Salades : Faut-il manger des pesticides ou enlever les pucerons ?

Est-ce qu’il suffit de faire examiner 31 salades en laboratoire pour ne pas en manger ? En écoutant le projet de l’Association Générations futures le à tendance à conduire vers cela. Mais cette analyse n’explique pas pourquoi les vendeurs préfèrent utiliser les pesticides par rapport aux pucerons.

salades
Plusieurs chaines de télévisions et des radios ont plus parlé des traces de pesticides découvertes après étude dans des salades commercialisées en Picardie.
On peut se poser la question de savoir si c’est un événement mondial inquiétant. C’est examen réalisés sur 31 salades vendues en Picardie ont été réalisées entre le 28 et 31 juillet 2015 au sein de laboratoires certifiés pour leur indépendance suite à une demande faite par une ONG appelée Générations futures.
Cinq échantillons concernés

Elles révèlent que « cinq échantillons renferment une ou plusieurs substances actives prohibées», généralement ou « exclues  sur des salades en France », alors qu’elles ne le sont pas obligatoirement dans d’autres pays. Aucun journal qui s’est penché sur le sujet n’explique d’où proviennent ces salades et aucun média non plus ne s’étonne du fait qu’un échantillon comprenant 31 pièces achetées chez quelques marchands soit assez représentatif pour adopter des conclusions générales.

DDT interdit en France et pas d’autres pays

Générations futures reconnait que la présence de traces de  DDT  censuré en France depuis 1971 peut trouver son explication par sa durée dans les sols pendant des décennies. Elle reconnait aussi que la présence des pesticides autorisés ne fait l’objet « d’aucun dépassement » certifiant que ses questions indiquent la présence  de 3,7 organismes différents observées en moyenne sur chaque salade.  Elle ajoute que certains organismes  sont des excitateurs  endocriniens.
Mais est ce que cette affaire va réduire la consommation de salades vertes dans les prochaines semaines. C’est la crainte du collectif des producteurs « Sauvons les fruits et légumes » qui essaie de protéger la production nationale face  aux importations importantes.



Les commentaires sont fermés.