David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > La prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

La prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

dimanche 29 avril 2007

Le journal officiel n° 99 du 27 avril 2007 vient de publier le décret n° 2007-603 du 25 avril 2007 pris pour l’application du II de l’article L. 320-2 du code du travail.

Ce texte ajoute un nouveau chapitre dans le code du travail, relatif à la gestion de l’emploi et des compétences et à la prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

Ce chapitre comporte les articles D 320-1 à D 320-4 du Code du travail.

Il résulte de ces dispositions que l’autorité administrative compétente mentionnée au 1° du II de l’article L. 320-2 est le préfet du département où est situé le siège social de l’entreprise et que sans préjudice de la formalité de dépôt des accords, il appartient à l’employeur de transmettre l’accord collectif mentionné au II de l’article L. 320-2 à cette autorité administrative compétente.

Si la qualification d’emploi menacé retenue par l’accord collectif paraît à l’autorité administrative compétente insuffisamment fondée sur des éléments objectifs, celle-ci peut demander à l’employeur dans le mois suivant la transmission de l’accord de lui fournir des éléments complémentaires permettant de justifier cette qualification.

Lorsque l’employeur ne fournit pas d’éléments suffisants dans le mois suivant la demande, l’autorité administrative s’oppose à la qualification d’emploi menacé, pour tout ou partie des emplois qualifiés comme tels par l’accord collectif.

L’emploi est qualifié de stable lorsque le salarié dont le contrat est rompu a conclu avec un nouvel employeur un contrat à durée indéterminée, un contrat à durée déterminée de six mois ou plus, un contrat de travail temporaire de six mois ou plus, ou lorsqu’il a créé ou repris une entreprise. Le nouvel employeur ne peut appartenir au même groupe que l’employeur d’origine.

L’employeur ou son représentant et des représentants des salariés participent au comité de suivi. L’autorité administrative compétente, ou son représentant, assiste aux réunions du comité de suivi.

Le comité de suivi étudie les conditions de mise en oeuvre de l’accord collectif. Il valide les projets individuels de reclassement des salariés en s’assurant de leur réalité. En cas de création ou de reprise d’entreprise, la validation du projet est subordonnée à la constatation de l’exercice de la nouvelle activité et à sa poursuite pendant au moins six mois après la date de création ou de reprise.

Un bilan de mise en oeuvre des actions prévues dans l’accord collectif est transmis à l’issue de chaque réunion du comité de suivi à l’autorité administrative compétente.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-603

A lire aussi :

Adoption : Sortie du Guide Pratique 2011

Comment adopter un enfant ? Qui peut adopter un enfant ? Les adoptants disposent t’ils d’un congé spécifique ? Comment accueillir l’enfant ? Voici une petite partie des nombreuses questions que se (...)

La présence de l’huissier lors de l’entretien préalable au licenciement : légal ou non ?

Dans un arrêt en date du 30 mars 2011, la chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que lors d’un entretien préalable l’employeur ne peut être accompagné que d’une personne appartenant (...)

LawNetCenter

Un excellent annuaire juridique international comportant une multitude de liens

Publication du rapport 2009 de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme vient de publier son rapport annuel 2009.
Cet observatoire est Un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues (...)

Sortie de l’ouvrage Le Droit d’Asile

Les Presses Universitaires de France (P.U.F) annoncent la sortie de la 4ème édition du Que Sais Je ? intitulé "Le droit d’asile".
Rédigé par l’ancien ministre Anicet Le Pors ce livre présente (...)

Plafond Sécurité Sociale 2011 Montant

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 26 novembre 2010 portant fixation du plafond de la sécurité sociale pour 2011.
En application de ce texte, le plafond de la sécurité sociale pour (...)

Cour de cassation, chambre civile 1, 19 juin 2008, N° de pourvoi : 07-12.244.

Si l’article 6-I.2 de la loi du 21 juin 2004, conformément à la directive européenne n° 2000/31 qu’elle transpose, fait peser sur les seuls prestataires d’hébergement une éventuelle responsabilité civile du fait des activités ou informations stockées qu’ils mettent à la disposition du public en ligne, l’article 6-I.8 prévoit que l’autorité judiciaire peut prescrire en référé ou sur requête à toute personne mentionnée au 2 (les prestataires d’hébergement) ou à défaut à toute personne mentionnée au 1 (les fournisseurs d’accès), toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d’un service de communication au public en ligne ; la prescription de ces mesures n’est pas subordonnée à la mise en cause préalable des prestataires d’hébergement.

Publication du Droit du commerce international (Lexis Nexis)

Les éditions Lexis Nexis ont procédé récemment à la publication de la seconde édition de l’ouvrage intitulé "Droit du commerce international".
Rédigé sous la direction de de Jacques Béguin et Michel (...)

Représentation devant l’administration fiscale : le collaborateur d’un avocat doit avoir un mandat exprès

Dans un arrêt en date du 13 janvier 2010, le Conseil d’Etat vient d’affirmer que si les avocats ont qualité pour représenter leurs clients devant l’administration fiscale sans avoir à justifier du (...)

Cour de cassation, Soc., 10 juillet 2002, M. S. c./ Société La Mondiale SA

Une clause de non-concurrence n’est licite que si elle est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise, limitée dans le temps et dans l’espace, qu’elle tient compte des spécificités de l’emploi du salarié et comporte l’obligation pour l’employeur de verser au salarié une contrepartie financière, ces conditions étant cumulatives

Répondre à cet article