David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un bien étrange usage

Un bien étrange usage

lundi 13 mai 2002

Le site de l’association Vivre Le Net vient de rapporter la teneur d’une décision de la Cour d’appel de Paris en date du 16 novembre 2001.

En l’espèce un salarié avait été licencié pour faute grave, notamment pour avoir consulté des sites pornographiques sur son lieu de travail.

Selon la cour d’appel les documents versés aux débats font apparaître que bien que connaissant depuis le mois de janvier 1998 la réalité de cet usage, l’entreprise n’a cependant jamais rappelé au salarié les limites de l’utilisation de ce matériel et elle n’est dès lors pas fondée à le lui imputer à faute.

Il serait intéressant qu’un pourvoi soit effectué puisque, outre la teneur particulière de l’usage en cause, il ne semble pas, à la lecture de cet arrêt, que le caractère général, indispensable pour l’existence d’un usage, soit présent.

Voir en ligne : Consultation de l’article intitulé "la consultation des sites pornographiques ne peut pas toujours justifier un licenciement", sur le site de l’association Vivre Le Net, publié le 29 avril 2002.

A lire aussi :

Cour de cassation, Chambre civile 3, 2 juillet 2008, N° de pourvoi : 06-17.202.

Le syndic professionnel ne peut poursuivre ses fonctions en l’absence de renouvellement ou en cas de retrait de sa carte professionnelle.

Sortie du Précis de droit fiscal de la famille (LexisNexis)

Les éditions LexisNexis viennent de publier la onzième édition de l’ouvrage de Frédéric Douet intitulé "Précis de droit fiscal de la famille".
Le droit fiscal est une matière particulièrement complexe. (...)

Mise en ligne de la circulaire du 17 octobre 2001 relative aux mesures destinées à favoriser le passage à 35 heures des petites entreprises

La circulaire DRT/DGEFP/DSS n°2001-35 du 17 octobre 2001 et relative aux mesures destinées à favoriser le passage à 35 heures des petites entreprises vient d’être mise en ligne.
Ce document de 9 pages (...)

Une Ordonnance relative aux rachats d’actions, aux déclarations de franchissement de seuils et aux déclarations d’intentions.

L’Ordonnance n° 2009-105 du 30 janvier 2009 relative aux rachats d’actions, aux déclarations de franchissement de seuils et aux déclarations d’intentions vient d’être publié au journal officiel n° 0026 (...)

Le modèle de mandat de protection future sous seing privé.

Alors que la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs prévoit au III de son article 45 qu’un mandat de protection future peut être confié à une personne (...)

Publication de l’index national bâtiment tous corps d’état Février 2011

Le journal officiel vient de procéder à la publication de l’avis relatif à l’index national bâtiment « tous corps d’état » (symbole BT 01).
Selon cet avis, l’index national bâtiment « tous corps d’état » (...)

L’intérêt à agir n’est pas subordonné à la démonstration préalable du bien fondé de l’action.

Dans un arrêt en date du 15 octobre 2009, la Cour de cassation vient d’affirmer que l’intérêt à agir n’est pas subordonné à la démonstration préalable du bien fondé de l’action.
Elle précise ensuite que (...)

Le vol du salarié n’est pas forcément une faute grave.

Le fait pour la salariée, qui comptait une ancienneté importante, de soustraire à son employeur un produit de faible valeur et, après avoir refusé de se soumettre à une vérification du contenu de son sac à laquelle elle était en droit de s’opposer, de traverser le magasin en courant pour prendre la fuite, ne rendait pas impossible son maintien dans l’entreprise et ne constituait pas une faute grave.

Résultats Elections Régionales 2ème tour

Cette année Google en collaboration avec l’AFP utilise la technologie de Google Maps pour afficher les résultats du second tour des élections régionales.
Lorsqu’on consulte la carte relative aux (...)

Décision de justice et point de départ des intérêts.

La partie qui doit restituer une somme détenue par elle en vertu d’une décision de justice exécutoire n’en doit les intérêts au taux légal qu’à compter de la notification, valant mise en demeure, de la décision ouvrant droit à restitution.

Répondre à cet article