David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un bien étrange usage

Un bien étrange usage

lundi 13 mai 2002

Le site de l’association Vivre Le Net vient de rapporter la teneur d’une décision de la Cour d’appel de Paris en date du 16 novembre 2001.

En l’espèce un salarié avait été licencié pour faute grave, notamment pour avoir consulté des sites pornographiques sur son lieu de travail.

Selon la cour d’appel les documents versés aux débats font apparaître que bien que connaissant depuis le mois de janvier 1998 la réalité de cet usage, l’entreprise n’a cependant jamais rappelé au salarié les limites de l’utilisation de ce matériel et elle n’est dès lors pas fondée à le lui imputer à faute.

Il serait intéressant qu’un pourvoi soit effectué puisque, outre la teneur particulière de l’usage en cause, il ne semble pas, à la lecture de cet arrêt, que le caractère général, indispensable pour l’existence d’un usage, soit présent.

Voir en ligne : Consultation de l’article intitulé "la consultation des sites pornographiques ne peut pas toujours justifier un licenciement", sur le site de l’association Vivre Le Net, publié le 29 avril 2002.

A lire aussi :

Résiliation judiciaire du contrat de travail et harcèlement moral

Dans un arrêt en date du 20 février 2013 la chambre sociale de al cour de cassation vient d’estimer que lorsqu’un salarié est fondé à solliciter la résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts (...)

L’impôt sur le revenu et les frais de garde des jeunes enfants.

L’article 200 quater B du Code général des impôts prévoit que les contribuables domiciliés en France peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt relatif aux dépenses effectivement supportées pour la garde des enfants âgés de moins de six ans qu’ils ont à leur charge.

Evolution Bouclier Fiscal 2011

Si la droite ne semble aucunement vouloir supprimer le bouclier fiscal, Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée, vient d’affirmer sur Europe 1 qu’une évolution du dispositif n’est toutefois pas (...)

Création EIRL par internet

C’est à partir du 1er janvier 2011 qu’il va être possible de créer une Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL). Ce nouveau statut a vocation a mieux protéger le patrimoine de (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 28 janvier 2009, N° de pourvoi : 07-18.284.

L’expert-comptable désigné par le comité d’entreprise en vue de l’assister pour l’examen du rapport annuel relatif à la réserve spéciale de participation est rémunéré par l’employeur.

Du jamais vu : le Syndicat de la magistrature et l’union Syndicale des Magistrats adressent une lettre au Conseil Supérieur de la Magistrature contre Rachida Dati.

Ce 17 octobre 2008, une lettre commune du Syndicat de la magistrature et de l’union Syndicale des Magistrats contre la Garde des Sceaux, Rachida Dati, a été adressée au Président du Conseil Supérieur (...)

Géomètre Expert : obligation de proposer par écrit une convention d’honoraires

Il résulte d’un arrêt rendu le 10 février 2010 par la Cour de cassation qu’une mission comprenant des attributions d’un géomètre-expert impose de proposer par écrit une convention précisant le montant (...)

L’allocation viagère des gérants de débits de tabac

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 29 juin 2009 modifiant l’arrêté du 13 novembre 1963 pris pour l’application du décret du 30 octobre 1963 relatif au régime d’allocation viagère des (...)

Le droit chinois expliqué aux enfants

Wang Yaqin, juge chinoise, et Stéphanie Balme, chercheuse à Sciences Po et à l’Université de Tsinghua à Pékin, ont publié l’ouvrage "Que connais-tu de la loi ?" qui est disponible sur Amazon et en chine à (...)

Les tempéraments à l’interdiction de consulter les fichiers personnels des salariés

Dans un arrêt en date du 17 mai 2005, la Chambre sociale de la Cour de cassation, après avoir visé les articles 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, 9 du Code civil, 9 du nouveau Code de procédure civile et L 120-2 du Code du travail, affirme que « sauf risque ou événement particulier, l’employeur ne peut ouvrir les fichiers identifiés par le salarié comme personnels contenus sur le disque dur de l’ordinateur mis à sa disposition qu’en présence de ce dernier ou celui-ci dûment appelé ». Cette formation de la Cour de cassation tempère ainsi fortement le principe qu’elle avait précédemment consacré dans un arrêt excessif souvent présenté comme essentiel du 2 octobre 2001, à tel point que celui ci est quasiment vidé de toute sa substance, ce qui n’est pas nécessairement plus raisonnable.

Répondre à cet article