David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Livre de droit > Law in France

Law in France

lundi 17 avril 2006

Les éditions Legiteam proposent désormais une revue "papier" qui constitue une déclinaison du site internet lawinfrance.com.

Cette revue souhaite créer des liens entre les juristes d’entreprises et les autres professions du droit. Elle se propose, à chaque numéro, de présenter l’organigramme d’une direction juridique, pour comprendre ses enjeux, ainsi qu’un dossier de fond sur un sujet d’actualité et des rubriques pratiques (agenda, veille, carrière...).

Le numéro zéro de mars 2006, disponible en libre téléchargement, permet ainsi de prendre connaissance, notamment, d’un entretien avec le directeur juridique d’HP France, et de lire des études sur un sujet original puisque relatif à la protection des odeurs.

Référence : Law in France, Editions Legiteam, 8 numéro par an, abonnement annuel : 50 euros pour les juristes d’entreprises, 150 euros pour les cabinets d’avocats.

A lire aussi :

La baisse de la TVA à 5,5 % dans la restauration va intervenir le 1er juillet 2009

Beaucoup n’y croyaient plus vraiment, mais la baisse de la TVA à 5,5 % dans la restauration devrait être bientôt une réalité.
En effet, le chef de l’État a demandé à Christine Lagarde, de proposer au (...)

Le taux de la contribution des assurés au Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions.

Le taux de la contribution des assurés au Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions vient d’être fixé par un arrêté du 28 novembre 2008.
Selon ce texte, le taux de (...)

Deux motifs pour un CDD = un CDI.

Dans un arrêt en date du 23 janvier 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient, sans surprise, d’affirmer qu’il résulte des dispositions combinées des articles L.122-1, L. 122-3-1 et (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 4 février 2004, Pourvoi n° : 01-43.651

Résumé : L’engagement du salarié de suivre une formation à l’initiative de son employeur, et en cas de démission, d’indemniser celui-ci des frais qu’il a assumés, doit, pour être valable, faire l’objet (...)

Livret et Compte épargne co-développement Suppression 2011

Le sénat ne souhaite plus entendre parler du compte épargne co-développement et du livret d’épargne co-développement. En effet, lors des discussions relatives au projet de budget 2011, les sénateurs (...)

L’office du juge et le principe du contradictoire.

En relevant d’office l’existence d’une clause de dédit sans inviter au préalable les parties à s’expliquer sur cette qualification la Cour d’appel a violé le principe du contradictoire.

Le Congrès va se réunir.

Le décret du 11 juin 2009 réunissant le Congrès par application de l’article 18 de la Constitution vient d’être publié au journal officiel.
Selon ce texte, le Parlement sera réuni en Congrès le lundi (...)

L’indice de référence des loyers du troisième trimestre de 2008.

Selon un avis relatif à l’indice de référence des loyers du troisième trimestre 2008 (loi n° 2008-111 du 8 février 2008), cet indice atteint 117,03.
Cet indice est calculé sur une référence 100 au (...)

L’incitation à ne pas appliquer les règles de sécurité peut justifier un licenciement pour faute grave

Dans un arrêt en date du 21 avril 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que constitue une faute grave le fait pour le responsable d’une agence de transit aérien de menacer de sanctions les (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 3 mai 2006, Pourvoi n° : 04-47.613

Sauf dans le cas où le maintien du salarié à son poste entraîne un danger immédiat pour la santé ou la sécurité de l’intéressé ou celle des tiers, le médecin du travail ne peut constater l’inaptitude du salarié à son poste de travail qu’après étude de ce poste et des conditions de travail dans l’entreprise et deux examens médicaux de l’intéressé espacés de deux semaines, accompagnés, le cas échéant, des examens complémentaires mentionnés à l’article R. 241-52 du Code du travail.

Répondre à cet article