David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un arrêté précise les pièces à produire par les candidats au concours national (...)

Un arrêté précise les pièces à produire par les candidats au concours national de praticien des établissements publics de santé.

jeudi 2 avril 2009

Il résulte d’un arrêté du 24 mars 2009 fixant la liste des pièces justificatives prévue au dernier alinéa des articles R. 6152-6 et R. 6152-206 du code de la santé publique que pour pouvoir exercer les fonctions auxquelles ils postulent, les candidats inscrits sur l’une des listes d’aptitude au concours national de praticien des établissements publics de santé doivent produire avec leur dossier de candidature les pièces justificatives suivantes :

1° Une copie certifiée conforme depuis moins de trois mois de la carte d’identité nationale, un certificat de nationalité ou un document équivalent datant de moins de trois mois à la date de clôture des candidatures ;

2° Une copie certifiée conforme du livret de famille permettant l’identification du père et de la mère du candidat destinée à renseigner la demande de casier judiciaire n° 2 ;

3° Une attestation d’inscription à l’ordre professionnel départemental datant de moins de trois mois à la date de clôture des candidatures pour les candidats exerçant une activité pour laquelle l’inscription à l’ordre est requise ;

4° Un certificat d’aptitude physique et mentale délivré par un médecin agréé, datant de moins de trois mois à la date de clôture des candidatures.

Par ailleurs, l’arrêté du 12 février 2001 fixant la liste des pièces justificatives prévue au dernier alinéa de l’article 12 du décret n° 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers et au dernier alinéa de l’article 5 du décret n° 85-384 du 29 mars 1985 modifié portant statut des praticiens exerçant leur activité à temps partiel dans les établissements d’hospitalisation publics est abrogé.

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 29 juin 2005, Pourvoi n° : 03-43.389

Lorsqu’un salarié prend acte de la rupture de son contrat de travail en raison des faits qu’il reproche à l’employeur, cette rupture produit les effets soit d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse si les faits invoqués la justifiaient, soit dans le cas contraire d’une démission.

Cour de Cassation, Chambre sociale, 10 mars 2004, Pourvoi n° : 01-44.750

Si l’employeur peut sans motif et sans formalité mettre fin à la période d’essai, il doit, lorsqu’il invoque un motif disciplinaire, respecter la procédure disciplinaire.

Précision sur les juridictions compétentes pour les litiges concernant les sites internet

Dans un arrêt en date du 29 mars 2011, la chambre commerciale de la Cour de cassation a affirmé que la seule accessibilité d’un site internet sur le territoire français n’est pas suffisante pour (...)

L’interdiction de transport d’enfants par des véhicules affectés au transport en commun le samedi 2 août 2008.

Un arrêté du 22 mai 2008 relatif à l’interdiction de transport d’enfants par des véhicules affectés au transport en commun de personnes le samedi 2 août 2008 vient d’être publié au journal officiel n° (...)

Condamnation de l’UMP pour atteinte au droit à l’image

Par une ordonnance de référé rendue ce 15 février 2010, le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de condamner l’UMP pour atteinte au droit à l’image.
En effet, on se souvient que l’UMP avaient eu (...)

Des nouvelles dispositions pour le bilan kinésithérapique.

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-955 du 29 juillet 2009 relatif au bilan kinésithérapique.
Ce texte prévoit que le bilan kinésithérapique est tenu à la disposition du médecin (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 17 décembre 2008, N° de pourvoi : 07-43.974.

L’externalisation des tâches par recours à une entreprise extérieure constitue une suppression de poste.

A défaut d’emplois relevant de la même catégorie que celui qu’occupe le salarié, l’employeur doit lui proposer les postes disponibles de catégorie inférieure.

Le CPE et la Cour de Justice de la République

Dès le 03 avril 2006, la presse se faisait l’écho de propos d’un député de l’opposition selon lequel le ministre de la Cohésion sociale risquerait une peine de 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende, (...)

Politique agricole commune : un arrêté précise les montants définitifs de l’aide tabac par kilogramme.

L’arrêté du 19 mars 2009 relatif à la mise en œuvre de l’aide tabac dans le cadre de la politique agricole commune vient de préciser les montants définitifs de l’aide par kilogramme.
Selon ce texte, les (...)

Mention d’une convention collective erronée sur le bulletin de salaire : conséquence sur la prescription

Dans un arrêt en date du 25 septembre 2013 la chambre sociale de la cour de cassation vient d’estimer que lorsque des bulletins de paie délivrés à des salariés mentionnent une convention collective (...)

Répondre à cet article