David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Jurisprudence > Selon les circonstances le silence peut valoir acceptation

Selon les circonstances le silence peut valoir acceptation

dimanche 9 septembre 2012

Dans un arrêt en date du 3 avril 2012 la chambre commerciale de la cour de cassation a affirmé que si le silence ne vaut pas à lui seul acceptation, il n’en est pas de même lorsque les circonstances permettent de donner à ce silence la signification d’une acceptation.

Tel était le cas en l’espèce où un maître d’ouvrage n’avait pas protesté initialement contre la mise en place d’un mécanisme correspondant à une délégation de paiement et n’avait formulé que tardivement une contestation.

Référence :

- Com., 3 avril 2012, N° de pourvoi : 10-24.641.

A lire aussi :

La Cour de cassation apporte des précisions sur l’amiante (Civ. 2, 7 mai 2009, N° de pourvoi : 08-14.782)

Il résulte des dispositions de l’article 53- IV, dernier alinéa, de la loi du 23 décembre 2000, que seules les décisions juridictionnelles devenues irrévocables allouant une indemnisation intégrale pour les conséquences de l’exposition à l’amiante emportent les mêmes effets que le désistement de la demande d’indemnisation présentée au Fonds ou de l’action en justice prévue au V du même article et rendent irrecevable toute autre demande présentée au Fonds en réparation du même préjudice.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 27 septembre 2007, N° de pourvoi : 05-44.312.

Eu égard à la finalité qu’assigne aux congés payés annuels la directive 93/104/CE du Conseil de l’Union européenne, du 23 novembre 1993, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail, lorsque le salarié s’est trouvé dans l’impossibilité de prendre ses congés payés annuels au cours de l’année prévue par le code du travail ou une convention collective, en raison d’absences liées à un accident du travail ou une maladie professionnelle, les congés payés acquis doivent être reportés après la date de la reprise du travail.

La demande injustifiée d’une forte somme d’argent et la faute grave.

Dans un arrêt en date du 19 mars 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’estimer que lorsqu’un salarié a, pour renoncer à la publication d’un manuscrit qui outrepassait sa liberté (...)

Le nouveau taux de la redevance d’archéologie préventive.

Un arrêté du 28 juillet 2008 portant fixation du taux de la redevance d’archéologie préventive vient d’être publié au journal officiel n° 0177 du 31 juillet 2008.
Selon ce texte, le taux de la redevance (...)

Vers une modification du contrôle de constitutionnalité ?

Les propos tenus par le Premier Ministre, le 30 juin 2001 en conclusion du colloque "La liberté d’association et le droit" annoncent, du moins s’ils sont suivis d’effets, une véritable révolution en (...)

Sortie du livre Le Petit Social 2011

Les éditions Dunod viennent de publier la version 2011 du livre Le petit Social de Véronique Roy.
Cet ouvrage comporte 21 fiches synthétiques qui présentent l’essentiel du droit du travail. Il aborde (...)

Procès Banier Bettencourt : le parquet fait appel (vidéo)

Le parquet vient d’annoncer qu’il fait appel dans le cadre du procès Banier - Bettencourt où un renvoi a été prononcé.

Pas de cumul de l’indemnité de licenciement et de l’indemnité pour travail dissimulé

L’indemnité de licenciement et l’indemnité pour travail dissimulé peuvent elles se cumuler ? A cette question la chambre sociale de la cour de cassation vient de répondre de manière négative.
En effet (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 10 décembre 2008, N° de pourvoi : 07-42.669.

Ayant constaté, d’une part, concernant la période antérieure au 1er juin 1999, qu’aucune convention individuelle de forfait déterminant le nombre d’heures supplémentaires inclus dans la rémunération n’avait été conclue et, d’autre part, pour la période postérieure, que la salarié était contraint de travailler aux heures d’ouverture du magasin, devait respecter des horaires stricts pendant les permanences et lors des livraisons et de solliciter l’autorisation de son supérieur hiérarchique pour quitter son poste, la cour d’appel a pu en déduire que l’intéressé qui ne disposait d’aucune autonomie dans l’organisation de son emploi du temps, n’était pas susceptible de relever du régime du forfait en jours qui lui avait appliqué non plus que d’une convention de forfait.

Le montant minimum de la garantie financière des entreprises de travail temporaire pour 2009 vient d’être fixé.

Le montant minimum de la garantie financière des entreprises de travail temporaire pour 2009 vient d’être fixé par le décret n° 2008-1362 du 18 décembre 2008.
Selon ce texte, le montant minimum de la (...)

Répondre à cet article