David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Articles Juridiques > Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique.

dimanche 15 avril 2007, par David Taté

Le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile et sa publication au journal officiel en facilite la connaissance. Se pose néanmoins la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane.

Conformément à l’article L 313-2 du Code monétaire et financier, le taux de l’intérêt légal est fixé par décret pour la durée de l’année civile. Sa publication au journal officiel en facilite la connaissance et son évolution est consultable sur plusieurs sites Internet.

Lorsqu’une décision de justice prononce des condamnations pécuniaires, l’application du taux de l’intérêt légal est fréquente. Se pose alors la question du calcul des intérêts légaux, dont la réponse peut sembler bien obscure et délicate pour le profane. Pour procéder à ce calcul, certains professionnels font l’acquisition de logiciels spécialisés [1]. Mais il est également possible de recourir à un tableur, ou même à une simple calculette, à condition bien sur de connaître la formule adéquate.

Avant de se livrer à de savants calculs, encore faut il au préalable recueillir les données suivantes :

- le montant sur lequel les intérêts vont être appliqués,
- l’année pour laquelle le calcul doit être effectué,
- le taux de l’intérêt légal de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée,
- le nombre de jour de l’année précitée sur lesquels le calcul doit être effectué.

Le recueil de ces éléments permet de procéder au calcul des intérêts légaux avec la formule suivante :

(montant du * nombres de jours * taux annuel) / ( nombre de jours de l’année * 100)= intérêts légaux pour l’année considérée.

Le taux de l’intérêt légal étant fixé chaque année, il faut reproduire ce type de calcul pour chaque année concernée par l’application du taux de l’intérêt légal. Par exemple, s’il faut appliquer le taux de l’intérêt légal pour l’année 2006 et pour l’année 2007, il faudra effectuer des calculs séparés pour l’année 2006 puis pour l’année 2007, et non un calcul global.

Par ailleurs, l’article L 313-3 du Code monétaire et financier prévoyant qu’en cas de condamnation pécuniaire par décision de justice, le taux de l’intérêt légal est majoré de cinq points à l’expiration d’un délai de deux mois à compter du jour où la décision de justice est devenue exécutoire, fut ce par provision, il faut faire attention à tenir compte du taux majoré lorsque celui ci s’applique [2], étant toutefois précisé que l’alinéa second de l’article précité permet au juge de l’exécution d’exonérer le débiteur de cette majoration ou d’en réduire le montant. En conséquence, il peut être nécessaire de tenir compte pour une même année de deux taux différents et donc de procéder à deux calculs, l’un avec un taux normal et l’autre avec un taux majoré, le taux des années suivantes étant alors bien sur également majoré.

Un exemple de feuille de calcul basique permettant d’estimer le montant des intérêts légaux sera mis en ligne prochainement.

Notes

[1Il est notamment possible de recourir au logiciel utilavocat.

[2Sont exécutoires les décisions de justice suivantes : les décisions exécutoires par provisions, les décisions susceptibles d’un recours suspensif expiré, les décisions susceptibles d’un recours non suspensif.

A lire aussi :

Cour de cassation, Chambre civile 3, 26 novembre 2008, N° de pourvoi : 07-17.728.

Le placement définitif d’un locataire en maison de retraite imposé à une des personnes mentionnées à l’article 14 de la loi du 6 juillet 1989 constitue un abandon du domicile au sens de cet article.

Taxe Banques 2011 : 504 millions d’euros

Dans une interview donnée aux Echos, la ministre de l’économie et des finances Christine Lagarde donne des précisions sur la nouvelle taxe qui va peser sur les banques. Cette taxe bancaire devrait (...)

Cour de cassation, Soc., 28 février 2002, M. D. c./ société Textar France S.A

Selon l’article L. 230.3 du Code du travail, il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa sécurité et de sa santé ainsi que de celles des autres personnes concernées du fait de ses actes ou de ses omissions au travail ; dès lors, alors même qu’il n’aurait pas reçu de délégation de pouvoir, le travailleur répond des fautes qu’il a commises dans l’exécution de son contrat de travail

L’épreuve de droit des obligations au CRFPA.

Les éditions Ellipses viennent de publier à la fin du mois d’avril 2009, l’ouvrage L’épreuve de droit des obligations au CRFPA.
Rédigé par Céline Castets-Renard, cet ouvrage va être utile à ceux qui (...)

Les exonérations fiscales applicables aux cessions de parts de copropriété portant sur des hôtels, résidences de tourisme ou villages de vacances classés

La loi n° 2009-594 du 27 mai 2009 pour le développement économique des outre- mer instaure une exonération, sur délibération des conseils généraux des départements d’outre-mer, de taxe de publicité (...)

Réforme de la procédure pénale : direction la poubelle ?

Selon Jean Michel Aphatie, la réforme de la procédure pénale serait en passe de connaître le même sort que la taxe carbone et donc de ne pas voir le jour.
Si ses informations sont exactes, le juge (...)

Un arrêté porte homologation de la norme d’exercice professionnel relative à la certification des comptes annuels.

Le journal officiel n° 0062 du 14 mars 2009 vient de publier un arrêté du 2 mars 2009 portant homologation de la norme d’exercice professionnel relative à la certification des comptes annuels des (...)

Les modifications relatives à la journée de solidarité.

La loi n° 2008-351 du 16 avril 2008 relative à la journée de solidarité vient d’être publié au journal officiel n° 0091 du 17 avril 2008.
Il résulte de ce texte que désormais :
les modalités (...)

Cour de cassation, Chambre civile 1, 17 décembre 2008, N° de pourvoi : 07-20.468.

Aux termes de l’article 423 du code de procédure civile, le ministère public peut agir pour la défense de l’ordre public à l’occasion de faits portant atteinte à celui-ci, et, selon l’article 16-7 du code civil, toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle ; viole ces textes la Cour d’appel qui déclare irrecevable l’action du ministère public fondée sur une contrariété à l’ordre public en retenant que le ministère public ne contestait ni l’opposabilité en France du jugement américain, ni la foi à accorder, au sens de l’article 47 du code civil, aux actes dressés en Californie, dans les formes usitées dans cet Etat, alors qu’il ressort des constatations de cette Cour d’appel que les énonciations inscrites sur les actes d’état civil ne pouvaient résulter que d’une convention portant sur la gestation pour autrui, de sorte que le ministère public justifiait d’un intérêt à agir en nullité des transcriptions.

La conférence de Lawrence Lessig sur le droit d’auteur (video)

Cette vidéo montre la conférence de Lawrence Lessig sur le droit d’auteur. Cette conférence s’était déroulée le 24 mars à San Diego, en Californie.
Dans cette vidéo, la conférence est traduite en (...)

4 Messages

  • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 11:12 , par FLEURY

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si le calcul diffère en cas de règlement partiel de la dette ....

    et si cela était dans quelle mesure ....

    repondre message

    • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 18 juin 2009 à 21:37 , par David Taté

      je pense que oui puisque le montant du principal devient moindre

      repondre message

      • Le calcul des intérêts légaux : théorie et pratique. Le 21 juin 2009 à 14:21 , par Bobby

        Ne pas oublier l’article 1254 du code civil. En cas de paiement partiel, et sauf si le débiteur y renonce, le paiement est censé concerner d’abord les intérêts.

        Article 1254 du Code civil

        « Le débiteur d’une dette qui porte intérêt ou produit des arrérages ne peut point, sans le consentement du créancier, imputer le paiement qu’il fait sur le capital par préférence aux arrérages ou intérêts : le paiement fait sur le capital et intérêts, mais qui n’est point intégral, s’impute d’abord sur les intérêts. »

        Par ailleurs, il y a, soit en cas de convention entre les parties, soit en cas de demande du créancier au juge, possibilité de capitalisation des intérêts à chaque échéance annuelle (art. 1154 du code civil).

        repondre message

Répondre à cet article