Barack Obama veut prendre le contrôle des armes, le secteur flambe en Bourse…

A Wall Street, les actions des fabricants d’armes ont bizarrement profité des annonces du président américain Barack Obama, mardi, pour limiter les conditions dans lesquelles sont vendues les armes à feu aux États-Unis.

Les investisseurs ont jugé que les consommateurs allaient se rendre dans les armureries pour s’acheter des armes avant que ces nouvelles limitations n’entrent en vigueur… Plus amplement, la Bourse ne semble pas croire à l’efficience de ces mesures, qui ont été adoptées par décret et malgré l’hostilité du Congrès, qui s’attache à la liberté des Américains à avoir des armes à feu, nonobstant la prolifération des fusillades meurtrières dans le pays.

Chaque année, environ 30.000 morts par armes à feu aux États-Unis

Lundi soir après la fermeture, Smith & Wesson a ainsi revu à la hausse ses prévisions de résultats et de ventes pour le trimestre et l’exercice en cours, en mentionnant une demande « plus forte qu’anticipée » pour ses produits. Le titre de Smith & Wesson a baissé mardi de 11%, alors que son concurrent Sturm Ruger & Co a enregistré une hausse de 6,7%.

Barack Obama a annoncé mardi au cours d’une conférence de presse plusieurs mesures en vue de réformer le contrôle des armes, jugeant que le lobby des armes « ne peut pas prendre l’Amérique en otage ». Contournant le Congrès, défavorable à toute modification de la loi sur les armes à feu, M. Obama a annoncé, tout en laissant couler des larmes, plusieurs décrets présidentiels pour faire face au fléau de la violence des armes et des tueries massives, de plus en plus répétitives aux États-Unis. Quelque 30.000 personnes meurent par armes à feu aux États-Unis chaque année.



Les commentaires sont fermés.