David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un arrêté relatif à la production de photographies d’identité dans le cadre de (...)

Un arrêté relatif à la production de photographies d’identité dans le cadre de la délivrance du passeport.

vendredi 13 février 2009

Un arrêté du 5 février 2009 relatif à la production de photographies d’identité dans le cadre de la délivrance du passeport vient d’être publié.

Selon ce texte, les photographies d’identité produites à l’appui d’une demande de passeport doivent répondre aux caractéristiques définies par l’annexe jointe à cet arrêté.

Ces caractéristiques portent sur :

- le format et la qualité de la photographie ;

- le fond, le contraste et la luminosité ;

- les détails du portrait.

L’annexe prévoit que la prise de vue doit être inférieure à six mois et ressemblante au jour du dépôt de la demande de titre et impose le respect des conditions suivantes :

1. Format

La photo doit mesurer 35 mm de large sur 45 mm de haut. La taille du visage doit être de 32 à 36 mm, du bas du menton au sommet du crâne (hors chevelure).

2. Qualité de la photo

La photo doit être nette, sans pliure, ni traces.

3. Luminosité/contraste/couleurs

La photo ne doit présenter ni surexposition ni sous-exposition. Elle doit être correctement contrastée, sans ombre portée sur le visage ou en arrière-plan. Une photo en couleurs est fortement recommandée.

4. Fond

Le fond doit être uni, de couleur claire (bleu clair, gris clair). Le blanc est interdit.

5. La tête

La tête doit être nue, les couvre-chefs sont interdits.

6. Regard et position de la tête

Le sujet doit présenter son visage face à l’objectif. La tête doit être droite.

7. Regard et expression

Le sujet doit fixer l’objectif. Il doit adopter une expression neutre et avoir la bouche fermée.

8. Visage et yeux

Le visage doit être dégagé. Les yeux doivent être parfaitement visibles et ouverts.

9. Lunettes et montures

Les montures épaisses sont interdites. La monture ne doit pas masquer les yeux. Les verres teintés (ou colorés) sont interdits. Il ne doit pas y avoir de reflets sur les lunettes.

A lire aussi :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 28 septembre 2005, Pourvoi n° : 04-44.823

La précision selon laquelle un contrat à durée déterminée est conclu pour faire face à un accroissement temporaire d’activité constitue le motif précis exigé par l’article L. 122-3-1 du Code du travail.

Précision sur la contribution supplémentaire à l’apprentissage

Une instruction du 22 mars vient d’être publiée concernant l’instauration de la contribution supplémentaire à l’apprentissage (BOI 4 L-1-10 n° 38 du 30 mars 2010).
En effet, la loi n° 2009-1437 du 24 (...)

Entrepreneur individuel à responsabilité limitée : la loi est publiée

Le journal officiel vient de publier la loi n° 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée.
Cette loi va faire l’objet d’un commentaire exhaustif dans un (...)

Formation Elève Avocat : contenu stage juridiction

Dans un arrêt rendu ce 9 septembre, la Cour de cassation vient de préciser que l’élève avocat qui accomplit un stade en juridiction pendant sa formation peut assister aux délibérés de la juridiction. (...)

Le Club des Juristes.

J’ai pris connaissance de l’existance du club des juristes à l’occasion de l’organisation de la Job Affair d’Assas 2009 et il me semble utile de mettre ce site dans mon annuaire.
Le Club des juristes (...)

L’obligation de notifier le licenciement par lettre recommandée avec accusé réception.

Dans une décision en date du 24 janvier 2007, la Chambre sociale de la Cour de cassation affirme qu’aux termes de l’article L 122-14-1 du Code du travail, l’employeur qui décide de licencier un salarié doit lui notifier son licenciement par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, avant de préciser que ne constitue pas la notification du licenciement l’envoi d’une feuille blanche, en ajoutant que la remise en main propre d’une lettre ne peut suppléer la notification du licenciement. La Cour de cassation adopte ainsi une lecture souhaitable du Code du travail.

Tribunal de Grande Instance de Paris, 3ème chambre, 1ère section, 15 mai 2002, SOCIETE DES PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES EN FRANCE et UNION DES PRODUCTEURS PHONOGRAPHIQUES FRANCAIS INDEPENDANTS c./ S.A. CHERIE FM et S.A. NRJ

1° / S’il ne peut valablement être soutenu que les extraits musicaux ne sont pas intégrés à une oeuvre citante, étant précisé que l’originalité de cette oeuvre citante importe peu, il demeure que les extraits proposés à l’écoute par la société sur son site Internet ne sont pas justifié par le caractère d’information du site puisque celui-ci n’est qu’un site exclusivement consacré à la vente de disques sans visée à "caractère d’information" au sens de l’article L 211-3 qui énumére également, au titre de l’exception, le caractère critique, polémique, pédagogique et scientifique de l’oeuvre citante

2° / En tout état de cause la longueur des extraits de chansons diffusés par la défenderesse soit environ 30 secondes, s’oppose, au regard de la brièveté des oeuvres citées d’une durée de l’ordre de 3 minutes chacune, à ce que ces extraits soient considérés comme des courtes citations

Un arrêt important sur la nullité du licenciement du salarié gréviste.

L’exercice du droit de grève ne peut justifier la rupture du contrat de travail, sauf faute lourde imputable au salarié ; tout licenciement prononcé en l’absence de faute lourde est nul de plein droit.

En l’absence de faute lourde, le caractère illicite du motif du licenciement tiré de la participation à une grève emporte à lui seul la nullité de ce licenciement.

La publication de la licence GPL 3.

Ceux qui s’intéressent à l’informatique et aux logiciels libres ne peuvent ignorer l’existence de la licence GPL.
Jusqu’à aujourd’hui, la dernière version était la version 2, publiée en 1991.
Il était (...)

Affaire Bettencourt : explications de Florence Woerth (vidéo)

Dans cette vidéo, Florence Woerth se défend suite à l’emballement de l’affaire Bettencourt.

Répondre à cet article