Le FMI se prépare à revoir à la baisse ses prévisions de croissance mondiale

En marge du G20 qui se tient ce vendredi 26 et ce samedi 27 février à Shanghaï, le FMI propose des mesures de soutien entre les pays du G20 et parle des aides spéciales à l’endroit des pays exportateurs de matières premières.

Alors qu’il a déjà revu à la baisse de 0,2 point, sa prévision de croissance pour l’économie planétaire en 2016, le Fonds monétaire international (FMI), pourrait certainement réaliser une autre révision à la baisse en avril, au cours de son analyse trimestrielle de la situation internationale. D’autre part, le FMI a indiqué le mercredi qu’il faisait office de secrétaire du G20avant avant la rencontre des ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales, qui se tiendra à Shanghaï (Chine).

Dans le rapport de 18 pages, Global Prospects and Policy Challenges ne dévoile aucun nouveau chiffre portant sur la croissance des pays (1,3% en France cette année et 1,5% en 2017). Elle n’alerte pas non plus sur «la reprise mondiale qui a continué connaître des difficultés dans une situation financière trouble sans oublier la baisse de prix des actifs financiers».

Lancer des «réformes structurelles»

Dans un premier temps, le FMI compte revoir, «le soutien de la croissance». Dans les pays développé il sied de travailler sur la demande et sur l’offre. En clair, le FMI recommande des politiques monétaires avantageuses pour les bénéficiaires, surtout dans les pays où «l’inflation ne dépasse pas l’objectif des banques centrales», c’est-à-dire comme dans les pays riches. Excepté bien sûr, les États-Unis qui ont enregistré une hausse légère des chiffres de l’inflation.

Toutefois, les spécialistes de Christine Lagarde conseillent de ne pas trop utiliser les politiques monétaires. Vu les taux d’intérêts peu reluisant, ceux-ci se demandent s’ils ne sont pas devenus désuets. Raison pour laquelle, ils recommandent d’opter pour la politique budgétaire pour soutenir l’activité.



Les commentaires sont fermés.