David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un bien étrange usage

Un bien étrange usage

lundi 13 mai 2002

Le site de l’association Vivre Le Net vient de rapporter la teneur d’une décision de la Cour d’appel de Paris en date du 16 novembre 2001.

En l’espèce un salarié avait été licencié pour faute grave, notamment pour avoir consulté des sites pornographiques sur son lieu de travail.

Selon la cour d’appel les documents versés aux débats font apparaître que bien que connaissant depuis le mois de janvier 1998 la réalité de cet usage, l’entreprise n’a cependant jamais rappelé au salarié les limites de l’utilisation de ce matériel et elle n’est dès lors pas fondée à le lui imputer à faute.

Il serait intéressant qu’un pourvoi soit effectué puisque, outre la teneur particulière de l’usage en cause, il ne semble pas, à la lecture de cet arrêt, que le caractère général, indispensable pour l’existence d’un usage, soit présent.

Voir en ligne : Consultation de l’article intitulé "la consultation des sites pornographiques ne peut pas toujours justifier un licenciement", sur le site de l’association Vivre Le Net, publié le 29 avril 2002.

A lire aussi :

Licenciement pour insuffisance professionnelle : la formation donnée au salarié peut protéger l’employeur

Il résulte d’un arrêt en date du 16 septembre 2009 rendu par la Cour de cassation que lorsque l’employeur a satisfait à son obligation d’adapter la salariée à l’évolution de son emploi, un licenciement (...)

La loi relative au service civique est publiée

Le journal officiel vient de publier la loi n° 2010-241 du 10 mars 2010 relative au service civique.
Cette loi prévoit notamment que le service civique a pour objet de renforcer la cohésion (...)

Jurisprudence : conséquence sur le pouvoir du juge du rejet d’une demande en résiliation judiciaire du contrat de travail

Dans un arrêt en date du 25 novembre 2009, la chambre sociale de la Cour de cassation vient d’estimer, au visa de l’article 4 du code de procédure civile, que le juge saisi d’une demande en (...)

service-public.fr formulaire ACCRE Aide Création Entreprise 2011

Les personnes qui souhaitent avoir recours à l’aide à la création et à la reprise d’une entreprise (ACCRE) peuvent télécharger le formulaire pdf qui permet de faire une demande d’aide ainsi que sa notice (...)

Dates des soldes d’été 2010

Cette année, ls soldes d’été commencent le mercredi 30 juin 2010 et se terminent le mardi 3 août 2010.
Certaines zones peuvent bénéficier d’autres dates à titre dérogatoire : Départements ou zones (...)

Impôt sur les sociétés 2011 Modification Assiette Taux

L’impôt sur les sociétés pourrait être modifié en 2011. C’est en tout cas l’intention de François Baroin. Sur RTL le ministre du Budget a déclaré qu’il souhaitait une modification de l’assiette et du taux (...)

Sortie du livre Droit des obligations Mémento LDM

Les éditions Gualino viennent de publier le Mémento LMD Droit des obligations version 2011 de Corinne Renault-Brahinsky.
Principalement destiné aux étudiants en licence et master ainsi qu’aux (...)

Prime à la casse 2010 Derniers jours 500 euros

Les personnes qui veulent profiter de la prime à la casse n’ont plus que quelques jours pour acheter une voiture. En effet la prime à la casse disparait à la fin de l’année. Pour pouvoir en bénéficier (...)

Droit des sociétés : les copropriétaires indivis peuvent participer aux assemblées générales

Dans un arrêt en date du 21 janvier 2014 la chambre commerciale de la cour de cassation a affirmé, après avoir visé l’article 1844, alinéa 1er, du code civil, que tout associé a le droit de participer (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 9 juillet 2008, N° de pourvoi : 07-41.927.

L’envoi par la salariée, dans les formes prévues par l’article R. 122-9, alinéa 1er, devenu R. 1225-1 du code du travail, d’un certificat médical attestant son état de grossesse et la date présumée de l’accouchement ne constitue pas une formalité substantielle.

Lorsqu’une salariée notifie à l’employeur qu’elle est en état de grossesse, son licenciement doit être annulé et lorsque l’employeur, à la suite de la notification, ne revient que tardivement sur sa décision de licencier, la salariée n’est pas tenue d’accepter la réintégration proposée.

Répondre à cet article