David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 mai 2007, N° de pourvoi : 06-41.240.

En application de l’article L. 122-3-8 du code du travail, lorsqu’un salarié rompt le contrat de travail à durée déterminée et qu’il invoque des manquements de l’employeur, il incombe au juge de vérifier si les faits invoqués sont ou non constitutifs d’une faute grave, tel n’est pas le cas lorsque le seul manquement, de l’employeur, établi procède d’une simple erreur de calcul d’une majoration du taux horaire prévue par la convention collective.

Résultats Election Présidentielle 2012

Les opérations relatives à l’élection présidentielle 2012 sont en train de se dérouler en ce dimanche 22 avril. Ce soir on va connaître le résultat du premier tour du scrutin à partir de 20 heures. Des (...)

Un avis favorable de l’ART pour une promotion sur la télécarte à 50 Unités Télécom Publiphonie

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a rendu un avis n° 2008-0551 du 15 mai 2008 sur la décision tarifaire de France Télécom relative à une promotion sur une télécarte (...)

Le transfert d’une entité économique peut il justifier une différence de traitement ?

Dans un arrêt rendu ce 11 janvier 2012, qui concernait plusieurs pourvois, la chambre sociale de la Cour de cassation vient, au visa du principe d’égalité de traitement et de l’article L. 1224-1 du (...)

Contrat de travail : réduction de la période d’essai en cas de contrat antérieur

Il résulte d’un arrêt rendu le 13 juin 2012 par la chambre sociale de la cour de cassation que lorsqu’un contrat de travail comporte une période d’essai, ladite période d’essai peut voir sa durée (...)

Un projet de décret relatif aux travaux ou interventions sur les ascenseurs et monte-charges.

Un avis aux organisations professionnelles d’employeurs et de salariés en application de l’article L. 235-19 du code du travail (article R. 4211-2 de la nouvelle codification) vient d’être publié au (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 31 octobre 2007, N° de pourvoi : 06-43.834.

Selon l’article L. 212-4 bis du code du travail, une période d’astreinte s’entend comme une période pendant laquelle le salarié, sans être à la disposition permanente et immédiate de l’employeur, a l’obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d’être en mesure d’intervenir pour effectuer un travail au service de l’entreprise, la durée de cette intervention étant considérée comme un temps de travail effectif ; il en résulte que le temps de déplacement accompli lors de périodes d’astreintes fait partie intégrante de l’intervention et constitue un temps de travail effectif.

Droit du travail : une procédure pour les demandes d’informations relatives à certains dispositifs d’aides à l’emploi

Le journal officiel vient publier le décret n° 2009-1696 du 29 décembre 2009 relatif aux demandes d’informations concernant certains dispositifs d’aides à l’emploi.
En effet, l’article L5112-1-1 du (...)

Fonctionnaires : une petite augmentation avant un arrêt brutal (vidéo)

Si le salaire des fonctionnaires augmente de 0,5 % aujourd’hui, cela ne va pas se reproduire l’année prochaine puisque les salaires vont être gelés.

Cour de cassation, Civ. 1, 17 mars 1992, Cts X c/ Mme Y

LA COUR ;
Attendu, selon les énonciations des juges du fond, que Mme Josiane T… et Charles G… ont vécu en concubinage pendant plusieurs années, jusqu’au 17 oct. 1983, date du décès de Charles G… ; (...)

Répondre à cet article