David Taté Juridique
Droit, juridique, affaires, sociétés, social, travail, fiscal, marques, entreprises, immobilier

Categories

Accueil > Actualité Juridique > Voile intégral : Le Conseil d’Etat met une claque au Gouvernement

Voile intégral : Le Conseil d’Etat met une claque au Gouvernement

vendredi 14 mai 2010

Selon Le Figaro, le Conseil d’Etat vient de rendre ce 14 mai un avis défavorable concernant le projet de loi portant sur l’interdiction du port du voile intégral.

Pour le Conseil d’Etat, "une interdiction absolue et générale du port du voile intégral en tant que telle ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable" et serait "exposée à de fortes incertitudes constitutionnelles et conventionnelles".

Cette solution ne doit pas surprendre, le Conseil d’Etat ayant présenté le 30 mars 2010 au Premier Ministre une étude allant dans le même sens.

Cet avis ne devrait toutefois rien changer à la volonté du Gouvernement et de l’UMP.

Prochaine étape pour ce projet de loi : mercredi prochain au conseil des ministres.

A lire aussi :

Montant Garantie Financière Entreprises Travail Temporaire 2012

Le journal officiel vient de procéder à la publication du décret n° 2011-1955 du 23 décembre 2011 pris en application de l’article L. 1251-50 du code du travail et relatif au montant minimum de la (...)

Gestion de patrimoine avec le Mémento Pratique Francis Lefebvre

Les mémentos pratiques Francis Lefebvre constituent des ouvrages bien connus dans la littérature juridique. Le terme "mémento" peut d’ailleurs induire en erreur car il s’agit généralement de livres de (...)

Tempête Xynthia : pas d’application de la décote de vétusté pour les habitations sinistrées situées dans les zones noires

Dans un communiqué, le ministère de l’économique indique que suite à la réunion organisée le 13 avril par le Premier ministre François FILLON, Christine LAGARDE, ministre de l’Economie, de l’Industrie et (...)

Celui qui ne peut pas exercer un recours contre la décision du juge-commissaire autorisant ou ordonnant une vente (Com, 28 avril 2009, N° 07-18.715)

L’auteur d’une offre d’acquisition de gré à gré d’un actif d’un débiteur en liquidation judiciaire, n’ayant aucune prétention à soutenir, n’est pas recevable à exercer un recours contre la décision du juge-commissaire autorisant ou ordonnant la vente au profit de l’auteur d’une offre concurrente.

Légifrance invente la boucle sans fin.

L’un des apports de la nouvelle version de légifrance réside dans l’insertion de liens entre ses diverses données. Ceci permet, par exemple, lorsqu’on prend connaissance d’un décret de pouvoir accèder (...)

Les recommandations du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatives au commissariat central de police de Boulogne-Billancourt

Les recommandations du 11 mai 2009 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatives au commissariat central de police de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) viennent d’être (...)

Montant du forfait journalier au 1er janvier 2010

Le journal officiel vient de publier l’arrêté du 23 décembre 2009 fixant les montants du forfait journalier hospitalier prévu à l’article L. 174-4 du code de la sécurité sociale.
Selon ce texte, le (...)

Cour de Cassation, Chambre criminelle, 24 septembre 2002, N° de pourvoi : 02-80.101

Le seul fait de s’être volontairement placé dans l’impossibilité de satisfaire à ses obligations suffit, même en l’absence de toute autre manoeuvre, à caractériser l’élément intentionnel du délit d’obstacle aux fonctions d’un inspecteur du travail.

Les conditions de validité des clauses de non concurrence

Le 10 juillet 2002 la chambre sociale de la cour de cassation a rendu trois arrêts en matière de validité des clauses de non concurrence (Soc., 10 juillet 2002, M. M., M. P. et Mme R. c./ Société (...)

Les obligations du banquier lorsqu’il propose un contrat d’assurance de groupe (Civ. 1, 22 janvier 2009, N° 07-19.867)

Le banquier, qui propose à son client auquel il consent un prêt, d’adhérer au contrat d’assurance de groupe qu’il a souscrit à l’effet de garantir, en cas de survenance de divers risques, l’exécution de tout ou partie de ses engagements, est tenu de l’éclairer sur l’adéquation des risques couverts à sa situation personnelle d’emprunteur, la remise de la notice ne suffisant pas à satisfaire à cette obligation.

La connaissance par l’emprunteur des stipulations du contrat d’assurance de groupe auquel elle avait adhéré ne pouvait dispenser chacun des banquiers de l’éclairer sur l’adéquation des risques couverts par ces stipulations, fussent-elles claires et précises, à sa situation personnelle d’emprunteur.

Répondre à cet article