David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Livre de droit > La protection et la défense des marques sur Internet

La protection et la défense des marques sur Internet

dimanche 15 janvier 2012

Au début était l’Internet sans les marques ou du moins avec très peu de marques. C’était le temps des pages personnelles et des vitesses de navigation extrêmement lentes. Ensuite les marques se sont de plus en plus intéressées à Internet et celui-ci est devenu un nouveau territoire à conquérir. Les marques sont désormais omniprésentes sur Internet. Chaque propriétaire d’une marque doit veiller à la protéger contre les atteintes dont elle peut être l’objet sur Internet. Il doit également assurer la défense de cette marque. Il doit aussi valoriser cette marque comme un autre investissement.

Les éditions Lamy viennent de procéder à la publication d’un ouvrage de Nathalie Dreyfus intitulé "Marques et Internet : Protection, valorisation, défense" qui recoupe ces problématiques. Cet ouvrage dresse un rappel de l’histoire d’internet avant de s’intéresser à la publicité sur les moteurs de recherche, domaine où il est bien évidemment impossible de passer sous silence le cas Google Adwords. il traite ensuite des réseaux sociaux avant de s’intéresser aux problématiques communes aux Web 1.0 et 2.0.

A lire aussi :

Location de voitures sur internet : les points sur lesquels vous devez faire attention

Dans un communiqué de presse, la DGCCRF vient d’indiquer qu’en 2009 ses services ont réalisé 38 actions de contrôle en 2009 sur les sites internet des loueurs automobiles.
Ces contrôles ont mis en (...)

L’homologation de la norme d’exercice professionnel relative à la connaissance de l’entité et de son environnement et évaluation du risque d’anomalies significatives dans les comptes.

L’arrêté du 19 juillet 2006 portant homologation de la norme d’exercice professionnel relative à la connaissance de l’entité et de son environnement et évaluation du risque d’anomalies significatives (...)

La conduite sans permis peut constituer une faute grave.

Lorsqu’un salarié a sciemment conduit les véhicules de l’entreprise alors qu’il savait que son permis de conduire n’était plus valide depuis quinze jours du fait de l’absence de visite médicale indispensable à sa prorogation, alors que l’initiative de faire en temps utile la demande de visite médicale nécessaire à la prorogation du permis de conduire litigieux relevait des obligations des conducteurs, cette attitude fait encourir à l’entreprise un préjudice considérable en raison de la violation des règlements en matière de circulation et d’assurance qu’elle comporte et une Cour d’appel peut décider que ces agissements du salarié rendent impossible son maintien dans l’entreprise et constituent une faute grave.

Le comité de réflexion sur le Préambule de la Constitution.

Le décret n° 2008-328 du 9 avril 2008 portant création d’un comité de réflexion sur le Préambule de la Constitution vient d’être publié au journal officiel n° 0085 du 10 avril 2008.
Selon ce texte, il est (...)

Avocat Gratuit Novembre 2010 Semaine des avocats et du droit

La semaine des avocats et du droit va se dérouler du 15 au 19 novembre 2010. Pendant cette période, il est possible d’avoir des consultations juridiques gratuites. Pour cela il faut contacter le (...)

Lancement d’un plan d’action national pour la restauration des cours d’eau

Dans un communiqué, le ministère de l’écologie indique que la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, Chantal JOUANNO, a annoncé le lancement d’un plan d’action national pour la restauration de la (...)

Assemblée Nationale Bouclier Fiscal ISF Impôt Revenu 2010 2011

Alors que des députés UMP demandaient via un amendement la suppression du bouclier fiscal et de l’impôt sur la fortune (ISF), ainsi que la création d’une tranche supplémentaire concernant l’impôt sur (...)

Conseil d’État, contentieux, 5ème et 4ème sous-sections réunies, 15 novembre 2006, N° 279273.

Aux termes du premier alinéa de l’article 101 de la loi du 4 mars 2002, dans la rédaction que lui a donnée l’article 3 de la loi du 30 décembre 2002 : Les dispositions du titre IV du livre Ier de la première partie du code de la santé publique issues de l’article 98 de la présente loi, à l’exception du chapitre Ier, de l’article L. 1142-2 et de la section 5 du chapitre II, s’appliquent aux accidents médicaux, affections iatrogènes et infections nosocomiales consécutifs à des activités de prévention, de diagnostic ou de soins réalisées à compter du 5 septembre 2001, même si ces accidents médicaux, affections iatrogènes et infections nosocomiales font l’objet d’une instance en cours, à moins qu’une décision de justice irrévocable n’ait été prononcée ; il résulte de ces dispositions, qui sont intervenues pour préciser les modalités d’entrée en vigueur de l’article 98 de la loi du 4 mars 2002, que le nouveau régime de responsabilité au titre de la solidarité nationale institué par les articles L. 1142-1 et suivants du code de la santé publique s’applique aux accidents médicaux consécutifs à des actes réalisés à compter du 5 septembre 2001 ; pour une intervention chirurgicale pratiquée avant cette date c’est par conséquent à bon droit qu’un tribunal administratif a jugé que la responsabilité de l’hôpital peut être recherchée sur le terrain de la responsabilité sans faute à raison des dommages subis par le patient.

Lorsqu’un acte médical nécessaire au diagnostic ou au traitement du malade présente un risque dont l’existence est connue mais dont la réalisation est exceptionnelle et dont aucune raison ne permet de penser que le patient y soit particulièrement exposé, la responsabilité du service public hospitalier est engagée si l’exécution de cet acte est la cause directe de dommages sans rapport avec l’état initial du patient, comme avec l’évolution prévisible de cet état, et présentant un caractère d’extrême gravité.

Une matinée consacrée aux contrats verts avec Lefèvre Pelletier & associés le 12 juin 2012

Ce 12 juin le cabinet d’avocats Lefèvre Pelletier & associés organise un Campus de 8 heures 30 à 12 heures 30 dédié aux "Contrats Verts".
Les thématiques abordées lors de cette matinée sont les (...)

Le montant minimum de la garantie financière des entreprises de travail temporaire pour l’année 2007.

Les entreprises de travail temporaire ont l’obligation de pouvoir justifier d’une garantie financière assurant, en cas de défaillance de leur part, le paiement des salaires et accessoires, des (...)

Répondre à cet article