David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un arrêté précise les pièces à produire par les candidats au concours national (...)

Un arrêté précise les pièces à produire par les candidats au concours national de praticien des établissements publics de santé.

jeudi 2 avril 2009

Il résulte d’un arrêté du 24 mars 2009 fixant la liste des pièces justificatives prévue au dernier alinéa des articles R. 6152-6 et R. 6152-206 du code de la santé publique que pour pouvoir exercer les fonctions auxquelles ils postulent, les candidats inscrits sur l’une des listes d’aptitude au concours national de praticien des établissements publics de santé doivent produire avec leur dossier de candidature les pièces justificatives suivantes :

1° Une copie certifiée conforme depuis moins de trois mois de la carte d’identité nationale, un certificat de nationalité ou un document équivalent datant de moins de trois mois à la date de clôture des candidatures ;

2° Une copie certifiée conforme du livret de famille permettant l’identification du père et de la mère du candidat destinée à renseigner la demande de casier judiciaire n° 2 ;

3° Une attestation d’inscription à l’ordre professionnel départemental datant de moins de trois mois à la date de clôture des candidatures pour les candidats exerçant une activité pour laquelle l’inscription à l’ordre est requise ;

4° Un certificat d’aptitude physique et mentale délivré par un médecin agréé, datant de moins de trois mois à la date de clôture des candidatures.

Par ailleurs, l’arrêté du 12 février 2001 fixant la liste des pièces justificatives prévue au dernier alinéa de l’article 12 du décret n° 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers et au dernier alinéa de l’article 5 du décret n° 85-384 du 29 mars 1985 modifié portant statut des praticiens exerçant leur activité à temps partiel dans les établissements d’hospitalisation publics est abrogé.

A lire aussi :

Des précisions sur les procédures collectives contre une personne physique exerçant une activité professionnelle indépendante.

Dans un arrêt en date du 27 mai 2008, la Chambre commerciale de la Cour de cassation vient d’estimer qu’il résulte des dispositions des articles L. 631-2, L. 640-2 du code de commerce et 190 de la (...)

Sociétés d’investissements immobiliers cotées : composition du capital pour l’exonération de l’impôt sur les sociétés

Une instruction du 20 janvier 2010 concernant l’exonération de l’impôt sur les sociétés dont peuvent bénéficier les sociétés d’investissements immobiliers cotées (SIIC) en fonction de la composition de leur (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 23 octobre 2007, N° de pourvoi : 06-40.950.

Lorsque des salariées, présentes dans l’entreprise depuis respectivement 24 et 12 ans, n’ont bénéficié que d’un stage de formation continue de trois jours en 1999, l’employeur a commis, au regard de son obligation d’assurer l’adaptation des salariées à leur poste de travail et de veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi, un manquement dans l’exécution du contrat de travail entraînant un préjudice distinct de celui résultant de sa rupture.

Les heures de sorties autorisées en cas d’arrêt de travail.

Le journal officiel n° 213 du 14 septembre 2007 vient de publier le décret n° 2007-1348 du 12 septembre 2007 relatif aux heures de sorties autorisées en cas d’arrêt de travail et modifiant le code de (...)

Registre unique des intermédiaires en assurance : montant des frais d’inscription en 2010

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 4 décembre 2009 fixant le montant des frais d’inscription annuels mentionnés à l’article L. 512-1 du code des assurances.
Ce texte prévoit que le montant (...)

Le taux de l’intérêt légal pour l’année 2002

Le taux de l’intérêt légal a été fixé à 4,26 % pour l’année 2002 par le décret n° 2002-159 du 8 février 2002.

OMPI : les procédures UDRP deviennent entièrement électroniques

Ce 14 décembre, le Centre d’arbitrage et de médiation de l’OMPI vient de lancer des procédures UDRP essentiellement électroniques.
Cette procédre supprime l’exigence relative au dépôt et à la (...)

Montant 2010 Condition Soulte Rhums Tafias traditionnels DOM

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 20 juillet 2010 relatif à la soulte sur les rhums et les tafias traditionnels des départements d’outre-mer.
Cet arrêté prévoit que la soulte sur les (...)

Cour de cassation, Chambre criminelle, 13 janvier 2009, N° de pourvoi : 08-84.088.

Constitue un traitement de données à caractère personnel relatives aux infractions toute opération automatisée ou tout ensemble d’opérations automatisées portant sur de telles données ainsi que toute opération non automatisée ou tout ensemble d’opérations non automatisées portant sur de telles données contenues ou appelées à figurer dans des fichiers

Les constatations visuelles effectuées sur internet et les renseignements recueillis en exécution de l’article L. 331-2 du code de la propriété intellectuelle par un agent assermenté qui, sans recourir à un traitement préalable de surveillance automatisé, utilise un appareillage informatique et un logiciel de pair à pair, pour accéder manuellement, aux fins de téléchargement, à la liste des oeuvres protégées irrégulièrement proposées sur la toile par un internaute, dont il se contente de relever l’adresse IP pour pouvoir localiser son fournisseur d’accès en vue de la découverte ultérieure de l’auteur des contrefaçons, rentrent dans les pouvoirs conférés à cet agent par la disposition précitée, et ne constituent pas un traitement de données à caractère personnel relatives à ces infractions, au sens des articles 2, 9 et 25 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Cour de cassation, Chambre sociale, 4 décembre 2007, N° de pourvoi : 06-44.041.

Le maintien d’un avantage acquis en cas de mise en cause de l’application d’un accord collectif dans les conditions prévues à l’article L. 132-8, alinéa 7, du code du travail ne méconnaît pas le principe " à travail égal, salaire égal " que ce maintien résulte d’une absence d’accord de substitution ou d’un tel accord.

Répondre à cet article