David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Les obligations de lemployeur dans le cadre de la négociation (...)

Les obligations de lemployeur dans le cadre de la négociation préélectorale.

vendredi 17 juillet 2009

Dans un arrêt en date du 13 mai 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’employeur est tenu, dans le cadre de la négociation préélectorale, de fournir aux syndicats participant à la négociation les éléments nécessaires au contrôle de l’effectif de l’entreprise et de la régularité de la liste électorale.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 13 mai 2009, N° de pourvoi : 08-60.530.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Attendu, selon jugement attaqué (tribunal d’instance de Paris 13e, 16 octobre 2008), qu’à la suite de l’échec des négociations préélectorales pour l’organisation des élections des membres du comité d’entreprise et des délégués du personnel devant avoir lieu en juin 2008 au sein de la société Equant France, l’employeur a fixé seul les modalités d’organisation du scrutin dans un document du 30 avril 2008 et notamment la détermination des effectifs et du corps électoral ; que le syndicat CGT a saisi, le 27 mai 2008, le tribunal d’instance d’une contestation relative à l’organisation des élections puis, par requêtes complémentaires des 16 juin et 2 juillet 2008, de demandes d’annulation du premier et du second tour des élections ; que le tribunal d’instance a annulé les dispositions relatives à la détermination des effectifs du "protocole" du 30 avril 2008, renvoyé les parties à négocier un nouveau protocole d’accord préélectoral, dit que la direction de la société devrait dans le cadre de cette négociation communiquer aux organisations syndicales qui en font la demande les documents nécessaires à la détermination des effectifs, et annulé les élections ;

Attendu que la société Equant France fait grief au jugement d’avoir ainsi statué alors, selon le moyen :

1°/ qu’il est constant qu’un protocole d’accord préélectoral n’avait pas été conclu, qu’il n’y avait donc pas lieu de l’annuler et que le tribunal a violé les articles L. 2314-23 et L. 2324-21 du code du travail ;

2°/ qu’en l’absence d’accord sur l’effectif à retenir en vue de l’élection des délégués du personnel et des membres du comité d’entreprise il appartient au juge saisi d’en décider et qu’en annulant l’accord préélectoral parce que l’entreprise n’avait pas fourni aux organisations syndicales d’informations utiles à la détermination de l’effectif, le tribunal a de nouveau violé les textes susvisés ;

3°/ qu’en statuant ainsi sans constater d’éléments relatifs aux effectifs en cause, le tribunal d’instance n’a pas permis à la Cour de cassation d’exercer son contrôle au regard des dispositions de l’article L. 1111-2 du code du travail ;

Mais attendu que l’employeur est tenu, dans le cadre de la négociation préélectorale, de fournir aux syndicats participant à la négociation les éléments nécessaires au contrôle de l’effectif de l’entreprise et de la régularité de la liste électorale ;

Qu’il s’ensuit, qu’abstraction faite de la simple impropriété rédactionnelle dénoncée par la 1re branche du moyen demeurée sans incidence sur la solution, le tribunal d’instance, qui a constaté que l’employeur n’avait pas fourni aux organisations syndicales appelées à la négociation l’ensemble des informations utiles à la détermination de l’effectif et des listes électorales a décidé à bon droit l’annulation du document du 30 avril 2008 par lequel l’employeur avait fixé unilatéralement les modalités de l’élection et enjoint aux parties de négocier un protocole d’accord préélectoral ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Précision sur la date d’effet de la résiliation judiciaire du contrat de travail

Dans un arrêt en date du 24 avril 2013 la chambre sociale de la cour de cassation vient de préciser, après avoir visé l’article 1184 du code civil, qu’en cas de résiliation judiciaire du contrat de (...)

Ouverture du procès du gang des barbares.

C’est aujourd’hui que débute le procès du tristement connu "Gang des Barbares".
Le procès devrait normalement durer jusqu’au 10 juillet 2009 avec des audiences à huis (...)

Taux de cotisation 2010 au fonds de financement de l’allocation de fin de mandat

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2010-102 du 27 janvier 2010 fixant le taux de cotisation obligatoire au fonds de financement de l’allocation de fin de mandat.
En effet, les (...)

Indice des prix à la consommation Février 2010

Le journal officiel vient de publier un avis relatif à l’indice des prix à la consommation pour le mois de février 2010.
Selon cet avis, l’indice mensuel des prix à la consommation de l’ensemble des (...)

Prise d’acte justifiée de la rupture du contrat de travail suite à un nouveau mode de rémunération plus avantageux imposé par l’employeur

Dans un arrêt en date du 5 mai 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que le mode de rémunération contractuel d’un salarié constitue un élément du contrat de travail qui ne peut être modifié sans (...)

Extension d’un accord sur les classifications dans le secteur de la distribution des papiers-cartons, commerces de gros

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 18 décembre 2009 portant extension d’un accord conclu dans le cadre des conventions collectives nationales de la distribution des papiers-cartons, (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 02 novembre 1999, M. X. c/ M. Y. et a.

n° 97-17.107.
LA COUR,
Sur le premier moyen :
Attendu, selon l’arrêt attaqué (CA Fort-de-France, 23 mai 1997), qu’en 1984, M. X., maître de l’ouvrage, a chargé M. Y., entrepreneur, des travaux de (...)

L’indice de référence des loyers du premier trimestre de 2009.

Un avis relatif à l’indice de référence des loyers du premier trimestre de 2009 (loi n° 2008-111 du 8 février 2008) vient d’être publié au journal officiel.
Selon cet avis, l’indice de référence des (...)

Tribunal de Grande Instance de Paris, 3ème chambre, 1ère section, 13 mars 2002, Mlle S. D. et M. A T. c./ S.A. Shootgame.com et Mme L. B.

L’unique acte d’enregistrement du nom de domaine ne se confond pas avec l’exploitation du site et ne peut, à lui seul, conduire à rendre l’auteur de l’enregistrement responsable de la contrefaçon

Les pages d’un site internet comportant le nom d’une société et la mention "Tous droits réservés", laquelle permet d’établir que la société entend voir ses droits préservés en sa qualité de titulaire de ce site, les termes indiquant un droit d’accés et de rectification des données auprès de la société dont l’adresse du siège social est mentionnée, l’indication sur le même site dans une rubrique "règlement des jeux" que la société est l’organisatrice des six concours internet diffusés sur le site, permettent de retenir que la société exploite le site internet en cause et éventuellement de lui imputer les faits de contrefaçon engageant sa responsabilité

La renonciation à une clause de non concurrence et la prise d’acte de la rupture du contrat de travail.

Dans une décision rendue le 13 juin 2007, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient de préciser qu’en l’absence de fixation par le contrat de travail ou la convention collective des modalités (...)

Répondre à cet article