David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

La revue Tourisme et Droit.

Comme son titre permet de le supposer, la revue Tourisme et Droit est une revue qui s’intéresse aux questions juridiques qui concernent le tourisme et les loisirs.
En raison de la cible vraiment (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 05 mai 2004, Pourvoi n° : 03-60.175

Le principe d’égalité, qui est de valeur constitutionnelle et que le juge doit appliquer, interdit à l’employeur de refuser la désignation d’un délégué syndical par un syndicat représentatif au motif que l’effectif est inférieur à cinquante salariés, dès lors qu’il a accepté la désignation dans les mêmes conditions d’un délégué syndical par un autre syndicat représentatif.

Le rapport annuel du Conseil d’Etat et le droit au logement.

Selon un communiqué de presse publié le 10 juin 2009, le Conseil d’État consacre les considérations générales de son rapport annuel à cette question majeure : comment loger dignement tous les habitants (...)

La modification des bâtiments et les droits de l’architecte.

La vocation utilitaire d’un bâtiment commandé à un architecte interdit à celui-ci de prétendre imposer une intangibilité absolue de son oeuvre à laquelle son propriétaire est en droit d’apporter des modifications lorsque se révèle la nécessité de l’adapter à des besoins nouveaux ; il importe néanmoins, pour préserver l’équilibre entre les prérogatives de l’auteur et celles du propriétaire, que ces modifications n’excèdent pas ce qui est strictement nécessaire et ne soient pas disproportionnées au but poursuivi.

Refus de l’AGS de garantir une créance salariale : pas d’application de la règle de l’unicité de l’instance

Dans un arrêt en date du 13 juillet 2010, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’estimer que la règle de l’unicité de l’instance édictée pour le règlement des différends qui peuvent s’élever (...)

Lorsque le retrait d’un badge s’analyse en un licenciement oral

La Cour de cassation vient de rendre ce 13 juillet 2010 un arrêt intéressant en matière de licenciement. En effet, dans cette décision elle approuve le raisonnement d’une Cour d’appel qui avait retenu (...)

Un tribunal ordonne à Google de verser 500.000 dollars à Rubens Barrichello

Les faux profils sont très fréquents sur les réseaux sociaux et Google vient d’apprendre que cela peut être source de responsabilité.
En effet, au Brésil, Google vient d’être condamné par un tribunal (...)

Service Civique 2011 Objectifs

Dans une interview au Figaro, Jeannette Bougrab, la nouvelle secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la vie associative, vient de fixer les objectifs pour l’année 2011 concernant le service civique. Elle (...)

Cour de cassation, Chambre Mixte, 10 juillet 1981, M. C. contre société anonyme du Domaine de Saint-Baudille et autres

n° 77-10.794
Sur le premier moyen :
Attendu que M. C. fait grief à l’arrêt attaqué (Chambéry, 22 novembre 1976) statuant sur renvoi après cassation, d’avoir, pour prononcer la nullité d’un (...)

Cour de cassation, Chambre civile 1, 6 décembre 2007, N° de pourvoi : 06-16.072.

Le dispositif d’affichage prioritaire offert sur l’annuaire électronique permettant à un avocat ayant souscrit ce service payant de "se mettre en avant" sur cet annuaire ne porte pas en lui-même atteinte aux obligations de discrétion et de dignité qui pèsent sur l’avocat.

Répondre à cet article