David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > La prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

La prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

dimanche 29 avril 2007

Le journal officiel n° 99 du 27 avril 2007 vient de publier le décret n° 2007-603 du 25 avril 2007 pris pour l’application du II de l’article L. 320-2 du code du travail.

Ce texte ajoute un nouveau chapitre dans le code du travail, relatif à la gestion de l’emploi et des compétences et à la prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

Ce chapitre comporte les articles D 320-1 à D 320-4 du Code du travail.

Il résulte de ces dispositions que l’autorité administrative compétente mentionnée au 1° du II de l’article L. 320-2 est le préfet du département où est situé le siège social de l’entreprise et que sans préjudice de la formalité de dépôt des accords, il appartient à l’employeur de transmettre l’accord collectif mentionné au II de l’article L. 320-2 à cette autorité administrative compétente.

Si la qualification d’emploi menacé retenue par l’accord collectif paraît à l’autorité administrative compétente insuffisamment fondée sur des éléments objectifs, celle-ci peut demander à l’employeur dans le mois suivant la transmission de l’accord de lui fournir des éléments complémentaires permettant de justifier cette qualification.

Lorsque l’employeur ne fournit pas d’éléments suffisants dans le mois suivant la demande, l’autorité administrative s’oppose à la qualification d’emploi menacé, pour tout ou partie des emplois qualifiés comme tels par l’accord collectif.

L’emploi est qualifié de stable lorsque le salarié dont le contrat est rompu a conclu avec un nouvel employeur un contrat à durée indéterminée, un contrat à durée déterminée de six mois ou plus, un contrat de travail temporaire de six mois ou plus, ou lorsqu’il a créé ou repris une entreprise. Le nouvel employeur ne peut appartenir au même groupe que l’employeur d’origine.

L’employeur ou son représentant et des représentants des salariés participent au comité de suivi. L’autorité administrative compétente, ou son représentant, assiste aux réunions du comité de suivi.

Le comité de suivi étudie les conditions de mise en oeuvre de l’accord collectif. Il valide les projets individuels de reclassement des salariés en s’assurant de leur réalité. En cas de création ou de reprise d’entreprise, la validation du projet est subordonnée à la constatation de l’exercice de la nouvelle activité et à sa poursuite pendant au moins six mois après la date de création ou de reprise.

Un bilan de mise en oeuvre des actions prévues dans l’accord collectif est transmis à l’issue de chaque réunion du comité de suivi à l’autorité administrative compétente.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-603

A lire aussi :

Le report des congés payés annuels en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle.

La Chambre sociale de la Cour de cassation a rendu le 27 septembre 2007 une décision particulièrement important en matière de congés payés, qui constitue un revirement de jurisprudence.
Elle estime (...)

Création d’une prime de responsabilité pour les internes en médecine et les internes en pharmacie

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-699 du 16 juin 2009 modifiant l’article R. 6153-10 du code de la santé publique et portant création d’une prime de responsabilité pour les (...)

8 billets juridiques utiles : de la justice payante à la rupture conventionnelle

Découvrez une sélection de billets juridiques publiés la semaine dernière sur les blogs de droit :
Cécile Rodriguez signale l’arrivée de la justice à deux vitesses puisqu’il faut désormais payer pour (...)

Nouveau Permis de Conduire 2013 Cartes à Puce

Les permis de conduire tels que nous les connaissons sont condamnés. En effet en application d’une directive européenne la France doit commencer à diffuser de nouveaux permis de conduire à partir de (...)

Précision sur la procédure de liquidation judiciaire à l’encontre de l’avocat

Dans un arrêt en date du 9 février 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’avocat, qui a cessé d’exercer son activité à titre individuel pour devenir associé d’une société d’exercice libéral, (...)

Pas de remboursement des allocations ASSEDIC en cas d’annulation du licenciement (Soc., 11 mars 2009, N° 07-43.336)

La nullité du licenciement n’a pas pour effet de priver rétroactivement un travailleur du droit à l’allocation d’assurance que l’assedic lui a servie pendant la période comprise entre son licenciement et sa réintégration où il était involontairement privé d’emploi, apte au travail et à la recherche d’un emploi.

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 02 novembre 1999, M. X. c/ M. Y. et a.

n° 97-17.107.
LA COUR,
Sur le premier moyen :
Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Fort-de-France, 23 mai 1997), qu’en 1984, M. X., maître de l’ouvrage, a chargé M. Y., entrepreneur, des travaux de (...)

Le salarié n’est pas obligé de rembourser le Pôle Emploi en cas d’annulation du licenciement

Dans un arrêt en date du 11 mars, la cour de cassation vient d’affirmer que la nullité du licenciement n’a pas pour effet de priver rétroactivement un travailleur du droit à l’allocation d’assurance (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 26 avril 2006, Pourvoi n° : 04-43.582

La simple surveillance d’un salarié faite sur les lieux du travail par son supérieur hiérarchique, même en l’absence d’information préalable du salarié, ne constitue pas en soi un mode de preuve illicite.

Vidéo Nicolas Sarkozy s’exprime sur l’affaire Woerth

Le Président de la République Nicolas Sarkozy évoque indirectement l’affaire Bettencourt Woerth lors d’une table ronde sur la médecine de proximité en Seine et Marne. On attend qu’il aborde plus (...)

Répondre à cet article