David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Licenciement économique : le refus d’une offre de reclassement ne permet pas (...)

Licenciement économique : le refus d’une offre de reclassement ne permet pas à l’employeur de prononcer un licenciement pour faute

lundi 21 décembre 2009

Dans un arrêt en date du 7 décembre 2009, le Conseil d’Etat vient d’affirmer que si l’examen des possibilités de reclassement constitue une obligation pour l’employeur, il représente, pour le salarié, une garantie.

Ainsi, le refus, par un salarié protégé dont le licenciement économique est envisagé, d’une offre de reclassement sur un emploi comparable à celui qu’il occupait, ne saurait être constitutif d’une faute disciplinaire, ni, par conséquent, ôter au licenciement envisagé son caractère économique.

Voici le texte de l’arrêt :

Conseil d’État, 4ème et 5ème sous-sections réunies, 7 décembre 2009, N° 314079

LE CONSEIL D’ETAT :

Vu le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 10 mars et 6 juin 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentés pour M. Michel A, demeurant ... ; M. A demande au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler l’arrêt du 28 décembre 2007 par lequel la cour administrative d’appel de Versailles, d’une part, a annulé le jugement du 22 mai 2006 du tribunal administratif de Versailles annulant la décision du 28 septembre 2004 de l’inspecteur du travail des Hauts-de-Seine autorisant son licenciement, d’autre part, a rejeté sa demande de première instance ;

2°) réglant l’affaire au fond de rejeter la requête d’appel de la société Synstar Computer Services ;

3°) de mettre à la charge de la société Synstar Computer Services la somme de 3 500 euros au titre des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mlle Bethânia Gaschet, Auditeur,

- les observations de la SCP Masse-Dessen, Thouvenin, avocat de M. A et de la SCP Célice, Blancpain, Soltner, avocat de la société Synstar computer services,

- les conclusions de M. Yves Struillou, rapporteur public,

- la parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Masse-Dessen, Thouvenin, avocat de M. A et à la SCP Célice, Blancpain, Soltner, avocat de la société Synstar computer services ;

Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que la société Synstar Computer Services a obtenu, le 28 septembre 2004, l’autorisation de l’inspecteur du travail des Hauts-de-Seine de licencier pour motif économique M. A, titulaire des mandats de délégué syndical, de représentant au comité d’entreprise et de délégué du personnel, après que celui-ci a refusé une offre de reclassement ; que, par l’arrêt attaqué, la cour administrative d’appel de Versailles, après avoir annulé le jugement du 22 mai 2006 du tribunal administratif de Versailles, a rejeté la demande présentée par M. A devant ce tribunal et dirigée contre l’autorisation de licenciement du 28 septembre 2004 ;

Sans qu’il soit besoin d’examiner les autres moyens du pourvoi ;

Considérant qu’aux termes de l’article L. 321-1 du code du travail dans sa rédaction alors applicable : Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié résultant d’une suppression ou transformation d’emploi ou d’une modification substantielle du contrat de travail, consécutives notamment à des difficultés économiques ou à des mutations technologiques (...) Le licenciement pour motif économique d’un salarié ne peut intervenir que lorsque tous les efforts de formation et d’adaptation ont été réalisés et que le reclassement de l’intéressé sur un emploi relevant de la même catégorie que celui qu’il occupe ou sur un emploi équivalent ou, à défaut, et sous réserve de l’accord exprès du salarié, sur un emploi d’une catégorie inférieure ne peut être réalisé dans le cadre de l’entreprise ou, le cas échéant, dans les entreprises du groupe auquel l’entreprise appartient (...). ; qu’en vertu des dispositions des articles L. 425-1 et L. 436-1 du code du travail relatives aux conditions de licenciement respectivement des délégués du personnel et des membres du comité d’entreprise, les salariés légalement investis des fonctions de délégué du personnel et du mandat de représentant syndical au comité d’entreprise bénéficient, dans l’intérêt de l’ensemble des travailleurs qu’ils représentent, d’une protection exceptionnelle ; que, lorsque le licenciement d’un de ces salariés est envisagé, ce licenciement ne doit pas être en rapport avec les fonctions représentatives normalement exercées ou l’appartenance syndicale de l’intéressé ; que, dans le cas où la demande de licenciement est fondée sur un motif de caractère économique, il appartient à l’inspecteur du travail et, le cas échéant, au ministre, de rechercher, sous le contrôle du juge de l’excès de pouvoir, si la situation de l’entreprise justifie le licenciement du salarié, en tenant compte notamment de la nécessité des réductions envisagées d’effectifs et de la possibilité d’assurer le reclassement du salarié dans l’entreprise ou au sein du groupe auquel appartient cette dernière ; qu’en outre, pour refuser l’autorisation sollicitée, l’autorité administrative a la faculté de retenir des motifs d’intérêt général relevant de son pouvoir d’appréciation de l’opportunité, sous réserve qu’une atteinte excessive ne soit pas portée à l’un ou l’autre des intérêts en présence ;

Considérant que si l’examen des possibilités de reclassement, prévu par les dispositions précitées, constitue une obligation pour l’employeur, il représente, pour le salarié, une garantie ; qu’ainsi, le refus, par un salarié protégé dont le licenciement économique est envisagé, d’une offre de reclassement sur un emploi comparable à celui qu’il occupait, ne saurait être constitutif d’une faute disciplinaire, ni, par conséquent, ôter au licenciement envisagé son caractère économique ; qu’il résulte de ce qui vient d’être dit que la cour administrative d’appel de Versailles n’a pu, sans commettre d’erreur de droit, juger que M. A, en refusant l’offre de reclassement sur un poste comparable à celui qu’il occupait au sein de l’établissement, avait commis une faute d’une gravité suffisante pour justifier son licenciement ;

Considérant que, dès lors, M. A est fondé à demander l’annulation de l’arrêt attaqué ;

Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de renvoyer l’affaire devant la cour administrative d’appel de Versailles ;

Sur les conclusions tendant à l’application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que ces dispositions font obstacle à ce que soit mise à la charge de M. A, qui n’est pas la partie perdante dans la présente instance, la somme que demande la société Synstar Computer Services au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ; qu’il y a lieu, en revanche, dans les circonstances de l’espèce, de faire application de ces dispositions et de mettre à la charge de la société Synstar Computer Services la somme de 3 000 euros à verser à M. A au titre des frais de même nature exposés par lui ;

D E C I D E :

Article 1er : L’arrêt du 28 décembre 2007 de la cour administrative d’appel de Versailles est annulé.

Article 2 : La société Synstar Computer Services versera à M. A la somme de 3 000 euros au titre des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 3 : Les conclusions de la société Synstar Computer Services tendant à l’application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 4 : L’affaire est renvoyée devant la cour administrative d’appel de Versailles.

Article 5 : La présente décision sera notifiée à M. Michel A, à la société Synstar Computer Services et au ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville.

A lire aussi :

L’avis préalable au contrôle URSSAF ne mentionne pas la date du contrôle : annulation de la procédure de redressement

Dans un arrêt en date du 25 avril 2013, portant sur un contrôle effectué par l’URSSAF, la deuxième chambre civile de la cour de cassation vient d’affirmer, après avoir visé l’article R. 243-59 du code (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 24 juin 2003, Pourvoi n° 00-42.766

L’activité qui consiste à assurer, pour les sociétés de courses de chevaux, la collecte et la gestion des paris dans les hippodromes, ne se rattache pas à l’un des secteurs d’activités, limitativement énumérés par l’article D. 121-2 du Code du travail, dans lesquels il est d’usage constant de ne pas recourir au contrat à durée indéterminée en raison de la nature de l’activité exercée et du caractère par nature temporaire de cet emploi.

Ayant constaté que l’engagement des salariés avait fait l’objet d’un renouvellement systématique pendant plusieurs années et que les tâches de guichetier qui leur étaient confiées étaient strictement identiques à chaque réunion hippique, une cour d’appel peut décider qu’ils avaient été engagés pour occuper durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise ; elle en déduit exactement qu’il y a lieu de requalifier ces contrats à durée déterminée en contrats à durée indéterminée.

L’article L. 212-4-2 du Code du travail, devenu l’article L. 212-4-5 ne permet de prévoir que des modalités spécifiques d’application des droits conventionnels pour les salariés à temps partiel et qu’il ne peut avoir pour effet d’exclure les salariés à temps partiel du champ d’application d’une convention collective.

L’article 21 de la convention collective d’entreprise du Pari mutuel hippodrome qui prévoit que la durée annuelle de travail du personnel d’exploitation présent depuis un an dans l’entreprise correspond à 210 réunions diurnes ou semi-nocturnes, n’a pas pour effet d’exclure les salariés à temps partiel du bénéfice de ladite convention collective.

L’indemnité de précarité, qui compense pour le salarié la situation dans laquelle il est placé du fait de son contrat à durée déterminée, lorsqu’elle est perçue par celui-ci à l’issue du contrat, lui reste acquise nonobstant une requalification ultérieure de ce contrat en un contrat à durée indéterminée.

Le salarié peut rompre le contrat de travail transféré au nouvel employeur en se fondant sur des manquements de l’ancien employeur

Dans un arrêt en date du 20 février 2013 la chambre sociale de la cour de cassation a affirmé, après avoir visé l’article L. 1224-2 du code du travail, que selon ledit article en cas de transfert (...)

Site Wexper And You www.wexperandyou.com

Le site Wexper And You se présente comme le portail des professionnels du conseil.
Principalement tourné vers les experts comptables ce site, qui contient toutefois également des données (...)

Conditions relatives à l’attribution préférentielle

Dans un arrêt en date du 9 décembre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’attribution préférentielle n’est pas subordonnée à l’évaluation préalable du bien, ni à l’établissement d’un compte (...)

La Cour de cassation se prononce sur la requalification du contrat de travail à temps partiel.

Le refus d’exécuter les tâches qui incombent au salarié et les erreurs répétées et inadmissibles sont des manquements fautifs aux obligations contractuelles qui rendent impossible le maintien dans l’entreprise et qui constituent une faute grave.

Le contrat de travail des salariés à temps partiel est un contrat écrit ; il mentionne la durée hebdomadaire ou, le cas échéant, mensuelle prévue et la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois ; l’absence d’un tel contrat de travail écrit fait présumer que l’emploi est à temps complet ; l’employeur qui conteste cette présomption doit rapporter la preuve, d’une part de la durée exacte de travail convenu, d’autre part que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’était pas dans l’obligation de se tenir constamment à la disposition de son employeur.

Le versement d’une prime exceptionnelle ne peut tenir lieu de règlement des heures de travail.

Le bulletin de paie doit obligatoirement mentionner la période et le nombre d’heures de travail auxquels se rapporte le salaire.

Des cotisations syndicales (presque) gratuites.

L’adhésion à un syndicat implique le versement d’une cotisation. Aussi serait il appréciable de tirer avantage des règles du droit fiscal relatives à l’impôt sur le revenu, puisque les cotisations syndicales ouvrent droit à une réduction d’impôt et constituent des frais professionnels déductibles au titre des frais réels.

Cour de cassation, Chambre sociale, 13 décembre 2006, N° de Pourvois : 05-43.617, 05-43.651 et 05-43.664.

L’accord-cadre du 24 janvier 2002 sur l’organisation et la durée du travail effectif dans les services interentreprises de médecine du travail n’impose pas la réduction effective du temps de travail hebdomadaire à trente-cinq heures et ne prévoit pas le paiement d’une indemnité différentielle en l’absence de réduction effective du temps de travail.

Les modalités d’indemnisation des conseillers prud’hommes

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-1011 du 25 août 2009 relatif aux modalités d’indemnisation des conseillers prud’hommes.
Ce texte prévoit notamment que le salarié ayant conclu une (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 24 janvier 2007, N° de pourvoi : 04-43.121.

Aucune disposition légale ou conventionnelle n’interdit aux parties de convenir, lors de la rupture du contrat de travail, et dans le cadre d’un accord transactionnel constaté par un procès-verbal de conciliation, de l’application d’une clause de non-concurrence distincte, dans certaines de ses modalités, de celle qui était insérée au contrat de travail.

Répondre à cet article