David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > La Cour de cassation donne des précisions sur l’action en nullité de la (...)

La Cour de cassation donne des précisions sur l’action en nullité de la séparation de biens judiciaire

jeudi 11 juin 2009

Dans un arrêt en date du 4 juin 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’il résulte de l’article 1444 du code civil que l’action en nullité de la séparation de biens judiciaire est ouverte à chacun des époux, dès lors que les poursuites tendant à liquider les droits des parties n’ont pas été commencées dans les trois mois du jugement passé en force de chose jugée et que le règlement définitif n’est pas intervenu dans l’année de l’ouverture des opérations de liquidation.

Elle indique ensuite que cette action est ouverte à l’époux qui a sollicité une telle mesure si le dépassement des délais ne lui est pas exclusivement imputable.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre civile 1, 4 juin 2009, N° de pourvoi : 07-21.702.

LA COUR,

Sur le moyen unique pris en ses deux branches :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Bordeaux, 16 octobre 2007), qu’un jugement du 16 février 1984 a prononcé, à la requête de la femme, la séparation de biens entre les époux X...- Y..., mariés le 14 août 1976 sans contrat préalable ; qu’il n’a pas été procédé à l’ouverture des opérations de liquidation dans les trois mois du jugement passé en force de chose jugée et qu’aucun acte liquidatif des intérêts des époux n’a été régularisé dans le délai d’un an sans qu’il ait été demandé de proroger ce délai ; que le 25 novembre 1999, M. X... a assigné son épouse en divorce ; que, par jugement du 10 juillet 2001, le divorce a été prononcé aux torts du mari qui a été condamné au versement d’une prestation compensatoire ; que sur appel de M. X..., la cour d’appel, a, le 5 janvier 2005, radié l’affaire, faute pour les époux, qui s’opposaient sur le régime matrimonial applicable, d’avoir fait trancher au préalable cette question, indispensable pour déterminer l’existence d’une éventuelle disparité justifiant une prestation compensatoire ; que, le 25 juin 2005, Mme Y... a fait assigner M. X... afin de voir prononcer la nullité de la séparation judiciaire de biens ; que le tribunal de grande instance a accueilli sa demande ;

Attendu que M. X... fait grief à l’arrêt confirmatif d’avoir déclaré nulle leur séparation de biens ordonnée par le jugement du tribunal de grande instance du 16 février 1984, en application de l’article 1444 du code civil, alors, selon le moyen :

1° / qu’un époux ne peut invoquer la nullité de la séparation de biens ordonnée, à sa demande, par un jugement signifié et passé en force de chose jugée ; qu’en jugeant néanmoins que Mme Y... pouvait se prévaloir de la nullité de la séparation de biens judiciaire, qui avait été ordonnée, à sa demande, par un jugement du 16 février 1984, qu’elle avait fait signifier à son époux et qui était passé en force de chose jugée le 10 mai 1984, la cour d’appel a violé l’article 1444 du code civil ;

2° / que la renonciation à un droit doit résulter de faits manifestant sans ambiguïté la volonté de renoncer ; qu’en jugeant que M. X... avait lui-même renoncé à se prévaloir de la séparation de biens ordonnée par jugement du 16 février 1984, sans rechercher, ainsi qu’elle y était invitée, si les nombreux actes datés de 1985 à 1999 et précisant que les époux étaient séparés de biens, comme l’acte de constitution de la SCI La Tuillière du 16 juillet 1991 entre les époux X... et l’acte de cession de ces parts sociales consenti par Mme Y... à son mari, en 1999, qui ne pouvait avoir de sens que si les actions n’étaient pas dans la communauté, n’excluaient pas que M. X... ait renoncé de façon non équivoque au droit de se prévaloir de la séparation de biens judiciaire ordonnée par un jugement du 16 février 1984, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1444 du code civil ;

Mais attendu qu’il résulte de l’article 1444 du code civil que l’action en nullité de la séparation de biens judiciaire est ouverte à chacun des époux, dès lors que les poursuites tendant à liquider les droits des parties n’ont pas été commencées dans les trois mois du jugement passé en force de chose jugée et que le règlement définitif n’est pas intervenu dans l’année de l’ouverture des opérations de liquidation ; qu’elle est ouverte à l’époux qui a sollicité une telle mesure si le dépassement des délais ne lui est pas exclusivement imputable ; que le moyen, inopérant en sa seconde branche, n’est pas fondé en sa première ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

vos-droits.justice.gouv.fr démarches et information sur la justice

Le site internet vos-droits.justice.gouv.fr permet d’effectuer en ligne certaines démarches relatives à la justice, comme une commande d’une copie d’une décision de justice. Il permet également (...)

Les obligations déclaratives des personnes morales réalisant, en vue de les donner en location, des investissements bénéficiant des dispositions prévues aux articles 199 undecies A, 199 undecies B ou 217 undecies du code général des impôts.

Le décret n° 2007-1661 du 23 novembre 2007 pris pour l’application de l’article 242 sexies du code général des impôts relatif aux obligations déclaratives des personnes morales réalisant, en vue de les (...)

Des clauses abusives dans des baux relatifs aux emplacements de camp de camping.

Les contrats conclus entre professionnels et non-professionnels ou consommateurs, sont abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du non-professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat.

La clause qui prévoit que le preneur de l’emplacement s’engage à laisser le professionnel procéder aux travaux nécessaires sans pouvoir réclamer aucune indemnité, et ce quels que soient l’urgence, l’importance, la durée et les troubles qu’ils occasionnent, crée un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties en ce qu’elle exonère, de manière générale, le professionnel de toute responsabilité.

La clause, qui exclue en termes généraux toute indemnisation du preneur en cas d’incendie ou de vol le prive de façon inappropriée de ses droits légaux vis-à-vis du professionnel en cas d’exécution défectueuse par celui-ci de ses obligations contractuelles, créant ainsi un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.

Etude sur l’unité économique et sociale

L’unité économique et sociale est une notion qui ne peut être négligée en droit du travail. Il est en effet important de pouvoir identifier cette notion et de comprendre les conséquences qui découlent (...)

Guide pratique de la dissolution-confusion

Ce guide pratique de la dissolution-confusion aborde le sujet de la dissolution d’une entreprise par confusion de patrimoine. Cette technique permet de faire une sorte de "fusion simplifiée" et de (...)

TVA à taux réduit sur la restauration : l’heure du bilan (vidéo)

Le "donnant donnant" concernant la baisse du taux de TVA pour la restauration ne semble avoir fonctionné que dans un seul sens : peu de baisse des prix, peu (...)

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, Ordonnance de référé, 8 juillet 2002, Société ESSO SOCIETE ANONYME FRANCAISES S.A. c/ Association GREENPEACE FRANCE et Société Internet FR

1°) L’interdiction de la poursuite des actes argués de contrefaçon, effectivement limitativement prévue dans le cadre de l’article L 716.6 du Code de la Propriété Intellectuelle, avec la constitution de garanties de nature à assurer l’indemnisation, inclut nécessairement la possibilité de demander la suppression de la marque contrefaite, sur quelque support qu’elle se trouve, et en particulier au niveau de la source du site litigieux. L’atteinte portée par la suppression de cette référence du code source au principe de libre expression serait disproportionnée, relativement à l’impératif de protection du légitime droit de propriété incorporelle. L’objet de l’association, constituée suivant la loi du 1° Juillet 1901 modifiée, est notoire, et les services qu’elle offre ou l’information qu’elle délivre en usant de la dénomination en question, sans modification, ne peuvent un instant être confondus dans l’esprit des personnes consultant le site ou présenter quelque similitude que ce soit avec les produits et services offerts par la société, société commerciale qui a par définition vocation à réaliser des bénéfices.

2°) L’appropriation opérée de la marque, dans le cadre d’une présentation utilisant, pour les titres et logos imités reproduits, des polices de caractère de grande dimension et en couleur, ne participe pas exclusivement de la nécessité de communiquer les opinions de l’association, et ses objectifs. Il existe en définitive un risque de confusion en ce sens dans l’esprit du public, au sens des dispositions de l’article L 713-3 b) du Code de la Propriété Intellectuelle. Cette appropriation présente par conséquent un caractère illicite par l’atteinte portée au droit de la demanderesse protégé par les dispositions des articles L 713-3 et 716-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.

3°) Aux termes des dispositions de l’article 43-8 de la loi n° 2000-719 du 1° Août 2000, les prestataires de services d’hébergement des sites ne sont pénalement ou civilement responsables du fait du contenu des services que si ayant été saisis par une autorité judiciaire, ils n’ont pas agi promptement pour en empêcher l’accès. Il est demandé au prestataire de modifier le site alors qu’il peut seulement lui être demandé d’empêcher l’accès au contenu de ce site.

L’index national BT 01 pour septembre 2009

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’index national bâtiment « tous corps d’état » (symbole BT 01) pour le mois de septembre 2009.
Il précise que l’index national bâtiment « tous (...)

Validité de la lettre de licenciement signée "pour ordre"

Dans un arrêt en date du 10 novembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer que lorsque la lettre de licenciement a été signée pour ordre au nom du directeur des ressources humaines et que la (...)

Agriculture Délai Indemnisation Sècheresse

Durement touchés actuellement par les sécheresses les agriculteurs vont pouvoir obtenir une indemnisation. En effet Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture, vient d’annoncer que plusieurs centaines (...)

Répondre à cet article