David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du (...)

Les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique.

mercredi 21 mars 2007

L’article L 3111-4 du Code de la santé publique prévoit une obligation de vaccination pour les personnes qui, dans un établissement ou un organisme public ou privé de prévention de soins ou hébergeant des personnes âgées, exercent une activité professionnelle qui les expose à des risques de contamination, ainsi que pour celles qui exercent une activité professionnelle dans un laboratoire d’analyses de biologie médicale et pour les élèves ou étudiants d’un établissement préparant à l’exercice des professions médicales et des autres professions de santé qui sont soumis à l’obligation d’effectuer une part de leurs études dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention ou de soins

Le journal officiel n° 68 du 21 mars 2007 vient de publier un arrêté du 6 mars 2007 fixant les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique.

Il résulte de ce texte, qui abroge l’arrêté du 26 avril 1999 fixant les conditions d’immunisation des personnes visées par l’article L. 10 du code de la santé publique, que les obligations vaccinales concernent toute personne qui, dans un établissement ou un organisme public ou privé de soins ou de prévention, exerce une activité susceptible de présenter un risque d’exposition à des agents biologiques tel que le contact avec des patients, avec le corps de personnes décédées ou avec des produits biologiques soit directement (contact, projections), soit indirectement (manipulation et transport de dispositifs médicaux, de prélèvements biologiques, de linge ou de déchets d’activité de soins à risque infectieux).

Le médecin du travail apprécie individuellement le risque en fonction des caractéristiques du poste et prescrit les vaccinations nécessaires.

L’arrêté prévoit que la vaccination de ces personnes peut être effectuée par le médecin du travail ou par tout médecin, au choix de l’intéressé.

La vaccination doit répondre aux recommandations du Conseil supérieur d’hygiène publique de France contenues notamment dans le calendrier des vaccinations et les avis ponctuels qui sont publiés au Bulletin officiel du ministère chargé de la santé.

Avant leur entrée en fonction, ou au moment de leur inscription dans un établissement d’enseignement, les personnes concernées sont tenues d’apporter la preuve qu’elles ont bénéficié des vaccinations exigées. A défaut, elles ne peuvent exercer une activité susceptible de présenter un risque d’exposition à des agents biologiques tant que les conditions d’immunisation ne sont pas remplies.

La preuve de la vaccination est constituée par la présentation d’une attestation médicale, qui doit comporter la dénomination de la spécialité vaccinale utilisée, le numéro de lot, ainsi que les doses et les dates des injections.

En outre, pour la vaccination contre l’hépatite B, les conditions techniques de l’immunisation sont précisées dans une annexe jointe à l’arrêté.

Le texte précise que sont exemptées de l’obligation de vaccination les personnes qui justifient, par la présentation d’un certificat médical, d’une contre-indication à une ou plusieurs vaccinations. Le médecin du travail apprécie le caractère temporaire ou non de la contre-indication et détermine s’il y a lieu de proposer un changement d’affectation pour les personnes concernées.

L’annexe jointe à l’arrêté précise que ces personnes sont considérées comme immunisées contre l’hépatite B si au moins l’une des conditions suivantes est remplie :

Présentation d’une attestation médicale ou d’un carnet de vaccination prouvant que la vaccination contre l’hépatite B a été menée à son terme selon le schéma recommandé :

- avant l’âge de 13 ans, pour les médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers, pharmaciens, techniciens en analyses biomédicales ;
- avant l’âge de 25 ans, pour les aides-soignants, ambulanciers, auxiliaires de puériculture, manipulateurs d’électroradiologie médicale, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues.

Présentation d’une attestation médicale prouvant que la vaccination contre l’hépatite B a été menée à son terme et d’un résultat, même ancien, indiquant que des anticorps anti-HBs étaient présents à une concentration supérieure à 100 UI/l.

Présentation d’une attestation médicale prouvant que la vaccination contre l’hépatite B a été menée à son terme et de résultats prouvant que, si des anticorps anti-HBs sont présents à une concentration comprise entre 10 UI/l et 100 UI/l, l’antigène HBs est simultanément indétectable par des méthodes de sensibilité actuellement acceptées.

Si aucune des conditions ci-dessus n’est remplie et si la concentration des anticorps anti-HBs dans le sérum est inférieure à 10 UI/l, les mesures à mettre en oeuvre sont subordonnées au résultat de la recherche de l’antigène HBs.

Lorsque l’antigène HBs n’est pas détectable dans le sérum, la vaccination doit être faite, ou reprise, jusqu’à détection d’anticorps anti-HBs dans le sérum, sans dépasser 6 injections (soit 3 doses additionnelles à la primovaccination). L’absence de réponse à la vaccination ne peut être définie que par un dosage du taux d’anticorps un à deux mois après la sixième injection. Dans le cas où la personne aurait déjà reçu 6 doses ou plus sans dosage d’anticorps (schéma ancien avec primovaccination et plusieurs rappels cinq ans), l’indication d’une dose de rappel supplémentaire, suivie un à deux mois après d’une nouvelle recherche d’anticorps, peut être posée par le médecin. En l’absence de réponse à la vaccination, les postulants ou les professionnels peuvent être admis ou maintenus en poste, sans limitation d’activité, mais ils doivent être soumis à une surveillance annuelle des marqueurs sériques du virus de l’hépatite B (antigène HBs et anticorps anti-HBs).

Si l’antigène HBs est détecté dans le sérum, il n’y a pas lieu de procéder à la vaccination.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, de l’arrêté du 6 mars 2007 fixant les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique

A lire aussi :

Livret A LEP 2011 Refus Fiscalisation Intérêts sur Intérêts

Les livrets d’épargnes réglementées comme le livret A et le Livret d’épargne populaire (LEP) disposent d’un plafond concernant les sommes déposées. Ce plafond ne limite toutefois pas le montant d’argent (...)

Procès de Villiers-le-Bel : vers un nouveau procès ?

Cette vidéo fait le point pour tenter de déterminer si un nouveau procès relatif aux émeutes de Villiers-le-Bel pourrait intervenir. Un appel va t’il être effectué (...)

Point d’indice de pension militaire d’invalidité Valeur 1er juillet 2010

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 23 décembre 2010 fixant la valeur du point d’indice de pension militaire d’invalidité au 1er juillet 2010 en application de l’article R. 1 du code des (...)

Non transposition de la directive sur les contrôles légaux des comptes : la Commission vient de saisir la CJCE

La Commission européenne vient de décider de saisir la Cour de justice des Communautés européennes en raison de la non transposition par l’Autriche, l’Irlande, l’Italie et l’Espagne de la directive (...)

Le dictionnaire des ressources humaines (français/anglais)

Le dictionnaire des ressources humaines est un ouvrage intéressant si vous devez travailler en langue anglaise.
En effet, il explique en français et en anglais les termes relatifs au recrutement, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 6 mars 2007, N° de pourvoi : 05-41.378.

Le président du groupe auquel appartient l’employeur n’est pas une personne étrangère à l’entreprise et en conséquence l’entretien préalable à un licenciement peut être conduit par le président de la société mère du groupe dont dépend l’employeur.

L’entretien préalable au licenciement doit se tenir dans une langue compréhensible par les deux parties, ce qui est le cas lorsque les deux parties pratiquent couramment l’anglais.

Retenue douanière contraire à la constitution : Réforme 2011

Après la garde à vue, c’est au tour de la retenue douanière d’être sous le feu des critiques du conseil constitutionnel. En effet, dans une décision du 22 septembre (décision n° 2010-32 QPC), le Conseil (...)

Cour de cassation, Troisième chambre civile, 27 septembre 2006, N° de Pourvoi : 05-18.193.

La rédaction de l’article 2 du décret du 26 août 1987 implique que la récupération des trois quarts de la rémunération du gardien n’est possible que dans la mesure où l’entretien des parties communes et l’élimination des rejets sont assurés cumulativement par le gardien ou le concierge et l’emploi du verbe "assurer" et non du verbe "participer" dans cette disposition implique que la récupération partielle des dépenses correspondant à sa rémunération n’est possible que lorsque le gardien ou le concierge effectue seul les travaux d’entretien des parties communes et d’élimination des rejets à l’exclusion de tout partage de ces activités avec un tiers, en conséquence, lorsque la gardienne de l’immeuble partage les travaux d’entretien des parties communes avec une société de nettoyage, en les dépenses liées à la rémunération de la première ne sont pas récupérables et doivent donner lieu à restitution en faveur des locataires.

Salarié qui demande sa réintégration : absence d’indemnisation suite au respect d’une clause de non concurrence dépourvue de contrepartie financière

Dans un arrêt en date du 26 mars 2013 la chambre sociale de la cour de cassation vient d’affirmer que le salarié, dont le licenciement a été annulé, et qui demande sa réintégration, ne peut prétendre à (...)

La modification des règles relatives à l’examen d’accès au centre régional de formation professionnelle d’avocats ainsi qu’à l’examen d’aptitude à la profession d’avocat.

Il résulte de l’arrêté du 11 septembre 2003 fixant le programme et les modalités de l’examen d’accès au centre régional de formation professionnelle d’avocats qu’à compter des examens de la session de (...)

Répondre à cet article