David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Non Classé > Revue des blogs juridiques Semaine 26/2011

Revue des blogs juridiques Semaine 26/2011

vendredi 1er juillet 2011, par David Taté

En ce vendredi les médias parlent tous de l’affaire DSK et de l’intervention d’une révélation totalement inattendue qui pourrait bien changer radicalement la donne. Difficile d’échapper à cette information en ce moment. Je vous propose toutefois d’autres lectures. En effet les blogs juridiques ont publié de nombreux billets intéressants cette semaine. Je viens d’établir une sélection pour vous en retenant plusieurs de ces articles :

- Gilles Devers indique que la personne qui a agressé le Président de la République Nicolas Sarkozy s’expose non seulement à des sanctions pénales mais aussi à des sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’à la perte de son emploi. Sur le même blog vous pouvez prendre connaissance de l’histoire de James Verone, contraint de faire un braquage afin de pouvoir obtenir des soins.

- Myriam Laguillon vient de publier un commentaire sur l’arrêt rendu le 29 juin par la Cour de cassation concernant le forfait jours applicable aux cadres.

- Crimino Corpus nous permet de découvrir plusieurs témoignages concernant la prison d’Arras pendant l’occupation.

- Clap de fin pour Omnidroit. Sur Precisement.org Emmanuel Barthe analyse la fin d’Omnidroit.

- S.I.Lex revient sur le Mashup Festival Film et sur les questions juridiques abordées lors de celui-ci.

- la jurisprudence des brevets en France nous fait découvrir une véritable guerre qui se déroule dans l’univers finalement impitoyable des poussettes.

- Sylvain Métille donne des explications sur les puces RFID.

- sous la plume de Sébastien Jean Intelligence RH vient de publier un article concernant les documents de l’entreprise et le comportement du salarié. Un salarié peut il utiliser les documents de l’employeur dans un litige contre ce dernier ? Comment réagir ? Intelligence RH donne les réponses à ces questions.

- JurisUrba vient de publier une importante veille jurisprudentielle avec pas moins de 16 décisions.

A lire aussi :

Vers l’institution d’un impôt européen

D’après une interview donnée par Janusz Lewandowski, commissaire au Budget, au Financial Times Deutschland, la Commission Européenne envisagerait la création d’un impôt direct européen. La Commission (...)

Vers une hausse de la TVA concernant la télévision payante

D’après Les Echos, le ministère du Budget aurait le projet de supprimer le taux de TVA de 5,5 % dont bénéficient actuellement les services de télévision payante pour lui substituer le taux de 19,6 %. (...)

Le conseiller commercial ne peut être rémunéré en dessous du smic

Dans un arrêt en date du 14 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que sauf dans les cas où la loi en dispose autrement et quel que soit le mode de rémunération pratiqué, un salarié a (...)

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 9 décembre 2003, Pourvoi n° : 01-03.225

En matière de contrefaçon, quel que soit le procédé utilisé, l’option posée par l’article 5,3 , de la Convention de Saint-Sébastien du 26 mai 1989 doit s’entendre en ce que la victime peut exercer son action soit devant la juridiction de l’Etat du lieu d’établissement de l’auteur de la contrefaçon, compétente pour réparer l’intégralité du préjudice qui en résulte, soit devant la juridiction de l’Etat contractant dans lequel l’objet de la contrefaçon se trouve diffusé, apte à connaître seulement des dommages subis dans cet Etat ; une juridiction peut admettre la compétence des juridictions françaises pour connaître de la prévention et de la réparation de dommages subis en France du fait de l’exploitation d’un site internet en Espagne, en constatant que ce site, fût-il passif, était accessible sur le territoire français, de sorte que le préjudice allégué du seul fait de cette diffusion n’était ni virtuel ni éventuel.

Le droit de la concurrence pour aider les agriculteurs à lutter contre la crise du lait

Dans un communiqué du 18 mars, l’Autorité de la concurrence vient d’indiquer que comme les autres autorités nationales de concurrence elle a été associée par la Commission européenne à l’élaboration de (...)

Emploi des seniors : extension d’un accord conclu pour les commerces de gros en bonneterie, lingerie, confection, mercerie, chaussures et négoces connexes

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 29 janvier 2010 portant extension d’un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale de travail des commerces de gros en (...)

La fixation judiciaire du loyer : chaque chose en son temps.

La 3ème chambre civile de la Cour de cassation a rendu le 13 décembre 2006 une décision intéressante en matière de fixation judiciaire du loyer manifestement sous évalué, pour les locaux concernés par (...)

Conseil d’Etat, 6 / 4 SSR, 5 mars 2003, N° 240225

Dans l’exercice du large pouvoir d’appréciation que lui a confié le législateur pour fixer les conditions dans lesquelles les personnes qui justifient de certains titres ou activités peuvent être dispensées de la formation théorique et pratique et du certificat d’aptitude à la profession d’avocat, le pouvoir réglementaire a dressé, avec le double objectif de diversifier les modes d’accès à la profession d’avocat sans pour autant bouleverser les conditions générales de cet accès telles qu’elles sont précisées par l’article 12 de la loi du 31 décembre 1971, une liste de différentes catégories de personnes pouvant bénéficier d’une dispense, en définissant pour chacune d’elles des conditions spécifiques.

Le pouvoir réglementaire, qui n’a pas, au regard du double objectif rappelé plus haut, commis d’erreur manifeste d’appréciation dans le choix des catégories de personnes pouvant bénéficier de la dispense, n’a pas non plus porté une atteinte illégale au principe d’égalité en décidant, pour établir la liste à partir de catégories très différentes, de rapprocher la situation des juristes salariés des cabinets d’avocats de celle des juristes salariés des autres professions juridiques et non de celle des juristes d’entreprises ou attachés à une organisation syndicale.

Vers une abrogation de la loi DeBill ?

Selon PC Pro, le changement de Premier Ministre et de Gouvernement en Angleterre fait naitre l’espoir d’obtenir l’abrogation de la Digital Economy Bill (DeBill).
Cette loi avait instauré une (...)

3 affaires surprenantes qui se terminent devant la justice

C’est vendredi et pour cette fin de semaine vous avez gagné le droit de vous détendre. Je viens de sélectionner pour vous une série de procès avec des faits absolument étonnants qui devraient vous (...)

1 Message

Répondre à cet article