David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Selon les circonstances le silence peut valoir acceptation

Selon les circonstances le silence peut valoir acceptation

dimanche 9 septembre 2012

Dans un arrêt en date du 3 avril 2012 la chambre commerciale de la cour de cassation a affirmé que si le silence ne vaut pas à lui seul acceptation, il n’en est pas de même lorsque les circonstances permettent de donner à ce silence la signification d’une acceptation.

Tel était le cas en l’espèce où un maître d’ouvrage n’avait pas protesté initialement contre la mise en place d’un mécanisme correspondant à une délégation de paiement et n’avait formulé que tardivement une contestation.

Référence :

- Com., 3 avril 2012, N° de pourvoi : 10-24.641.

A lire aussi :

La rupture conventionnelle du contrat de travail à durée indéterminée : le ministère du travail publie une circulaire.

Le ministère du travail vient de publier une circulaire DGT n° 2008-11 du 22 juillet 2008 relative à l’examen de la demande d’homologation d’une rupture conventionnelle d’un contrat à durée (...)

Coupe du Monde de Football : la finale annulée ?

Le 07 décembre 2006, le Tribunal de Grande Instance de Paris devrait examiner une demande de plusieurs associations, formulée à l’encontre de la Fédération française de Football et de la Fédération (...)

Indemnité du salarié administrateur de mutuelle licencié sans autorisation administrative

Dans un arrêt en date du 1er juin 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’administrateur de mutuelle, élu pour un mandat à durée déterminée, licencié sans autorisation administrative, peut (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 12 mars 2008, N° de pourvoi : 06-43.866.

Dans les entreprises de plus de deux cents salariés, l’employeur ne peut que différer la date de départ en congé sabbatique retenue par le salarié ; ainsi, lorsque l’information de la date et de la durée de son départ est faite par le salarié hors du délai de trois mois prévu par l’article L. 122-32-19 du code du travail, cette irrégularité, si elle peut conduire l’employeur à différer la date de départ du salarié, ne saurait le dispenser de lui répondre dans les conditions prévues par l’article L. 122-32-24 du code du travail ; dès lors lorsque l’employeur n’a pas répondu au salarié dans le délai d’un mois à compter de la date de présentation de sa lettre, il en suit un accord tacite de l’employeur sur la date de départ du salarié et l’employeur ne peut licencier le salarié pour faute grave, en raison d’une "absence illégale et délibérée".

L’indemnité pour inobservation de la procédure de licenciement ne se cumule pas avec l’indemnité accordée pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Sortie du Code de l’Action Sociale et des Familles 2010

Les éditions Dalloz vient de sortir la version 2010 de leur Code de l’action sociale et des familles.
Ce code commenté est proposé au tarif de 70 euros par son (...)

Un modèle d’avis de jugement d’ouverture et de clôture de la procédure de rétablissement personnel pour insuffisance d’actif.

Un arrêté du 27 mars 2008 fixant le modèle de l’avis de jugement d’ouverture et de clôture de la procédure de rétablissement personnel pour insuffisance d’actif vient d’être publié au journal officiel n° (...)

L’avocat ne peut pas être autoentrepreneur.

Le Conseil national des barreaux s’est intéressé à l’avocat autoentrepreneur dans une étude publiée sur le site du CNB ce 27 avril 2009.
Après avoir décrit les règles relatives à l’autoentrepreneur, le (...)

Pénurie Essence : résultat contrôle des stations services

Au micro d’Europe 1, Christine Lagarde vient d’indiquer que la DGCCRF a procédé au contrôle de 2.000 stations services pour vérifier si celles ci ont tenté de profiter de la raréfaction des carburants (...)

Le Gouvernement va t’il se serrer la ceinture ? (vidéo)

Nicolas Sarkozy estime nécessaire de reduire le train de vie de l’Etat, notamment concernant les membres du Gouvernement. Il serait temps !

Protection des données et échange d’informations : consultation publique sur un accord entre l’Europe et les USA

La Commission européenne vient de lancer une consultation publique concerant un accord futuer entre l’Union Européenne et les États-Unis sur la protection des données et l’échange d’informations. (...)

Répondre à cet article