David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > La rémunération forfaitaire nécessite l’accord du salarié

La rémunération forfaitaire nécessite l’accord du salarié

jeudi 27 août 2009

Dans un arrêt en date du 3 juin 2009, la Cour de cassation vient de rappeler que la rémunération forfaitaire s’entend d’une rémunération convenue entre les parties au contrat de travail pour un nombre déterminé d’heures supplémentaires, soit pour une durée de travail supérieure à la durée légale.

Elle précise ensuite que même si le principe d’une rémunération forfaitaire est posé par la convention collective, le paiement des heures supplémentaires selon un forfait ne peut résulter que d’un accord particulier entre l’employeur et le salarié.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 3 juin 2009, N° de pourvoi : 07-44.951 07-45.658 07-45.659 07-45.660 07-45.661 07-45.662

LA COUR,

Vu la connexité, joint les pourvois n° E 07-44. 951, Y 07-45. 658, Z 07-45. 659, A 07-45. 660, B 07-45. 661, et C 07-45. 662 ;

Attendu, selon les arrêts attaqués, que MM. X..., Y..., H..., I..., J...et K... ont été employés en qualité de cadres par la société Moulinex ; que, postérieurement à l’entrée en vigueur dans l’entreprise de la réduction légale de la durée du travail, l’horaire collectif de travail de certains des cadres, dont les intéressés, a été maintenu à 39 heures hebdomadaires ; que ceux-ci ont continué à percevoir leur salaire antérieur, sans bonification ou majoration pour les heures effectuées au-delà de 35 heures ; que dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire de la société, les salariés ont été licenciés pour motif économique ou, pour certains, repris par la société SEB ; que s’estimant non remplis de leurs droits en matière de rémunération, ils ont saisi la juridiction prud’homale notamment de demandes en fixation de leur créance au titre des heures supplémentaires effectuées, d’une part, au-delà de 39 heures hebdomadaires pour la période non atteinte par la prescription et, d’autre part, de la 36e à la 39e heure hebdomadaire à compter du 1er février 2000 ;

Sur le pourvoi principal des salariés :

Vu l’article L. 212-1-1 devenu L. 3171-4 du code du travail ;

Attendu que s’il résulte de ce texte que la preuve des heures de travail effectuées n’incombe spécialement à aucune des parties et que l’employeur doit fournir au juge les éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié, il appartient cependant à ce dernier de fournir préalablement au juge des éléments de nature à étayer sa demande ; que toutefois celui-ci ne peut rejeter une demande en paiement d’heures supplémentaires aux motifs que les éléments produits par le salarié ne prouvent pas le bien-fondé de sa demande ;

Attendu que pour rejeter les demandes des salariés tendant à la fixation de leur créance au titre des heures supplémentaires effectuées au-delà de 39 heures hebdomadaires pour la période non atteinte par la prescription, la cour d’appel, ayant constaté l’absence, du fait de l’employeur, d’un système de pointage pour les cadres, a retenu d’une part que l’ensemble des pièces et témoignages produits sur les situations individuelles de chacun des salariés, les tableaux établis par eux a posteriori faisant état d’un horaire hebdomadaire moyen de 44 heures, la description de l’ampleur et la nature de leurs tâches, se bornaient essentiellement à affirmer l’existence d’heures supplémentaires sans indiquer tant le volume quotidien de travail accompli que les horaires quotidiens et les heures d’embauche et de sortie du travail effectivement constatées et, d ‘ autre part, que les pièces de nature collective versées par les salariés telles que la déclaration d’un délégué au comité central d’entreprise attestant d’une moyenne générale de 45 à 46 heures de travail pour les cadres de l’entreprise et les pétitions de salariés, ne permettaient pas une approche sérieuse du temps de travail effectif, ce dont elle a déduit que les éléments produits par les salariés n’étaient pas de nature à étayer leurs demandes ;

Qu’en statuant ainsi, la cour d’appel, qui a fait peser sur les seuls salariés la charge de la preuve, a violé le texte susvisé ;

Et sur le pourvoi incident de l’employeur :

Sur le moyen unique pris en sa troisième branche des pourvois n° E 07-44. 951, Y 07-45. 658, Z 07-45. 659 et sur le moyen unique des pourvois n° A 07-45. 660, B 07-45. 661 et C 07-45. 662 :

Vu les articles 1134 du code civil et L. 212-5 du code du travail, ensemble l’accord d’entreprise du 29 novembre 1982 sur la durée du travail pour le personnel encadrant ;

Attendu que pour dire les salariés fondés à solliciter le paiement, à compter du 1er févier 2000, des heures supplémentaires de la 36e à la 39e heure par semaine, considérées comme non payées en conséquence des termes de l’accord, mais également des bonifications et majorations qui s’y attachent, la cour d’appel a retenu que la loi du 19 janvier 2000 a eu pour effet de réduire à 35 heures la durée légale du travail à compter du 1er février 2000 pour les entreprises de plus de vingt salariés, catégorie dont relevait la société Moulinex ; que le déclenchement des heures supplémentaires s’effectuait au-delà de la 35e heure hebdomadaire ; que l’accord d’entreprise du 29 novembre 1982 sur la durée du travail pour le personnel encadrant, dispose : " Les ingénieurs et cadres, compte tenu des responsabilités inhérentes à leurs fonctions, sont rémunérés au forfait selon un horaire non contrôlé, mais au moins égal en moyenne à la durée légale de travail " ; qu’une rémunération forfaitaire n’est licite que si elle fait l’objet d’une convention précisant le nombre d’heures qu’elle rémunère ; que ni l’accord de 1982, ni aucune convention particulière n’ont fixé un nombre précis d’heures de travail correspondant au salaire forfaitaire ; qu’en conséquence, faisant référence de façon générale à la durée légale de travail, sans que celle-ci soit précisément quantifiée, le texte conventionnel litigieux doit être interprété comme attachant le salaire forfaitaire à la durée légale du travail en vigueur, quelle que soit sa durée ; que ce salaire, en l’absence de convention particulière, correspondait donc à compter du 1er février 2000 à la nouvelle durée légale de travail en vigueur de 35 heures par semaine ;

Attendu, cependant, que la rémunération forfaitaire s’entend d’une rémunération convenue entre les parties au contrat de travail pour un nombre déterminé d’heures supplémentaires, soit pour une durée de travail supérieure à la durée légale, et que même si le principe en est posé par la convention collective, le paiement des heures supplémentaires selon un forfait ne peut résulter que d’un accord particulier entre l’employeur et le salarié ;

Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’elle avait constaté, d’une part, qu’aucune convention individuelle de forfait n’avait été conclue entre les parties, ce dont il se déduisait que les dispositions litigieuses de l’accord du 29 novembre 1982 sur la rémunération forfaitaire n’étaient pas applicables et, d’autre part, que la rémunération des salariés, afférente à 39 heures de travail hebdomadaires antérieurement à l’entrée en vigueur de la réduction de la durée légale de travail avait été maintenue postérieurement, ce dont il résultait que les intéressés ne pouvaient prétendre qu’à la bonification des heures accomplies de la 36e à la 39e heure, la cour d’appel, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les première, deuxième et quatrième branches du moyen unique des pourvois incidents n° E 07-44. 951, Y 07-45. 658, Z 07-45. 659 :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en leurs dispositions relatives à la fixation de la créance des salariés au titre des heures supplémentaires accomplies au-delà de 39 heures hebdomadaires pour la période non atteinte par la prescription et au titre des heures supplémentaires accomplies de la 36e à la 39e heure à compter du 1er février 2000 ainsi qu’aux congés payés, repos compensateurs et complément d’indemnité de licenciement et d’indemnité additionnelle de licenciement afférents, les arrêts rendus les 21 septembre et 26 octobre 2007, entre les parties, par la cour d’appel de Caen ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Rouen (...).

A lire aussi :

Cumul demi part fiscale 2011 et APL étudiant : changement de direction

C’est un véritable volte face que vient de réaliser l’Etat. Après avoir souhaité interdire le cumul de l’aide personnalisée au logement (APL) et de la demi-part fiscale par enfant étudiant à charge (lire (...)

Les éléments constitutifs du louage de choses ne comportent pas de condition relative à la date de prise d’effet du bail

Dans un arrêt en date du 28 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que le louage des choses est un contrat par lequel l’une des parties s’oblige à faire jouir l’autre d’une chose pendant (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 19 juin 2007, N° de pourvoi : 05-46.017.

La liste des conseillers du salarié étant soumise à révision tous les trois ans, le salarié licencié sans autorisation administrative alors qu’il est inscrit sur cette liste doit, pour pouvoir prétendre au paiement d’une indemnité égale au montant des salaires dus jusqu’à sa réintégration effective, demander cette réintégration avant le terme de la période triennale en cours au jour du licenciement, ou dans les douze mois qui suivent son éviction de l’entreprise, lorsque les fonctions de conseiller du salarié ont été exercées pendant un an au moins.

Le conseiller du salarié qui ne demande pas sa réintégration ou qui la demande postérieurement à l’expiration de la période de protection en cours au jour du licenciement, sans justifier de motifs qui ne lui soient pas imputables, a droit à une indemnité égale aux salaires qu’il aurait dû percevoir jusqu’à la fin de la période triennale de révision de la liste en cours au jour de son éviction, ou pendant une durée qui ne peut être inférieure à la période de 12 mois prévue par l’article L. 412-18 du code du travail.

Vers une future apparition du patrimoine d’affectation en droit français ?

Dans le cadre de la préparation du projet de loi d’orientation pour l’artisanat et la petite entreprise, l’Union Professionnelle Artisanale et l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers ont (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 07 juillet 2004, Pourvoi n° : 02-45.350

L’avis du médecin du travail concluant à l’inaptitude du salarié à tout emploi dans l’entreprise et à l’impossibilité de son reclassement dans l’entreprise ne dispense pas l’employeur qui a licencié le salarié d’établir qu’il s’est trouvé dans l’impossibilité de le reclasser, au besoin par la mise en oeuvre de mesures telles que mutations, transformations de poste de travail ou aménagement du temps de travail.

Carte Bancaire : votre banque se moque t’elle de vous ?

Dans cette vidéo Maxime Chipoy, en charge du secteur bancaire à l’UFC Que Choisir, fait état des excès des banques en matière de cartes bancaires et donne des indications sur les propositions de cette (...)

Nouvelle Formule Titre Restaurant 2012

Le titre restaurant devrait prendre une nouvelle forme en 2012. En effet le support papier va devoir faire face à la concurrence de la carte à puce. Edenred, qui est en France le leader en matière (...)

L’Etat s’engraisse avec le passeport biométrique (vidéo)

Selon cette vidéo, le coût du passeport biométrique est de 55 euros, alors que l’Etat impose de payer 89 euros pour son renouvellement.

A la recherche du contrat type d’apprentissage disparu.

Le journal officiel n° 25 du 30 janvier 2007 vient de publier un arrêté du 15 janvier 2007 relatif au contrat type d’apprentissage.
Le texte prévoit que le contrat d’apprentissage est conclu entre (...)

La Cour de cassation apporte des précisions sur le délai de transmission du contrat de travail à durée déterminée.

Il résulte du Code du travail que le contrat de travail à durée déterminée doit être transmis au salarié dans les deux jours suivant l’embauche et comme nous l’avons vu dans une précédente étude (...)

Répondre à cet article