David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > La Cour d’appel de Paris et la gestation pour autrui.

La Cour d’appel de Paris et la gestation pour autrui.

mercredi 14 novembre 2007

Dans un arrêt rendu le 25 octobre 2007 (Cour d’appel de PARIS, 1ère Chambre, Section C, 25 octobre 2007, RG 06/00507) la Cour d’appel de Paris vient d’affirmer que le ministère public, qui ne conteste ni l’opposabilité en France du jugement américain ni la foi à accorder, au sens de l’article 47 du Code civil, aux actes dressés en Californie dans les formes usités dans cet Etat, est irrecevable, au regard de l’ordre public international, à solliciter l’annulation des actes transcrits sur les registres du service central de l’état civil de Nantes.

Puis elle a estimé que la non transcription des actes de naissances aurait des conséquences contraires à l’intérêt supérieur des enfants qui, au regard du droit français, se verraient priver d’actes d’état civil indiquant leur lien de filiation, y compris à l’égard de leur père biologique.

Cette décision a été fortement médiatisée et les commentaires n’ont pas été particulièrement avisés.

Dans un journal télévisé très populaire il a notamment été affirmé que pour la première fois en France une juridiction était favorable aux mères porteuses.

Il y a là une méconnaissance évidente du droit, et plus largement de l’actualité, ce qui n’est guère acceptable au vu des débats importants qui avaient eu lieu au cours des années 80 et 90 sur les mères porteuses.

La Cour d’appel de Paris avait déjà adopté antérieurement une position très favorable aux mères porteuses.

En effet, alors que la Première Chambre civile de la Cour de cassation dans une décision rendue le 13 décembre 1989 avait très clairement affirmé qu’est nulle en raison de l’illicéité de son objet l’association dont l’objet est de favoriser la conclusion et l’exécution de conventions qui portent tout à la fois sur la mise à la disposition des demandeurs des fonctions reproductrices de la mère et sur l’enfant à naître, conventions qui sont nulles en application de l’article 1128 du Code civil et qui contreviennent au principe d’ordre public de l’indisponibilité de l’état des personnes en ce qu’elles ont pour but de faire venir au monde un enfant dont l’état ne correspondra pas à sa filiation réelle au moyen d’une renonciation et d’une cession, également prohibées, des droits reconnus par la loi à la future mère.

Or, la Cour d’appel de Paris dans une décision rendue le 15 juin 1990 avait cru bon de résister à la position de la Cour de cassation en prononçant une adoption plénière au motif qu’en l’état des pratiques scientifiques et des mœurs, la méthode de la maternité substituée devait être considérée comme licite et non contraire à l’ordre public, et que cette adoption était conforme à l’intérêt de l’enfant, qui a été accueilli et élevé au foyer pratiquement depuis sa naissance.

Le Procureur général près la Cour de Cassation formalisa alors un pourvoi dans l’intérêt de la loi.

Dans un arrêt de principe particulièrement attendu et solennel, l’un des rares où un amicus curiae a été entendu, rendu en Assemblée Plénière le 31 mai 1991, la Cour de cassation, après avoir visé les articles 6, 1128, et 353 du Code civil, posa en principe que, la convention par laquelle une femme s’engage, fût-ce à titre gratuit, à concevoir et à porter un enfant pour l’abandonner à sa naissance contrevient tant au principe d’ordre public de l’indisponibilité du corps humain qu’à celui de l’indisponibilité de l’état des personnes. Elle affirma ensuite que cette adoption n’était que l’ultime phase d’un processus d’ensemble destiné à permettre à un couple l’accueil à son foyer d’un enfant, conçu en exécution d’un contrat tendant à l’abandon à sa naissance par sa mère, et que, portant atteinte aux principes de l’indisponibilité du corps humain et de l’état des personnes, ce processus constituait un détournement de l’institution de l’adoption, la cour d’appel avait violé les textes précités. Une formulation similaire fut reprise dans un arrêt de la première chambre civile de la Cour de cassation du 29 juin 1994.

Etait ensuite intervenue la loi n° 94-653 du 29 juillet 1994 qui, reprenant la solution posée parla Cour de cassation, introduisit un article 16-7 dans le Code civil selon lequel toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle, et dans un arrêt rendu le 09 décembre 2003 la première chambre civile de la Cour de cassation affirma que la maternité pour autrui, dont le caractère illicite se déduit des principes généraux du Code civil et, aujourd’hui, de son article 16-7, réalise un détournement de l’institution de l’adoption.

La Cour d’appel de Paris dans son arrêt rendu le 25 octobre 2007 ayant pris soin de limiter l’action du procureur à la seule annulation de la transcription de l’état, il serait intéressant qu’un pourvoi soit exercé pour connaître la position de la Cour de cassation.

A lire aussi :

Conditions dans lesquelles l’exercice d’une action en justice dégénère en abus

Dans un arrêt en date du 19 novembre 2009, la Cour de cassation, après avoir visé l’article 1382 du code civil, vient d’affirmer que l’exercice d’une action en justice constitue un droit et ne dégénère (...)

Demande d’homologation d’une rupture conventionnelle de contrat de travail à durée indéterminée : les modèles sont publiés !

Un arrêté du 18 juillet 2008 fixant les modèles de la demande d’homologation d’une rupture conventionnelle de contrat de travail à durée indéterminée vient d’être publié au journal officiel n° 0167 du 19 (...)

Secteur bancaire : des mesures nécessaires pour la gestion des crises

Dans un communiqué, la Commission européenne indique qu’elle vient d’adopter une communication concernant un cadre de l’Union européenne pour la gestion des crises dans le secteur bancaire.
Elle ouvre (...)

Consultation Avocat Gratuite Lyon 2010

Il est possible d’avoir des consultations gratuites auprès des avocats du Barreau de Lyon. Il faut toutefois considérer qu’il s’agit d’un premier rendez vous d’orientation concernant votre problème (...)

Circonstances qui permettent de ne pas prévoir un plan de reclassement

Dans un arrêt en date du 26 octobre 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’un plan de reclassement n’est pas nécessaire dès lors que le plan de réduction des effectifs au moyen de départs (...)

Impartialité et composition de la Cour d’appel

Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue par un tribunal impartial ; il en résulte qu’une Cour d’appel ne peut statuer dans une composition où siége le magistrat qui a rendu l’ordonnance déférée, dès lors que le demandeur a soulevé dès l’ouverture des débats cette irrégularité.

Des conséquences sur les élections sénatoriales de la diffusion de fausses informations par le site Internet du Sénat

La diffusion de fausses informations par le site Internet du Sénat peut elle entraîner l’annulation des élections sénatoriales ?
Oui, selon l’Union des contribuables de France.
Le site (...)

Une communication sur le soutien à la sous-traitance automobile

Lors du conseil des ministres du 10 novembre 2009, le ministre auprès de la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, chargé de l’industrie a présenté une communication relative au soutien (...)

La loi applicable aux transports aériens et l’appréciation de la faute du pilote de l’avion.

Un vol effectué à titre gratuit est soumis aux dispositions de la loi du 2 mars 1957 contenues notamment dans l’article L. 322-3 du code de l’aviation civile, lequel renvoie à celles des articles 22 et 25 de la Convention de Varsovie du 12 octobre 1929 et sont inapplicables à la cause tant les dispositions de l’article 3-2 de la Convention de Varsovie que celles de son article 1.

Le pilote n’a pas commis de faute impliquant objectivement la conscience de la probabilité du dommage et son acceptation téméraire au point de revêtir un caractère inexcusable lorsqu’il fait décoller l’aéronef sans avoir vérifié que la verrière était correctement verrouillée, il s’agit d’une faute constitutive d’une simple négligence, et lorsque contraint d’atterrir il entreprend une manoeuvre dans des conditions dangereuses, faute qui relève d’une erreur d’appréciation.

Planning de suppression de la DUCS au format papier

La DUCS au format papier vie sa dernière année. En effet selon une circulaire Agirc - Arrco du 20 avril 2012 ces institutions de retraite complémentaire ne vont plus accepter après le mois de janvier (...)

3 Messages

  • La Cour d’appel de Paris et la gestation pour autrui. Le 7 novembre 2008 à 11:46 , par tiff

    Bonjour,

    Nous sommes deux élèves de Terminal STSS (Sciences Techniques du Sanitaire et du Social) et nous aimerions savoir si la Gestion pour autrui est légal à ce jour en France. Nous sommes interressés par cela dans le but des Activités Interdicsiplinaire dont notre sujet est la Stérilité Humaine.

    En attendant une réponse de votre part, veuillez recevoir nos salutations les plus distinguées.

    repondre message

    • La Cour d’appel de Paris et la gestation pour autrui. Le 7 novembre 2008 à 20:21 , par David Taté

      à lire l’article 16-7 du code civil on peut penser que non car selon celui-ci "Toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle."

      toutefois certaines personnes ne manqueront pas de faire état de l’arrêt de la cour d’appel de paris pour affirmer que cette pratique est désormais autorisé (ce qui me semble erroné)

      repondre message

Répondre à cet article