David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

Sortie du livre Droit civil : les contrats spéciaux civils et commerciaux Alain Bénabent

Les éditions Montchrestien viennent de publier l’ouvrage juridique d’Alain Bénabent intitulé Droit civil : Les contrats spéciaux civils et commerciaux.
Ce livre constitue un classique concernant (...)

Cour de cassation, Civ. 1, 13 décembre 1989, Mme D. R. contre M. K.

n° 87-14.360.
LA COUR ;
Sur le moyen unique ;
Vu l’article 1603 du Code civil ;
Attendu que Mme F. P., épouse D. R., a, le 3 avril 1981, acheté un véhicule automobile neuf de marque Flipper, dont (...)

Cour de cassation, Troisième chambre civile, 23 janvier 2008, N° de Pourvoi : 06-19.129.

Puisque selon l’article L 145-15 du Code de commerce sont nuls et de nul effet, quelle qu’en soit la forme, les clauses, stipulations et arrangements qui ont pour effet de faire échec au droit au renouvellement institué par le chapitre V, titre IV du livre premier du code de commerce, seule la nullité peut être prononcée à l’encontre de ces clauses, stipulations et arrangements.

Bail On Line

Sur ce site il est possible de remplir en ligne un formulaire dont les données serviront pour élaborer un bail d’habitation, concernant des locaux non meublé auxquels la loi du 06 juillet 1989 est (...)

La prorogation du terme d’une société civile nécessite un mandat spécial

Dans un arrêt en date du 24 novembre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer qu’un mandat spécial est nécessaire pour habiliter valablement un mandataire à représenter un mandant pour tout acte qui (...)

Impôt 2011 2012 Jeunes Mariés Augmentation

Le gouvernement a beau dire qu’il ne souhaite pas augmenter les impôts, ses décisions concernant les suppressions et les modifications des niches fiscales contredisent en définitive son discours. Il (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 29 octobre 2008, N° de pourvoi : 07-41.842.

Le contrat à durée déterminée doit être transmis au salarié, au plus tard, dans les deux jours ouvrables suivant l’embauche ; il en résulte que l’employeur doit disposer d’un délai de deux jours pleins pour accomplir cette formalité ; le jour de l’embauche ne compte pas dans le délai non plus que le dimanche qui n’est pas un jour ouvrable.

Pas de principe du contradictoire pour la commission des recours des militaires

Dans un arrêt en date du 2 septembre 2009, le Conseil d’Etat vient d’estimer que la commission des recours des militaires ne constitue ni une juridiction ni un organisme juridictionnel ou (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 28 juin 2006, N° de pourvoi : 04-42.734.

L’obligation de formation prévue à l’article L. 981-1 du code du travail dans sa rédaction en vigueur avant la loi du 4 mai 2004, constitue une des conditions d’existence du contrat de qualification à défaut de laquelle il doit être requalifié en contrat à durée indéterminée en application de l’article L. 122-3-13 du même code.

Un décret prévoit une prime exceptionnelle pour des salariés privés d’emploi.

Un décret du 27 mars 2009 instituant une prime exceptionnelle pour certains salariés privés d’emploi vient d’être publié au journal officiel.
Selon ce texte, les salariés perdant involontairement leur (...)

Répondre à cet article