David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Articles Juridiques > Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

dimanche 15 avril 2007, par David Taté

Le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile et sa publication au journal officiel en facilite la connaissance. Se pose néanmoins la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane.

Conformément à l’article L 313-2 du Code monétaire et financier, le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile. Sa publication au journal officiel en facilite la connaissance et son évolution est consultable sur plusieurs sites Internet.

Lorsqu’une décision de justice prononce des condamnations pécuniaires, l’application du taux de l’intérêt légal est fréquente. Se pose alors la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane. Pour procéder à ce calcul, certains professionnels font l’acquisition de logiciels spécialisés [1]. Mais il est également possible de recourir à un tableur, ou même à une simple calculette, à condition bien sur de connaître la formule adéquate.

Avant de se livrer à de savants calculs, encore faut il au préalable recueillir les données suivantes :

- le montant sur lequel les intérêts vont être appliqués,
- l’année pour laquelle le calcul doit être effectué,
- le taux de l’intérêt légal de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée sur lesquels le calcul doit être effectué.

Le recueil de ces éléments permet de procéder au calcul des intérêts légaux avec la formule suivante :

(montant du * nombres de jours * taux annuel) / ( nombre de jours de l’année * 100)= intérêts légaux pour l’année considérée.

Le taux de l’intérêt légal étant fixé chaque année, il faut reproduire ce type de calcul pour chaque année concernée par l’application du taux de l’intérêt légal. Par exemple, s’il faut appliquer le taux de l’intérêt légal pour l’année 2006 et pour l’année 2007, il faudra effectuer des calculs séparés pour l’année 2006 puis pour l’année 2007, et non un calcul global.

Par ailleurs, l’article L 313-3 du Code monétaire et financier prévoyant qu’en cas de condamnation pécuniaire par décision de justice, le taux de l’intérêt légal est majoré de cinq points à l’expiration d’un délai de deux mois à compter du jour où la décision de justice est devenue exécutoire, fut ce par provision, il faut faire attention à tenir compte du taux majoré lorsque celui ci s’applique [2], étant toutefois précisé que l’alinéa second de l’article précité permet au juge de l’exécution d’exonérer le débiteur de cette majoration ou d’en réduire le montant. En conséquence, il peut être nécessaire de tenir compte pour une même année de deux taux différents et donc de procéder à deux calculs, l’un avec un taux normal et l’autre avec un taux majoré, le taux des années suivantes étant alors bien sur également majoré.

Un exemple de feuille de calcul basique permettant d’estimer le montant des intérêts légaux sera mis en ligne prochainement.

Notes

[1Il est notamment possible de recourir au logiciel utilavocat.

[2Sont exécutoires les décisions de justice suivantes : les décisions exécutoires par provisions, les décisions susceptibles d’un recours suspensif expiré, les décisions susceptibles d’un recours non suspensif.

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 11 octobre 2005, Pourvoi n° : 02-45.927

En l’absence d’institutions représentatives du personnel dans l’entreprise, le salarié a la faculté de se faire assister par un conseiller de son choix et l’entretien préalable ne peut avoir lieu moins de cinq jours ouvrables après la présentation au salarié de la lettre recommandée de convocation ou sa remise en main propre.

Lorsqu’un délai est exprimé en jours, celui de la notification qui le fait courir ne compte pas et tout délai expire le dernier jour à 24 heures.

Sauf s’il est rémunéré par un forfait incluant des heures supplémentaires, le salarié a droit au paiement des heures supplémentaires effectuées, et l’existence d’une telle convention ne peut se déduire ni du fait qu’il perçoive un salaire supérieur au minimum conventionnel, ni de l’absence de réclamation pendant la durée des relations contractuelles.

Licenciement : comment sanctionner les fautes connues avec exactitude après l’expiration de la période de protection

Il résulte d’un arrêt rendu le 9 février 2012 par la cour de cassation que lorsqu’un employeur entend licencier un salarié qui était anciennement un salarié protégé, il n’a pas à soumettre les faits (...)

Le gérant doit être fidèle et loyal envers l’entreprise qu’il dirige

Dans un arrêt en date du 15 novembre 2011 la chambre commerciale de la Cour de cassation vient d’affirmer que l’associé d’une société à responsabilité limitée n’est, en cette qualité, tenu ni de (...)

Des modifications relatives aux chèques emploi service universel.

Le décret n° 2007-1701 du 30 novembre 2007 relatif à l’habilitation des émetteurs du chèque emploi service universel ayant la nature d’un titre spécial de paiement et modifiant le code du travail vient (...)

Le Congrès va se réunir.

Le décret du 11 juin 2009 réunissant le Congrès par application de l’article 18 de la Constitution vient d’être publié au journal officiel.
Selon ce texte, le Parlement sera réuni en Congrès le lundi (...)

Précision sur le moment de la perte de la qualité d’associé

Dans un arrêt rendu le 13 décembre 2011 concernant la perte de la qualité d’associé d’une société civile immobilière la chambre commerciale de la Cour de cassation a approuvé le raisonnement d’une Cour (...)

Conseil d’Etat, Sect., 9 juin 1978, sieur ***

Prononcer la sanction disciplinaire de la mise à la retraite d’office en tenant compte de faits dont la matérialité est établie par les pièces du dossier résulte d’une appréciation qui n’est pas entachée d’erreur manifeste

Le ministère de la culture et le ministère de l’intérieur réécrivent Wikipedia.

Après les deux réponses hallucinantes de Rachida Dati à Elisabeth Guigou sur le site du Ministère de la Justice, voici encore une information vraiment incroyable.
En effet, le journaliste Benjamin (...)

Vidéo : Patrick Roy Frédéric Mitterrand et le rock métal

Le député PS Patrick Roy a posé le 30 mars une question au ministre de la culture Frédéric Mitterrand sur l’étouffement de la diversité musicale et sur le mépris dont souffrent certains styles musicaux (...)

Indice de référence des loyers du troisième trimestre 2009

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice de référence des loyers du troisième trimestre 2009 (loi n° 2008-111 du 8 février 2008).
Selon cet avis, l’indice de référence des loyers (...)

4 Messages

  • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 11:12 , par FLEURY

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si le calcul diffère en cas de règlement partiel de la dette ....

    et si cela était dans quelle mesure ....

    repondre message

    • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 21:37 , par David Taté

      je pense que oui puisque le montant du principal devient moindre

      repondre message

      • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 21 juin 2009 à 14:21 , par Bobby

        Ne pas oublier l’article 1254 du code civil. En cas de paiement partiel, et sauf si le débiteur y renonce, le paiement est censé concerner d’abord les intérêts.

        Article 1254 du Code civil

        « Le débiteur d’une dette qui porte intérêt ou produit des arrérages ne peut point, sans le consentement du créancier, imputer le paiement qu’il fait sur le capital par préférence aux arrérages ou intérêts : le paiement fait sur le capital et intérêts, mais qui n’est point intégral, s’impute d’abord sur les intérêts. »

        Par ailleurs, il y a, soit en cas de convention entre les parties, soit en cas de demande du créancier au juge, possibilité de capitalisation des intérêts à chaque échéance annuelle (art. 1154 du code civil).

        repondre message

Répondre à cet article