David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

Licenciement économique : la volonté de rationaliser les structures ne correspond pas forcément à la notion de sauvegarde de la compétitivité du groupe

Dans un arrêt en date du 31 mars, la Cour de cassation vient d’approuver une Cour d’appel qui avait estimé que la réorganisation, consistant dans le transfert de cinq emplois d’un site vers un autre, (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 27 mars 2008, N° de pourvoi : 06-45.752.

Les juges du fond ont constaté qu’en la circonstance, le retard dans l’établissement des comptes et le paiement des commissions ne constituait pas un manquement suffisamment grave pour justifier la prise d’acte de la rupture.

Tripalium

Ce site est spécialisé en droit social.

Action en révocation de donation pour cause d’ingratitude : précision sur le délai de prescription

Selon le premier alinéa de l’article 957 du code civil la demande en révocation pour cause d’ingratitude devra être formée dans l’année, à compter du jour du délit imputé par le donateur au donataire, ou (...)

L’office du juge face à une la lettre de licenciement

En matière de licenciement, le juge doit il tenir compte de la totalité des griefs énoncés dans la lettre de licenciement ou peut il se borner à n’examiner qu’une partie de ces griefs ?
La chambre (...)

Un nouveau cas de recours au contrat à durée déterminée

L’article L 122-1-1 du Code travail autorisait jusqu’alors 3 cas de recours au contrat à durée déterminée.
le remplacement d’un salarié en cas d’absence, de suspension de son contrat de travail, de (...)

Cour de cassation, Civ. 1, 22 octobre 1980, F. c. dame F.

LA COUR ;
Sur le premier moyen, pris en ses deux branches :
Attendu, selon les énonciations de l’arrêt attaqué, que A. F. et Z. M., tous deux de nationalité algérienne, ont contracté mariage en (...)

Harcèlement moral : possibilité d’appliquer la qualification même pour des faits réalisés sur une période brève

Dans un arrêt en date du 27 janvier 2010, la Cour de cassation vient d’approuver une Cour d’appel qui avait retenu la qualification de harcèlement moral pour des faits qui se sont produits aux mois (...)

Etendue de la demande en dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle

Dans un arrêt en date du 9 juin 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que la demande en dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse tend à faire réparer aussi bien le (...)

HADOPI revient devant l’Assemblée Nationale.

Hadopi passe par la porte, il revient par la fenêtre.
En effet, la conférence des présidents s’est réunie le mercredi 15 avril 2009 pour fixer l’ordre du jour des séance de l’assemblée nationale du (...)

Répondre à cet article