David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Un décret précise les conditions de délivrance de l’autorisation de transport (...)

Un décret précise les conditions de délivrance de l’autorisation de transport déterminée.

jeudi 18 juin 2009

Selon l’article 257 du Code des douanes, les transports effectués entre les ports de la France métropolitaine sont réservés aux navires exploités par des armateurs ressortissants d’un Etat membre de la Communauté européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen et immatriculés dans un Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen et battant pavillon de ce même Etat.

Toutefois, l’autorité administrative peut, dans des conditions fixées par décret, autoriser un navire ne satisfaisant pas à ces conditions à assurer un transport déterminé.

Le journal officiel vient de publier le décret n° 2009-702 du 16 juin 2009 pris pour l’application de l’article 257 du code des douanes.

Selon ce texte, l’autorisation de transport déterminé peut être délivrée pour une opération ponctuelle de transport maritime de marchandises ou de passagers entre les ports de la France métropolitaine.

Le demandeur d’une autorisation de transport déterminé doit attester qu’à la date de la demande aucun navire satisfaisant aux prescriptions de l’article 257 du code des douanes n’est disponible pour effectuer le transport maritime souhaité entre les ports de la France métropolitaine.

La demande d’autorisation de transport déterminé, qui définit les conditions dans lesquelles le transport sera réalisé, est présentée au service instructeur selon des modalités définies par un arrêté du ministre chargé de la marine marchande.

L’autorisation d’effectuer un transport déterminé peut être refusée, dans des conditions fixées par un arrêté du ministre chargé de la marine marchande, pour des motifs de sécurité des biens et des personnes, de sûreté ou de protection de l’environnement.

L’autorisation est refusée lorsque le navire ne présente pas les garanties suffisantes au regard des règles applicables au contrôle par l’Etat du port, ou lorsque l’âge du navire atteint un seuil fixé par l’arrêté.

A lire aussi :

Les sommes versées pour compenser les pertes de rémunération induites par la réduction du temps de travail sont soumises à cotisations (Civ. 2, 9 avril 2009, N° 08-16.059)

Sont soumises à cotisations toutes les sommes versées aux salariés en contrepartie ou à l’occasion du travail, y compris celles compensant les pertes de rémunération induites par la réduction du temps de travail.

La désignation d’un délégué syndical au sein d’une unité économique et sociale.

Dans un arrêt en date du 16 avril 2008, la Chambre sociale de la Cour de cassation a estimé que lorsqu’une organisation syndicale désigne un délégué syndical au sein d’une unité économique et sociale (...)

Modification des conditions d’assujettissement à la CSG et à la CRDS des travailleurs frontaliers

Les conditions d’assujettissement des travailleurs frontaliers à la contribution sociale généralisée et à la contribution pour le remboursement de la dette sociale ont été modifié par l’ordonnance n° (...)

Le Conseil d’Etat confirme que le Gouvernement lutte contre l’indépendance des médias

Par un arrêt en date du 11 février 2010, le Conseil d’Etat vient d’annuler la lettre du ministre de la culture et de la communication en date du 15 décembre 2008 et la délibération du conseil (...)

Situation qui rend impossible la remise en cause de la compétence d’une juridiction

Dans un arrêt en date du 30 septembre 2010, la Cour de cassation vient d’affirmer que lorsqu’une juridiction de l’ordre administratif ou de l’ordre judiciaire est saisie, sur renvoi après cassation, (...)

Tribunal de Grande Instance de Paris, 3ème chambre, 1ère section, 15 mai 2002, SOCIETE DES PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES EN FRANCE et UNION DES PRODUCTEURS PHONOGRAPHIQUES FRANCAIS INDEPENDANTS c./ S.A. CHERIE FM et S.A. NRJ

1° / S’il ne peut valablement être soutenu que les extraits musicaux ne sont pas intégrés à une oeuvre citante, étant précisé que l’originalité de cette oeuvre citante importe peu, il demeure que les extraits proposés à l’écoute par la société sur son site Internet ne sont pas justifié par le caractère d’information du site puisque celui-ci n’est qu’un site exclusivement consacré à la vente de disques sans visée à "caractère d’information" au sens de l’article L 211-3 qui énumére également, au titre de l’exception, le caractère critique, polémique, pédagogique et scientifique de l’oeuvre citante

2° / En tout état de cause la longueur des extraits de chansons diffusés par la défenderesse soit environ 30 secondes, s’oppose, au regard de la brièveté des oeuvres citées d’une durée de l’ordre de 3 minutes chacune, à ce que ces extraits soient considérés comme des courtes citations

Niches Fiscales 2010 2011 : Taxe véhicules de société

Dans le cadre de sa recherche de niches fiscales complémentaires à supprimer pour 2011, le gouvernement s’attaque à la taxe sur les véhicules de sociétés. Ainsi, l’exonération pour les associations et (...)

Location : la VMC doit être conforme à la réglementation

La troisième chambre civile vient de rendre une décision intéressante le 6 mars 2012 concernant la location (il s’agissait en l’espèce d’un bail précaire pour des locaux à usage commercial) et la (...)

Les autoentrepreneurs au bord de la crise de nerfs avec la cotisation foncière des entreprises

La cotisation foncière des entreprises (CFE) risque de faire des dégats chez les autoentrepreneurs. Destinée à remplacer la taxe professionnelle, elle est établie en tenant compte de la valeur (...)

Cour de Cassation, Chambre sociale, 08 décembre 2004, Pourvoi n° : 01-46.877

Aux termes de l’article L. 124-4-4, alinéa 3, du Code du travail, lorsqu’à l’issue d’une mission, le salarié sous contrat de travail temporaire ne bénéficie pas immédiatement d’un contrat de travail à durée indéterminée avec l’utilisateur, il a droit, à titre de complément de salaire, à une indemnité destinée à compenser la précarité de sa situation ; cette indemnité n’est pas due dès lors qu’un contrat de travail a été conclu immédiatement avec l’entreprise utilisatrice ; lorsque la prise d’effet du contrat n’est pas concomitante avec sa signature, cette prise d’effet doit intervenir dans un délai raisonnable.

Répondre à cet article