David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un arrêté fixe le montant de la rémunération du doctorant contractuel.

Un arrêté fixe le montant de la rémunération du doctorant contractuel.

samedi 25 avril 2009

Un arrêté du 23 avril 2009 vient de fixer le montant de la rémunération du doctorant contractuel.

L’intervention de ce texte était prévue par le décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche.

Cet arrêté prévoit que la rémunération mensuelle minimale des doctorants contractuels est fixée à 1 663,22 euros brut.

Toutefois, lorsque le service des doctorants contractuels intègre des missions autres que les activités de recherche accomplies en vue de la préparation du doctorat, la rémunération mensuelle minimale des doctorants contractuels est fixée à 1 998,61 euros brut.

A lire aussi :

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 02 février 1996, M. B. c/ M. H. et a.

n° 91-21.373.
LA COUR,
Sur le moyen unique :
Attendu, selon l’arrêt attaqué (Orléans, 12 septembre 1991), rendu sur renvoi après cassation, que, par un acte sous seing privé du 10 janvier 1978, la (...)

Application au 1er octobre 2009 des nouvelles dispositions du règlement général de l’AMF concernant les interventions sur les titres visés par une offre publique d’acquisition.

Dans un communiqué en date du 20 juillet 2009, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) indique avoir modifié, en concertation avec les professionnels, le régime des interventions sur les titres visés (...)

L’attribution et à la gestion des noms de domaine de l’internet.

Le journal officiel n° 33 du 8 février 2007 vient de publier le décret n° 2007-162 du 6 février 2007 relatif à l’attribution et à la gestion des noms de domaine de l’internet et modifiant le code des (...)

Le refus d’organiser la visite de reprise s’analyse en un licenciement

Dans un arrêt en date du 28 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que le salarié bénéficie d’un examen de reprise du travail par le médecin du travail après certaines absences pour raisons (...)

Le partage de l’autorité parentale n’est prévu que dans le cas de l’adoption de l’enfant du conjoint.

Dans une décision en date du 19 décembre 2007 (Cour de cassation, Première chambre civile, 19 décembre 2007, N° de Pourvoi : 06-21.369 ->article1232]), la 1ère chambre civile de la Cour de cassation (...)

Faq juridique : Définition de la clause d’exclusivité en droit du travail

La clause d’exclusivité s’applique pendant la durée du contrat de travail (elle ne doit donc pas être confondue avec la clause de non concurrence). Elle a vocation à interdire au salarié de travailler (...)

Le total admissible de captures de crabe des neiges au large des côtes de Saint-Pierre-et-Miquelon pour 2009

Un arrêté du 9 juin 2009 fixant pour l’année 2009 un total admissible de captures de crabe des neiges dans les eaux sous souveraineté ou juridiction française au large des côtes de (...)

Des nouvelles règles pour le transport en commun de personnes

L’arrêté du 18 mai 2009 modifiant l’arrêté du 2 juillet 1982 relatif aux transports en commun de personnes vient d’être publié au journal officiel.
Le texte commence par donner plusieurs définitions. (...)

Publication du livre de droit "Le contrôle de l’inspection du travail et ses suites"

Rédigé par Xavier Haubry, inspecteur du travail qui est également le créateur du Portail droitenligne.com, l’ouvrage juridique "Le contrôle de l’inspection du travail et ses suites" vient d’être publié (...)

Les droits d’inscription au Centre régional de formation professionnelle des avocats de Paris viennent de sauter.

Le bâtonnier en exercice d’un barreau du ressort du centre régional de formation professionnelle, qui ne peut participer aux réunions du conseil d’administration avec voix délibérative ni même assister au vote des délibérations portant sur le budget du centre, ne peut être désigné comme membre du conseil d’administration en tant qu’avocat titulaire ; l’arrêt, qui constate que le bâtonnier en exercice du barreau de Paris avait présidé le conseil d’administration du CRFPA et assisté et participé avec voix délibérative au vote de la délibération litigieuse, ce dont il résultait que la composition du collège délibérant était viciée et que la liberté et la sincérité du vote s’en trouvaient nécessairement affectées, d’autant que le bâtonnier disposait de quatre voix, est légalement justifié.

Répondre à cet article