David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Articles Juridiques > Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

dimanche 15 avril 2007, par David Taté

Le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile et sa publication au journal officiel en facilite la connaissance. Se pose néanmoins la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane.

Conformément à l’article L 313-2 du Code monétaire et financier, le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile. Sa publication au journal officiel en facilite la connaissance et son évolution est consultable sur plusieurs sites Internet.

Lorsqu’une décision de justice prononce des condamnations pécuniaires, l’application du taux de l’intérêt légal est fréquente. Se pose alors la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane. Pour procéder à ce calcul, certains professionnels font l’acquisition de logiciels spécialisés [1]. Mais il est également possible de recourir à un tableur, ou même à une simple calculette, à condition bien sur de connaître la formule adéquate.

Avant de se livrer à de savants calculs, encore faut il au préalable recueillir les données suivantes :

- le montant sur lequel les intérêts vont être appliqués,
- l’année pour laquelle le calcul doit être effectué,
- le taux de l’intérêt légal de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée sur lesquels le calcul doit être effectué.

Le recueil de ces éléments permet de procéder au calcul des intérêts légaux avec la formule suivante :

(montant du * nombres de jours * taux annuel) / ( nombre de jours de l’année * 100)= intérêts légaux pour l’année considérée.

Le taux de l’intérêt légal étant fixé chaque année, il faut reproduire ce type de calcul pour chaque année concernée par l’application du taux de l’intérêt légal. Par exemple, s’il faut appliquer le taux de l’intérêt légal pour l’année 2006 et pour l’année 2007, il faudra effectuer des calculs séparés pour l’année 2006 puis pour l’année 2007, et non un calcul global.

Par ailleurs, l’article L 313-3 du Code monétaire et financier prévoyant qu’en cas de condamnation pécuniaire par décision de justice, le taux de l’intérêt légal est majoré de cinq points à l’expiration d’un délai de deux mois à compter du jour où la décision de justice est devenue exécutoire, fut ce par provision, il faut faire attention à tenir compte du taux majoré lorsque celui ci s’applique [2], étant toutefois précisé que l’alinéa second de l’article précité permet au juge de l’exécution d’exonérer le débiteur de cette majoration ou d’en réduire le montant. En conséquence, il peut être nécessaire de tenir compte pour une même année de deux taux différents et donc de procéder à deux calculs, l’un avec un taux normal et l’autre avec un taux majoré, le taux des années suivantes étant alors bien sur également majoré.

Un exemple de feuille de calcul basique permettant d’estimer le montant des intérêts légaux sera mis en ligne prochainement.

Notes

[1Il est notamment possible de recourir au logiciel utilavocat.

[2Sont exécutoires les décisions de justice suivantes : les décisions exécutoires par provisions, les décisions susceptibles d’un recours suspensif expiré, les décisions susceptibles d’un recours non suspensif.

A lire aussi :

Le conjoint collaborateur : un décret d’application.

Le décret n° 2006-966 du 1er août 2006 relatif au conjoint collaborateur vient d’être publié au journal officiel n° 178 du 3 août 2006.
La publication de ce texte était nécessaire suite à loi nº (...)

Vente immobilière : manque à l’obligation de contracter de bonne foi le vendeur qui n’informe pas l’acheteur profane de l’obligation de raccordement de l’immeuble au réseau d’assainissement

Dans un arrêt en date du 12 novembre 2009, la Cour de cassation vient d’estimer que commet une réticence dolosive justifiant l’allocation de dommages intérêts le vendeur d’un immeuble qui a (...)

Garde à vue : vers une division par 2 en 2011

Suite à la décision du conseil constitutionnel qui a imposé de modifier le régime de la garde à vue en raison de l’utilisation manifestement trop fréquente et abusive de celle ci, Michèle Alliot-Marie, (...)

Transaction suite à un licenciement frauduleux : le salarié doit rembourser l’employeur

Dans un arrêt en date du 10 novembre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que le caractère frauduleux de licenciements notifiés pour motifs personnels alors que la cause réelle en est (...)

Comment ne pas payer les frais relatifs au centre de formalités des entreprises !

Après l’astuce de ce mardi pour rédiger en moins de 2 minutes vos annonces légales, voici d’autres indications utiles puisqu’elles permettent de ne pas payer les frais du centre de formalités des (...)

Condition Désignation Représentant Section Syndicale

Dans un arrêt en date du 5 avril 2011, la Cour de cassation vient d’affirmer que la désignation d’un représentant de la section syndicale suppose la création d’une telle section qui requiert elle-même (...)

Prime aux salariés : précision sur le seuil d’effectif

Ce serait finalement le seuil de 50 salariés qui devrait déterminer si la prime en faveur des salariés évoquée par le gouvernement depuis quelques jours s’applique ou non. En effet, reprenant des (...)

Les obligations du professionnel pour la vente d’un véhicule gravement accidenté.

Le professionnel qui acquiert d’un assureur un véhicule gravement accidenté et déclaré économiquement irréparable ne peut le revendre à un particulier sans l’avoir au préalable réparé et ne peut le remettre en circulation sans avoir fait procéder à une expertise certifiant que le véhicule a fait l’objet des réparations touchant à la sécurité préconisées par le rapport d’expertise ayant conduit à son classement en véhicule économiquement irréparable et qu’il est en état de circuler dans des conditions normales de sécurité.

Nullité d’un testament-partage : précision sur la prescription applicable

Dans un arrêt en date du 3 février 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que la nullité d’un testament-partage incluant des biens dont l’ascendant n’a pas la propriété et la libre disposition, (...)

Juridique : comment choisir le prénom d’un enfant

Avec cette vidéo vous allez pouvoir écouter les règles concernant l’attribution du prénom d’un enfant. Les modalités concernant le choix de l’enfant sont expliquées ainsi que les limites pouvant (...)

4 Messages

  • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 11:12 , par FLEURY

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si le calcul diffère en cas de règlement partiel de la dette ....

    et si cela était dans quelle mesure ....

    repondre message

    • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 21:37 , par David Taté

      je pense que oui puisque le montant du principal devient moindre

      repondre message

      • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 21 juin 2009 à 14:21 , par Bobby

        Ne pas oublier l’article 1254 du code civil. En cas de paiement partiel, et sauf si le débiteur y renonce, le paiement est censé concerner d’abord les intérêts.

        Article 1254 du Code civil

        « Le débiteur d’une dette qui porte intérêt ou produit des arrérages ne peut point, sans le consentement du créancier, imputer le paiement qu’il fait sur le capital par préférence aux arrérages ou intérêts : le paiement fait sur le capital et intérêts, mais qui n’est point intégral, s’impute d’abord sur les intérêts. »

        Par ailleurs, il y a, soit en cas de convention entre les parties, soit en cas de demande du créancier au juge, possibilité de capitalisation des intérêts à chaque échéance annuelle (art. 1154 du code civil).

        repondre message

Répondre à cet article