David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

Une note interne peut prouver l’assimilation du temps de pause au temps de travail effectif

Il résulte d’un arrêt en date du 14 octobre 2009 de la Cour de cassation que des notes internes d’une société peuvent prouver que l’employeur a entendu assimiler le temps de pause à un temps de travail (...)

droit-interim.com : information droit travail temporaire

Le site droit-interim.com propose des informations concerne le droit applicable au travail temporaire. On peut y lire des informations juridiques relatives notamment à l’indemnité de fin de (...)

L’absence de mention du montant de la rémunération ne peut entraîner la requalification en CDI.

L’absence de mention du montant de la rémunération et de ses différentes composantes ne peut entraîner la requalification du contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée.

Livret A : publication du nouveau plafond au 1er octobre 2012

Le journal officiel du 19 septembre 2012 vient de procéder à la publication du décret n° 2012-1056 du 18 septembre 2012 portant relèvement du plafond du livret A.
Ce décret augmente le plafond du (...)

Un avis du Conseil d’Etat précise les conditions permettant de reconnaître aux ouvrages immobiliers de la société France Télécom le caractère d’ouvrages publics

Le journal officiel n° 199 du 29 août 2001 vient de publier, page 13843, un avis du Conseil d’Etat en date du 11 juillet 2001 portant sur la question de savoir si les modifications apportées à la (...)

- Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 septembre 2004, Pourvoi : 02-44.031

La poursuite pour un salarié d’un fait fautif autorise l’employeur à se prévaloir de faits similaires, y compris ceux ayant déjà été sanctionnés, pour caractériser une faute grave.

ISF 2011 2012 Suppression Impôt sur la fortune

A l’instar du bouclier fiscal, le Premier Ministre Fillon n’a pas exclu la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) avant la présidentielle 2012, en affirmant que cette suppression de (...)

Publication Mémento droit commercial 2011 Francis Lefebvre

Les éditions Francis Lefebvre préparent la sortie de leur Mémento droit commercial 2011.
Trés réputé cet ouvrage juridique traite notamment des éléments suivants : commerçants et fonds de commerce, (...)

Inaptitude au travail et indemnités (Soc., 10 mars 2009, N° 08-42.249).

L’employeur est tenu de verser au salarié déclaré par le médecin du travail inapte à reprendre l’emploi occupé précédemment et dont le contrat a été rompu, une indemnité compensatrice d’un montant égal à celui de l’indemnité prévue à l’article L. 122-8 devenu L. 1234-5 dudit code.

L’article L. 323-7, devenu L. 5213-9 du code du travail, qui a pour but de doubler la durée du délai-congé en faveur des salariés handicapés n’est pas applicable à l’indemnité compensatrice prévue à l’article L. 1226-14.

Cour de cassation, Troisième chambre civile, 9 avril 2008, 07-12.268.

Le syndicat des copropriétaires doit être titulaire d’un compte bancaire ou postal séparé ouvert à son nom.

Répondre à cet article