David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Vers l’institution d’un impôt européen

Vers l’institution d’un impôt européen

mardi 10 août 2010

D’après une interview donnée par Janusz Lewandowski, commissaire au Budget, au Financial Times Deutschland, la Commission Européenne envisagerait la création d’un impôt direct européen. La Commission Européenne devrait présenter une proposition en ce sens au cours du mois de septembre. L’impôt direct européen semble toutefois pour l’instant n’être qu’une hypothèse de travail et d’autres solutions pourraient lui être préférées comme par exemple une taxe sur les transactions financières.

Via : LeFigaro

A lire aussi :

Pas de motivation pour le refus de modérer une peine prévue par une clause pénale

Dans un arrêt en date du 4 avril 2012 la cour de cassation vient d’affirmer, au sujet du montant d’une indemnité de licenciement prévue par une clause pénale insérée dans un contrat de travail, que la (...)

Des conditions pour expulser les syndicats du local syndical.

Dans une décision en date du 26 septembre 2007, la Chambre sociale de la Cour de cassation vient d’affirmer que l’expulsion des syndicats du local jusqu’alors mis à leur disposition réalisée sans (...)

Sfr et les clauses abusives.

La consultation du site internet de Sfr permet actuellement de prendre connaissance d’une condamnation prononcée à son encontre par le Tribunal de Grande Instance de Paris le 30 septembre 2008 en (...)

Tout ce que vous voulez savoir sur le PACS

Cette vidéo nous permet d’écouter des explications concernant le PACS : définition, démarches pour conclure un pacs, contenu de la convention, conséquences du (...)

L’argent des pauvres pour aider les riches.

Afin de faire face à la crise financière actuelle, le Gouvernement n’a pas souhaité toucher au livret A qui porte une forte charge émotionnelle.
Il a préféré recourir à l’épargne des personnes encore (...)

Cour de cassation, Chambre commerciale, 19 avril 2005, Pourvoi n° 05-10.094

Les juges du fond peuvent puiser les éléments de leur conviction dans tous les documents régulièrement versés aux débats.

En se fondant sur un rapport d’expertise discuté dans les conclusions d’une partie, la cour d’appel n’a pas violé le principe de la contradiction dès lors qu’elle n’a pas introduit dans les débats des éléments dont les parties n’auraient pas été à même de débattre contradictoirement.

Dans un groupe de sociétés, les conventions de gestion de trésorerie et de change, les échanges de personnel et les avances de fonds par la société-mère, ne révélent pas, à elles seules, des relations financières anormales constitutives d’une confusion du patrimoine de la société-mère avec celui de sa filiale.

Le gouvernement veut favoriser un déstockage rapide des pêches nectarines abricots par la vente au déballage

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 28 juillet 2010 relatif à la mise en oeuvre d’un dispositif de vente au déballage pour certains fruits en prévention de crise conjoncturelle
En effet, (...)

Cour de cassation, Assemblée Plénière, 02 février 1996, M. B. c/ M. H. et a.

n° 91-21.373.
LA COUR,
Sur le moyen unique :
Attendu, selon l’arrêt attaqué (Orléans, 12 septembre 1991), rendu sur renvoi après cassation, que, par un acte sous seing privé du 10 janvier 1978, la (...)

La retraite et certaines périodes d’études supérieures et d’activité.

Le décret n° 2008-1383 du 19 décembre 2008 relatif au versement pour la retraite au titre de certaines périodes d’études supérieures et d’activité vient d’être publié au journal officiel n° 0299 du 24 (...)

La loi applicable aux transports aériens et l’appréciation de la faute du pilote de l’avion.

Un vol effectué à titre gratuit est soumis aux dispositions de la loi du 2 mars 1957 contenues notamment dans l’article L. 322-3 du code de l’aviation civile, lequel renvoie à celles des articles 22 et 25 de la Convention de Varsovie du 12 octobre 1929 et sont inapplicables à la cause tant les dispositions de l’article 3-2 de la Convention de Varsovie que celles de son article 1.

Le pilote n’a pas commis de faute impliquant objectivement la conscience de la probabilité du dommage et son acceptation téméraire au point de revêtir un caractère inexcusable lorsqu’il fait décoller l’aéronef sans avoir vérifié que la verrière était correctement verrouillée, il s’agit d’une faute constitutive d’une simple négligence, et lorsque contraint d’atterrir il entreprend une manoeuvre dans des conditions dangereuses, faute qui relève d’une erreur d’appréciation.

Répondre à cet article