David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de (...)

Les modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents.

lundi 16 avril 2007

Le journal officiel n° 88 du 14 avril 2007 vient de publier le très attendu décret n° 2007-550 du 13 avril 2007 relatif aux modalités de calcul et de partage des allocations familiales en cas de résidence alternée des enfants au domicile de chacun des parents et modifiant le code de la sécurité sociale.

Les dispositions de ce décret sont applicables à compter du premier jour du mois suivant sa publication au journal officiel.

Il résulte de ce texte qu’en cas de résidence alternée, l’allocataire est celui des deux parents qu’ils désignent d’un commun accord. A défaut d’accord sur la désignation d’un allocataire unique, chacun des deux parents peut se voir reconnaître la qualité d’allocataire :

- lorsque les deux parents en ont fait la demande conjointe ;
- lorsque les deux parents n’ont ni désigné un allocataire unique, ni fait une demande conjointe de partage.

Lorsque les parents ont désigné un allocataire unique ou fait une demande conjointe de partage, ils ne peuvent remettre en cause les modalités ainsi choisies qu’au bout d’un an, sauf modification des modalités de résidence du ou des enfants.

Lorsque chacun des deux parents se voit reconnaître la qualité d’allocataire, la prestation due à chacun des parents est en principe égale au montant des allocations familiales dues pour le total des enfants à charge, multiplié par un coefficient résultant du rapport entre le nombre moyen d’enfants et le nombre total d’enfants.

Le nombre moyen d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du nombre d’enfants à charge dans les conditions suivantes :

- chaque enfant en résidence alternée compte pour 0,5 ;
- les autres enfants à charge comptent pour 1.

Le nombre total d’enfants, pour chaque foyer, est obtenu en faisant la somme du ou des enfants en résidence alternée et, le cas échéant, du ou des autres enfants à charge.

Concernant le droit à majoration, lorsque le ou les enfants ouvrant droit à ladite majoration sont en résidence alternée, le montant servi au titre de cette majoration est réduit de moitié.

Voir en ligne : Consultation, sur le site légifrance, du décret n° 2007-550 du 13 avril 2007

A lire aussi :

Le dividende sur le résultat de l’Agence française de développement est fixé.

Le dividende sur le résultat de l’Agence française de développement vient d’être déterminé par un arrêté du 23 décembre 2008.
Selon cet arrêté, le montant du dividende à verser au titre de l’exercice 2007 (...)

Publication d’un décret relatif à la société coopérative européenne

Le décret n° 2009-767du 22 juin 2009 relatif à la société coopérative européenne vient d’être publié au journal officiel.
Les dispositions de ce décret sont applicables aux sociétés coopératives (...)

Aide gratuite APL calcul montant Aide Logement

Caf.fr le site de la caf permet de procéder facilement à une simulation pour déterminer le montant de l’aide au logement (APL).
Pour faire cette simulation il est nécessaire de rentrer dans un (...)

La modification des indicateurs relatifs à la situation comparée des conditions générales d’emploi et de formation des femmes et des hommes dans l’entreprise.

Un décret n° 2008-838 du 22 août 2008 relatif aux indicateurs figurant dans le rapport annuel sur la situation comparée des conditions générales d’emploi et de formation des femmes et des hommes dans (...)

Le taux du droit de scolarité dans les instituts universitaires de formation des maîtres.

Le taux du droit de scolarité dans les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) vient d’être fixé par un arrêté du 2 août 2007, publié au journal officiel n° 202 du 1 septembre 2007.
Ce (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 19 décembre 2007, N° de pourvoi : 06-44.754.

Lorsque subsiste un doute sur la réalité des faits invoqués par le salarié à l’appui de sa prise d’acte de la rupture, il en résulte qu’il n’établit pas les faits qu’il allègue à l’encontre de son employeur comme cela lui incombe.

Conditions pour prononcer la nullité d’une déclaration d’appel lorsque l’identification de l’avocat est impossible

Dans un arrêt en date du 15 juin 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que lorsque la déclaration d’appel est faite par l’intermédiaire d’un avocat, dispensé de justifier d’un pouvoir spécial, (...)

Rentrée Scolaire 2010 : la CNIL fait le point sur les informations demandées par les vendeurs

La CNIL vient de publier un article sous la forme d’une série de questions / réponses qui indique les informations que les parents n’ont pas l’obligation de communiquer aux vendeurs lorsqu’ils font (...)

En principe toute décision administrative peut faire l’objet d’un recours gracieux

Dans un arrêt en date du 20 novembre 2009, le Conseil d’Etat a affirmé que sauf dans le cas où des dispositions législatives ou réglementaires ont organisé des procédures particulières, toute décision (...)

Gestion fiscale du patrimoine

Le Groupe Revue Fiduciaire vient de publier au cours du mois de mars 2009 la 14ème édition de l’ouvrage Gestion fiscale du patrimoine, lequel est rédigé par Pierre Fernoux.
Cet ouvrage peut être (...)

Répondre à cet article