David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Les obligations de lemployeur dans le cadre de la négociation (...)

Les obligations de lemployeur dans le cadre de la négociation préélectorale.

vendredi 17 juillet 2009

Dans un arrêt en date du 13 mai 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’employeur est tenu, dans le cadre de la négociation préélectorale, de fournir aux syndicats participant à la négociation les éléments nécessaires au contrôle de l’effectif de l’entreprise et de la régularité de la liste électorale.

Voici le texte de l’arrêt :

Cour de cassation, Chambre sociale, 13 mai 2009, N° de pourvoi : 08-60.530.

LA COUR,

Sur le moyen unique :

Attendu, selon jugement attaqué (tribunal d’instance de Paris 13e, 16 octobre 2008), qu’à la suite de l’échec des négociations préélectorales pour l’organisation des élections des membres du comité d’entreprise et des délégués du personnel devant avoir lieu en juin 2008 au sein de la société Equant France, l’employeur a fixé seul les modalités d’organisation du scrutin dans un document du 30 avril 2008 et notamment la détermination des effectifs et du corps électoral ; que le syndicat CGT a saisi, le 27 mai 2008, le tribunal d’instance d’une contestation relative à l’organisation des élections puis, par requêtes complémentaires des 16 juin et 2 juillet 2008, de demandes d’annulation du premier et du second tour des élections ; que le tribunal d’instance a annulé les dispositions relatives à la détermination des effectifs du "protocole" du 30 avril 2008, renvoyé les parties à négocier un nouveau protocole d’accord préélectoral, dit que la direction de la société devrait dans le cadre de cette négociation communiquer aux organisations syndicales qui en font la demande les documents nécessaires à la détermination des effectifs, et annulé les élections ;

Attendu que la société Equant France fait grief au jugement d’avoir ainsi statué alors, selon le moyen :

1°/ qu’il est constant qu’un protocole d’accord préélectoral n’avait pas été conclu, qu’il n’y avait donc pas lieu de l’annuler et que le tribunal a violé les articles L. 2314-23 et L. 2324-21 du code du travail ;

2°/ qu’en l’absence d’accord sur l’effectif à retenir en vue de l’élection des délégués du personnel et des membres du comité d’entreprise il appartient au juge saisi d’en décider et qu’en annulant l’accord préélectoral parce que l’entreprise n’avait pas fourni aux organisations syndicales d’informations utiles à la détermination de l’effectif, le tribunal a de nouveau violé les textes susvisés ;

3°/ qu’en statuant ainsi sans constater d’éléments relatifs aux effectifs en cause, le tribunal d’instance n’a pas permis à la Cour de cassation d’exercer son contrôle au regard des dispositions de l’article L. 1111-2 du code du travail ;

Mais attendu que l’employeur est tenu, dans le cadre de la négociation préélectorale, de fournir aux syndicats participant à la négociation les éléments nécessaires au contrôle de l’effectif de l’entreprise et de la régularité de la liste électorale ;

Qu’il s’ensuit, qu’abstraction faite de la simple impropriété rédactionnelle dénoncée par la 1re branche du moyen demeurée sans incidence sur la solution, le tribunal d’instance, qui a constaté que l’employeur n’avait pas fourni aux organisations syndicales appelées à la négociation l’ensemble des informations utiles à la détermination de l’effectif et des listes électorales a décidé à bon droit l’annulation du document du 30 avril 2008 par lequel l’employeur avait fixé unilatéralement les modalités de l’élection et enjoint aux parties de négocier un protocole d’accord préélectoral ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi (...).

A lire aussi :

Action directe du transporteur : précision sur la définition du voiturier

Dans un arrêt en date du 18 mars 2014 la chambre commerciale de la cour de cassation vient d’affirmer, après avoir visé l’article L.132-8 du code de commerce que le voiturier dispose d’une action (...)

Un projet de loi relatif à la retraite des sportifs de haut niveau.

Un projet de loi relatif à la retraite des sportifs de haut niveau a été enregistré à la Présidence du Sénat le 18 avril 2007.
Ce projet de loi est motivé par la situation particulière des sportifs de (...)

Lorsque le silence vaut acceptation.

Si le silence ne vaut pas à lui seul acceptation, il n’en est pas de même lorsque les circonstances permettent de donner à ce silence la signification d’une acceptation.

Livret A : la procédure d’infraction contre la France est terminé

Dans un communiqué, la Commission européenne indique qu’elle considère que sa décision concernant le « livret A » et le « livret bleu » a été mise en oeuvre. En conséquence elle clôt la procédure (...)

Pratique commerciale trompeuse : diffusion sur le site internet d’une entreprise d’un communiqué relatif à la condamnation de son dirigeant

Selon l’article L 121-4 du code de la consommation en cas de condamnation pour pratique commerciale trompeuse le tribunal ordonne la publication du jugement. Dans un arrêt en date du 15 mai 2012 la (...)

La requalification de certains contrats de location de taxi en contrat de travail par la Cour d’appel de Paris

Le site Misterdroit.com a annoncé le 15 juin 2001 une décision de la Cour d’appel de Paris en date du 14 juin 2001, qui irait dans le même sens qu’un arrêt de la cour de cassation en date du 19 (...)

Cour de Cassation, Chambre commerciale, 06 décembre 2005, Pourvoi n° 04-13.873

Toute société par actions est tenue de déposer ses comptes au greffe du tribunal de commerce, pour être annexés au registre du commerce et des sociétés, dans le mois qui suit l’approbation des comptes annuels par l’assemblée générale et en cas d’omission de cette formalité, si la société n’a pas régularisé la situation dans le délai d’un mois à compter de la mise en demeure qui lui a été adressée, tout intéressé peut demander au président du tribunal de commerce, statuant en référé, de désigner un mandataire chargé d’accomplir la formalité.

Obligation pour le juge de répondre aux conclusions qui sollicitent le rejet de pièces ou conclusions tardives

Dans un arrêt en date du 16 mai 2013 la première chambre civile de la cour de cassation vient d’affirmer, après avoir visé les articles 15, 16 et 455 du code de procédure civile, que si les juges du (...)

L’entrée en vigueur de la loi de modernisation sociale

L’entrée en vigueur de la loi de modernisation sociale soulève de nombreuses difficultés qui ne sont sans doute pas mesurées à leur juste valeur.
Le site du ministère du travail vient de mettre en (...)

Congé Maternité 20 semaines Où en est on ?

Vent debout contre le congé maternité de 20 semaines. En effet, au cours du mois d’octobre, le Parlement Européen s’était prononcé en faveur de l’allongement de la durée du congé maternité pour la porter (...)

Répondre à cet article