David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Voile intégral : Le Conseil d’Etat met une claque au Gouvernement

Voile intégral : Le Conseil d’Etat met une claque au Gouvernement

vendredi 14 mai 2010

Selon Le Figaro, le Conseil d’Etat vient de rendre ce 14 mai un avis défavorable concernant le projet de loi portant sur l’interdiction du port du voile intégral.

Pour le Conseil d’Etat, "une interdiction absolue et générale du port du voile intégral en tant que telle ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable" et serait "exposée à de fortes incertitudes constitutionnelles et conventionnelles".

Cette solution ne doit pas surprendre, le Conseil d’Etat ayant présenté le 30 mars 2010 au Premier Ministre une étude allant dans le même sens.

Cet avis ne devrait toutefois rien changer à la volonté du Gouvernement et de l’UMP.

Prochaine étape pour ce projet de loi : mercredi prochain au conseil des ministres.

A lire aussi :

Le devoir d’information et le risque d’infection nosocomiale

Dans un arrêt en date du 8 avril, la Cour de cassation vient d’affirmer que toute personne a le droit d’être informée, préalablement à toute investigation, traitement ou action de prévention qui lui est (...)

L’anonymat de certains fonctionnaires de police.

L’arrêté du 27 juin 2008 relatif au respect de l’anonymat de certains fonctionnaires de police vient d’être publié au journal officiel n° 0152 du 1 juillet 2008.
Selon ce texte, les services dont les (...)

La déclaration universelle des droits de l’homme en vidéo.

Voici une adaptation de la déclaration universelle des droits de l’homme en vidéo.
Cette vidéo est une initiative du site Human Rights Action center.
Ce site désire que les passeports mentionnent la (...)

Le Cdd pour surcroît d’activité doit correspondre à une tâche temporaire.

Une décision rendue le 13 janvier 2009 par la Chambre sociale de la Cour de cassation illustre le cas d’un recours non justifié à un contrat de travail à durée déterminé pour surcroît d’activité.
Dans (...)

Cour de cassation, Chambre sociale, 9 avril 2008, N° de pourvoi : 06-42.768.

Il résulte de l’article L. 223-11 du code du travail que doivent être pris en compte pour le calcul de l’indemnité de congés payés tous les éléments ayant le caractère de rémunération, à l’exception des indemnités constituant un remboursement des frais réellement exposés et de la compensation d’un risque exceptionnel.

La prime conventionnelle dite "pour remboursement de frais" prévue par la convention collective nationale des activités industrielles de boulangerie et pâtisserie étant calculée en fonction du nombre de jours et étant destinée à compenser l’impossibilité de prendre un repas à domicile du fait de l’horaire continu, ne constitue pas un remboursement de frais effectivement exposés par les salariés et ne vise pas à compenser un risque exceptionnel, elle constitue un complément de rémunération alloué pour un travail accompli dans les circonstances prévues à l’article 5 de l’annexe II de la convention collective nationale des activités industrielles de boulangerie et pâtisserie ce qui impose de la prendre en considération pour le calcul de l’indemnité de congé payé.

Domiciliataires d’entreprises : conditions d’agrément et composition du dossier

Le décret n° 2009-1695 du 30 décembre 2009 relatif à l’agrément des domiciliataires d’entreprises soumises à immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers vient de (...)

La loi relative aux droits et aux devoirs des demandeurs d’emploi.

La loi n° 2008-758 du 1er août 2008 relative aux droits et aux devoirs des demandeurs d’emploi vient d’être publiée par le journal officiel n° 0179 du 2 août 2008.
Selon cette loi, les demandeur (...)

Le caractère informatif du certificat d’urbanisme et l’obligation de conseil du notaire

Dans un arrêt en date du 20 mars 2014 la première chambre civile de la cour de cassation vient d’affirmer qu’un certificat d’urbanisme est un document purement informatif qui n’a pas pour objet (...)

La réforme des tutelles

Rédigé par Laurent DELPRAT, l’ouvrage La réforme des tutelles a été publié au début du mois d’avril par Les Etudes Hospitalières.
Contrairement à ce que son titre trop réducteur pourrait faire penser, (...)

Les conséquences désastreuses d’une modification unilatérale de la rémunération du salarié.

Lorsque l’employeur majore de 3 % le prix d’achat de la marchandise cette modification du taux de marque des produits est de nature à réduire le montant des commissions que le salarié doit percevoir et ce changement du prix des produits constitue une modification du contrat de travail du salarié qui nécessitait son accord pour être mise en oeuvre.

La rupture du contrat de travail est justifiée et la prise d’acte de la rupture produit les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse en présence de conditions de travail difficiles, d’une perte de certains clients imputables à l’employeur et d’une majoration du prix d’achat décidée par l’employeur qui a eu une incidence sur la rémunération du salarié.

Répondre à cet article