David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un décret précise les conditions de délivrance de l’autorisation de transport (...)

Un décret précise les conditions de délivrance de l’autorisation de transport déterminée.

jeudi 18 juin 2009

Selon l’article 257 du Code des douanes, les transports effectués entre les ports de la France métropolitaine sont réservés aux navires exploités par des armateurs ressortissants d’un Etat membre de la Communauté européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen et immatriculés dans un Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen et battant pavillon de ce même Etat.

Toutefois, l’autorité administrative peut, dans des conditions fixées par décret, autoriser un navire ne satisfaisant pas à ces conditions à assurer un transport déterminé.

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-702 du 16 juin 2009 pris pour l’application de l’article 257 du code des douanes.

Selon ce texte, l’autorisation de transport déterminé peut être délivrée pour une opération ponctuelle de transport maritime de marchandises ou de passagers entre les ports de la France métropolitaine.

Le demandeur d’une autorisation de transport déterminé doit attester qu’à la date de la demande aucun navire satisfaisant aux prescriptions de l’article 257 du code des douanes n’est disponible pour effectuer le transport maritime souhaité entre les ports de la France métropolitaine.

La demande d’autorisation de transport déterminé, qui définit les conditions dans lesquelles le transport sera réalisé, est présentée au service instructeur selon des modalités définies par un arrêté du ministre chargé de la marine marchande.

L’autorisation d’effectuer un transport déterminé peut être refusée, dans des conditions fixées par un arrêté du ministre chargé de la marine marchande, pour des motifs de sécurité des biens et des personnes, de sûreté ou de protection de l’environnement.

L’autorisation est refusée lorsque le navire ne présente pas les garanties suffisantes au regard des règles applicables au contrôle par l’Etat du port, ou lorsque l’âge du navire atteint un seuil fixé par l’arrêté.

A lire aussi :

CHSCT et CE : le temps de formation ne doit pas entraîner une augmentation de la rémunération

Dans un arrêt en date du 16 juin 2010, la chambre sociale de la Cour de cassation vient d’estimer que le temps consacré à la formation des représentants du personnel au comité d’hygiène, de sécurité (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 24 janvier 2008, N° de pourvoi : 06-45.088.

Une clause de mobilité doit définir de façon précise sa zone géographique d’application et l’article 61 de la convention collective nationale du personnel des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils, dite SYNTEC, du 1er janvier 1988, qui se borne à énoncer que toute modification du lieu de travail comprenant un changement de résidence fixe, qui n’est pas accepté par le salarié, est considéré, à défaut de solution de compromis, comme un licenciement et réglé comme tel, ne saurait constituer une clause de mobilité licite directement applicable au salarié en l’absence de clause contractuelle de mobilité.

Lancement d’un site pour organiser les vacations des avocats

Le site vacations-avocats.fr doit ouvrir le 15 mars. Il vise à favorier l’organisation des vocations des avocats. Cette vidéo promotionnelle vous présente ce nouveau (...)

Les permis de construire délivrés à titre précaire.

Le journal officiel n° 232 du 6 octobre 2006 a publié un décret n° 2006-1220 du 4 octobre 2006 relatif aux permis délivrés à titre précaire.
Ce texte précise que l’arrêté accordant un permis de (...)

Les références statistiques utilisées pour la détermination des zones d’emploi dénommées zones de restructuration de la défense.

Le décret n° 2009-555 du 19 mai 2009 fixant les références statistiques utilisées pour la détermination des zones d’emploi dénommées « zones de restructuration de la défense » vient d’être publié au (...)

La Cour de cassation précise la notion d’agissements illicites en droit de la consommation

Selon l’article L421-2 du code de la consommation, les associations de consommateurs peuvent demander à la juridiction civile, statuant sur l’action civile, ou à la juridiction répressive, statuant (...)

La saisie sur un compte ouvert au nom de deux époux (Civ. 1, 20 mai 2009, N° de pourvoi : 08-12.922)

Lorsque le créancier d’un époux marié sous le régime de la séparation des biens fait pratiquer une saisie sur un compte ouvert au nom des deux époux, il lui appartient d’identifier les fonds personnels de l’époux débiteur.

Rupture CDD Salarié Sanction Faq Juridique

Lorsqu’un salarié rompt son contrat de travail à durée déterminée en dehors d’un cas pour lequel la rupture est autorisée, il s’expose à être condamné à verser à son employeur des dommages-intérêts.
Le (...)

Legimonaco.

La principauté de Monaco a aussi son légifrance.
Le site Légimonaco permet en effet de prendre connaissance de données suivantes relatives au droit applicable à Monaco :
codes et lois, (...)

Cour d’appel de Paris, 22ème ch., sect. C, 16 novembre 2001, M. L. B. c./ SA EXPEDITORS INTERNATIONAL FRANCE SAS

Sur l’utilisation d’Internet à des fins personnelles, les documents versés aux débats font apparaître que bien que connaissant la réalité de cet usage, l’employeur n’a cependant jamais rappelé au salarié les limites de l’utilisation de ce matériel et n’est dès lors pas fondée à lui imputer à faute

Répondre à cet article