David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les factures délirantes d’Orange se terminent devant la justice

Les factures délirantes d’Orange se terminent devant la justice

mardi 22 décembre 2009

Plusieurs abonnés d’Orange pour accéder à Internet avec une clé 3G ont eu la surprise de recevoir des factures avec un montant astronomique alors que l’abonnement était supposé être illimité.

Mais le terme illimité a souvent un sens étonnant chez les FAI et les opérateurs puisque pour certains d’entre eux l’illimité est en réalité limité. On avait déjà vu cela il y a longtemps pour l’accès filaire à internet et il semble qu’Orange avec ses clés 3G tombe dans ce type de travers d’un autre âge.

Car en effet, l’illimité ne concernerait que le temps de connexion et non le volume qui transite par la clé 3G.

Une médecin urgentiste qui a reçu d’Orange une facture de 159.000 euros pour une période d’un mois de connexion avec sa clé 3G vient d’introduire une action contre Orange (selon les sites d’actualité il semble s’agir d’une plainte, ce qui reste à confirmer car ce terme est souvent mal utilisé par les journalites) en estimant avoir été victime d’une publicité mensongère.

A lire aussi :

Le conseiller du salarié licencié sans autorisation administrative.

Dans une décision en date du 19 juin 2007, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que la liste des conseillers du salarié étant soumise à révision tous les trois ans, le salarié (...)

Publication d’une instruction relative aux déclarations sur des formulaires édités au moyen de procédés informatiques

Une instruction du 23 février 2010 concernant les déclarations sur des formulaires édités au moyen de procédés informatiques vient d’être publiée (BOI 13 K-1-10 n° 28 du 4 mars 2010).
En effet, (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 7 février 2006, Pourvoi n° : 04-11.185

En cas de prestation de service à exécution successive les obligations de l’emprunteur prennent effet à compter du début de la fourniture et cessent en cas d’interruption de celle-ci.

Maître Eolas revisite l’affaire Zataz.com en détournant Hitler

De nombreuses vidéos détournent le film La Chute sur Adolf Hitler pour l’appliquer à un évènement particulier.
Cette fois c’est au tour de Maître Eolas de procéder ainsi au sujet du dossier (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 6 mars 2007, N° de pourvoi : 05-44.569.

Une cour d’appel, usant du pouvoir d’appréciation qu’elle tient de l’article L. 122-14-3 du code du travail, peut décider, s’agissant du vol d’un objet d’une valeur de 39 euros commis par un salarié ayant près de quatorze années d’ancienneté sans avoir attiré l’attention de son employeur défavorablement jusque là, que le comportement du salarié ne constitue pas une faute grave et exercer ensuite le pouvoir qu’elle tient de l’article L. 122-14 du code du travail pour estimer que ce fait unique ne constitue pas une cause réelle de licenciement.

La Cour de cassation se prononce sur la preuve des heures supplémentaires

Dans un arrêt en date du 8 juin 2010, la Cour de cassation vient d’estimer que la production d’un récapitulatif des heures supplémentaires établit à l’approche de l’audience pour les besoins de la cause (...)

La composition du nouveau gouvernement.

Le dispendieux congrès qui vient de se dérouler à Versailles pourrait faire oublier que la France est une république et non plus le jouet du Roi-Soleil.
Guéant annonce le nouveau gouvernement (...)

Sortie du livre Droit du cinéma 2011

Le droit du cinéma. Voici une matière juridique qui peut sembler obscure à de nombreuses personnes car elle ne semble pas enseignée dans de nombreuses facultés de droit.
Aussi est il intéressant de (...)

Affaire Fuzz : des extraits de la conférence de Presse.

Suite à l’Ordonnance rendue par le Tribunal de Grande Instance de Paris le jeudi 27 mars 2008 portant condamnation de la société conceptrice du site fuzz.fr une conférence de presse s’est tenue dans (...)

Précision sur le représentant de la section syndicale

Dans un arrêt en date du 4 novembre 2009, la Cour de casation a affirmé que l’article L. 2142‑1‑1 du code du travail n’interdit pas au syndicat de désigner comme représentant de la section syndicale un (...)

Répondre à cet article