David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > La Cour de cassation indique les conditions pour que le préposé conducteur (...)

La Cour de cassation indique les conditions pour que le préposé conducteur n’indemnise pas la victime

mercredi 10 juin 2009

Dans un arrêt en date du 28 mai 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que n’est pas tenu à indemnisation à l’égard de la victime le préposé conducteur d’un véhicule de son commettant impliqué dans un accident de la circulation qui agit dans les limites de la mission qui lui a été impartie.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre civile 2, 28 mai 2009, N° de pourvoi : 08-13.310 ;

LA COUR,

Sur le premier moyen, pris en sa seconde branche :

Vu les articles 1384, alinéa 5, du code civil et 1er et 2 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 ;

Attendu que n’est pas tenu à indemnisation à l’égard de la victime le préposé conducteur d’un véhicule de son commettant impliqué dans un accident de la circulation qui agit dans les limites de la mission qui lui a été impartie ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué et les productions, qu’un accident de la circulation survenu le 29 septembre 1992, a mis en cause le véhicule conduit par M. X..., appartenant à son employeur, la société Jacques terrassements location (JLT) et celui conduit par M. Y... ; qu’ayant été blessé, ce dernier, après trois ordonnances de référé prononcées pour la conduite des opérations d’expertises, a assigné le 27 mai 2004 M. X... en responsabilité et indemnisation ; que le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages est intervenu à l’instance ;

Attendu que pour condamner M. X... à indemniser M. Y... sur le fondement des dispositions de la loi du 5 juillet 1985, l’arrêt énonce que cette loi s’applique au préposé conducteur si le véhicule qu’il conduit est impliqué dans l’accident de la circulation à l’occasion duquel une victime, en l’espèce M. Y..., est blessée, ce préposé ayant la possibilité d’appeler dans la cause son employeur, propriétaire du véhicule, en sa qualité de civilement responsable ; que M. X... n’a pas appelé en cause la société JLT, civilement responsable, et que la victime n’a pas à supporter les effets de cette situation sur son indemnisation ;

Qu’en statuant ainsi, après avoir constaté que M. X... conduisait dans l’exercice de sa mission un véhicule de l’entreprise qui l’employait, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres griefs du pourvoi :

CASSE ET ANNULE, sauf en ce qu’il a dit que M. Y... avait droit à la réparation intégrale du préjudice corporel, l’arrêt rendu le 5 décembre 2007, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, sauf sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence, autrement composée (...).

A lire aussi :

Conditions et modalités d’attribution de primes et avantages complémentaires à la bourse nationale de second degré de lycée

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 19 octobre 2009 fixant les conditions et modalités d’attribution de primes et avantages complémentaires à la bourse nationale de second degré de lycée. (...)

Le Tour de France est autorisé.

Un arrêté du 27 juin 2008 portant autorisation du 95e Tour de France cycliste du 5 au 27 juillet 2008 vient d’être publié au journal officiel n° 0153 du 2 juillet 2008.
Selon ce texte, le 95e Tour de (...)

Le dispositif d’aide à l’emploi de travailleurs occasionnels dans l’hôtellerie et la restauration.

Le décret n° 2008-1417 du 19 décembre 2008 modifiant le décret n° 2007-681 du 3 mai 2007 relatif au dispositif d’aide à l’emploi de travailleurs occasionnels dans l’hôtellerie et la restauration vient (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 8 décembre 2004, Pourvoi n° :02-44.662

Dès lors que les causes de la seconde saisine d’un conseil de prud’hommes procédent de la contestation d’un licenciement intervenu postérieurement à la première décision de cette juridiction, le salarié, qui n’était pas tenu d’en relever appel, est recevable à la saisir de nouveau sans que puisse lui être opposé le principe de l’unicité de l’instance.

Agrément de plusieurs accords de travail dans le secteur social et médico-social privé à but non lucratif

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 30 mars 2010 relatif à l’agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements et services du secteur social et médico-social privé (...)

Le Gouvernement permet de recourir à des nouveaux secteurs d’activité pour le contrat à durée déterminée et le contrat de travail temporaire.

C’est un décret qui ne contient que quelques lignes mais qui est suffisant pour permettre aux employeurs de recourir à des nouveaux secteurs d’activité pour les contrats à durée déterminée et les (...)

Rupture d’une relation commerciale : appréciation de la durée du préavis

Dans un arrêt en date du 6 novembre 2012 la chambre commerciale de la cour de cassation a précisé qu’en matière de rupture d’une relation commerciale la durée du préavis doit être appréciée au regard de (...)

Nullité du licenciement qui prend effet pendant un congé maternité

Dans un arrêt en date du 26 octobre 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que si l’employeur peut rompre le contrat de travail d’une salariée lorsqu’elle est en état de grossesse médicalement (...)

Rythmes scolaires 2011 Modification Ecole Primaire

Les rythmes scolaires concernant l’école primaire vont ils être modifiés en 2011 ? C’est possible. En effet, le comité de pilotage sur les rythmes scolaires estime que la semaine de 4 jours présente (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 16 décembre 2008, N° de pourvoi : 07-42.107.

Une convention de forfait en jours doit nécessairement être passée par écrit entre l’employeur et le salarié.

La seule différence de diplômes, alors qu’ils sont d’un niveau équivalent, ne permet pas de fonder une différence de rémunération entre des salariés qui exercent les mêmes fonctions, sauf s’il est démontré par des justifications, dont il appartient au juge de contrôler la réalité et la pertinence, que la possession d’un diplôme spécifique atteste de connaissances particulières utiles à l’exercice de la fonction occupée.

Répondre à cet article