David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les juges non professionnels et les juridictions d’appel : amorce d’une (...)

Les juges non professionnels et les juridictions d’appel : amorce d’une révolution ?

mardi 5 décembre 2000

Le garde des Sceaux a prononcé le 19 octobre 2000 devant le congrès national des tribunaux de commerce un discours dont une partie abordait la réforme des tribunaux de commerce et l’accès des juges non professionnels aux juridictions d’appel. Comme nous l’avons déjà signalé, ce projet doit permettre aux juges consulaires de siéger dans les chambres commerciales des Cours d’appel. Certains propos tenu par le ministre de la justice lors de ce congrès sont passés totalement inaperçus alors qu’ils semblent annoncer le développement de la présence des juges non professionnels dans les juridictions d’appel. En effet selon le ministre de la justice l’introduction des juges consulaires au niveau des cours d’appel est « une révolution culturelle dans le paysage traditionnel des juridictions françaises [...]. Aucune autre catégorie de juges non professionnels ne dispose actuellement de cette faculté. Les juges consulaires seront les premiers à participer, à égalité de responsabilité et de devoirs, aux décisions d’appel ». Etant donné la phraséologie employée par le garde des Sceaux il n’est pas illogique de croire que le ministère de la justice désire qu’à terme d’autres juges non professionnels, par exemple les juges siégeant actuellement aux Conseils de Prud’hommes, participent aux décisions des cours d’appel. Il s’agirait effectivement d’une révolution, mais l’intérêt des justiciables en souffrirait assurément.

Voir en ligne : Consultation du discours du garde des Sceaux, sur le site du ministère de la justice, lors du Congrès national des tribunaux de commerce le 19 octobre 2000

A lire aussi :

Le contenu de la plainte de Facebook contre Power Ventures.

Le site internet Power.com de la société Power Ventures permet de regrouper sur un seul site les données de plusieurs réseaux sociaux, dont celles de Facebook.
Facebook Complaint Against Power.com - (...)

Pour la Cour de cassation une clause de mobilité ne permet pas de passer d’un horaire de jour à un horaire de nuit.

Dans un arrêt en date du 14 octobre 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient de rendre un arrêt qui ne peut qu’être approuvé. En effet, après avoir visé l’article L.121-1 devenu L. 1221-1 (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 21 juin 2006, N° de Pourvoi : 05-42.307 à 05-42.318.

Aux termes des articles L. 213-1-1, L. 213-2 et L. 213-4 du code du travail issus de la loi n° 2001-397 du 9 mai 2001, la contrepartie dont doivent obligatoirement bénéficier les travailleurs de nuit, au titre des périodes de nuit pendant lesquelles ils sont occupés, doit être prévue sous forme de repos compensateur, à laquelle peut s’ajouter, le cas échéant, une compensation salariale ; il en résulte que la définition du travail de nuit prévue par l’article L. 213-1-1 du code du travail n’a pas pour effet de modifier les conditions d’attribution de la compensation salariale fixées par une convention collective pour le travail de nuit, alors même qu’elles ne prendraient pas en compte la totalité des heures entre 21 heures et 6 heures ; dès lors, les salariés ne pouvaient prétendre à des compléments de majorations pour les heures comprises entre 21 heures et 22 heures et entre 5 heures et 6 heures.

La Cour de cassation apporte des précisions sur la vente d’un bien commun lorsqu’un époux est en liquidation judiciaire (Com., 28 avril 2009, N° 08-10.368)

Chacun des époux, ayant le pouvoir d’administrer seul les biens communs et d’en disposer, a qualité pour exercer seul, en défense ou en demande, les actions relatives aux biens communs ; il s’en déduit que les décisions rendues à l’encontre du seul époux en liquidation judiciaire, représenté par son liquidateur, relativement à la vente d’un bien commun, étant opposables au conjoint maître de ses biens, la tierce opposition formée par ce dernier à leur encontre n’est pas recevable.

Les contrats de travail et la télé-réalité : une requalification attendue.

Il est curieux de constater qu’un contrat aussi fréquent que le contrat de travail ne fait l’objet d’aucune définition légale. Il est en effet revenu à la jurisprudence d’établir une définition du (...)

Précision sur la modification de la situation juridique de l’employeur qui entraîne d’autres modifications du contrat de travail

Dans un arrêt en date du 30 mars, la Cour de cassation vient d’affirmer que lorsque l’application de l’article L. 1224-1 du code du travail entraîne une modification du contrat de travail autre que le (...)

La convocation du Parlement en session extraordinaire.

Un décret du 7 septembre 2007 portant convocation du Parlement en session extraordinaire vient d’être publié au journal officiel n° 208 du 8 septembre 2007.
Selon ce décret, le Parlement est convoqué (...)

Conditions pour l’octroi de l’aide à la relocalisation

L’aide à la relocalisation doit favoriser le retour en France des entreprises industrielles dont la production est à l’étranger.
Elle prend la forme d’avances remboursables allouées par l’Etat. Emis (...)

Les marques sont vraiment de partout.

Le designeur Ignacio Pilotto vient de concevoir un étrange clavier informatique qui va sans doute faire sourire les spécialistes du droit des marques.

En effet, il s’est amusé à mettre des (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 9 mai 2007, N° de Pourvoi : 05-40.315.

La démission est un acte unilatéral par lequel le salarié manifeste de façon claire et non équivoque sa volonté de mettre fin au contrat de travail ; lorsque le salarié, sans invoquer un vice du consentement de nature à entraîner l’annulation de sa démission, remet en cause celle-ci en raison de faits ou manquements imputables à son employeur, le juge doit, s’il résulte de circonstances antérieures ou contemporaines de la démission qu’à la date à laquelle elle a été donnée, celle-ci était équivoque, l’analyser en une prise d’acte de la rupture qui produit les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse si les faits invoqués la justifiaient ou dans le cas contraire d’une démission.

Répondre à cet article