David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > La prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

La prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

dimanche 29 avril 2007

Le journal officiel n° 99 du 27 avril 2007 vient de publier le décret n° 2007-603 du 25 avril 2007 pris pour l’application du II de l’article L. 320-2 du code du travail.

Ce texte ajoute un nouveau chapitre dans le code du travail, relatif à la gestion de l’emploi et des compétences et à la prévention des conséquences sociales des mutations économiques.

Ce chapitre comporte les articles D 320-1 à D 320-4 du Code du travail.

Il résulte de ces dispositions que l’autorité administrative compétente mentionnée au 1° du II de l’article L. 320-2 est le préfet du département où est situé le siège social de l’entreprise et que sans préjudice de la formalité de dépôt des accords, il appartient à l’employeur de transmettre l’accord collectif mentionné au II de l’article L. 320-2 à cette autorité administrative compétente.

Si la qualification d’emploi menacé retenue par l’accord collectif paraît à l’autorité administrative compétente insuffisamment fondée sur des éléments objectifs, celle-ci peut demander à l’employeur dans le mois suivant la transmission de l’accord de lui fournir des éléments complémentaires permettant de justifier cette qualification.

Lorsque l’employeur ne fournit pas d’éléments suffisants dans le mois suivant la demande, l’autorité administrative s’oppose à la qualification d’emploi menacé, pour tout ou partie des emplois qualifiés comme tels par l’accord collectif.

L’emploi est qualifié de stable lorsque le salarié dont le contrat est rompu a conclu avec un nouvel employeur un contrat à durée indéterminée, un contrat à durée déterminée de six mois ou plus, un contrat de travail temporaire de six mois ou plus, ou lorsqu’il a créé ou repris une entreprise. Le nouvel employeur ne peut appartenir au même groupe que l’employeur d’origine.

L’employeur ou son représentant et des représentants des salariés participent au comité de suivi. L’autorité administrative compétente, ou son représentant, assiste aux réunions du comité de suivi.

Le comité de suivi étudie les conditions de mise en oeuvre de l’accord collectif. Il valide les projets individuels de reclassement des salariés en s’assurant de leur réalité. En cas de création ou de reprise d’entreprise, la validation du projet est subordonnée à la constatation de l’exercice de la nouvelle activité et à sa poursuite pendant au moins six mois après la date de création ou de reprise.

Un bilan de mise en oeuvre des actions prévues dans l’accord collectif est transmis à l’issue de chaque réunion du comité de suivi à l’autorité administrative compétente.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-603

A lire aussi :

Le contenu de la plainte de Facebook contre Power Ventures.

Le site internet Power.com de la société Power Ventures permet de regrouper sur un seul site les données de plusieurs réseaux sociaux, dont celles de Facebook.
Facebook Complaint Against Power.com - (...)

Remise du rapport Léger sur la réforme de la procédure pénale

Ce 1er septembre 2009, le rapport établi par le comité de réflexion sur la justice pénale présidé par Philippe LEGER a été remis au Président de la République Nicolas Sarkozy.
Ce rapport prévoit notamment (...)

Garde à vue : les principales mesures de l’avant projet de loi

On connait désormais les principales mesures de l’avant projet de loi concernant la garde à vue. Il vient d’être transmis au Conseil d’Etat. Voici ces mesures :
seules les personnes soupçonnées d’un (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 27 octobre 2004, Pourvoi n° : 03-60.429

La décision prise en matière de contentieux préelectoral n’a pas autorité de chose jugée dans le litige tendant à l’annulation des élections professionnelles.

Scandale : des appels de cotisations injustifiés adressés aux autoentrepreneurs.

Il est vraiment difficile en France de faire bouger les choses et de changer les vieilles habitudes.
Un communiqué de presse diffusé aujourd’hui par l’Union des Auto-Entrepreneurs fait état de (...)

Bulletin de Paie Mention Rappel Primes

Dans un arrêt en date du 30 novembre 2010, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que le rappel des primes dues sur plusieurs mois pouvait figurer sur un seul bulletin de paie (...)

Le Cdd pour surcroît d’activité doit correspondre à une tâche temporaire.

Une décision rendue le 13 janvier 2009 par la Chambre sociale de la Cour de cassation illustre le cas d’un recours non justifié à un contrat de travail à durée déterminé pour surcroît d’activité.
Dans (...)

La Cour de cassation apporte des précisions sur les indemnités journalières des artisans.

Dans un arrêt en date du 11 septembre 2008, la 2ème Chambre civile de la Cour de cassation vient d’estimer que les conditions d’ouverture du droit aux indemnités journalières attribuées aux artisans (...)

Fusion : précision sur la responsabilité du commissaire aux apports

Dans un arrêt en date du 7 janvier 2014 la chambre commerciale de la cour de cassation, après avoir visé l’article 1382 du code civil, a affirmé que le commissaire aux apports, qui a fautivement (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 11 janvier 2006, Pourvoi n° : 05-40.977

La réorganisation de l’entreprise constitue un motif économique de licenciement si elle est effectuée pour en sauvegarder la compétitivité ou celle du secteur d’activité du groupe auquel elle appartient, et répond à ce critère la réorganisation mise en oeuvre pour prévenir des difficultés économiques à venir liées à des évolutions technologiques et leurs conséquences sur l’emploi, sans être subordonnée à l’existence de difficultés économiques à la date du licenciement ; la modification des contrats de travail résultant de cette réorganisation ont eux-mêmes une cause économique.

Répondre à cet article