David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les factures délirantes d’Orange se terminent devant la justice

Les factures délirantes d’Orange se terminent devant la justice

mardi 22 décembre 2009

Plusieurs abonnés d’Orange pour accéder à Internet avec une clé 3G ont eu la surprise de recevoir des factures avec un montant astronomique alors que l’abonnement était supposé être illimité.

Mais le terme illimité a souvent un sens étonnant chez les FAI et les opérateurs puisque pour certains d’entre eux l’illimité est en réalité limité. On avait déjà vu cela il y a longtemps pour l’accès filaire à internet et il semble qu’Orange avec ses clés 3G tombe dans ce type de travers d’un autre âge.

Car en effet, l’illimité ne concernerait que le temps de connexion et non le volume qui transite par la clé 3G.

Une médecin urgentiste qui a reçu d’Orange une facture de 159.000 euros pour une période d’un mois de connexion avec sa clé 3G vient d’introduire une action contre Orange (selon les sites d’actualité il semble s’agir d’une plainte, ce qui reste à confirmer car ce terme est souvent mal utilisé par les journalites) en estimant avoir été victime d’une publicité mensongère.

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 23 avril 2003, N° de pourvoi : 01-40.817

Il résulte de l’article L. 122-14 du Code du travail que l’entretien préalable au licenciement d’un salarié revêt un caractère strictement individuel qui exclut que celui-ci soit entendu en présence de collègues contre lesquels il est également envisagé de prononcer une mesure de licenciement, quand bien même les faits reprochés seraient identiques, cette présence ne pouvant au surplus être assimilée à une assistance telle que prévue par le même texte.

Le livret individuel de formation.

Le décret n° 2008-830 du 22 août 2008 relatif au livret individuel de formation vient d’être publié.
Selon ce texte, le livret individuel de formation est un document qui recense notamment :
les (...)

N’excède pas ses pouvoirs le conseiller de la mise en état qui rectifie son ordonnance

Dans un arrêt en date du 6 mai 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’en rectifiant l’ordonnance qu’il a rendue, le conseiller de la mise en état n’a pas excédé ses pouvoirs.
Voici le texte de (...)

Inaptitude : la proposition de reclassement sur des postes déjà pourvus n’est pas loyale

Il résulte d’un arrêt rendu le 28 octobre 2009 par la Cour de cassation que l’employeur n’avait pas procédé à une recherche effective et loyale de reclassement lorsque :
l’employeur indique au médecin (...)

TVA : conditions pour bénéficier de l’exonération des exportations

Une instruction du 28 janvier 2010 vient d’être publiée concernant l’exonération de TVA applicable aux exportations (BOI 3 A-2-10 n° 19 du 11 février 2010).
Dans cette instruction, la direction (...)

Les propos diffamatoires ne peuvent ouvrir droit à réparation sur le fondement de l’article 1382 du code civil

Dans un arrêt en date du 6 mai 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que les abus de la liberté d’expression prévus et réprimés par la loi du 29 juillet 1881, tels que les propos qui portent (...)

Prorogation du mandat du Médiateur de la République

Le journal officiel vient de publier la loi n° 2010-372 du 12 avril 2010 visant à proroger le mandat du Médiateur de la République.
Par application de cette loi, la durée du mandat du Médiateur de la (...)

Régime de prévoyance : extension d’un accord pour les salariés agricoles non cadres des Bouches-du-Rhône

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 17 mars 2010 portant extension d’un accord départemental relatif à la mise en place d’un régime de prévoyance des salariés agricoles non cadres des (...)

Formation Elève Avocat : contenu stage juridiction

Dans un arrêt rendu ce 9 septembre, la Cour de cassation vient de préciser que l’élève avocat qui accomplit un stade en juridiction pendant sa formation peut assister aux délibérés de la juridiction. (...)

Local ou centre de rétention administrative : la Cour de cassation apporte des précisions (Civ 1, 8 avril 2009, N° 08-13.306).

Les étrangers ne peuvent être maintenus dans un local de rétention administrative au-delà d’une période de quarante-huit heures sauf en cas de recours contre l’arrêté de reconduite à la frontière ou d’appel de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention, dans ce délai, et s’il n’y a pas de centre de rétention administrative dans le ressort de la cour d’appel où se situe le local.

En l’absence d’appel de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention dans le délai de 48 heures ayant couru depuis son placement en rétention, l’étranger ne pouvait être retenu que dans un centre de rétention administrative après l’expiration de ce délai.

Répondre à cet article