David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Articles Juridiques > Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

dimanche 15 avril 2007, par David Taté

Le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile et sa publication au journal officiel en facilite la connaissance. Se pose néanmoins la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane.

Conformément à l’article L 313-2 du Code monétaire et financier, le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile. Sa publication au journal officiel en facilite la connaissance et son évolution est consultable sur plusieurs sites Internet.

Lorsqu’une décision de justice prononce des condamnations pécuniaires, l’application du taux de l’intérêt légal est fréquente. Se pose alors la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane. Pour procéder à ce calcul, certains professionnels font l’acquisition de logiciels spécialisés [1]. Mais il est également possible de recourir à un tableur, ou même à une simple calculette, à condition bien sur de connaître la formule adéquate.

Avant de se livrer à de savants calculs, encore faut il au préalable recueillir les données suivantes :

- le montant sur lequel les intérêts vont être appliqués,
- l’année pour laquelle le calcul doit être effectué,
- le taux de l’intérêt légal de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée sur lesquels le calcul doit être effectué.

Le recueil de ces éléments permet de procéder au calcul des intérêts légaux avec la formule suivante :

(montant du * nombres de jours * taux annuel) / ( nombre de jours de l’année * 100)= intérêts légaux pour l’année considérée.

Le taux de l’intérêt légal étant fixé chaque année, il faut reproduire ce type de calcul pour chaque année concernée par l’application du taux de l’intérêt légal. Par exemple, s’il faut appliquer le taux de l’intérêt légal pour l’année 2006 et pour l’année 2007, il faudra effectuer des calculs séparés pour l’année 2006 puis pour l’année 2007, et non un calcul global.

Par ailleurs, l’article L 313-3 du Code monétaire et financier prévoyant qu’en cas de condamnation pécuniaire par décision de justice, le taux de l’intérêt légal est majoré de cinq points à l’expiration d’un délai de deux mois à compter du jour où la décision de justice est devenue exécutoire, fut ce par provision, il faut faire attention à tenir compte du taux majoré lorsque celui ci s’applique [2], étant toutefois précisé que l’alinéa second de l’article précité permet au juge de l’exécution d’exonérer le débiteur de cette majoration ou d’en réduire le montant. En conséquence, il peut être nécessaire de tenir compte pour une même année de deux taux différents et donc de procéder à deux calculs, l’un avec un taux normal et l’autre avec un taux majoré, le taux des années suivantes étant alors bien sur également majoré.

Un exemple de feuille de calcul basique permettant d’estimer le montant des intérêts légaux sera mis en ligne prochainement.

Notes

[1Il est notamment possible de recourir au logiciel utilavocat.

[2Sont exécutoires les décisions de justice suivantes : les décisions exécutoires par provisions, les décisions susceptibles d’un recours suspensif expiré, les décisions susceptibles d’un recours non suspensif.

A lire aussi :

Un procès renvoyé pour cause de ramadan : la presse et les politiques se trompent encore.

Décidemment, la religion a bon dos. La critique semble rapide lorsque la religion et le droit se rencontrent et les commentateurs ne s’accordent visiblement pas le temps de la réflexion.
En effet, (...)

Sortie du livre de droit : Fiscalité, placements et réductions d’impôt 2011

La Revue Banque vient de publier l’édition 2011 de l’ouvrage Fiscalité, placements & réductions d’impôt rédigé par Gervais Morel et David Ecochard.
A jour des dispositions de la loi de Finances 2011 (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 12 juin 2007, N° de pourvoi : 05-45.320.

L’article 39 du Traité instituant la Communauté européenne garantit la libre circulation des travailleurs à l’intérieur de la Communauté européenne, ce dont il résulte que l’exercice de l’activité d’un salarié ressortissant d’un Etat membre de l’Union européenne ne peut être subordonné à la justification d’un titre de séjour en cours de validité et la non-présentation de ce document ne constitue pas une faute.

L’article 9.02 de la convention collective nationale des entreprises de propreté du 1er juillet 1994 ne prévoit la prise en compte de la durée des contrats antérieurs, pour l’évaluation de l’ancienneté, qu’à la condition qu’ils aient été conclus avec le même employeur.

Classement des hôtels de tourisme : les 5 étoiles c’est pour plus tard.

Le journal officiel vient de publier un arrêté du 29 juin 2009 modifiant l’arrêté du 22 décembre 2008 fixant les normes de classement des hôtels de tourisme.
Il résulte de ce texte que les nouvelles (...)

Indice de référence des loyers du troisième trimestre 2009

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice de référence des loyers du troisième trimestre 2009 (loi n° 2008-111 du 8 février 2008).
Selon cet avis, l’indice de référence des loyers (...)

Le montant du droit relatif à la délivrance de la carte professionnelle de courtier en vins et spiritueux.

Le montant du droit relatif à la délivrance de la carte professionnelle de courtier en vins et spiritueux vient d’être fixé par le décret n° 2008-1274du 5 décembre 2008.
Il résulte de ce texte que le (...)

Le guide des associations

A l’occasion du centenaire de la loi 1901 relative aux associations, le Groupe Revue Fiduciaire a publié une nouvelle édition de leur guide des associations.
Ce guide assez volumineux semble (...)

Deuxième plan santé au travail : les orientations sont précisées

Au cours du conseil des ministres du 28 octobre 2009, le ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville a présenté une communication relative aux (...)

Juriste en Herbe (juriste-en-herbe.com)

Juriste en Herbe est un nouveau site à destination des étudiants en droit.
On peut trouver sur ce site des fiches d’arrêts et des fiches de révisions.
Il est également possible d’envoyer ses travaux (...)

Modification des statuts types des sociétés coopératives agricoles et des unions de sociétés de coopératives agricoles

Deux arrêtés en date du 31 juillet 2001 modifient les statuts types des sociétés coopératives agricoles et des unions de sociétés de coopératives agricoles.
Le premier arrêté du 31 juillet 2001 modifie (...)

4 Messages

  • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 11:12 , par FLEURY

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si le calcul diffère en cas de règlement partiel de la dette ....

    et si cela était dans quelle mesure ....

    repondre message

    • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 21:37 , par David Taté

      je pense que oui puisque le montant du principal devient moindre

      repondre message

      • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 21 juin 2009 à 14:21 , par Bobby

        Ne pas oublier l’article 1254 du code civil. En cas de paiement partiel, et sauf si le débiteur y renonce, le paiement est censé concerner d’abord les intérêts.

        Article 1254 du Code civil

        « Le débiteur d’une dette qui porte intérêt ou produit des arrérages ne peut point, sans le consentement du créancier, imputer le paiement qu’il fait sur le capital par préférence aux arrérages ou intérêts : le paiement fait sur le capital et intérêts, mais qui n’est point intégral, s’impute d’abord sur les intérêts. »

        Par ailleurs, il y a, soit en cas de convention entre les parties, soit en cas de demande du créancier au juge, possibilité de capitalisation des intérêts à chaque échéance annuelle (art. 1154 du code civil).

        repondre message

Répondre à cet article