David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

Prévoyance : extension d’un avenant dans le secteur des cabinets et entreprises de géomètres-experts

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 8 mars 2010 portant extension d’un avenant à la convention collective nationale des cabinets ou entreprises de géomètres-experts, topographes, (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 7 mai 2003, N° de pourvoi : 00-44.396

Lorsque le juge requalifie des contrats à durée déterminée successifs en un contrat à durée indéterminée, il doit rechercher si la lettre de rupture des relations contractuelles vaut lettre de licenciement au sens des articles L. 122-14-1 et L. 122-14-2 du Code du travail.

Date d’attribution des licences 4G

On connait désormais la période à laquelle les licences de téléphonie mobile de quatrième génération vont être attribuées.
En effet, Jean-Ludovic Silicani, le président de l’Autorité de régulation des (...)

Trois projets de loi sur la réforme de la justice commerciale.

Trois projets de loi relatifs à la réforme de la justice commerciale ont été présentés en Conseil des ministres le 18 juillet 2000. Ces textes, préfigurés par une précédente note d’orientation, abordent (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 11 mai 2006, N° de pourvoi : 05-14.425.

L’établissement du plan particulier de sécurité et de protection de la santé ne relève pas du coordonnateur, mais des entrepreneurs.

Cour de cassation, Chambre sociale, 23 janvier 2008, N° de pourvoi : 07-40.522.

Le refus, par le salarié dont le contrat de travail contient une clause de mobilité, de la modification de son lieu de travail constitue en principe un manquement à ses obligations contractuelles mais ne caractérise pas à lui seul une faute grave.

Une réglementation nationale ne peut en principe interdire les pratiques qui lient la participation à un concours à l’acquisition d’un bien ou d’un service

Par un arrêt en date du 14 janvier 2010, la Cour de Justice vient d’estimer que la directive sur les pratiques commerciales déloyales doit être interprétée en ce sens qu’elle s’oppose à une (...)

Extension d’avenants dans le secteur des établissements d’entraînement de chevaux de courses au galop

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 17 mars 2010 portant extension d’avenants à la convention collective nationale de travail concernant les établissements d’entraînement de chevaux de (...)

L’agrément des organismes chargés des contrôles des cuves enterrées de liquides inflammables.

Un arrêté du 18 avril 2008 relatif aux conditions d’agrément des organismes chargés des contrôles des cuves enterrées de liquides inflammables et de leurs équipements annexes vient d’être publié au (...)

Eric Woerth veut renforcer la fraude fiscale (vidéo)

Pas de chance pour le ministre du travail Eric Woerth. Lors du Grand Jury RTL il a fait un lapsus en affirmant "j’ai lancé toutes les procédures pour au contraire renforcer la fraude fiscale". Il (...)

Répondre à cet article