David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du (...)

Les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique.

mercredi 21 mars 2007

L’article L 3111-4 du Code de la santé publique prévoit une obligation de vaccination pour les personnes qui, dans un établissement ou un organisme public ou privé de prévention de soins ou hébergeant des personnes âgées, exercent une activité professionnelle qui les expose à des risques de contamination, ainsi que pour celles qui exercent une activité professionnelle dans un laboratoire d’analyses de biologie médicale et pour les élèves ou étudiants d’un établissement préparant à l’exercice des professions médicales et des autres professions de santé qui sont soumis à l’obligation d’effectuer une part de leurs études dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention ou de soins

Le journal officiel n° 68 du 21 mars 2007 vient de publier un arrêté du 6 mars 2007 fixant les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique.

Il résulte de ce texte, qui abroge l’arrêté du 26 avril 1999 fixant les conditions d’immunisation des personnes visées par l’article L. 10 du code de la santé publique, que les obligations vaccinales concernent toute personne qui, dans un établissement ou un organisme public ou privé de soins ou de prévention, exerce une activité susceptible de présenter un risque d’exposition à des agents biologiques tel que le contact avec des patients, avec le corps de personnes décédées ou avec des produits biologiques soit directement (contact, projections), soit indirectement (manipulation et transport de dispositifs médicaux, de prélèvements biologiques, de linge ou de déchets d’activité de soins à risque infectieux).

Le médecin du travail apprécie individuellement le risque en fonction des caractéristiques du poste et prescrit les vaccinations nécessaires.

L’arrêté prévoit que la vaccination de ces personnes peut être effectuée par le médecin du travail ou par tout médecin, au choix de l’intéressé.

La vaccination doit répondre aux recommandations du Conseil supérieur d’hygiène publique de France contenues notamment dans le calendrier des vaccinations et les avis ponctuels qui sont publiés au Bulletin officiel du ministère chargé de la santé.

Avant leur entrée en fonction, ou au moment de leur inscription dans un établissement d’enseignement, les personnes concernées sont tenues d’apporter la preuve qu’elles ont bénéficié des vaccinations exigées. A défaut, elles ne peuvent exercer une activité susceptible de présenter un risque d’exposition à des agents biologiques tant que les conditions d’immunisation ne sont pas remplies.

La preuve de la vaccination est constituée par la présentation d’une attestation médicale, qui doit comporter la dénomination de la spécialité vaccinale utilisée, le numéro de lot, ainsi que les doses et les dates des injections.

En outre, pour la vaccination contre l’hépatite B, les conditions techniques de l’immunisation sont précisées dans une annexe jointe à l’arrêté.

Le texte précise que sont exemptées de l’obligation de vaccination les personnes qui justifient, par la présentation d’un certificat médical, d’une contre-indication à une ou plusieurs vaccinations. Le médecin du travail apprécie le caractère temporaire ou non de la contre-indication et détermine s’il y a lieu de proposer un changement d’affectation pour les personnes concernées.

L’annexe jointe à l’arrêté précise que ces personnes sont considérées comme immunisées contre l’hépatite B si au moins l’une des conditions suivantes est remplie :

Présentation d’une attestation médicale ou d’un carnet de vaccination prouvant que la vaccination contre l’hépatite B a été menée à son terme selon le schéma recommandé :

- avant l’âge de 13 ans, pour les médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers, pharmaciens, techniciens en analyses biomédicales ;
- avant l’âge de 25 ans, pour les aides-soignants, ambulanciers, auxiliaires de puériculture, manipulateurs d’électroradiologie médicale, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues.

Présentation d’une attestation médicale prouvant que la vaccination contre l’hépatite B a été menée à son terme et d’un résultat, même ancien, indiquant que des anticorps anti-HBs étaient présents à une concentration supérieure à 100 UI/l.

Présentation d’une attestation médicale prouvant que la vaccination contre l’hépatite B a été menée à son terme et de résultats prouvant que, si des anticorps anti-HBs sont présents à une concentration comprise entre 10 UI/l et 100 UI/l, l’antigène HBs est simultanément indétectable par des méthodes de sensibilité actuellement acceptées.

Si aucune des conditions ci-dessus n’est remplie et si la concentration des anticorps anti-HBs dans le sérum est inférieure à 10 UI/l, les mesures à mettre en oeuvre sont subordonnées au résultat de la recherche de l’antigène HBs.

Lorsque l’antigène HBs n’est pas détectable dans le sérum, la vaccination doit être faite, ou reprise, jusqu’à détection d’anticorps anti-HBs dans le sérum, sans dépasser 6 injections (soit 3 doses additionnelles à la primovaccination). L’absence de réponse à la vaccination ne peut être définie que par un dosage du taux d’anticorps un à deux mois après la sixième injection. Dans le cas où la personne aurait déjà reçu 6 doses ou plus sans dosage d’anticorps (schéma ancien avec primovaccination et plusieurs rappels cinq ans), l’indication d’une dose de rappel supplémentaire, suivie un à deux mois après d’une nouvelle recherche d’anticorps, peut être posée par le médecin. En l’absence de réponse à la vaccination, les postulants ou les professionnels peuvent être admis ou maintenus en poste, sans limitation d’activité, mais ils doivent être soumis à une surveillance annuelle des marqueurs sériques du virus de l’hépatite B (antigène HBs et anticorps anti-HBs).

Si l’antigène HBs est détecté dans le sérum, il n’y a pas lieu de procéder à la vaccination.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, de l’arrêté du 6 mars 2007 fixant les conditions d’immunisation des personnes visées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique

A lire aussi :

Taxe d’apprentissage 2011 Modification

Il devrait y avoir des modifications en 2011 concernant la taxe d’apprentissage. En effet, Xavier Bertrand, le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé souhaite procéder à des (...)

L’inaliénabilité du droit au respect de l’oeuvre est un principe d’ordre public.

L’inaliénabilité du droit au respect de l’oeuvre, principe d’ordre public, s’oppose à ce que l’auteur abandonne au cessionnaire, de façon préalable et générale, l’appréciation exclusive des utilisation, diffusion, adaptation, retrait, adjonction et changement auxquels il plairait à ce dernier de procéder.

Baux portant sur des bureaux et commerces : le contenu de l’annexe environnementale est précisé

Le journal officiel du 31 décembre vient de procéder à la publication du décret n° 2011-2058 du 30 décembre 2011 relatif au contenu de l’annexe environnementale mentionnée à l’article L. 125-9 du code (...)

- Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 septembre 2004, Pourvoi : 02-44.031

La poursuite pour un salarié d’un fait fautif autorise l’employeur à se prévaloir de faits similaires, y compris ceux ayant déjà été sanctionnés, pour caractériser une faute grave.

Des conséquences sur les élections sénatoriales de la diffusion de fausses informations par le site Internet du Sénat

La diffusion de fausses informations par le site Internet du Sénat peut elle entraîner l’annulation des élections sénatoriales ?
Oui, selon l’Union des contribuables de France.
Le site (...)

La publication du montant du SMIC au 1er juillet 2007.

Le décret n° 2007-1052 du 28 juin 2007 portant relèvement du salaire minimum de croissance vient d’être publié au journal officiel n° 149 du 29 juin 2007.
Conformément aux indications données sur notre (...)

Publication du décret relatif à la composition du Gouvernement.

Le décret du 23 juin 2009 relatif à la composition du Gouvernement vient d’être publié au journal officiel.
Sans surprise par rapport à notre billet d’hier, ce décret prévoit les nominations suivantes (...)

Revirement de jurisprudence sur le report des congés payés non pris en raison d’une maladie (Soc., 24 février 2009, n° 07-43.479 et 07-44.488).

Eu égard à la finalité qu’assigne aux congés annuels la directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail, lorsque le salarié s’est trouvé dans l’impossibilité de prendre ses congés payés annuels au cours de l’année prévue par le code du travail ou une convention collective en raison d’absences liées à une maladie, un accident du travail ou une maladie professionnelle, les congés payés acquis doivent être reportés après la date de reprise du travail.

La clause de non concurrence et la résiliation du contrat de travail (Soc., 6 mai 2009, N° 07-44.692)

Ayant constaté plusieurs manquements de l’employeur à ses obligations contractuelles consistant en défaut de respect des responsabilités du salarié en tant que responsable d’agence par embauche d’une assistante sans le consulter et défaut de réponse à sa demande de convocation d’une salariée refusant de lui transmettre ses rapports d’activité, retard de payement des commissions, défaut d’information sur les modalités pratiques de mise en oeuvre de la réduction du temps de travail, la cour d’appel a souverainement estimé que la gravité de ces manquements justifiait la résiliation du contrat de travail.

Ayant constaté que l’article 9 du contrat de travail autorisait l’employeur à dispenser le salarié de l’exécution de la clause de non-concurrence sous condition de la prévenir par lettre recommandée avec accusé de réception "dans les quinze jours qui suivent la notification du préavis ou en cas de non observation du préavis dans le mois qui suit la rupture effective du contrat de travail", la cour d’appel qui a exactement retenu que la rupture du contrat de travail était intervenue à la date du jugement du 14 février 2005 qui a prononcé la résiliation, en a justement déduit que la renonciation de l’employeur à la clause de non-concurrence par lettre du 18 mars 2005 était sans effet.

Comment calculer le montant du RSA facilement

Entré en vigueur le 1er juin 2009, le revenu de solidarité active (RSA) remplace le Revenu minimum d’insertion (RMI) et l’Allocation de parent isolé (API). Il a vocation a accompagner et à soutenir (...)

Répondre à cet article