David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Articles Juridiques > Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

dimanche 15 avril 2007, par David Taté

Le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile et sa publication au journal officiel en facilite la connaissance. Se pose néanmoins la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane.

Conformément à l’article L 313-2 du Code monétaire et financier, le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile. Sa publication au journal officiel en facilite la connaissance et son évolution est consultable sur plusieurs sites Internet.

Lorsqu’une décision de justice prononce des condamnations pécuniaires, l’application du taux de l’intérêt légal est fréquente. Se pose alors la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane. Pour procéder à ce calcul, certains professionnels font l’acquisition de logiciels spécialisés [1]. Mais il est également possible de recourir à un tableur, ou même à une simple calculette, à condition bien sur de connaître la formule adéquate.

Avant de se livrer à de savants calculs, encore faut il au préalable recueillir les données suivantes :

- le montant sur lequel les intérêts vont être appliqués,
- l’année pour laquelle le calcul doit être effectué,
- le taux de l’intérêt légal de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée sur lesquels le calcul doit être effectué.

Le recueil de ces éléments permet de procéder au calcul des intérêts légaux avec la formule suivante :

(montant du * nombres de jours * taux annuel) / ( nombre de jours de l’année * 100)= intérêts légaux pour l’année considérée.

Le taux de l’intérêt légal étant fixé chaque année, il faut reproduire ce type de calcul pour chaque année concernée par l’application du taux de l’intérêt légal. Par exemple, s’il faut appliquer le taux de l’intérêt légal pour l’année 2006 et pour l’année 2007, il faudra effectuer des calculs séparés pour l’année 2006 puis pour l’année 2007, et non un calcul global.

Par ailleurs, l’article L 313-3 du Code monétaire et financier prévoyant qu’en cas de condamnation pécuniaire par décision de justice, le taux de l’intérêt légal est majoré de cinq points à l’expiration d’un délai de deux mois à compter du jour où la décision de justice est devenue exécutoire, fut ce par provision, il faut faire attention à tenir compte du taux majoré lorsque celui ci s’applique [2], étant toutefois précisé que l’alinéa second de l’article précité permet au juge de l’exécution d’exonérer le débiteur de cette majoration ou d’en réduire le montant. En conséquence, il peut être nécessaire de tenir compte pour une même année de deux taux différents et donc de procéder à deux calculs, l’un avec un taux normal et l’autre avec un taux majoré, le taux des années suivantes étant alors bien sur également majoré.

Un exemple de feuille de calcul basique permettant d’estimer le montant des intérêts légaux sera mis en ligne prochainement.

Notes

[1Il est notamment possible de recourir au logiciel utilavocat.

[2Sont exécutoires les décisions de justice suivantes : les décisions exécutoires par provisions, les décisions susceptibles d’un recours suspensif expiré, les décisions susceptibles d’un recours non suspensif.

A lire aussi :

Achat Voiture Vice Caché Réparation Conséquence

Dans un arrêt en date du 1er février 2011, la Chambre commerciale de la Cour de cassation vient d’affirmer, concernant la vente d’une automobile, que l’acheteur d’une chose comportant un vice caché qui (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 octobre 2002, N° de pourvoi : 00-40.868

Si le salarié jouit, dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, de sa liberté d’expression à laquelle il ne peut être apporté que des restrictions justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché, il ne peut abuser de cette liberté par des propos injurieux, diffamatoires ou excessifs.

 
Des propos diffamatoires contenus dans une lettre de démission constituent un abus de la liberté d’expression et sont de nature à justifier l’interruption du préavis.

Règle de preuve et contamination par le virus de l’hépatite C.

Dans une décision en date du 12 juillet 2007, la Première Chambre civile de la Cour de cassation a affirmé que selon l’article 102 de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades (...)

Cour de cassation, Civ. 2, 5 octobre 1983, M. X. contre M. Y. et autres

n° 82-14.161.
LA COUR ;
Sur le moyen unique :
Vu les articles 4 et 5 du nouveau Code de procédure civile ;
Attendu qu’une partie ne peut être condamnée au profit d’une autre qui n’a rien demandé (...)

Des modifications relatives à l’allocation de formation.

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-763 du 22 juin 2009 modifiant l’article D. 6321-5 du code du travail.
Jusqu’à présent l’article D6321-5 était composé d’un seul alinéa et (...)

Vers une obligation d’équiper de détecteurs de fumée l’ensemble des logements

Dans un communiqué de presse en date du 13 janvier 2009, Benoist Apparu, Secrétaire d’Etat chargé du Logement et de l’Urbanisme salue le travail du Parlement concernant l’obligation d’équiper de (...)

DIF 2011 : Acquisition Durée Cumul

En matière de droit individuel à la formation (DIF), le salarié à temps complet va acquérir 20 heures par an (une convention ou un accord collectif interprofessionnel, de branche ou d’entreprise (...)

Maintien des salariés âgés dans l’emploi : extension d’un accord dans le secteur de l’industrie de la chaussure et des articles chaussants

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 10 mars 2010 portant extension d’un accord à la convention collective nationale de l’industrie de la chaussure et des articles chaussants (n° 1580).
En (...)

Des cotisations syndicales (presque) gratuites.

L’adhésion à un syndicat implique le versement d’une cotisation. Aussi serait il appréciable de tirer avantage des règles du droit fiscal relatives à l’impôt sur le revenu, puisque les cotisations syndicales ouvrent droit à une réduction d’impôt et constituent des frais professionnels déductibles au titre des frais réels.

Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels : un décret apporte des précisions sur les ressources

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-1498 du 7 décembre 2009 portant application des dispositions des cinquièmes alinéas des articles L. 6332-19 et L. 6332-21 du code du travail. (...)

4 Messages

  • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 11:12 , par FLEURY

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si le calcul diffère en cas de règlement partiel de la dette ....

    et si cela était dans quelle mesure ....

    repondre message

    • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 21:37 , par David Taté

      je pense que oui puisque le montant du principal devient moindre

      repondre message

      • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 21 juin 2009 à 14:21 , par Bobby

        Ne pas oublier l’article 1254 du code civil. En cas de paiement partiel, et sauf si le débiteur y renonce, le paiement est censé concerner d’abord les intérêts.

        Article 1254 du Code civil

        « Le débiteur d’une dette qui porte intérêt ou produit des arrérages ne peut point, sans le consentement du créancier, imputer le paiement qu’il fait sur le capital par préférence aux arrérages ou intérêts : le paiement fait sur le capital et intérêts, mais qui n’est point intégral, s’impute d’abord sur les intérêts. »

        Par ailleurs, il y a, soit en cas de convention entre les parties, soit en cas de demande du créancier au juge, possibilité de capitalisation des intérêts à chaque échéance annuelle (art. 1154 du code civil).

        repondre message

Répondre à cet article