prescription de l’action publique dans un Etat ne fait obstacle à la poursuite des mêmes faits dans un autre Etat qu’à la condition que ladite prescription ait été constatée par un jugement définitif rendu à la suite de l’exercice de l’action publique.

Lorsque l’expertise biologique est de droit.

Dans un arrêt en date du 28 mai 2008, la Première Chambre civile de la Cour de cassation vient d’estimer qu’en l’état d’une contestation de reconnaissance de paternité naturelle, l’expertise biologique (...)

TGI Pau, 7 avril 1999, Ord. Réf, Mme D. c. Président chambre des métiers des pyrénées atlantiques

Résumé : Le répertoire des métiers est un registre public ouvert à tout intéressé, à charge des droits imposés en corollaire à l’obligation de délivrance
Texte de l’arrêt :
Nous Pierre BOUYSSIC, président (...)

Le Forum des Sociétés de journalistes indigné par l’attitude des politiques contre Médiapart

Suite à l’affaire Bettencourt Woerth, certains responsables politiques ont tenus à l’encontre du site Médiapart des propos très graves faisant référence notamment à des méthodes fascistes.
Le Forum des (...)

Un numéro d’alerte pour lutter contre les SMS indésirables.

Ce mardi 21 octobre 2008, Luc Chatel, secrétaire d’Etat à la consommation, et la Fédération française des télécoms ont annoncé qu’à partir du 15 novembre 2008 un numéro d’alerte sera opérationnel pour (...)

Cour de cassation, Chambre civile 3, 21 mai 2008, N° de pourvoi : 07-13.769.

Le propriétaire de l’immeuble et les constructeurs à l’origine des nuisances sont responsables de plein droit des troubles anormaux du voisinage.

Les autoroutes et la publicité des prix de vente des carburants

L’arrêté du 12 juillet 2001 modifiant l’arrêté du 8 juillet 1988 relatif à la publicité des prix de vente des carburants améliore la connaissance par le consommateur des prix pratiqués par les (...)

Répondre à cet article